PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -14%
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
Voir le deal
474.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 

 L'édition professionnelle vs l'écriture comme hobby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


Elopez
Citation :
A compte d'auteur, ou en auto-édition ?

Proust a publié Du côté de chez Swann a compte d'auteur par exemple. Certes c'était une autre époque, certainement cent fois plus sélective qu'aujourd'hui.

Azaby
Citation :
Bien qu'il traduise, disons, un certain regard sur la gente féminine
Un regard malvenu tu trouves ?
Moi je n'ai peut-être pas suffisamment de recul pour m'en rendre compte, mais tu penses que cela a pu me porter préjudice auprès de certains éditeurs ?
 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  482
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Pour qui sonne Lestat


Merci à tou‧te‧s pour ces réflexions très intéressantes. Very Happy

1. Comparaison avec les autres arts

Je suis bien consciente que les comparaisons ont leurs limites, mais je pense quand même que l'écriture est traitée de manière différente de bien d'autres pratiques artistiques par les gens qui s'y adonnent et c'est ce que je voulais souligner ici.

Je pense qu'Azaby met le doigt sur quelque chose d'intéressant en comparant l'investissement en temps et l'investissement émotionnel sur un premier roman versus un premier dessin.

Mais justement, un artiste-peintre professionnel sait pertinemment que c'est pas avec un dessin qu'il va faire carrière. [Bon, je rentre pas dans le détail avec les illustrateurs qui travaillent à la commission, qui seraient plutôt comparables à des contrats de commande dans l'édition, je me concentre ici sur l'idée de l'Artiste avec un grand A, qui peint au gré de son inspiration divine et essaie d'en tirer un revenu en exposant, plus semblable à l'idée romantique de l'Auteur avec un grand A, porté par les muses, et qui attend la reconnaissance des éditeurs germanopratins.]
Donc cet Artiste ne travaille pas juste sur une toile, en général, mais sur toute une série, liée par un thème, une question, quelque chose qu'il a envie d'explorer, et quand il expose, ce n'est pas un tableau unique mais toute une collection qui lui aura aussi facilement pris un an ou plus de création.
Et ce que l'artiste expose, ce ne sont pas ses premiers croquis ratés, qui ne sont que des exercices pour apprendre, mais des œuvres réfléchies et achevées.

En musique, à peu près personne ne se met en tête de composer une symphonie comme ça, un beau matin.
En général, vous commencez par apprendre le solfège et un instrument, puis un deuxième pour bien comprendre la différence entre cuivres et cordes, vous allez régulièrement à des concerts, vous étudiez l'histoire de la musique et la théorie musicale, et vous composez des petites pièces courtes et simples, puis de plus en plus complexes. Vous pouvez décider d'aller au conservatoire ou apprendre par vous-même, mais dans tous les cas, ça va prendre du temps et des efforts.
Si vous gardez votre passion pour la musique, un jour, vous serez peut-être capable d'écrire une symphonie ou une BO de film et de gagner votre vie avec ça. Mais vous ne commencez pas par ça.

En peinture, pareil, vous ne commencez pas par une huile sur toile monumentale. Vous faites d'abord des dessins au crayon, vous essayez plusieurs mediums, vous allez au musée et dans des galeries, vous apprenez la théorie des couleurs, la perspective, vous passez des heures juste à tracer des droites et des cercles à main levée ou à faire des hachures régulières.

L'écriture est encore une fois la seule pratique artistique où on pense normal de commencer, bim, par un roman voire une saga de fantasy en 9 tomes. Et sans doute, la facilité d'accès explique en partie cela. Un instrument de musique, ça coûte cher ; les pigments, les pinceaux et les toiles aussi. Avant d'investir, vous allez sans doute vous tourner vers une institution qui dispense des cours, pour essayer, voir si ça vous plaît sur du matériel d'emprunt avant d'acheter le vôtre.
Par contre, de nos jours, presque tout le monde possède un ordinateur avec un traitement de texte, ou à un défaut une tablette, un smartphone. Sinon le bon vieux papier-stylo. Bref, écrire ne requiert pas d'investissement financier préalable.

