PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
Voir le deal
69.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 De la fantasy sans magie, c'est possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1836
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Crachez-le aussi fort que vous voulez, ça ne sert à rien. Car je ne suis pas un déviant.
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Journal du posteur


Hodobema

Se poser des questions et interroger les autres c'est toujours positif, et ça témoigne de ton intention. Mais toi, que veux-tu ? Oui, car c'est ton récit, et tes intentions qui comptent en premier lieu, non ? Tu veux éviter des erreurs ou des petits couacs, certes. Mais le projet se trouve encore à ses débuts, tu vois ? Je dirais que tu as d'autres éléments sur lesquels te prendre la tête ? (Outre le fait de clore un autre projet sur le point d'être terminé... Lol)

Tu sembles dire que ce projet serait en partie inspiré d'un autre. Aucun souci avec ça de mon côté. Et les camarades t'ont donné des conseils que je trouve judicieux : en partant sur de la romance, tu auras a priori moins de focalisation sur ton worldbuilding. Du coup, je te conseillerai ceci : rédige et envisage ton récit dans l'esprit avant tout d'une romance, sans trop te prendre la tête sur le genre littéraire dans lequel tu veux l'ancrer. Fait le dans l'imaginaire, dans un monde fictif. Et pose toi la question du genre littéraire à partir de ton univers après coup.

Peut-être même que l'inspiration du genre va te venir en cours d'écriture ? Que le récit achevé va t'apporter des infos à ce sujet ? Vu comme tu sembles construire ton récit, je pense que tu devrais te préoccuper de ce que tu veux raconter avant tout : l'idée d'une romance avec mariage arrangé. Que veux-tu raconter avec ? Quelle est ton intention en utilisant ce pivot narratif ? Qu'est-ce que ta sensibilité va apporter dans le récit ? Je pense que lorsque ces questions seront bien avancées, ainsi que le récit, ton choix pourrait s'éclaircir davantage ? Ou en tout cas, que d'effectuer ce choix après coup ne serait pas rédhibitoire, et reste possible pour que ça reste cohérent.

Après, je peux aussi comprendre ceux qui ont besoin de fixer ces éléments avant de se lancer, auquel cas... Ben oublie ce conseil ! Lol mais je pense que tu devrais d'abord te fixer sur ce que toi tu as envie de faire dans cette idée, et ensuite faire/construire en fonction de cela, plutôt que l'inverse. Fais ce que ton instinct veut, car il est facteur de tes intentions et de ta vision. Tu pourras moduler ta manière de genrer ton œuvre sur le plan littéraire ensuite pour moi.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1019
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal



Citation :
D'ailleurs dans la romantasy type Twilight, il n'y a pas de magie non plus dedans, seulement des vampires et des loups-garous non ?

C'est quand même pas mal magique les vampires et les loups-garous.
https://fabiendelorme.fr
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Citation :
Tu peux faire qu'elle se déroule dans un monde alternatif même sans magie ?
Oui c'est vrai. Mais j'ai peur de m'écouter maintenant, parce que la dernière fois que je l'ai fait, que j'ai écrit juste pour le fun et sans penser aux lecteurs ni à rien, mon roman a été un flop Laughing Mais oui, j'ai du mal à me voir rajouter de la magie dedans juste histoire de dire que c'est de la fantasy pure, surtout que bon, dans ma romantasy y a quand même une grande partie de fantasy donc ça s'expliquait, avec des combats avec de la magie et tout, mais là dans ma romance, y aura pas de combats donc je ne vois pas trop l'intérêt de dire oui y a de la magie juste pour dire y a de la magie

Merci SARASHINA ! Je ne connaissais pas du tout Smile

Citation :
Après le coté historique est pas forcément dramatique s'il est pas respecté, pour certains auteurs les pays étrangers et les pays imaginaires c'est pas si différent.
Ouais mais il faut des bases quand même, or moi je n'y connais vraiment rien Laughing à tous les coups, je serais cap de mettre un téléphone à l'époque de la Renaissance Laughing

BM : Comme je le disais, la dernière fois que j'ai fait ça, mon roman a été un flop total. Je préfère maintenant m'intéresser aux aspects techniques avant de commencer le roman, histoire de savoir dans quoi je m'embarque. Mais oui, je vais faire ça : écrire une romance dans un monde imaginaire sans magie puisque ça a l'air de se faire. De toute façon, ce qui comptera sera la romance et je le vendrai comme de la romance pure et non comme de la romantasy.
Je ne pense pas que les choses vont changer quand j'aurais commencé à l'écrire, généralement je pense à quelque chose et je m'y tiens Laughing Mais bon, il faut que je prenne du plaisir à l'écrire et ça va me gaver de devoir me creuser la tête pour rajouter de la magie, ça se verra que ça sera forcé.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1019
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Très franchement j'ai l'impression que tu te casses la tête pour pas grand-chose. Écris l'histoire comme tu le voudrais, c'est-à-dire, manifestement, dans un passé et une géographie imaginaires mais sans élément surnaturel, et tu réfléchiras au marketing plus tard (quitte à légèrement retoucher deux ou trois trucs dans le texte si ça s'avère vraiment nécessaire).

