PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Changer d'éditeur après un premier roman (Gallimard > Rivages)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Cloris
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  145
   Âge  :  30
   Localisation  :  Nantes
   Date d'inscription  :  07/10/2018
    
                         
Cloris  /  Barge de Radetzky


Salut tous, j'ouvre ce sujet parce que je me pose en ce moment une question qui me semble un peu déterminante.

J'ai reçu hier mon premier relevé de droits d'auteur pour mon premier roman paru chez Gallimard (collection Sygne), en octobre dernier. Je me doutais que ça ne serait pas très brillant mais pas minable à ce point-là, là c'est quand même une performance.

Dans l'ensemble, j'avais été plutôt déçu par la quasi-absence de promotion au moment de la sortie du livre. Mon éditeur est sympa mais distant, et on dirait parfois qu'il plane un peu. Il publie dans sa collection des livres qui n'ont à peu près rien à voir les uns avec les autres, ce qui donne une ligne éditoriale peu identifiable qui n'a l'air de tenir que grâce au succès de Fabrice Caro.

Or, j'ai reçu un mail il y a un ou deux mois des éditions Rivages, qui disait en substance : nous avons bien vu que votre manuscrit a été publié par Gallimard, c'est dommage, nous étions intéressés et n'avons pas été assez rapides.
Au-delà de ma stupéfaction devant un courrier pareil, j'y ai surtout vu une manœuvre d'approche... qui me fait me demander aujourd'hui, après le bilan médiocre de mes ventes : tiens, est-ce que mon prochain manuscrit (destiné en principe à Gallimard) ne serait pas entre de meilleures mains chez Rivages?

Mais je sais bien que changer d'éditeur après un seul livre est rare, et a priori plutôt risqué... J'aurais bien voulu savoir si c'était déjà arrivé à des membres du forum.

Merci d'avance!
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1750
   Âge  :  36
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Sauf si contractuellement tu dois présenter ton prochain livre à Gallimard, je ne vois pas les "risques" que tu prendrais à changer d'éditeur puisque, d'après tes dires, ton livre n'est pas connu. J'aurais tendance à penser que les gens suivent plus les auteurs que les éditeurs et je me souviens de la série Tara Duncan où l'auteur a changé d'éditeur quasiment à chaque tome.

Sans entrer dans ces extrêmes, tu ne risques rien à aller voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs.
En ligne
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1225
   Âge  :  35
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Dans la tête de Doug Marlow
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Tentatrice chauve


Mon père doit respecter certaines règles contractuelles avec son éditeur "principal" mais rien ne l'empêche de proposer d'autres écrits à d'autres maisons d'éditions.
Il l'a fait d'ailleurs. Il est donc publié chez deux maisons à la fois en ce moment (ou ça va bientôt se faire, je ne sais plus).
Si rien ne te bloque dans ton contrat, j'ai envie de dire, fais-toi plaisir Smile
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13004
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Hé bé... Gallimard puis Rivage !
Impressionnant Very Happy

Je ne sais pas trop quoi répondre, car je n'y connais pas assez dans le domaine du rapport aux éditeurs post-publication, mais je tends à penser comme Tengaar que tu peux le faire.
Éventuellement, en avertissant ton éditeur chez Gallimard ou en lui faisant sentir que tu n'es pas satisfait
http://scriptorium2.canalblog.com
 
leasaurusrex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1340
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
leasaurusrex  /  Tentatrice chauve


Comme mes voisin•e•s du dessus : si tu n’as aucune clause contractuelle qui te (re)lie à Gallimard pour ton prochain roman, tu peux le proposer aux éditions Rivages, qui t’ont effectivement approché d’une manière surprenante et touchante. Surtout et a fortiori si tu es déçu de ton expérience avec Gallimard.

Pour moi, tu ne risques rien, et si rien ne t’en empêche, alors tente-le ! Smile
 
Delf
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1883
   Âge  :  46
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  20/11/2012
    
                         
Delf  /  Journal du posteur


C'est monnaie courante pour un auteur d'avoir plusieurs éditeurs. On me l'avait même recommandé quand j'ai débuté, histoire de ne pas mettre tous mes oeufs dans le même panier. C'était un conseil judicieux. Très.