Mais, si on veut traiter ça sérieusement dans une optique de professionnalisation, il faut sans doute accepter qu'il y aura nécessairement un investissement en temps et un investissement émotionnel.
Et peut-être commencer par des gammes d'écriture comme on ferait des gammes de musique pour voir si ça nous plaît, avant de mettre énormément de temps et d'émotion dans un roman dont on ne sera peut-être jamais satisfait (si on conditionne sa satisfaction à la publication).
Écrire des petites descriptions, juste pour le fun, sans enjeu.
Imaginer un dialogue entre la pomme et le couteau dans votre tête, pendant que vous prenez votre petit-déjeuner.
Participer à des ateliers d'écriture, essayer des exercices de style.
Lire beaucoup, dans pleins de genre.
Lire sur la théorie, comprendre ce qu'est un point de vue, une narration externe/interne/omnisciente, travailler ses conjugaisons (notamment la concordance des temps). Etc, etc, etc.

2. Gérer ses attentes

(Ça sonne mieux en anglais : managing expectations.)

Alors, @now@n, je tiens à préciser que je n'ai jamais pensé ni dit que je trouvais ça "sale" de vouloir avoir son nom sur une couverture et que je réprouvais le recours à un prestataire de services/auto-édition pour ça.

Mais je pense que pour s'éviter des déceptions voire de grands tourments existentiels, à un moment, c'est intéressant de se demander :
- Pourquoi on écrit ?
- Qu'est-ce qu'on désire en retirer ?

-Est-ce que la pratique de l'écriture, par et pour elle-même, vous fait plaisir et est-ce que ce plaisir ce suffit à lui-même ? C'est tout à fait valide de répondre oui.  Peut-être que vous kiffez d'écrire des sonnets avec rimes internes et lipogrammes, juste pour le casse-tête, comme vous feriez des sudokus et que vous ne voyez pas du tout l'intérêt de les faire lire à quiconque. (Personne ne parade avec ses sudokus résolus en essayant de les faire lire à des gens.)
-Est-ce que pour vous écrire est indissociable d'être lu et que comme Azaby vous pensez qu'un texte qui n'est pas lu a été écrit "pour rien" ? C'est aussi tout à fait valide de répondre oui. ^^
(Cela dit, si vous traitez les textes non lus comme des gammes d'écriture, ça sera peut-être moins frustrant.)

Questions à se poser :

-Est-ce qu'être lu vous suffit ou est-ce que vous avez besoin de voir votre nom sur une couverture, de tenir entre vos mains l'objet-livre ?
-Est-ce que vous voulez être lu par vos proches et/ou des inconnus ?
-Est-ce qu'être lu par une personne est suffisant ou est-ce que vous avez un nombre arbitraire en tête ? 10 ? 100 ? 1000 ? (Ayez bien conscience que quand vous aurez atteint les 100 lecteurs, vous regarderez vos collègues qui vendent à 1000 exemplaires et que vous vous sentirez peut-être insatisfait, quand bien même à une époque, avoir 100 lecteurs vous semblait le rêve absolu.)
-Est-ce que vous avez besoin que votre écriture soit validée par une entité professionnelle extérieure ?
-Est-ce que vous écrivez pour gagner de l'argent ? Si oui, combien ? N'importe quelle somme, même ultra symbolique ? L'équivalent d'un SMIC horaire ? Assez pour en vivre ?
-Est-ce que vous écrivez parce que vous rêvez d'être riche et célèbre et que ça vous semble le moyen le plus facile ?


À part la dernière, c'est tout à fait valide de répondre oui à n'importe laquelle de ces questions. Very Happy
Et vous les poser vous permet ensuite de déterminer quoi faire de votre texte : le garder pour vous, le publier en ligne, le faire lire mais juste à vos proches en ayant imprimé 5 copies chez Lulu, auto-éditer avec une visée pro, ou tenter de le faire publier chez un grand, moyen, petit éditeur. Examinez à quel point l'éditeur vous permet d'atteindre vos buts avant de soumettre le manuscrit. Pas la peine d'envoyer un texte à un éditeur qui ne fait que du numérique si pour vous, seule la publication papier a de la valeur.
Dans tous les cas, pitié, pitié, ne cédez pas aux sirènes des comptes d'auteur qui vous promettent le succès et la fortune. Ça a a peu près zéro chance de répondre à vos attentes, ou si ça le fait, ça sera toujours plus cher et moins bien fait qu'en auto-édition ou avec un prestataire de services qui annonce clairement la couleur.

