PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -57%
Chromebook Lenovo IdeaPad Slim 3 14” FHD 4 Go / ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 

 A-t-on le droit de ne pas aimer les enfants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  125
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Tout comme Redou.

Il ne faut pas oublier non plus qu’on a toutes et tous été des enfants. (Si, si, je vous jure)
Et qu’on n’a pas forcément été super agréables en public aussi, à certains moments. Alors, oui, sur le moment c’est relou, on grogne et on s’insurge du manque de respect, tout en condamnant le manque d’éducation mais... un peu d’indulgence, peut-être ?

Et pour rebondir sur ce que dit jdoo : j’ai été une enfant particulièrement sage. Dans mon enfance, les moments de caprice en public se comptent sur les doigts d’une main. La réalité, c’est aussi que j’avais un père complètement destructeur, ambiance manipulation psychologique et exhibition de singe savant. J’aurais peut-être aimé être une enfant plus insouciante pour le coup. Wink
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


Je n'apprécie pas non plus spécialement les cris d'enfants au restaurant mais.... Ne pas oublier une chose importante: les enfants sont EN COURS d'apprentissage de la sociabilisation, des réactions adéquates lorsqu'on participe à la vie de la société... Comment pourraient-ils apprendre s'ils ne s'y confrontent pas? Un professeur est-il est en droit d'exiger de ses élèves que le cours soit maîtrisé avant même qu'il ait commencé?
En ligne
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  10041
   Âge  :  31
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Après, je pense qu'il peut y avoir un quiproquo : Grisebouille, tu me semblais plutôt lassée par les réactions de gens qui ne comprennent pas que tu ne sois pas fascinée par l'univers des petits pots et des gazouillis. Et tiens, ça ne me fascine pas beaucoup plus que toi, mais heureusement, on ne m'en a encore jamais fait le reproche. Il y a quelques années, j'avais été nounou pendant tout un été ; un petit de deux ans, et un de trois. Pour moi, ç'avait été terrible : je n'éprouvais aucun plaisir à m'occuper d'eux. Aucun intérêt pour leurs jeux, leurs conversations. Je devais simuler tout ça, et je le faisais parce que bon, ils n'y étaient pour rien et je n'avais pas à leur imposer mon manque d'adéquation avec ce boulot d'été. Et je vois bien qu'il existe, autour de moi, des gens qui au contraire trouvent super mignons ces jeux, ces babillages, et qui se seraient éclaté à ma place. Donc en ce sens oui, je "n'aime pas" interagir avec les petits enfants, je n'y trouve pas de plaisir en tout cas. Et encore, ça dépend : j'ai adoré le faire avec ma petite sœur, mes cousines, et la fille de ma meilleure amie d'enfance, parce qu'un amour profond me liait à ces petites-là qui me faisait trouver fascinants ces mêmes jeux / babillages héhé

edit : et pour le coup, les jugements sur la manière dont les parents éduqueraient bien / mal leurs enfants, bon... j'étais une enfant adorable, je souriais tout le temps et me comportais comme une poupée en public, j'étais polie etc. puis mon frère est venu, trois ans plus tard, même éducation, mêmes parents : un petit démon qui hurlait partout, qui avait la voix cassée à force de hurler, qui courait tout le temps (le voisin du dessous montait deux ou trois fois par semaine pousser une gueulante). Pourtant je ne crois pas que mes parents aient lésiné sur leurs efforts.
En ligne
 
Agent Seven
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  745
   Âge  :  26
   Localisation  :  Seoul
   Pensée du jour  :  1011000011
   Date d'inscription  :  04/11/2017
    
                         
Agent Seven  /  Blanchisseur de campagnes


Je viens m'incruster dans la conversation.

D'abord, je trouve que remplacer le mot « enfants » par n'importe quelle minorité, ça n'a pas de sens. Je comprends les arguments apportés, mais je n'y adhère pas. D'un autre côté, comparer un enfant avec un chat en disant « je m'impose pas mon chat aux autres alors les parents ne devraient pas m'imposer leurs enfants », ça ne passe pas non plus. Les enfants sont des êtres humains et en tant que tels, ils ont leur droit d'être dans l'espace public. On pourrait parler des animaux et de leur place dans l'espace public, mais je ne veux pas me lancer dans ce débat.

