PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 Avis croisés sur les descriptions et les images qu'elles génèrent (ou pas).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Godo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  118
   Âge  :  34
   Pensée du jour  :  Anciennement Wu
   Date d'inscription  :  26/08/2021
    
                         
Godo  /  Barge de Radetzky


Il y a une technique qui m'amuse beaucoup, c'est quand l'auteur incite le lecteur à faire appel à son imagination. Par exemple : "Les gargouilles étaient sculptées dans les moindres détails" L'auteur ne nous dit pas ce que sont les détails, c'est souvent le lecteur qui fait ce travail dans sa tête.

C'est sûr que si le travail de l'auteur est moins performant à la description que l'imagination du lecteur, ça vaut pas le coût. Et derrière cette idée de performance, il peut y avoir des critères et des goûts très différents, notamment l'indifférence à la performance. Very Happy

 
Tsume
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  134
   Âge  :  36
   Localisation  :  Akuda bar
   Pensée du jour  :  ...
   Date d'inscription  :  06/04/2022
    
                         
Tsume  /  Barge de Radetzky


>Godo
C'est vraiment étrange, les différences personnelles d’appréciations!   Avis croisés sur les descriptions et les images qu'elles génèrent (ou pas). - Page 3 1f604
Parce que, pour moi, ce genre de phrase est ce que j'appelle une phrase creuse. (no offense, avis perso, tout ça Avis croisés sur les descriptions et les images qu'elles génèrent (ou pas). - Page 3 1f605  ) Ça fait un peu "houlà, ouais, alors y'a pleins, pleins de détails...Lesquels? ben...démerdez-vous" et ça coupe l’élan du texte, autant qu'une description à rallonge.
Ça peut être valable s'il y a par exemple un p'tit sous-entendu: "la statue du dieu/de la déesse était sculptée dans les moindres détails" winkwink . (Bon, c'est pas tellement fin, je sais... )
Mais quand je lis ça, je pense à quelqu’un qui veut pas prendre de risque. On dirait plus du "tell" que du "show": Ça marche pas trop.
Pourquoi ne pas écrire: les détails des gargouilles accrochaient la lumière" ou "Machine se demandait  pourquoi ces gargouilles ne s’étaient pas érodées comme le reste du château"  
Bref, quelque chose qui fait avancer le récit, quelque chose d'un peu intrigant, une atmosphère.
Ce qui gêne le plus, dans ces descriptions/pas description c'est lorsque j'ai l'impression d'avoir un film en pause et une voix off qui m'explique le pourquoi du comment. Osef, un peu, des détails des gargouilles si celles-ci ne comptent pas au moins bouffer la vaillante héroïne!
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  55
   Âge  :  34
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Clochard céleste


Je m'en tiens à ce qui est utile pour comprendre l'histoire. Est-ce que j'ai vraiment besoin de préciser la couleur des rideaux, de la nappe, ou de décrire in extenso les tableaux accrochés aux murs ? Non. Ca m'arrive de le faire, mais seulement quand ça a une raison d'être.

Pour les personnages, je m'en tiens à deux ou trois caractéristiques physiques, que j'essaie de varier.
Ca peut être la coiffure, la taille, la démarche, la couleur des cheveux ou la forme des yeux, la façon de s'habiller... Ce sera surtout quelque chose de révélateur sur la personne (ou ce qu'elle veut montrer d'elle).
Je soigne en revanche énormément les liens et relations entre les personnages et leur psychologie intérieure, ainsi que toutes les subtilités sur les faux-semblants ou les demi-mensonges.

Par exemple, dans mon roman, j'ai une jeune femme qui apparait dans l'histoire vêtue d'un sweat XXL pour Noël, visiblement pour faire hurler sa mère de rage... sauf que quelques paragraphes plus loin, je montre qu'elle a une relation compliquée avec sa féminité... alors, camouflage ou crise d'ado qui s'éternise ?

Je crois que pour comprendre l'usage réel d'une description, il faut avoir lu et analysé des classiques. Il ne s'agit pas de décrire ce qui est décrit, mais ce qu'il y a derrière. L'Alouette aux genoux cagneux, c'est Cosette, ce petit oiseau qui ne mange pas à sa faim et qui n'a pas de jupes assez longues ou de bas pour cacher ses genoux. Hugo ne décrit pas une petite fille, mais la maltraitance qu'elle a subie.
Dans le contemporain, on a aussi Joséphine (dans Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol) dont l'apparence reflète l'état intérieur. Au début, passive, négligée, empâtée, blessée (physiquement ou intérieurement ?)... Et puis au fil de l'histoire, elle s'achète un joli manteau, va chez le coiffeur, achète un chapeau farfelu, devient belle et pleine d'assurance.
Dans le même esprit, "les gargouilles sculptées dans les moindres détails", ça ne parle pas des gargouilles, mais de l'artisan qui les a faites, du prix qu'elles ont coûté, de l'entretien qu'elles demandent, du respect qu'on leur témoigne parce qu'elles ont traversé les siècles sans une égratignure, de l'importance qu'elles ont pour le château et son histoire. Et puis on parle de gargouilles, qui sont peut-être des démons figés en pierre, et qui ont vu beaucoup de monde et de choses se produire : qu'est-ce qu'elles ont à raconter ?