Pour bien illustrer que l'édition, même à compte d'éditeur, même dans des conditions financières correctes, n'est pas forcément la panacée puisque votre satisfaction dépend avant tout de vos attentes et motivations profondes, je me permets un petit racontage de life.

J'ai commencé par écrire des trucs d'ados bien auto-centrés absolument imbuvables et impubliables, même si à l'époque, comme toute ado auto-centrée qui se respecte, j'étais convaincue de mon génie.
Ensuite, j'ai découvert la fanfiction. J'ai commencé par écrire des trucs nuls, mais qui trouvaient un public friand du genre, et puis petit à petit, avec la pratique, la lecture avide d'autres textes tant classiques que contemporains que fanfictionnels, et les retours constructifs, je me suis franchement améliorée.
Je suis arrivée à un stade où j'avais un vrai succès dans ce milieu, succès bien sûr uniquement d'estime et pas financier puisque la fanfiction est, par nature, invendable. Mais : j'avais pour chacun de mes chapitres, des centaines de lecture dans les 24h, et des dizaines de commentaires dithyrambiques. Je gagnais fréquemment des concours, recevais des "awards" et mes histoires caracolaient en tête des top 10 des sites spécialisés.

La suite logique dans notre société ultra productiviste, c'était que puisque j'avais l'air douée pour écrire, il fallait nécessairement que "j'en fasse quelque chose". C'était ce qu'on me disait et ce que je me disais aussi. If you're good at something, never do it for free, bla bla bla.
J'avais toujours continué à écrire des "textes originaux"  (dans le jargon fanfictionnel, des textes sortis de ma tête, sans emprunt à une autre œuvre) en parallèle, que je publiais aussi sur des sites gratuits et donc, j'ai tout naturellement commencé à lorgner du côté de l'édition.
Le souci, c'est que sans la stimulation constante des lecteurs qui réclamaient la suite à grands cris, écrire un roman d'un bout à l'autre s'est révélé très très difficile pour moi. J'en ai commencé plein, abandonné tout autant, et ceux que j'ai finis, j'ai ultra la flemme de replonger dans le premier jet pour corriger.
Qu'à cela ne tienne, j'ai écrit des nouvelles, soumis à des appels à textes, et été publiée par plusieurs éditeurs à compte d'éditeur.
Certains, assez confidentiels, m'ont à peine rapporté quelques euros par nouvelle. J'avais débloqué la case "être payée symboliquement pour écrire". Cool sur le moment, mais j'ai vite senti que ça n'allait pas me suffire.
J'ai publié aussi chez un éditeur beaucoup moins confidentiel, avec un gros tirage, une présence en librairie, et un paiement de 80€ pour une nouvelle de 15 000 signes. Si on se dit que je suis capable (hors procrastination) d'écrire 5000 signes à l'heure + 1h de brainstorming et correction, on est à 80 - 20 (cotisations Agessa), 60€ pour 4h de travail, 15€ de l'heure, un taux plutôt décent.
Est-ce que débloquer cette nouvelle case, être payée l'équivalent d'un SMIC horaire, m'a satisfaite ? Ben... non plus.
Oui, c'était une reconnaissance de mon travail, que j'étais assez "bonne" pour être payée correctement par un professionnel du domaine. Cheers. Mais est-ce que j'y prenais autant de plaisir qu'à partager mes fanfictions en ligne ? Absolument pas.
Parce que même si j'avais des lecteurs (gros éditeur, bien diffusé, titres qui se vendent), je n'avais pas de retours de lecteur. (Au mieux des critiques sur des sites marchands, mais ça s'adressait aux autres lecteurs, pas à moi, ce n'était pas un échange.)
Et c'est là que j'ai compris que je préférais autant faire un boulot alimentaire payé un peu mieux qu'un SMIC plutôt que d'être (mal) payée pour écrire, et publier gratuitement dans mon temps libre, et me faire plaisir en écrivant ce que je voulais et surtout en ayant ce dialogue avec les lecteurs qui, je l'ai compris à ce moment-là, était au coeur de ma pratique d'écriture à moi.