C'est vrai que je pense que certains parents laissent leurs enfants faire. Selon moi, l'espace public se partage. Chacun doit faire attention à ne pas déranger les autres, donc les parents devraient s'assurer que leur enfant ne tape dans le siège devant lui ou elle (surtout dans un avion, ça peut être long) et qu'il ou elle  ne hurle pas, mais chacun doit tolérer les autres. Et même si tu voulais relaxer au restaurant après une dure journée, ça on s'en fout un peu. Si tu ne peux pas le supporter, vas relaxer ailleurs.

Et si des enfants peuvent être malpropres, les adultes aussi. On prête ce défaut aux enfants, mais des adultes en sont aussi coupables, mais ils sont plus discrets (et encore...). Ils le savent et sont plus discrets.
Un adulte pourait contaminer le pain à la boulangerie, mais il le ferait en toute discrétion parce qu'il sait lui-même ou elle -même qu'il ou elle est malpropre, ce qui est en soi pire que l'enfant qui met ses mains partout en toute insouscience.

C'est vrai aussi que certains parents sont laxistes ou... inconscients. Je nai pas de problème à entre quelques fois un enfant s'exclamer à haute voix dans une bibliothèque à quelques reprises (non, en fait, ça m'énerve, mais je sais que c'est un enfant), mais si il ou elle crie et court partout pendant dix minutes, je me dis que ce moment-là, ce n'était pas le moment pour une sortie à la bibliothèque. L'enfant n'a pas envie de lire, il veut jouer. Il vaut mieux sorit de la bibliothèque alors, tout le monde, y compris l'enfant donc, serait gagnant, mais certains parents persistent et laissent leurs enfants courir partout. Aussi, les voyages en avion de huit heures, par exemple, ce n'est pas du tout adapté pour les jeunes enfants. L'enfant n'a pas la patience nécessaire pour être coincé dans un siège huit heures de temps, et c'est pour les autres passager.ères de l'entendre crier et pleurer. Dans ce cas-là, vaut mieux faire garder les enfants. De toutes façons, à cinq ans, est-ce qu'il ou elle peut vraiment profiter du voyage? Je crois que l'enfant aurait le même plaisir à jouer dehors ou à voyager à une destination plus près (quelques heures de voiture) que jouer dehors dans le Sud.

Concernant s'occuper des enfants des autres, je suis d'accord. Je n'ai pas à m'occuper des enfants des autres et on ne devrait pas me l'imposer. Quand j'étais plus jeune, à douze ans, à un barbecue au travail de mon père, un enfant « dessinait » avec un objet un peu pointu et coupant sur une feuille de papier  (je sais pas trop ce que les enfants faisaient, en fait...). La mère devait s'absenter et m'a demandé de surveiller ses enfants pour ne pas qu'ils blessent. Elle est partie sans attendre ma réponse. Ah, ok, tu me donnes une responsabilité sans mon accord alors que je suis moi-même mineure. C'est quoi, les enfants se seraient fait mal et ça aurait été de ma faute? La mère aurait juste dû prendre les objets dangereux avec elle et les redonner quand elle serait revenue. Elle devait s'imaginer, qu'à mon âge, j'avais mon cours de gardienne avertie et que je gardais des enfants. Sinon, ça me dérange pas (bon, si , un peu quand même) de venir en aide à un parent débordé avec un ou des enfants, comme je crois qu'on devrait aider ceux qu'on voit qui ont clairement besoin d'aide, enfants ou pas. Par contre, je ne risquerais pas vie pour les enfants des autres. Donc oui, si un enfant persiste à jouer dans la rue et à courir, je ne me jetterais pas devant une voiture qui arriverait soudainement pour le sauver.

