PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

  Un roman en 3 mois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Paige_eligia
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  518
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  25/04/2020
    
                         
Paige_eligia  /  Gloire de son pair


Bonjour à toutes et tous,

Je soulève ici un problème qui frappe mon égo de manière assez récurrente en voyageant à travers les réseaux sociaux.
Comment certains auteurs font-ils pour écrire un nouveau roman tous les trois mois et le publier (notamment grâce à l'auto édition) ?
J'ai passé 9 mois à écrire mon premier jet, j'en suis à 4 de réécriture et je n'ai pas encore fini tout le reste. Bref je suis assez dubitative mais d'un autre côté comme je suis encore débutante je me dis que c'est peut-être juste que je n'y connais rien et que je m'y prends mal.

A vous auteurs publiés qu'en pensez vous ? Comment pouvez vous tenir ce délai ?

Je vois bien qu'en un nanowrimo, certains sont capables d'écrire 50k (chacun son rythme), mais ensuite tout réécrire et corriger et publier aussi vite ? Ou alors est-ce seulement ceux qui écrivent à temps plein ?

(Je ne sais pas si j'ai posté au bon endroit)
https://www.instagram.com/paige_eligia/
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  403
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Pour qui sonne Lestat


Bonjour PAIGE_ELIGIA, je suis auteure indépendante (auto-éditée).
j'ai publié mes deux premiers romans à 5 mois d'intervalle (l'un fin août 2019 et l'autre début février 2020). Je n'ai pas mis 5 mois pour écrire le 2ème, car le premier était fini depuis près de 8 mois avant sa publication.
pour mon 3ème, je l'ai commencé fin février et il est toujours en écriture (le confinement m'a bloquée, j'ai travaillé sur d'autres textes, des nouvelles... ).

Certains, en particulier en auto-édition, publient plus vite que leur ombre. Ayant eu l'occasion de lire le livre d'une auteure prolixe, je peux te dire que certains oublient que le texte gagne à prendre un peu de repos, pour prendre de la distance et le retravailler.

Pour ma part, je suis une auteure tortue, j'avance doucement, je sais que ce que j'ai déjà écrit devra être repris... mais ce n'est pas le cas de tous les auteurs.

Il faut aller à son rythme, comme on l'entend et surtout relire, relire et relire son texte pour le retravailler.

Je connais aussi une autre auteure qui publie plusieurs livres par an. Son secret : elle n'a besoin que de 4 h de sommeil par nuit.
http://marie-meyel.fr/
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1013
   Âge  :  20
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Effleure du mal


Salut Paige !

Eh bien... je ne pense pas que ce soit "mal" de prendre plus de temps pour écrire ni mal de prendre trois mois. Chacun écrit à son rythme. Il me semble qu'un gagnant du Pullitzer n'a publié que deux romans dans sa vie avec 55 ans d'écart entre les deux !

Personnellement, eh bien... j'écris assez vite... depuis fin-2015, j'ai pondu pas moins d'une vingtaine de projets de toutes les longueurs et de toutes les qualités (mes premiers livres sont loin d'être des chefs d'œuvre !). J'ai, depuis, signé quatre contrats d'édition (voir mon journal éditorial dont le lien est dans ma signature pour plus de détails).

Un de mes derniers projets signés est une chick-lit que j'ai écrit en 4-5 mois durant le confinement. Je l'ai même signée avant de l'avoir terminée (pour tout dire) et j'ai ensuite terminé d'écrire les 20k de mots restants en une petite semaine... hahah

Par contre, je dois t'avouer un secret : je ne me corrige pas ni ne procède à une réécriture avant d'envoyer mes textes aux éditeurs ! *se cache*
(ça dépend de tous et chacun, pour moi, eh bah, ça a l'air de fonctionner o/ Je n'aime pas du tout réécrire... ni corriger... je ne fais pas énormément de fautes de base (plus de l'inattention), j'ai travaillé comme tutrice de français pendant un certain temps pour des élèves en difficulté et/ou allophones... donc, je laisse tout ça aux ME qui me publient)
Ça me fait sans doute gagner du temps hahah

Ensuite, on écrit tous des romans de différentes longueurs également, ça peut jouer pour beaucoup.

Pour la correction, la plupart des auto-édités engagent des correcteurs (chacun son métier).

Plus, c'est parfois possible d'avoir des romans écrit d'avance. Par exemple, mes romans... ça ne fait que deux ans que je procède plus sérieusement à des envoies en ME, du coup... mes manuscrits ont eu le temps de s'accumuler depuis... donc, à voir toutes mes sorties, du point de vue extérieur, ça pourrait faire "beaucoup".