Mais je n'étais pas au bout de mes déconvenues.
Je suis revenue à la fanfiction, sauf que le fandom avait évolué, il y avait beaucoup moins de lecteurs, et parmi les lecteurs, un nettement moins gros pourcentage qui prenait le temps de commenter. Quand vous passez de milliers de lecteurs et dizaines de commentaires pour un chapitre de Texte A à 80 lectures et un commentaire pour Texte B alors que vous êtes absolument convaincue que Texte B est bien meilleur que Texte A, même si vous rationnalisez ça le plus possible, difficile de ne pas ressentir de la déconvenue. Pourtant, j'étais bien consciente qu'il y a des tas d'auteurs qui publient dans des petites structures ou à compte d'auteur qui seraient ultra heureux d'avoir 80 lecteurs et un commentaire positif.

C'en est suivi une panne d'écriture qui a duré des années.
J'ai fait une grosse introspection, j'ai essayé de déterminer au mieux pourquoi j'écrivais, si c'était un plaisir, un besoin, les deux, et ce que je voulais en retirer.
Et j'ai réussi à me remettre à écrire, là je suis sur les derniers chapitres d'un roman et je pense bien que je vais le boucler, et en être satisfaite. (Croisons les doigts.)

Et puis le mois dernier, j'ai binge-watché une série, et ça m'a inspiré un texte de 800 mots écrit en 1h, juste pour moi, pour coucher sur le papier des mots qui méritaient d'exister, juste en soi, sans prétention d'en faire quoi que ce soit.
Mais comme on ne se refait pas, j'ai publié ça en ligne. Le fandom est minuscule, 200 textes en tout, 3 sur les personnages qui m'intéressaient, et personne ne me connaissait dans ce coin d'internet. Je ne m'attendais à rien du tout.
J'ai trouvé une poignée de lecteurs, dont 1 pour commenter mon texte. J'ai écrit un deuxième chapitre, plus long, parce que ça valait le coup, juste pour moi et cette personne qui me commentait, je n'avais pas de hautes attentes alors je n'avais pas besoin de plus. Depuis, j'ai 3 lecteurs fidèles qui attendent mes chapitres, j'ai écrit 10 000 mots en un mois (à côté de mon boulot pro et de mon projet de roman que je continue à avancer malgré tout), sans grosses attente, sans pression, et je m'éclate à écrire comme ça ne m'était pas arrivé depuis 15 ans.

Parce qu'au final, ce qui compte, ce n'est pas où ni comment vous publiez, combien d'argent ou pas vous touchez, combien de lecteurs vous avez.
Ce qui compte, c'est si ce que vous rencontrez correspond à vos attentes.
C'est pour ça que je suis aussi véhémente envers le compte d'auteur : parce que, en plus d'être un système exploitatif, dans l'immense majorité des cas, les gens qui se tournent vers cette solution sont déçus. Ce qu'ils récoltent ne correspond pas à leurs attentes et ils en ressortent avec l'impression amère de s'être fait rouler dans la farine, d'avoir perdu leur temps et leur argent, et peut-être encore pire, d'avoir perdu le plaisir que leur manuscrit leur faisait éprouver.

Et Oxymorel, je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais il y a assez peu de chances que l'édition à compte d'auteur te rapporte des "retours positifs de lecteur".
Même si tu vends en salon, ça ne veut pas dire que le livre sera lu. (Je repars toujours avec une pile de livres quand je vais à un salon parce que je sais pas dire non aux auteurs qui me sortent leur argumentaire de vente avec une petite bouille pleine d'espoir. J'ai rarement le temps de les lire. Et si je lis 2 chapitres et que ça ne me plaît pas, je ne finis pas le bouquin. On n'est pas là pour souffrir, hein.)
Même si tu vends en salon et que le livre est lu, ça ne veut pas dire que tu auras des retours, et encore moins positifs. Si tu regardes sur Amazon, tu as environ 100 lectures pour 1 commentaire. Donc statistiquement, pour avoir ne serait-ce qu'un retour de lecteur, il faut déjà vendre beaucoup - a priori plus que ce que ton éditeur te promet.
Je suis sincèrement persuadée que si ce que tu cherchais, plus qu'avoir ton nom sur une couverture à tout prix, c'était des retours de lecteur, tu aurais eu beaucoup plus de chances d'en avoir en publiant sur une plateforme d'écriture gratuite en ligne, à condition de jouer un minimum le jeu (aller lire et commenter les autres).