Je n'aime pas les enfants et je n'en veux pas, mais je dois et vais les endurer comme j'endure les cons.
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5144
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Franchement, si tu voyais un enfant mis en danger à cause de son attitude turbulente, je ne doute pas une seule seconde, mais pas une seule, que tu tenterais de le sauver.
Il y'a des parents laxistes, inconscients, il y en aura toujours, mais est-ce que c'est la faute du gamin ? Est-ce que l'on doit leurs infliger la double peine, en disant lui c'est un fils de con, et la sélection naturelle va jouer son rôle, et je m'en réjouis et que de toute façon j'ai rien demandé à personne donc qu'on me laisse tranquille ?
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1156
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Si c'est pas urgent, je le fais pas


Agent seven > Oui, c'est un peu mon avis ...

En fait si vous préférez, je ne souhaite pas refuser l'espace public aux enfants, je comprends aussi qu'ils sont fragiles et n'ont pas les mêmes limites que les adultes mais me dire que je suis juste une individualiste neo libérale, ça désolée mais c'est un sophisme. Vous me prêtez des paroles volontairement grossies que je n'ai jamais eues.

Je ne suis pas à l'aise pour interagir avec eux et ça me saoule que tout le monde considére que parce qu'ils sont fragiles, ils ont tout les droits. Etre plus fragile, être plus susceptible de développer des traumatismes ne donne pas le droit d'être insupportable ! Au contraire, il le semble que c'est faire leur éducation et participer à leur construction que de leur expliquer qu'il y a des choses qu'on ne peut pas faire dans l'espace public. Sauf qu'aujourd'hui, j'ai l'impression qu'il y a pas de limites. Certains gamins sont carrément insupportables sans que les parents leur disent jamais rien et dès que tu t'avises de dire quelque chose (sans forcément leur hurler dessus ou les taper) on te dit "Ah mais t'aimes pas les enfants" comme si ça faisait de toi une grosse conasse...

Donc je suis pour les enfants dans l'espace public et avec des limites ! Et si ton gamin est insupportable et que tu sais qu'il crie bcp, tu l'emmènes pas au resto, tu le fais garder.

Je sais pas si on parle de la même chose quand on dit enfant insupportable parce que dans mon entourage, je côtoie des gamins vraiment odieux.

Et oui je comprends qu'ils ne sont pas adultes et je ne les déteste pas parce que ce sont des enfants et qu'ils ont moins de droits, je les déteste parce ce qu'ils me pètent les ovaires et qu'on m'impose sans cesse de les aimer parce que je suis une nana on me les colle dans les bras comme si j'étais prédisposée à adorer les bébés parce que j'ai des chromosomes X y. Et non, je n'englobe pas les ados, uniquement les tous petits (0-3 ans)

Edit Jdoo > bien sûr que je le ferais mais je ne devrais-je pas avoir à le faire parce que ses parents devraient le surveiller


Dernière édition par Grisebouille le Lun 9 Nov 2020 - 9:13, édité 1 fois
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5144
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Oui on est bien d'accord qu'une société composée de gens sans défaut serait plus facile à vivre. Mais si des gens ne s’acquittent pas de leur devoir, l’important c'est de ne pas forcément dire "je m'en lave les mains".


Dernière édition par jdoo le Lun 9 Nov 2020 - 9:22, édité 2 fois
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


"on m'impose sans cesse de les aimer parce que je suis une nana on me les colle dans les bras comme si j'étais prédisposée à adorer les bébés parce que j'ai des chromosomes X y" (désolée je ne sais pas comment "citer" depuis mon téléphone...)

