PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Intégrer le covid à ses histoires ou pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Avez-vous / Allez-vous intégre(r) le covid à votre histoire ?
Oui
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap12%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 12% [ 3 ]
Non
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap50%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 50% [ 13 ]
Pas encore choisi mais plutôt oui
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap4%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 4% [ 1 ]
Pas encore choisi mais plutôt non
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap8%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 8% [ 2 ]
Ne sais pas
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap8%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 8% [ 2 ]
Le covid ça me fatigue !
Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_lcap18%Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Vote_rcap
 18% [ 5 ]
Total des votes : 26
 

 
Menerva
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  444
   Âge  :  39
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  18/03/2016
    
                         
Menerva  /  Pour qui sonne Lestat


Je suis en pleine réflexion sur une histoire (réaliste) à écrire, et je me demande si je dois introduire le covid à tout cela...
Faut-il faire comme si cela n'a pas existé (après tout, on peut espérer qu'avec le vaccin et les multiples contaminations ça se calme et qu'on n'en parle plus dans 2/3 ans, auquel cas le texte ferait daté), ou au contraire le prendre en compte ?
Dans mon histoire il est possible de l'ignorer ou l'intégrer, évidemment cela changerait certaines choses mais cela resterait accessoire.

Je me demandais comment vous, vous faites ? Ceux en tout cas qui n'écrivent pas de SF, historique ou autre genre, où le covid n'aurait pas sa place...

Avez-vous écrit (ou allez-vous écrire) une histoire qui intègre le covid (+ ou -, cela peut être juste une toile de fond)  ?

(j'ai un peu cherché mais pas vu de topic sur le sujet)
 
Charivari
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2021
   Âge  :  49
   Localisation  :  Séville, Espagne
   Pensée du jour  :  Le rêve de la raison engendre des monstres (Goya)
   Date d'inscription  :  13/09/2010
    
                         
Charivari  /  Crime et boniment


pourquoi dans la SF on peut pas mentionner le covid? Moi, j'ai un roman d'anticipation que j'ai dû mettre en stand by à cause du covid, comme quoi...

Oui, perso, je l'ai intégré. Dans ces multiples ramifications. Et ce ne sera pas non plus une parenthèse pour la socété dans l'avenir proche


 
Menerva
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  444
   Âge  :  39
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  18/03/2016
    
                         
Menerva  /  Pour qui sonne Lestat


Oh je ne voulais pas dire qu'on ne POUVAIT pas, c'est juste que je ne l'imaginais pas là tout de suite en écrivant mon message, mais après tout oui, on peut imaginer l'intégrer dans la SF... Wink

Il y a aussi la question du : a-t-on envie de lire des histoires intégrant le covid ? je ne sais pas... d'un côté ça fait actuellement partie de notre vie, d'un autre côté on peut saturer... bref, je suis pleine de questionnements à ce propos et j'ai peu de réponses pour le moment Wink
(merci de ta réponse en tout cas !)
 
Charivari
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2021
   Âge  :  49
   Localisation  :  Séville, Espagne
   Pensée du jour  :  Le rêve de la raison engendre des monstres (Goya)
   Date d'inscription  :  13/09/2010
    
                         
Charivari  /  Crime et boniment


si on veut ou pas en entendre parler?

Ben si t'es dans le réaliste, t'es dans le réaliste, hein
 
Flora
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4595
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  10/04/2008
    
                         
Flora  /  Serial Constance killer


J'ai décidé de ne pas l'intégrer. J'en soupe déjà assez dans la vie réelle et ça apporte beaucoup trop de contraintes.

Les séries qui, actuellement, l'intègrent-un-peu-mais-pas-trop en mettant un masque à deux personnages qui passent me font lever les yeux au ciel : si on va au bout des choses, ça veut dire limiter ses contacts sociaux au strict minimum, ne plus sortir après une certaine heure (voire ne plus sortir du tout), ne pas voyager, ne pas avoir accès à certaines boutiques, ne plus sortir le soir... Oui, clairement, c'est une énorme contrainte si on veut raconter une histoire dans laquelle des personnages bougent, vivent, agissent et interagissent, sauf si l'action se passe par un pays peu concerné qui regarde le désastre à la télé.


Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? Cde9510Intégrer le covid à ses histoires ou pas ? 1539428768-d-p-boutonIntégrer le covid à ses histoires ou pas ? 1537610532-btcommJe lis : Augustine, Diane a disparu et Matoskah

Votez pour le concours d'extraits 95 jusqu'au 1er mars !
En ligne
 
vichyssoise
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  106
   Âge  :  29
   Localisation  :  Quelque part dans le centre de la France, non loin des montagnes.
   Pensée du jour  :  Ailleurs, au Brésil.
   Date d'inscription  :  23/12/2020
    
                         
vichyssoise  /  Barge de Radetzky


Personnellement, non.

Pour tout dire, j'ai besoin d'écrire mes histoires pour m'évader et je ne veux surtout pas inclure ce virus dedans! :mrgreen: Je trouve qu'on en bouffe déjà assez tous les jours, donc souffler avec autre chose ça fera du bien!

