PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -14%
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
Voir le deal
474.99 €

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 découragement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
aucega
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  28/12/2022
    
                         
aucega  /  Homme invisible


Bonjour,

J’ai finalisé mon premier roman et je me suis lancée dans l’envoi de mon manuscrit par mail uniquement pour limiter les coûts ayant déjà utilisé un budget pour des relectures professionnelles.

Six semaines plus tard, je n’ai eu absolument aucun retour, hormis un mail pour me dire que je n’avais pas été sélectionnée parmi les finalistes du prix Anglade. J’ai tenté la plateforme edithetnous pendant un mois avec un résultat nul : à part une consultation d’Edithetnous qui m’a dit que l’intrigue était prometteuse et le style clair (surement pour me donner espoir et que je maintienne l’abonnement), rien ne s’est passé et j’ai résilié l’abonnement ce jour.

Mon dernier beta lecteur professionnel était très positif sur l’avenir de ce manuscrit mais j’en viens à douter et à craindre qu’il ne soit aussi enthousiaste avec tous les apprentis écrivains afin de maintenir son business - ce n'est pas une critique mais la crainte d'un éventuel écueil.

J’en suis au stade où j’espère avoir la chance d’être lue un jour par un éditeur et de savoir ce que vaut vraiment ce texte à travers un refus argumenté ou un retour positif.

Est il arrivé à certains d’entre vous de n’avoir aucun retour ou que des refus type pour l’intégralité des envois effectués aux maisons d’éditions ?

 
Faucon
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  460
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  23/10/2016
    
                         
Faucon  /  Pour qui sonne Lestat


Six semaines c'est rien du tout... Ca va faire 1 an que j'ai envoyé mes manuscrits et je reçois encore des refus aujourd'hui et d'autres je n'ai jamais eu de nouvelles.
Il faut être patient et malheureusement, c'est une réalité, si tu regardes le pourcentage de manuscrits retenus et publiés par les ME tu seras découragé...

C'est pas que j'ai envie de te saper le moral, c'est juste que je veux te montrer la réalité des choses. Beaucoup se lancent dans l'autoédition pour y palier, ça a été mon cas.

En tout cas bon courage, l'attente va être encore longue.
https://www.instagram.com/lelkitaii/
 
aucega
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  28/12/2022
    
                         
aucega  /  Homme invisible


Merci pour ton retour. J'aimerais réussir à me relancer sur autre chose mais je guette chaque mouvement de ma boîte mail tout en sachant qu'il faut encore attendre et surement en vain. L'auto édition m'aurait bien tenté mais je suis pas active sur les réseaux donc cela reviendrait à lancer une bouteille à la mer sans aucune certitude que quelqu'un tombe un jour sur le livre
 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  2716
   Âge  :  39
   Pensée du jour  :  /kick lundi
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Le bruit et la pudeur


Pareil que Faucon. Se lancer dans un parcours éditorial c'est avant tout s'armer de patience et de persévérance. Six semaines c'est que dalle, commence à envisager des relances dans six mois minimum ^^
En attendant, mieux vaut s'occuper l'esprit avec autre chose, sinon tu ne vas pas t'en sortir...
Courage ! :squee2:


découragement Tarepa10
Ta gueule, c'est cosmique.
https://www.instagram.com/mardi.mardiii/
 
aucega
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  28/12/2022
    
                         
aucega  /  Homme invisible


merci mardi. Oui le temps réel et le temps ressenti sont différents Smile
 
Fred Dee
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  643
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  04/04/2022
    
                         
Fred Dee  /  Hé ! Makarénine


aucega a écrit:
Merci pour ton retour. J'aimerais réussir à me relancer sur autre chose mais je guette chaque mouvement de ma boîte mail tout en sachant qu'il faut encore attendre et surement en vain. L'auto édition m'aurait bien tenté mais je suis pas active sur les réseaux donc cela reviendrait à lancer une bouteille à la mer sans aucune certitude que quelqu'un tombe un jour sur le livre

Salut Aucega.

Comme dit avant moi, sortir un livre, c'est long. Penser sortir son livre dans les six mois via une maison d'édition, c'est optimiste. Un an après les premiers envois, plus réaliste.