Dernière édition par Verowyn le Mer 5 Avr 2023 - 16:43, édité 1 fois
 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


Citation :
je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais il y a assez peu de chances que l'édition à compte d'auteur te rapporte des "retours positifs de lecteur"

Tu as sûrement raison, mais si j'en reçois ne serait-ce qu'un ou deux, j'aurais déjà l'impression de ne pas avoir fait ça pour rien.
 
Cervidé Grognon
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  466
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  07/06/2022
    
                         
Cervidé Grognon  /  Pour qui sonne Lestat


Intéressant sujet que celui-là, et qui reprend pas mal une conversation que j'ai eu il y a peu avec une amie. Celle-ci s'étonnait du nombre énorme d'AE (elle a reçu une tablette à Noël et m'a dit qu'elle avait un abonnement qui lui permettait de lire sur Amazon, qu'elle avait farfouillé un peu, et que le nombre et la qualité des AE l'avait vraiment surprise), et elle soulignait qu'à ses yeux, beaucoup de textes étaient aussi médiocres que ceux qu'elle publiait sur son blog lorsqu'elle était ado, et qu'elle hallucinait que des adultes puissent penser que ça mérite une édition.

Personnellement, je pense que ça vient de plusieurs éléments, qui reprennent d'ailleurs les vôtres :
- non, les gens ne se remettent pas en question. Ce qu'ils font est forcément génial, puisque c'est eux qui l'ont fait, et toute critique risque de déclencher une crise vu que pas mal de gens n'ont pas le recul nécessaire pour comprendre que la critique portera sur leurs écrits et non pas sur leur personne.
- contrairement au dessin/à la musique/etc... qui demande un investissement en matériel, ce n'est pas le cas pour l'écriture, donc n'importe qui peut écrire. Y compris s'il n'a rien d'intéressant à raconter d'ailleurs (coucou les journaux de confinement !)
- il y a toujours un fantasme sur l'auteur qui perdure : l'auteur, c'est une personne qui a souffert, un rêveur qui regarde les étoiles, qui est sensible voire même torturé. Se faire éditer, c'est donc pouvoir se vanter d'être ce genre de fantasme dramatico-romantique sur pattes
- la qualité de certains bouquins à la mode (genre 50 nuances de grey) pousse également les gens à se rendre compte que le livre n'a pas besoin d'être bon pour être édité, et qu'une grosse bouse peut très bien se vendre
- aujourd'hui, les gens veulent littéralement tout monétiser ! Tout doit générer du pognon, comme si c'était la seule chose importante, même plus importante que l'acte de création et le plaisir qu'il en résulte. Et encore une fois, cette recherche est trop facile, puisqu'il suffit d'envoyer un mail à une ME sans bouger le cucul de son canapé.

Personnellement, je sais que j'écris par pur plaisir, et la publication de mes textes est une sorte de petit bonus. Ce n'est même pas cette publication en elle-même qui me fait plaisir, c'est plutôt d'avoir des retours de lecteurs qui vont me dire qu'ils ont passé un bon moment à me lire, qu'ils sont sorti de leur quotidien en me lisant... C'est peut-être une réflexion bête, mais je lis énormément, et certains livres m'ont beaucoup apporté, surtout dans des moments compliqués. Sauf qu'il est impossible de remercier réellement un auteur pour tout le bien qu'il nous a fait, donc quand les gens disent ça de mes textes, j'ai un peu l'impression d'avoir ''remboursé'' ma dette, d'avoir contribué à ''l'effet bien-être'' apporté par un bouquin.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3018
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Oxymorel a écrit:
Elopez
Citation :
A compte d'auteur, ou en auto-édition ?

Proust a publié Du côté de chez Swann a compte d'auteur par exemple. Certes c'était une autre époque, certainement cent fois plus sélective qu'aujourd'hui.

A l'époque il n'existait pas d'auto-édition, surtout. Ça veut juste dire qu'il a financé sa propre édition.
Que Proust se soit auto-édité en 1850, je ne suis pas sûre que ça soit un argument en faveur du compte d'auteur en 2023... Sad
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


Financé, auto-édité... là on joue sur les mots.
C'était seulement pour souligner que tous les livres que publient les maisons à compte d'auteur ne sont pas forcément mauvais, de même que tous ceux que publient les maisons traditionnelles ne sont pas forcément bons.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3018
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


C'est toi qui joues sur les mots. Tu fais comme si Proust qui s'autoédite en 1850 était la même démarche que Gustave qui donne son argent à Verone en 2023. Là c'est de la mauvaise foi.