Evidemment, ton cas est différent, on parle ici de Gallimard, une maison immense. Et à vrai dire c'est là le seul 'risque' que je peux voir: celui que Gallimard ne t'édite plus sur un prochain projet si tu vas voir ailleurs. Maintenant, vu le retour que tu en fais...

Donc, à moins que ton contrat stipule le contraire, tu es libre de choisir ton prochain éditeur.
http://www.delphine-laurent.com/
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  779
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Blanchisseur de campagnes


Mon prof d'édition disait que c'était autrefois mal vu, mais que ça n'était plus du tout le cas aujourd'hui : l'éditeur est moins fidèle à l'auteur, dont il éditera uniquement ce qui l'intéresse, les auteurs changent facilement de ME et les éditeurs eux-mêmes bougent davantage d'une maison à l'autre que par le passé. Tout cela est devenu beaucoup plus perméable.

Perso, j'avais dans mon contrat une clause avec un droit de préférence. Je l'ai cassé pour entamer des recherches ailleurs et l'éditeur s'est un peu vexé sur le moment, mais la clause a été revue à l'amiable et il continue à assurer une promo à mon premier roman et m'inviter en salon Smile
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  525
   Âge  :  20
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Gloire de son pair


Je rejoins l'avis des autres : si tu n'as pas de clause de préférence qui t'attache à Gallimard, tu as toute la liberté d'aller voir ailleurs, surtout si tu as été déçu de ce premier éditeur.

C'est normal de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier comme le dit DELF.
J'ai, moi-même, plusieurs éditeurs : la première ME à m'avoir fait confiance, une ME pour mes publications de niche, une ME pour ma chick-lit, une autre pour l'horreur... C'est normal d'avoir plusieurs ME pour des genres de manuscrits différents.

Et je continue de prospecter pour voir ce qui se fait ailleurs, de viser les plus gros poissons dans l'océan. C'est normal de vouloir explorer et grossir en tant qu'auteur.

Si tu as été déçu de chez Gallimard, n'hésite pas, signe chez Rivage et voit si l'herbe est plus verte à côté. Peut-être que Gallimard sera vexé (même si vu la grosseur de la machine, ça m'étonnerait...), mais comme tu as, de toute façon, été déçu, ce n'est pas très important. Avoir une expérience chez Rivage te permettra de savoir si la promotion de ton ouvrage a vraiment été le principal problème derrière tes ventes "minables" (je te cite) ou si c'est autre chose.

Et si tu n'es pas satisfait chez Rivage, rien ne t'empêchera de retourner voir Gallimard. Une aussi grosse machine que Gallimard publiera un manuscrit qu'il juge vendable même si tu as été voir ailleurs entre-temps. Tu ne dois pas être le seul auteur de chez eux à être (ou à vouloir être) édité ailleurs !

Puis, tu peux même te permettre d'aller voir ailleurs après ! Avec un CV d'auteur aussi impressionnant que Gallimard, puis Rivage, ça t'ouvrira plein de portes (enfin, dans ma naïveté, j'ose le croire) 8D

Bonne chance et tiens-nous au courant !
 
Anna Labrousse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  457
   Âge  :  59
   Pensée du jour  :  Vous êtes vivant, alors vivez !
   Date d'inscription  :  30/04/2019
    
                         
Anna Labrousse  /  Pour qui sonne Lestat


L'absence de promo me semble être courante pour les auteurs de premier roman, je ne suis pas sûre que tu bénéficieras d'une meilleure couverture médiatique chez Rivages pour ton second.
Si je me tourne vers les 3 romans que cette ME a présentés à la rentrée 2019, je n'ai pas le souvenir d'en avoir entendu parler.
Peut-être peux-tu essayer de contacter un de leurs auteurs dont le profil se rapproche du tien (jeune auteur, 1er roman...)  et lui demander quelle est son expérience dans cette ME.
Peut-être peux-tu aussi demander un entretien à ton éditeur en lui disant que tu es déçu par la reddition des comptes 2019 et voir avec lui ce qu'il envisage à l'avenir si tu restes chez eux.
Tu es jeune, talentueux, une œuvre se fait petit à petit, ce premier titre reviendra à la lumière une fois que les suivants auront fait leur propre chemin et t'auront conduit un peu plus loin.