Il ne faut vraiment pas se décourager pour autant et prendre chaque compliment, chaque encouragement, chaque petit mot positif comme un baume qui apaise cette attente. Ne pas être naïf, c'est bien, ça protège des arnaques plus tard. Mais être uniquement dans la méfiance vis-à-vis de potentiels hypocrites, ça casse d'abord la confiance en soi et ça ne t'aidera pas à te relancer.

A ce propos, je suis passé par là pour mon premier roman. Tant que je ne recevais pas un retour positif, je n'arrivais pas à tourner la page. J'ai passé des mois à me forcer à écrire autre chose, au moins à mettre des idées sur le papier pour ne pas les perdre, pour plus tard. Mais c'est assez normal, je pense a posteriori.

Donc pas de découragement. Il faut insister, multiplier les envois dans les maisons d'édition. Si tu ne veux pas faire le travail éditorial, le travail de diffusion en autoédition, tu dois passer du temps à envoyer ton manuscrit à un (très) grand nombre d'éditeurs, petits ou grands. Cela prendra surement des mois mais c'est le fonctionnement normal du livre.

Bon courage.
 
aucega
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  28/12/2022
    
                         
aucega  /  Homme invisible


merci pour tes encouragements et bons conseils Fred Dee
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Hello,
prend patience, occupe toi à... écrire d'autres romans ?
et surtout : ne cède pas aux sirène du compte d'auteur ou de l'édition participative (si l'éditeur te demande de payer et/ou d'acheter quelque chose, même tes propres livres, FUIS).

bon courage
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
aucega
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  28/12/2022
    
                         
aucega  /  Homme invisible


Merci Elope j'ai du mal à avancer sur autre chose mais il va falloir se remotiver d'urgence
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Le découragement peut tous nous guetter.


Dernière édition par Winger le Ven 7 Avr 2023 - 16:34, édité 2 fois
 
CalédoniaRob
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  42
   Localisation  :  La Paz Bolivie
   Date d'inscription  :  21/01/2022
    
                         
CalédoniaRob  /  Effleure du mal


Bonjour à tous, comme tout le monde l’a dit, 6 semaines c’est très court, moi ça fait 22 mois que j'envoie mon manuscrit à des ME sans succès et j’ai du accumuler déjà quelque chose comme 23 ou 25 refus. Mais je crois encore vraiment à mon manuscrit, et bien sûr je le retravaille de temps en temps. Après j’ai d’abord privilégié les grandes et moyennes ME, je ne voulais pas au cas où passer à côté d’une ME reconnu qui m’offrirait aussi plus de visibilité. Mais quand cette étape touchera sa fin j’essaierai les petites ME, qui selon les expériences partagés sur ce forum sont plus réactives et ouvertes à différents types d’histoires. C’est normal de passer par des étapes de découragement, j’en ai vécu une récemment qui m’a duré 2 bons mois je pense. Rien de mal à ça.
 
marie-do
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  04/07/2020
    
                         
marie-do  /  Pippin le Bref


Winger a écrit:
Je connais moi aussi une phase de découragement depuis le début du mois de janvier. J'ai envoyé mon roman à une dizaine de maisons il y a deux mois et demi et je n'ai reçu pour le moment que des refus-type (environ la moitié des éditeurs m'ont répondu, ou un peu moins).

Je dis que je me décourage, mais ce n'est pas vrai. En fait, je perds confiance en moi. Et écrire sans avoir un tout petit confiance en son talent relève d'une sacrée gageure. Les idées de roman, ce n'est pourtant pas ça qui manque. J'en ai cinq : une très précise, une assez précise et trois plutôt nébuleuses. Pas de bol, je suis un auteur laborieux. Entre le premier jet et les corrections, l'écriture de mon dernier roman m'a demandé deux ans. Les deux prochains seront heureusement plus courts.

En attendant de pouvoir m'y mettre, j'ai retrouvé un peu de confiance en relisant des nouvelles écrites ces dernières années. Elles sont meilleures que dans mon souvenir. Je vais les retravailler et les soumettre à différents concours.

Attention aux retours d'expérience sur le site. Il y a de belles histoires, mais elles ont été vécues par des auteurs de fantasy, de romance, de jeunesse, etc., qui ont trouvé sur leur chemin des petits éditeurs passionnés dont la relation avec l'auteur, wannabe ou confirmé, me paraît plus saine et plus amène qu'en littérature blanche. Les refus argumentés, notamment, y sont beaucoup plus fréquents.