Si ton seul exemple de "bon" compte d'auteur c'est Proust il y a 150 ans, je pense que l'argument joue contre son camp.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


A vrai dire je ne me suis pas constitué une anthologie des auteurs qui ont eu du mal à publier. Proust est un exemple très connu, JK Rowling aussi, les Beatles dans un autre domaine.

Bien entendu que le situation n'a rien à voir, qu'aujourd'hui les maisons pullulent et qu'il faudrait vraiment être malchanceux pour écrire un livre correct qui ne soit accepté par personne. Néanmoins il reste une part d'aléatoire. Je connais quelqu'un qui a été publié dans une grande maison (Albin Michel) alors qu'elle a essuyé des refus de maisons bien plus modestes.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3018
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Et donc ? où veux tu en venir
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1095
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Effleure du mal


Oxymorel a écrit:
A vrai dire je ne me suis pas constitué une anthologie des auteurs qui ont eu du mal à publier. Proust est un exemple très connu, JK Rowling aussi, les Beatles dans un autre domaine.

Bien entendu que le situation n'a rien à voir, qu'aujourd'hui les maisons pullulent et qu'il faudrait vraiment être malchanceux pour écrire un livre correct qui ne soit accepté par personne. Néanmoins il reste une part d'aléatoire. Je connais quelqu'un qui a été publié dans une grande maison (Albin Michel) alors qu'elle a essuyé des refus de maisons bien plus modestes.

Je ne vois pas vraiment le rapport avec la discussion. silent

On ne parle pas des auteurs ayant eu du mal à être édité, mais ceux qui ont délibérément choisi de signer à compte d'auteur. Ce sont deux situations complètement différentes : tu peux galérer à éditer sans te faire arnaquer derrière. Tu peux ignorer les réalités du monde de l'édition et signer à compte d'auteur avant même d'avoir eu l'occasion de galérer.
 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


Je veux dire par là que s'arrêter au seul prestige de la maison d'édition me semble restrictif pour juger de la qualité d'un livre.
Pour reprendre l'exemple que j'évoquais, cet amie finalement publiée chez Albin Michel avait reçu un refus des éditions Diagonales agrémenté de commentaires bien peu élogieux. Pourtant nous serons d'accord pour dire qu'Albin Michel est un plus grande maison que Diagonales.
Alors que doit-on en conclure : que Diagonales est passée à côté d'un bon livre ? Ou qu'Albin Michel s'est emballée pour un livre qui ne le méritait pas ?

Je n'en sais rien, l'édition n'est pas une science exacte. Si ça se trouve, sans cette proposition d'Albin Michel, elle se serait retrouvée à publier à compte d'auteur, alors que son texte serait exactement le même.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3018
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Je ne vois pas en quoi publier à compte d'auteur devient une bonne solution, peu importe les exemples que tu donnes.

Au contraire, je trouve. Peut-être que ce que tu démontres, c'est que se précipiter est la pire idée.
Le corbeau et le renard : tout flatteur vit aux dépends de celui qui l'écoute.
Le compte d'auteur vit aux dépends des auteurs pressés et malheureux qu'il brosse dans le bon sens.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Cervidé Grognon
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  466
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  07/06/2022
    
                         
Cervidé Grognon  /  Pour qui sonne Lestat


Oxymorel a écrit:
Je n'en sais rien, l'édition n'est pas une science exacte. Si ça se trouve, sans cette proposition d'Albin Michel, elle se serait retrouvée à publier à compte d'auteur, alors que son texte serait exactement le même.

Sans cette proposition d'Albin Michel, elle aurait aussi pu attendre de trouver une autre ME, voire ne pas publier du tout.

Ce que ce topic souligne, c'est que tout texte écrit n'a pas besoin d'être publié, même si on y tient, même si on y a passé des années.
 