Entièrement d'accord avec toi. D'ailleurs, cette conversation a lentement dérivé de "Je n'apprécie pas les enfants/Ne souhaite pas en avoir" à "Je ne tolère pas les enfants dans l'espace public"
Deux sujets complètement différents.
J'ai un enfant un bas âge et j'en attends un second. J'ai des amis très différents, certains ont 3 enfants, d'autres n'en veulent pas et assument leur choix. Et tant mieux! C'est enrichissant d'avoir des gens différents, avec des désirs et des opinions différents autour de soi. D'ailleurs, j'apprécie autant leur compagnie pour des raisons différentes. Ceux qui n'apprécient pas les enfants ne vont pas vers le mien.... et c'est très bien ainsi! Ça fait du bien parfois que le monde ne tourne pas autour de lui!!
Les enfants des autres ne sont pas ma tasse (à café haha) de thé non plus. Par contre, je serai drôlement vexée qu'ils ne supportent pas mon enfant au point de ne pas vouloir être dans la même pièce que lui...
Thème qui déchaine sacrément les passions, merci de l'avoir lancé, c'est intéressant.
En ligne
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2765
   Âge  :  40
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Personnellement, je ne veux pas d'enfant et je n'éprouve pas de plaisir particulier à interagir avec eux, je les évite le plus possible.
Au moins dans mon entourage, mes amies notamment qui ont beaucoup d'enfants, font leur maximum pour que je ne sois pas en leur présence ou que je n'ai pas à m'en occuper. Je n'ai absolument pas envie d'avoir cette responsabilité de gérer quelqu'un d'autre que moi-même et franchement je suis très bien comme ça.
Après, il est extrêmement agaçant que mes collègues passent leur temps à me dire "tu verras, ça va t'arriver" (euuuh ... nan ....) ou que les recruteurs partent systématiquement du principe que si tu n'as pas d'enfant, tu vas forcément en avoir.
Et à titre personnel, je l'ai super mauvaise que dans mon CE 99% des offres soient des offres "familles" ou à destination des enfants. Prout, je travaille aussi, moi aussi je veux des avantages.
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1156
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Si c'est pas urgent, je le fais pas


Justement, je ne comprends pas pq ca déchaîne les passions. Pourquoi dès qu'on dit "enfant" les gens deviennent tout de suite irrationnels. On a comparé à la place des animaux dans l'espace public, mais moi je ne suis pas d'accord que ce n'est pas pareil. Un animal est un être vivant, sensible, les chiens sont curieux et ils aiment sortir/voir du monde et tant qu'ils ne dérangent personne (genre qu'ils te sautent pas dessus ou qu'ils font pas de saletés par terre) je n'ai aucun problème avec leur présence dans les restos. Souvent, ils sont mêmes mieux élèves que les gamins parce qu'eux au moins on leur donne des limites.

Non, rassure toi, je n'ai aucun problème avec le fait d'avoir ton enfant dans la même pièce que moi. Par contre si je suis au salon de thé tranquiyle et qu'il arrête pas de hurler sous ton regard bienveillant, j'avoue que ca me crisperait un chouïa ^^

Quand j'ai lancé le sujet, je m'attendais à ce qu'on me dise "T'as le droit de pas les aimer comme moi je n'aime pas les chiens, les lapins ou les mecs qui parlent trop fort au téléphone tant que tu ne les agresse pas gratuitement" au lieu de ça j'ai le droit à individualiste néo libérale capitaliste égocentrique qui supporte pas les autres...Donc oui, j'aurais pu m'en douter sans le voir mais j'ai ma réponse, on ne peut pas critiquer les enfants, même pour leur donner des limites.
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5144
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Vaut mieux lire ça que d'être aveugle.. allez...
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


tout le monde considére que parce qu'ils sont fragiles, ils ont tout les droits
Non, ce n'est pas vrai, rien dans ta phrase n'est vrai d'un point de vue statistiques ou sociologique. C'est peut être vrai au niveau de ton ressenti et de ton expérience personnelle, mais ce n'est pas une réalité vécu par le monde.

Etre plus fragiles, être plus susceptible de développer des traumatismes ne donne pas le droit d'être insupportable.
>>>> être une connasse ne donne pas le droit de ne pas savoir faire des créneaux, être secrétaire ne donne pas le droit d'avoir des réductions aux rayons papeteries....
Tu sais quoi, on a tous les deux raisons, mais personne ne pense des conneries pareil, a part nous, donc on a raison un peu tout seul.