Pour tout dire, j'évite même de lire en ce moment les romans de la rentrée littéraire de janvier qui ont inclut le virus dedans. Je trouve qu'on a vraiment besoin d'autre chose study
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  307
   Âge  :  101
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tapage au bout de la nuit


Alors, pour ma part, je l'ai fait, mais uniquement dans des nouvelles qui ont une durée de vie limitée : elles sont donc actuelles, ont passé la barre du CL de Short-édition, et sont en concours.

D'autres ne le sont pas, surtout celles que j'ai écrites au début de la pandémie : l'une a été censurée par le CL, et l'autre étant pire, je l'ai placée de suite en publication libre, sachant qu'à l'époque, elle aurait été censurée. Ceci dit, je devrais tenter de la repasser, tiens ! scratch

PAR CONTRE : comme les gens ont besoin de se changer les idées, l'une des dernières nouvelles traitant du sujet a un petit côté "horreur fantastique" Wink affraid :mrgreen: !

SINON : pour du long, je ne l'intègre pas.

D'abord, parce qu'en effet, les gens veulent lire autre chose.

Ensuite, ben... moi aussi !
Donc, ma fameuse dystopie n'a aucun lien avec le Covid, aucun !

Clairement, le risque d'intégrer cela dans des romans (du long, donc... ) c'est que ça fasse rapidement "daté" et pire, "passé de mode"...
 
Red-Scarf
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2402
   Âge  :  24
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Red-Scarf  /  Guacamole de radis rouges


J'ai fait aussi le choix de ne pas l'intégrer parce que comme Flora, je pense que c'est trop de contrainte pour écrire ce que je veux écrire, et en bonus, j'ai jamais vraiment écrit des trucs assez réalistes, donc mettre la pandémie dans le mix...j'ai peu d'intérêt à le faire.
En ligne
 
Tim
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5709
   Âge  :  31
   Localisation  :  Oxfordshire
   Pensée du jour  :  Oui, je connais cette théorie.
   Date d'inscription  :  23/12/2007
    
                         
Tim  /  Morceau de musique survitaminé


Je pense que c'est comme un sacré paquet d'éléments/évènements: si ça n'apporte rien au récit (que ce soit au niveau scénario, indices temporels, ambiance, crédibilité), j'enlèverais.

Admettons que tu écrives une nouvelle qui a lieu une année précise des 2/3 dernières décennies: tu penserais spontanément à mentionner l'état d'urgence qui a suivi les attentats si ton récit n'a rien à voir avec ces évènements, quand bien même il se déroule à cette période ? Tu mentionnerais les gilets jaunes dans le même cas ? Les diverses canicules ? De mon côté probablement pas, et pourtant à chaque fois c'est la même chose, un évènement continu sur plusieurs mois avec un impact sur le quotidien (à différents niveaux, de différentes ampleurs selon les cas et les personnes).

Ca m'évoque un peu les romans publiés au moment de l'apparition des portables ou d'internet, dans des polars notamment ; tu as une telle emphase sur les "wow, le suspect a VRAIMENT pu téléphoner de cet endroit avec un téléphone PORTABLE ?" qui aujourd'hui sonne faux, que j'aurais la même crainte pour les références au Covid disons, "non essentielles".
http://timslam.blogspot.com
 
@now@n
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1532
   Âge  :  30
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Pour ma part, je pense que ce sera très intéressant d'écrire des fictions "historiques" sur le covid dans quelques années quand ce sera fini, ou de parler de l'après-covid (par exemple raconter des histoires de familles endeuillées par la perte de membres, on aura besoin de comprendre ce qui s'est passé et qui se passe), mais que pour l'instant c'est trop "chaud", trop instantané, trop proche. Pas encore passé dans le domaine littéraire.
http://anowan.blogspot.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  531
   Âge  :  110
   Date d'inscription  :  14/11/2014
    
                         
VivianW  /  Gloire de son pair


Je l'ai intégré. Sans que ce soit déterminant pour le récit. Et ça me fait très peur car j'aurai sûrement terminé mon roman avant que la crise sanitaire soit réglée... Mais bon, comme je construis autour du vécu c'est compliqué de l'eluder. Surtout que ça pose une ambiance quand même.
 
Oryctérope
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  219
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/06/2020
    
                         
Oryctérope  /  Autostoppeur galactique


Je me pose la question pour mon prochain roman.
Le truc, c'est que depuis un an que le covid a bouleversé nos vies, on observe déjà un changement majeur de nos façons de vivre. De plus en plus d'avis convergent vers le fait qu'on ne se débarrassera jamais vraiment de ce virus, ou que si ça arrive, on doit s'attendre à essuyer d'autres pandémies du même acabit.

Du coup, on peut légitimement se demander si certaines choses quotidiennes qui ont disparu avec la pandémie reviendront vraiment, et rapidement. Par exemple, la bise. Le fait de prendre n'importe qui dans ses bras, de se retrouver à 50 dans un espace clos, d'aller bosser quand on est malade comme un chien ou de ne pas mettre un masque dans l'espace public.