(Pour ma part, je resterais chez Gallimard pour cette raison, sur un temps long ils sont les mieux placés)
http://sylvielassalle.fr
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  525
   Âge  :  20
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Gloire de son pair


Je suis d'accord avec toi, Anna, il est difficile d'avoir une ME plus grosse que Gallimard et, effectivement, un premier roman demeure un premier roman d'un auteur inconnu, donc il ne faut pas espérer des miracles (quoique ça arrive parfois). Il faut bien commencer quelque part.

Ce serait dommage de cracher sur Gallimard qui lui assurera une certaine continuité dans le temps. Beaucoup d'auteurs bavent devant cette ME, c'est supposé être le Graal de tout auteur. Mais les grosses ME viennent avec leur lot de défauts et d'inconvénients, c'est comme partout.

Cependant, ça ne l'empêche pas, s'il est productif, de publier ailleurs également (tant qu'il n'a pas de clause de préférence) tout en continuant chez Gallimard ! S'il a envie de tester Rivage, je ne pense pas qu'il devrait se l’interdire. Signer un contrat ailleurs ne veut pas dire quitter sa ME. On peut être à plusieurs ME en même temps.
 
Cloris
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  145
   Âge  :  30
   Localisation  :  Nantes
   Date d'inscription  :  07/10/2018
    
                         
Cloris  /  Barge de Radetzky


Merci pour vos avis! Je viens d'appeler mon père (vieux briscard de la BD, qui a connu beaucoup de grosses maisons et publie maintenant chez Casterman) et ses conseils sont assez différents des vôtres, mais tout ça est intéressant.

Je vous en dis plus bientôt, une fois que j'aurais laissé décanter les choses.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1750
   Âge  :  36
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Je pense que la BD est encore un autre monde par rapport à l'édition de romans. Effectivement en BDs, c'est extrêmement rare de voir des changements de ME et à chaque fois, ça fait du bruit.
En ligne
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  525
   Âge  :  20
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Gloire de son pair


D'autant plus que, en BD, c'est bien souvent des séries ou de longues sagas qu'un BDéiste va publier et c'est moins courant de publier son tome 1 chez un éditeur et son tome 2 chez un autre même quand on parle de romans. La plupart des contrats ont même des clauses par rapport à ça.
 
Licoupeille
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  530
   Âge  :  39
   Date d'inscription  :  21/04/2013
    
                         
Licoupeille  /  Gloire de son pair


Je suis étonné que personne n'ait posé la question alors je me dévoue : quelle somme juges-tu "minable" ?

Peut-être espérais-tu en vivre ? Et forcément, tu es déçu...

Mais si ça se trouve, on peut te rassurer et te dire que tu n'aurais pas gagné plus ailleurs.
https://chezjulienartigue.wixsite.com/monsite En ligne
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3339
   Âge  :  29
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


J'ai changé d'éditeur après ma première parution (ce qu'éditeur numéro 1 m'avait conseillé de ne pas faire, mais éditeur numéro 1 s'est un peu foutu de ma gueule par la suite, donc…)
Si tu n'es pas satisfait de ta relation avec l'éditeur en question, rien ne t'empêche d'aller voir ailleurs. Non, ce n'est pas mal vu.
En fait, tout le monde s'en carre.

En revanche, j'aimerais bien savoir ce que tu appelles une performance minable… peut-être as-tu une vision faussée de ce que des DA/ventes décentes représentent…
 

 Changer d'éditeur après un premier roman (Gallimard > Rivages)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-