Dernière édition par BoiséeNoire le Lun 16 Nov 2020 - 22:36, édité 3 fois
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1170
   Âge  :  101
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Effleure du mal


Hello, Paige !

Alors voilà : on peut écrire vite si c'est sur plate-forme pour un concours, par exemple, mais c'est très prenant.

Ceci dit, se fixer un à deux chapitres de 7000 signes par jour, c'est faisable durant quelques mois, et permet de rédiger vite Wink .
Après, selon les auteurs, c'est plus ou moins heureux : tout le monde n'a pas la plume facile, et parfois, vite écrit = bâclé et bourré de fautes.
Sans compter les structures romanesques bancales !!!

Du coup : je te dirais que publier autant, soit quatre livres par an, cela me semble anormal, sauf exception.

Ceci dit, il peut aussi s'agir d'auteurs qui ont un stock de manuscrits dans leur tiroir et qui sortent tout d'un coup !

Voilà, c'est un point de vue, qui répond peut-être, de façon très partielle sans doute, à ta question...
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13486
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Je me pose la même question !
Même publier un livre par an me donne le vertige... alors plusieurs dans l'année Rolling Eyes

A mon avis (pas forcément juste), il entre en compte
> la longueur du texte (et son style...)
> le niveau de peaufinage et correction effectués (l'évidence même...)
> l'expérience et l'organisation de l'auteur

Si je prends ma série urban  fantasy (élucubrons un peu) :
( 1 ) Elle est composée de textes courts (autour de 20.000 mots), qui se sont accumulés, si bien que j'ai quelques années de distance vis-à-vis des plus anciens, ce qui peut faciliter la correction. ( 2 ) si en plus je la bâcle, ça va encore plus vite ( 3 ) rien que d'écrire des textes, les laisser trainer et corriger ceux qui ont deux ou trois ans est déjà une forme d'organisation du travail. Ajoutons qu'un épisode peut s'écrire en une semaine mais que l'idéal est de bosser par petites sessions, qui peuvent se glisser en jambon pause entre deux tranches de pain correction.  + que après quelques livres, la machine se rode
>>>> il ne me semble pas impossible d'atteindre avec cette série une cadence de quatre tomes par an !
Ça me semble même un concept intéressant pour les lecteurs qui suivraient potentiellement les parutions : une par saison, calendrier simple à retenir

Avec un roman de 150 K comme celui que j'ai sur la planche...
Même une fois la machine bien lancée et en bâclant les corrections, je doute que ce soit possible.
Surtout qu'un texte long comporte plus de détails de scénario et d'univers et dont que le peaufinage n'est pas grossi que par la longueur du texte mais aussi par la complexité du contenu
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Maanilee
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  194
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  28/03/2018
    
                         
Maanilee  /  Tycho l'homoncule


Pour ma part, j'écris à peu près un roman en 4 mois. Je bosse le plan en amont, en rédigeant un mini résumé de tous mes chapitres, comme ça au moment de l'écriture, je ne me pose pas de question sur la trame je sais où je vais. Ensuite, ma bêta-lectrice qui est correc' pro passe dessus au fur et à mesure de l'écriture, j'antidote et chasse les répétitions à chaque fin de chapitre ce qui fait qu'une fois le mot fin posé dessus, je ne me lance pas dans une réécriture, ce qui fait que l'écriture est assez rapide. Je n'ai l'impression ni d'être anormale, ni d'écrire des romans bancals Wink Je pense juste qu'on a chacun notre rythme, notre façon de faire et qu'une n'est pas meilleure que l'autre !
http://www.marine-gautier.com
 
Yaëlle M.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  853
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  16/06/2019
    
                         
Yaëlle M.  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Je me pose la même question. Personnellement j'ai passé 1 an et quelques sur le premier. Là je suis déjà à plus d'un an sur le deuxième... Mais j'ai décidé d'accélérer ! Je mets beaucoup de temps sur le plan, mais je pense que je peux sérieusement accélérer le rythme du premier jet et peut être faire des réécriture moins longue si je m'améliore. Après, je poste chapitre par chapitre sur des plateformes à la fin de mon premier jet, ce qui prend automatiquement un ou deux mois (je ne peux pas tout poster d'un coup). Donc ça rallonge forcément !