Sauf qu'aujourd'hui, j'ai l'impression qu'il y a pas de limites. Certains gamins sont carrément insupportables sans que les parents leur disent jamais rien.
>>>Expression d'un ressenti personnel qu'il est bon d'exprimer.

Donc je suis pour les enfants dans l'espace public et avec des limites.
>>>> Et quelle limite, on parle de limite réglementaire c'est ça ?
Tu nous en propose une, je suis un garçon curieux ?


Je sais pas si on parle de la même chose quand on dit enfant insupportable parce que dans mon entourage, je côtoie des gamins vraiment odieux
>>>>>C'est peut-être toi qui les rends con, moi j'ai un beauf, qui a un chien, et quand je débarque, son chien est hystérique et pisse partout ( je plaisante, elle est gratuite celle là, jte la compte pas )

je les déteste 
>>>Moi je hais les limougeaud, je déteste les rouquins, et je chie sur les passionnés de la deuxième vague.
Suis je un peu pas bcp malin de le penser ? non j'ai le droit de penser ça. Mais venir étaler ma haine en toute impunité et en espérant le soutien, je trouve ça révélateur. C'est quoi l'expression auquel certains ont répondu pour verser leur bile
" sifflets de chien " non ?

qu'on m'impose sans cesse de les aimer parce que je suis une nana on me les colle dans les bras comme si j'étais prédisposée à adorer les bébés parce que j'ai des chromosomes X y.
>>>>Débat intéressant, c'est vrai.

non, je n'englobe pas les ados, uniquement les tous petits (0-3 ans)
>>>> C'est très ciblé comme haine, pis c'est courageux comme combat. Ça dit quoi de soi ce genre de propos, moi j'y vois une souffrance.


Tu aurais pu lancer un débat sur la pression de la société sur les femmes et les hommes et l'amour ou la bienveillance que l'on est censé donner aux enfants. Ou sur la place de l'enfant dans nos sociétés, sur l'éducation, sur le sérieux de faire des grosses quand on est irresponsable ...

Au lieu de ça, tu explique détester les enfants pour ce qu'ils sont, et toi et d'autres continuer dans une lancée de clichés et de propos violent sur une partie de la population, mais ce n'est pas le pire, le pire c'est que vous pensez que ça peut passer crème, que c'est normal de dire ça sur un site internet, en public.




 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1156
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Si c'est pas urgent, je le fais pas


Ouais bon, comme on peut pas avoir un débat censé sans être démonisée, je crois qu'il vaut mieux en rester là. Traite moi de conasse, de personne haineuse, de sataniste et de ceux qu'il te plaira, ça ne change rien à ce que je suis. Bonne journée.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2765
   Âge  :  40
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Pour ajouter de l'eau croupie au moulin, dans la période interconfinement, une de mes collègues s'est longuement ouverte à nous en mode "Pourquoi ai-je fait des enfants ? Quel plaisir est-ce que j'en retire ? Aurais-je vraiment dû en faire ?" et c'était vraiment frappant de voir cette mère au bout du rouleau. Avec le confinement, beaucoup de parents se sont rendus compte que c'est difficile de gérer son enfant 24h/24 et que la charge est bien plus lourde qu'anticipée.
Alors certes maintenant c'est trop tard pour se poser ces questions mais je trouve ça frappant qu'elle nous ait dit qu'elle a eu des enfants "parce que c'était normal" et qu'elle ne s'était jusque là jamais vraiment posé la question de son désir véritable. Tout comme certains papas ont des enfants parce que leur compagne en veulent et certes la plupart du temps, ça se passe bien mais le "désir d'enfants" dans ce cas passe après d'autres considérations.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


j'ai surtout l'impression qu'on ne peut pas débattre sans être en désaccord avec toi

Je te cite : "Quand j'ai lancé le sujet, je m'attendais à..." : on est d'accord pour dire que tu ne voulais pas débattre donc ? Seulement te conforter dans l'idée que non on ne peut pas critiquer les enfants... Et maintenant que tu as eu ce que tu voulais tu "tableflip" ton propre sujet en faisant la victime...
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 A-t-on le droit de ne pas aimer les enfants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-