Je crois que la question n'est pas de savoir si on décrit trop ou pas assez, mais si on décrit quelque chose d'utile ou pas, pour comprendre ce qu'il y a derrière.
https://hortensemerisier.wordpress.com/
 
Tsume
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  134
   Âge  :  36
   Localisation  :  Akuda bar
   Pensée du jour  :  ...
   Date d'inscription  :  06/04/2022
    
                         
Tsume  /  Barge de Radetzky


A la lumière de ce que tu viens de marquer, Hortense, je me rends compte que nous ne lisons pas les mêmes livres, tout simplement! Smile
Là où tu vois respect, entretien, histoire... je vois (veux)  du surnaturel. Et où tu vois des créatures surnaturelles prêtent à s'assoir au coin d'un feu comme des petites vieilles pour raconter l'Histoire ou l’histoire, et bien j'espère au contraire un rebondissement épique, parce que le baratin, non merci! Very Happy

Si ce sont des créatures surnaturelles ( je reviens à mon commentaire plus haut) la description doit asseoir l'ambiance, plus que l’allure de la bestiole.
Un autre exemple, peut-être? Si c'est un loup-garou bien vivant qui est vu "dans les moindres détails" ça passe mieux, parce qu'on peut se rendre compte de l’état de peur de celui qui lui fait face, la lenteur délibérée du monstre qui prend le temps de jauger sa future victime, etc .

Dans les livres plutôt fantastique/Fantasy, c'est tout pareil que les classiques et les contemporains, les descriptions ont leur utilité et il faut aussi comprendre ce qu'il y a derrière, mais ça se situe à un autre niveau. En tant que lecteur, on est rarement dans le trip "secret d'histoire" donc le prix, l'entretien, l'artisan, tout ça, on s'en moque un peu quand un dark mage est sur le pont de jaillir de son catafalque pour griller les malheureux aventuriers!
Bref, je ne soulignais qu'un détail, d'une seule phrase hors contexte, qui me semblait posséder un artifice un peu trop facile.
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  55
   Âge  :  34
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Clochard céleste


Tsume a écrit:
A la lumière de ce que tu viens de marquer, Hortense, je me rends compte que nous ne lisons pas les mêmes livres, tout simplement! Smile
Là où tu vois respect, entretien, histoire... je vois (veux)  du surnaturel. Et où tu vois des créatures surnaturelles prêtent à s'assoir au coin d'un feu comme des petites vieilles pour raconter l'Histoire ou l’histoire, et bien j'espère au contraire un rebondissement épique, parce que le baratin, non merci! Very Happy

Si ce sont des créatures surnaturelles ( je reviens à mon commentaire plus haut) la description doit asseoir l'ambiance, plus que l’allure de la bestiole.
Un autre exemple, peut-être? Si c'est un loup-garou bien vivant qui est vu "dans les moindres détails" ça passe mieux, parce qu'on peut se rendre compte de l’état de peur de celui qui lui fait face, la lenteur délibérée du monstre qui prend le temps de jauger sa future victime, etc .

Dans les livres plutôt fantastique/Fantasy, c'est tout pareil que les classiques et les contemporains, les descriptions ont leur utilité et il faut aussi comprendre ce qu'il y a derrière, mais ça se situe à un autre niveau. En tant que lecteur, on est rarement dans le trip "secret d'histoire" donc le prix, l'entretien, l'artisan, tout ça, on s'en moque un peu quand un dark mage est sur le pont de jaillir de son catafalque pour griller les malheureux aventuriers!
Bref, je ne soulignais qu'un détail, d'une seule phrase hors contexte, qui me semblait posséder un artifice un peu trop facile.

Donc on dit exactement la même chose ?
Que ça soit un arrière-plan historique ou mythologique ou peu importe quoi d'autre, la description doit avoir son intérêt. Evidemment, si on veut avoir le même avis, il faut préciser le genre, parce que les ambiances et les descriptions ne seront pas les mêmes selon les genres...

Ce que je trouve dommage, c'est :
- la description inutile : si la gargouille ne se lève pas pour attaquer le héros (pour reprendre ton genre) ou ne donne pas l'impression qu'un trésor est caché dans les cachots
- et la description étoffée, incluant l'histoire de la gargouille et les mythes qui l'entourent (c'est du background et à moins d'être dans un univers où le background est aussi inventé de toutes pièces, ça n'a aucun intérêt, tout le monde connait les mythes autour des gargouilles).

Ca vaut aussi pour le loup-garou : est-ce qu'il y a besoin de préciser que son poil se reflète à la lumière de la pleine lune ? c'est un loup-garou, on le sait qu'il est poilu et que c'est la pleine lune...
https://hortensemerisier.wordpress.com/
 
Tsume
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  134
   Âge  :  36
   Localisation  :  Akuda bar
   Pensée du jour  :  ...
   Date d'inscription  :  06/04/2022
    
                         
Tsume  /  Barge de Radetzky


Je pensais, à tort peut-être, que nous n’étions pas d'accord sur la finalité même de la phrase; là où tu veux de l'utile dans la description (il faut que la statue attaque ensuite), je pensais plus au suggéré: va-t-il se passer quelque chose, ou non?
Cette fichue gargouille, est-elle vivante ou pas? est plus une question que je souhaite poser en m'attardant sur l'effet produit par elle plus que par son aspect, je ne sais pas si je suis clair?
Si je dis: la statue est sculptée, c'est une forme passive. Si je note: la lumière accrochait les détails, c'est plus actif. C'est pour moi le point central de mon argumentaire.
Je ne parle pas du fait que la description est utile ou pas, je dis qu'elle coupe le récit, qu’elle soit longue ou courte, utile ou non.
"L’alouette aux genoux cagneux", ce n'est pas une description, c'est une personnification. Dans le livre dont tu parles, il s'agit d'actions du personnage, toujours pas de descriptions. J’espère être plus compréhensible ainsi?

In fine, je relevais plus la phrase en elle-même, que j'ai vu un bon paquet de fois dans un paquet de livres somme toute assez...plats. C'est tout!  Avis croisés sur les descriptions et les images qu'elles génèrent (ou pas). - Page 3 1f600
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Avis croisés sur les descriptions et les images qu'elles génèrent (ou pas).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-