Oxymorel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  33
   Localisation  :  Saint-Jean-de-Maurienne
   Date d'inscription  :  06/08/2022
    
                         
Oxymorel  /  Clochard céleste


Prenons le cas des deux propositions que j'ai eues :
- Au Pays Rêvé qui me demande d'acheter 50 exemplaires et est située pas loin de chez moi à Nice
- Estelas qui ne me demande pas d'argent mais qui est située à Narbonne et ne paie pas les frais de déplacement

Au Pays Rêvé sera certainement considéré comme plus escroc qu'Estelas. Pourtant, en comptant les frais pour aller en salon ou en dédicace à Narbonne, cela revient plus cher que l'achat de 50 exemplaires.
Donc j'ai choisi Au Pays Rêvé.
Peut-être était-ce une erreur, peut-être ce sont tous les deux des escrocs, mais en tout cas il faut regarder chaque situation individuelle pour juger.
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1095
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Effleure du mal


Oxymorel a écrit:
Je veux dire par là que s'arrêter au seul prestige de la maison d'édition me semble restrictif pour juger de la qualité d'un livre.
Pour reprendre l'exemple que j'évoquais, cet amie finalement publiée chez Albin Michel avait reçu un refus des éditions Diagonales agrémenté de commentaires bien peu élogieux. Pourtant nous serons d'accord pour dire qu'Albin Michel est un plus grande maison que Diagonales.
Alors que doit-on en conclure : que Diagonales est passée à côté d'un bon livre ? Ou qu'Albin Michel s'est emballée pour un livre qui ne le méritait pas ?

Je n'en sais rien, l'édition n'est pas une science exacte. Si ça se trouve, sans cette proposition d'Albin Michel, elle se serait retrouvée à publier à compte d'auteur, alors que son texte serait exactement le même.

Mais il ne s'agit pas de juger le prestige. Il s'agit de juger la nature même de la maison d'édition.

Certaines maisons d'édition modestes sont blindées d'amour et de passion, elles défendent leurs textes comme des lions et permettent à des auteurs de vivre de chouettes expériences. Parfois, un succès inattendu leur vaut de prendre de l'ampleur. Mais c'est secondaire à leur investissement initial.

Là on parle de maisons à compte d'auteur. On ne parle pas d'une maison modeste. Sydney Laurent, Baudelaire, Amalthée... ne sont pas des maisons modestes. Elles brassent une quantité astronomique d'argent, c'est bien de ça qu'il faut se rendre compte.

Ça ne m'étonnerait pas que le chiffre d'affaire annuel de Sydney Laurent dépasse le million d'euros. Ce ne sont pas des petites structures, que ces maisons à compte d'auteur... parce qu'elles se font du blé. Beaucoup de blé. Qu'elles pourraient réinvestir dans la promotion, la croissance,  des contrats différents et plus respectueux des auteurs...

Elles ne le font pas parce que les lecteurs ne sont pas ses clients. Ce sont les auteurs. Et en jouant sur la corde sensible, en se faisant passer pour des grands princes avec une ristourne de 30% sur les exemplaires à acheter alors que c'est une obligation, en parlant de la présence dans un ou deux salons comme si ça allait être une consécration d'auteur... elles touchent ce à quoi les auteurs en besoin de partage sont sensibles. Et ça fonctionne.

Mais ces maisons ne font pas vivre les textes. C'est bien la différence avec un auteur signant dans une petite maison : le texte n'a aucune chance de vivre en compte d'auteur parce que la maison n'a AUCUN intérêt à le défendre. Puisque tu as déjà payé. C'est bien pour ça que normalement, ces 1000 euros que tu verses à la maison, tu es censé les percevoir avant même que le bouquin soit paru.

Même dans une petite maison (et je suis passée par des petites maisons), la maison d'édition travaille avec toi pour rencontrer les lecteurs. Avec un compte d'auteur, elles n'ont pas besoin de ça : les sous sont déjà là.



Citation :
Au Pays Rêvé sera certainement considéré comme plus escroc qu'Estelas. Pourtant, en comptant les frais pour aller en salon ou en dédicace à Narbonne, cela revient plus cher que l'achat de 50 exemplaires.
Donc j'ai choisi Au Pays Rêvé.

Tu aurais pu t'abstenir de choisir jusqu'à trouver une maison qui respecte ton travail.


Dernière édition par Azaby le Mer 5 Avr 2023 - 16:45, édité 1 fois
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 L'édition professionnelle vs l'écriture comme hobby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-