Il me semble avoir lu sur ce forum l'auteur du livre "Jonquille" publié dans la collection blanche de Gallimard pour ne citer qu'un exemple marquant mais je crois qu'il y en a d'autres chez d'autres éditeurs.
Il y a chaque année des primo-romanciers y compris en littérature blanche (et encore on entend parler de ceux qui ont publié chez des mastodontes). Donc ça existe, seulement il est clair qu'il faut rester lucide sur le fait que les chances sont minces.
Les éditeurs en reçoivent tellement, ne pas être retenu ne veut pas dire qu'un manuscrit est mauvais et ne vaut rien !
Je crois qu'il faut persister dans les envois en ne négligeant pas les maisons d'édition plus modestes ou moins connues qui font parfois un excellent travail (voire éventuellement un meilleur sur un livre bien "bichonné" vs un livre "oublié" chez un gros éditeur qui vit déjà des ventes de ses auteurs stars).
Faire le max pour présenter le manuscrit le plus abouti possible et ensuite attendre sans trop en attendre sinon c'est évidemment la porte ouverte au découragement voire à la perte de confiance en soi.
Tu as essayé les éditions des Equateurs ?
Bonne chance dans tes recherches et c'est bien de s'atteler aussi à d'autres projets :write: Smile

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Jonquilles n'est pas un roman.


Dernière édition par Winger le Ven 7 Avr 2023 - 16:33, édité 1 fois
 
marie-do
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  04/07/2020
    
                         
marie-do  /  Pippin le Bref


Winger a écrit:
Je vais continue à écrire de toute façon, parce que je ne peux pas faire autrement et parce que j'aime ça.

C'est gentil à toi d'avoir essayé de me remonter le moral, Marie-do. Ça a même failli fonctionner. Jonquille me disait en effet quelque chose. J'ai dû le voir passer en librairie à l'époque de sa parution. Et c'est l'exemple même de tout ce qui déconne dans l'édition en France. À mon sens, en tout cas.

Parce qu'encore une fois, ce n'est pas un roman. C'est de la non fiction, comme disent les anglo-saxons, et ça a tristement le vent en poupe chez les éditeurs qui publiaient autrefois des romans. En fait, entre les autobiographies plus ou moins romancées, les fictions historiques (la petite histoire dans la grande, une mode dans la mode) et les "documentaires" comme Jonquille, il n'y a presque plus que ça. En tant qu'auteur, je suis donc plutôt inquiet du sort réservé à mes romans dans les ME. En tant que lecteur (parce que je suis un lecteur avant d'être un auteur), je suis franchement consterné.

Des primo-romanciers, il y en a quelques-uns chaque année, c'est vrai, mais le livre de beaucoup d'entre eux rentre dans les catégories que je viens de citer. Et ils sont peu nombreux à être arrivés par la Poste. Une déduction assez évidente quand on connaît l'empressement des éditeurs à communiquer autour de cet événement quand il se produit.

Je ne connais pas les éditions des Equateurs. Je vais aller jeter un oeil ! Merci pour le conseil.

Edit : J'ai vu quelques romans qui avaient l'air sympa, ça doit valoir le coup de tenter.


Ok Jonquille n'est pas un roman donc l'exemple était peut-être peu pertinent, il n'empêche c'était un primo auteur. Et après tout, la littérature blanche peut aussi concerner la non fiction. De grands auteurs comme Emmanuel Carrere avec son récit "le royaume" l'ont bien démontré.
Aux éditions des Équateurs il y a des primo romanciers. Pierre Adrian qui commence d'ailleurs à se faire un nom, et qui a publié son dernier roman chez Gallimard, a débuté aux Équateurs. Et sans même aller vers des noms qui percent, des anonymes qui ont envoyé leur manuscrit comme tout le monde "par la poste" (ou par mail) dans des maisons que toi et moi ne connaissons pas forcément il y en a !
Il y a meme un prix littéraire dédié.
Dans quelle catégorie fais tu rentrer ton manuscrit ? Littérature blanche, c'est large comme tu l'as souligné ça peut englober des sous catégories !
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Littérature tout court, en fait.


Dernière édition par Winger le Ven 7 Avr 2023 - 16:33, édité 1 fois
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 découragement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-