Bref, je voudrais bien écrire de A a Z un roman par an. Ça serait tip top !
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5341
   Âge  :  121
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Perso, un premier jet me demande trois-quatre mois d'écriture et six mois en moyenne de correction. MAIS j'ai une vie super active à côté, de sorte que je n'avance vraiment pas vite.

Quelqu'un qui aurait le temps d'écrire et un rythme régulier pourrait tout à fait arriver à un roman abouti en 3 mois.

Après tout, 2 500 mots par jour, c'est pas la mer à boire, et ça fait 75 000 mots au bout de trente jours.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1264
   Âge  :  25
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Tentatrice chauve


J'ai mis 6 mois sur mon premier jet de 150 000 mots (je pense que je serais capable de descendre à 5-4, guère moins), après je laisse poser un peu avant d'attaquer les corrections, pour avoir un regard un peu neuf, donc forcément ça allonge le processus de 2 bons mois... sur les corrections en tant que telles, elles ne sont pas encore commencées donc j'ai 0 recul mais je me suis fixé un max de 4 mois (grand, grand max, vu que je suis jeune diplômée au chômage on va dire que j'ai que ça à faire donc ça devrait aller beaucoup plus vite !). Ensuite bêta-lecture (je peux pas dire combien de temps ça va prendre) et re-corrections. Au final ça va sans doute se compter en une année ou une année et demie.

Je pense qu'il est possible de "gagner du temps" en laissant moins de pause avant la correction. Mais ça dépend aussi de si tu travaille, si t'as des enfants, en gros la portion de temps dans une journée qui n'est pas réductible et ce qu'il te reste pour choisir d'écrire. Ça dépend aussi de si t'es satisfaite de toi, je veux dire que avec l'expérience tu vas aussi t'améliorer donc forcément certaines erreurs vont disparaître. Une bonne préparation à la base peut aider aussi (plan, chronologie, etc.). Puis après ben, ça dépend de tellement d'autres choses.

2 500 mots par jour c'est peut-être pas la mer à boire mais je galérais bien pour arriver là x) Ceci dit je m'étais lancée en décidant d'écrire tous les jours (ce qui était tout à fait nouveau pour moi) donc je ne m'étais pas fixé de minimum de mots. À la fin j'avais l'impression de plus avancer alors je me suis dit 1 000 mots et il y a alors un phénomène bizarre : arrivée à 600 mots je galérais, mais une fois que j'avais atteint 1 000-1 100 mots ça allait tout seul. Je pense que ça doit aussi être une habitude à prendre.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
VivianW
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  798
   Âge  :  110
   Date d'inscription  :  14/11/2014
    
                         
VivianW  /  Blanchisseur de campagnes


L'écriture procède parfois d'une urgence. On écrit comme on respire des heures, des jours des semaines durant. Une relecture attentive corrige les coquilles mais le premier jet EST. Faut se faire confiance. Après, suivant les genres et avec un peu de métier j'imagine que l'on place livre après livre les éléments d'une série avec une sortie programmée bien en amont avec l'éditeur. M'enfin en ce qui me concerne - le genre réaliste - les sorties chroniques des gros vendeurs répondent plus à un impératif commercial qu'artistique. Et puis quand on maitrise son canevas, y'a plus qu'à apporter deux trois changement pour enchainer les publications. Comme les séries de notre enfance qui emprunte toujours la même trame avec des personnages différents. Une autre vision de la littérature...

Spoiler:
 
 
@now@n
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1597
   Âge  :  30
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Je suis obligée de plussoyer : la meilleure façon d'écrire un roman tous les trois mois, c'est d'avoir une formule, une recette, presque un synopsis à trous, et de compléter les trous avec de nouveaux concepts. Plus facile à dire qu'à faire évidemment, mais quand c'est rôdé, c'est rôdé.
J'ai vu passer quelqu'un qui publie effectivement environ un roman tous les trois mois, mais je crois que souvenir que ça lui a pris quelques années pour parvenir à un niveau de maîtrise de l'écriture qui lui permette de s'en tenir aux recettes qu'elle a formulées et de boucher les trous.
Cette personne indiquait aussi que la version publiée, c'est la V2. Pas la V3, pas la V5, pas la V12 : elle fait un premier jet, elle le fait relire une fois, et elle publie la deuxième version. Sinon, dit-elle, elle perdrait trop de temps.
Il y a d'autres gens qui essaient de réinventer une "formule unique" à chaque roman. C'est plus long.
http://anowan.blogspot.com/
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13486
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Mokkimy a écrit:
Après tout, 2 500 mots par jour, c'est pas la mer à boire, et ça fait 75 000 mots au bout de trente jours.
Quand on a beaucoup de temps et beaucoup d'inspiration, 2.500 mots par jour est possible, en effet.