Je sais pas vous, mais moi, ça me perturbe déjà quand je regarde une série où deux personnages se font la bise ou, encore plus révélateur du "traumatisme covid", se serrent la main. Je ne peux m'empêcher d'avoir un mouvement de recul, genre "hé, ça craint, on ne fait plus ça maintenant!"

Je ne suis pas convaincue qu'on retrouve ces habitudes IRL, même quand la pandémie sera maîtrisée. Il est possible que le covid ait véritablement changé notre façon de vivre en société et donc, sans avoir un roman qui mentionne l'épidémie, on finira peut-être tous par écrire des histoires (pour les romans réalistes, s'entend) où on ne se serre plus la main pour dire bonjour, où on met un masque dans les transports et où enlacer un inconnu n'a pas le même poids qu'avant 2020.

Je ne prédis rien, je dis seulement que c'est une possibilité, et alors, la question d'intégrer le covid ou pas ne se posera plus: il sera intégré, peu importe de quoi parlera notre texte.
Je pense que c'est encore un peu tôt pour trancher, car le bouleversement est encore trop court pour écarter risque d'avoir un texte "daté" si on l'inclut dans le roman. Mais je pense que dans 6 mois, je trouverai ça déjà moins daté, et dans 1 ans, encore moins... ^^
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  307
   Âge  :  101
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tapage au bout de la nuit


ORYCTEROPE a écrit:
[quote="ORYCTEROPE "]Je sais pas vous, mais moi, ça me perturbe déjà quand je regarde une série où deux personnages se font la bise ou, encore plus révélateur du "traumatisme covid", se serrent la main. Je ne peux m'empêcher d'avoir un mouvement de recul, genre "hé, ça craint, on ne fait plus ça maintenant!"

Je ne suis pas convaincue qu'on retrouve ces habitudes IRL, même quand la pandémie sera maîtrisée. Il est possible que le covid ait véritablement changé notre façon de vivre en société et donc, sans avoir un roman qui mentionne l'épidémie, on finira peut-être tous par écrire des histoires (pour les romans réalistes, s'entend) où on ne se serre plus la main pour dire bonjour, où on met un masque dans les transports et où enlacer un inconnu n'a pas le même poids qu'avant 2020.

Je ne prédis rien, je dis seulement que c'est une possibilité, et alors, la question d'intégrer le covid ou pas ne se posera plus: il sera intégré, peu importe de quoi parlera notre texte.

Je le pense aussi, quelque chose est profondément bouleversé.

Les distances, c'est quelque chose qui s'établit "naturellement", même chez les animaux, et ça a une signification.
Or, là, on a bouleversé cela. Profondément.
Non, cela ne sera plus jamais "comme avant", donc oui, je vois les choses un peu comme toi, même si pour le moment, j'écirs encore un peu "comme avant", pour vivre dans ma tête encore un peu "comme avant" (dans le long, hein...  Wink )

PS : à la base, il existe quatre types de distances sociales, que les individus ont intégrées et avec lesquelles ils vivent depuis toujours...
C'est dire la violence du changement. Et aussi, la façon dont l'autre est perçu : potentiellement mortel...

On est en train de se reconditionner à poser des distances tout le temps, avec tout le monde.
Mais on ne l'a pas encore intégré à 100% ; sauf qu'on n'en est pas loin.

Oui, cela affecte : car dans la "distance intime", on perçoit l'odeur de l'autre, et la relation en est forcément imprégnée, l'intimité forcément plus importante, par exemple...


Je ne sais pas comment on va écrire, dans quelques années... mais les codes auront changé.

On sent qu'on est déjà franchi un seuil de non retour...
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  12966
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


La question n'est valable que pour des histoires se déroulant de nos jours ou dans un futur proche Wink

> Mon western en cours de 1° jet se trouve donc exclu (1811)
> De même que la plupart de mes Tutore Noctis encore en projet ou en peaufinage
> Mais il y en a déjà un (fini en 1° jet mais non peaufiné) où le Covid tient un rôle.
J'envisage d'en faire un deuxième, mais ça dépendra du temps consacré aux différents 1° jets.
> Sur DiscoBall, qui se déroule entre 2060 et 2120, j'aurais sûrement tenté d'introduire des "petits points par ci par là" si la publication sur blog n'avait pas été entamée. Commencer à en placer à partir de la 2° saison n'aurait pas été très logique, puisqu'il n'y a aucune mention dans la saison 1. Néanmoins, il y a un chapitre de la saison 3 où on apprend que les célébrités en voyage portent un blouson à capuche et un sanimasque (et hop... incognito)

+ 1 avec Oryctérope sur le fait que tout cela laissera des traces durables.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  531
   Âge  :  110
   Date d'inscription  :  14/11/2014
    
                         
VivianW  /  Gloire de son pair


Entre la guerre des genres et le Covid, je plains les célibataires. Heureusement qu'il subsiste des cadres où l'on s'en bat complètement les couilles (dans une salle de boxe par exemple)
 

 Intégrer le covid à ses histoires ou pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-