Mais, même si on a une idée précise de ce qu'on veut écrire et une bonne maitrise de la langue, ces 2.500 mots seront un premier jet imparfait, exigeant un relecture attentive effectuée "à froid".

C'est à dire qu'il faut, après des 2.500 mots écrits en un mois, laisser reposer le bébé pendant deux mois.
Là, si on a un autre texte en réserve, on peut s'occuper de lui et mettre le récent au frais, mais si on n'en a pas, alors les trois mois sont déjà passés quand on continue.

En partant de l'idée qu'on a un autre texte en réserve et que le deuxième mois est employé à son peaufinage et sa correction : chez moi, plus un texte est écrit rapidement et plus il y a de travail au peaufinage, lequel peut alors être trois ou quatre fois plus long que le premier jet !
Ensuite, il va y avoir la mise en forme. Ce qui ne sera pas le plus long, si on a pris la peine de mettre dès le début les indentations de paragraphe, les tirets quadratins et les titres numériquement définis. Puis éventuellement l'envoi des service-presse.
Écrire quatre romans de 75 K en un an : pourquoi pas (quoique le faire sur un calendrier prévu d'avance me semble très hasardeux)
Mais les finaliser puis autoéditer dans la même période : sacré emploi du temps.

Important : l'élément indispensable étant l'alimentation en eau l'inspiration, il faut que celle-ci suive le rythme. Trouver de la matière pour 4 roman de 75 K, à mon avis, c'est courir le risque de mettre le moulin à sec rapidement.
Ou alors, il faut que tous ces romans soient "formatés", avec ingrédients proches, plan voisin, etc.

Et ne pas oublier : tout cela exige du temps. Pour atteindre une cadence de travail aussi importante, il faut des journées très disponibles.

Mokkimy a écrit:
Après tout, 2 500 mots par jour, c'est pas la mer à boire, et ça fait 75 000 mots au bout de trente jours.
Plutôt que 2.500 par mois en novembre-février-mai-aout, je conseillerais 800 à 1.000 mots par jour durant toute l'année (longueur de texte equivalente)
Mais prévoir une moyenne de 500 ou 600 mots par jour me semble plus réaliste, même si la courbe de production monte certains jours à 3.000.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1068
   Âge  :  48
   Pensée du jour  :  achemeneu
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Effleure du mal


Bonjour

Je me posais la même question jusqu'à cet été. A cette époque je m'étais inscrite à l'atelier "écriture participatives" de ce forum, et j'ai découvert que je savais me surpasser et rédiger un roman en trois mois. Bien évidemment, il est plus court que ceux que j'ai l'habitude d'écrire et surtout, il n'est pas présentable en l'état pour un éditeur. Pourtant oui, avec un plan et des fiches personnages rédigés en amont, c'est faisable.

Maintenant, il est vrai que je n'écris pas un roman par trimestre, pour ceux qui s'y emploient, je reste sans voix.

Bonne journée.
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5341
   Âge  :  121
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Si je parle de 2 500 mots par jour, c'est parce que je crois que c'est la méthode de Stephen King, tel qu'il l'expose dans sa biographie. (C'était ça ou 2 000 mots, je ne sais plus.)

Mais bon, lui, il est professionnel de l'écriture, il a des tas de manuscrits en cours, ou en relecture, ou en préparations éditoriales... Il enchaîne et jongle d'un à l'autre, il ne travaille pas sur un seul manuscrit à la fois. Donc effectivement, quand il en fait reposer un, il peut bosser sur le projet suivant.

Il disait écrire tous les matins le nombre de mots prévus et ensuite aller se balader et flâner pour trouver de nouvelles sources d'inspiration le restant de la journée. ^^

C'est un rythme à acquérir... qu'évidemment on ne peut pas avoir si on travaille et si on a des enfants/une vie sociale à côté et si on n'a qu'un seul roman sur le feu.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1264
   Âge  :  25
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Tentatrice chauve


Je ne sais pas, mais il me semblait qu'il disait qu'un premier jet devait se faire en 3 mois, donc 2 000 X 90 jours on a un gros roman, donc ça doit être à peu près ça !

C'est une usine, le mec...Shocked
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 

  Un roman en 3 mois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-