Si Hergé s'était dit "ouiiii mais la Bordurie c'est pas un pays qui existe, donc devrais-je rajouter de la magie dans Tintin pour en faire une BD de fantasy" il n'aurait jamais rien publié.
https://fabiendelorme.fr
 
Sarashina
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  295
   Âge  :  40
   Localisation  :  Au pays de l'Oiseau d'Or
   Date d'inscription  :  12/07/2023
    
                         
Sarashina  /  Autostoppeur galactique


Oui de toute façon, ce sera l'éditeur qui te dira ! Une amie pensait écrire du Réalisme magique mais son éditeur a classé son roman dans le genre "romance" au final.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1019
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Autre exemple, Diana Gabaldon, quand elle a écrit le premier tome d'Outlander, pensait avoir écrit de la SF (eh oui, une histoire de voyage dans le temps et tout), l'éditeur lui a dit "haha, en vrai t'as écris une romance, on va vendre ça comme une romance, on va se faire des pépettes en or". Et ça a plutôt bien marché.
https://fabiendelorme.fr
 
AileMo
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  114
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  14/07/2023
    
                         
AileMo  /  Barge de Radetzky


J'ai deux exemples très différents de fantasy sans magie qui me viennent :

- Guy Gavriel Kay. Ses histoires se déroulent dans des pays imaginaires, mais qui peuvent évoquer différentes époques/régions réelles. Par exemple Tigane se déroule dans un monde qui évoque l'Italie de la Renaissance. Son world building est très (très) développé et chacun de ses bouquins est un pavé de 2 bons kg.
Pour autant la magie n'y occupe une place que très ténue. Dans Tigane par exemple, les personnages principaux luttent contre deux tyrans dont on nous dit qu'ils sont mages. Mais lesdits mages n'utilisent leur magie qu'à deux reprises sur 800 pages, et l'un des deux cas est la grande bataille finale, qui se joue à coups d'épée.
La même histoire aurait donc très bien fonctionné sans magie. Simplement, le fait que ces tyrans soient des "mages" leur donne une aura qui les fait craindre, ce qui explique que personne n'ait osé se révolter plus tôt.

- C.S. Pacat. Sa trilogie du Prince captif, qui est une romance MM, a eu un succès planétaire. L'histoire se déroule dans un univers qui ressemble pour moitié à la Grèce antique et pour moitié à la France médiévale. La romance est le nœud de l'histoire, pour autant, l'univers, les combats et les intrigues politiques sont suffisamment bien construits pour que l'on prenne du plaisir à la lecture même sans être le cœur de cible. Et pour le coup, il n'y a absolument pas de magie. C'est pourtant sorti chez Bragelonne et étiqueté comme fantasy.

J'espère que cela t'aidera !  Smile
 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1836
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Crachez-le aussi fort que vous voulez, ça ne sert à rien. Car je ne suis pas un déviant.
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Journal du posteur


Ce n'est pas parce que tu as eu une mauvaise expérience en faisant confiance à ton instinct qu'il ne faut plus le faire. Je comprends, je t'assure, ce n'est pas évident. Mais une occurrence ne conditionne pas tout. Il faut te redonner confiance
dans ton propre instinct, car à la fin, c'est lui qui sera présent quotidiennement.

Tu vois, tu as forcé le trait avec ton exemple que tu serais capable de placer un téléphone dans un monde renaissance : eh bien c'est typiquement le genre de chose qui n'est pas grave, ça, tu pourrais le modifier une fois ton récit terminé. Et il en sera de même pour la magie ou non, si elle reste de l'ordre de l'habillage de ton univers. Si tu as finalement envie de la rajouter, tu pourrais très bien l'inclure à travers des petites descriptions, comme la matérialiser en toile de fond, plus que corrélée à tes intentions principales.

Je ne te parlais pas forcément de faire des changements majeurs une fois terminé. Mais du coup oui, d'écrire ta romance comme tu le veux, et qu'ensuite, l'affaire de genrer sur le plan littéraire pourrait être modulé ensuite, de l'ordre de l'ajustement.

Oui voilà, cadre bien certaines choses, mais de sorte à conserver du plaisir dans ton premier jet. Car si ton premier jet est une contrainte et plus oppressant qu'autre chose... J'ai souvent tendance à voir le premier jet comme le vrai plaisir de l'écriture, le moment où ce n'est que déroulement créatif pur. Et que c'est ensuite que le travail d'ajustement commence. Ce travail est parfois usant et éprouvant. Donc il ne faudrait pas se priver de la partie pour plaisir créateur de l'écriture !
 
Sarashina
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  295
   Âge  :  40
   Localisation  :  Au pays de l'Oiseau d'Or
   Date d'inscription  :  12/07/2023
    
                         
Sarashina  /  Autostoppeur galactique


fabiend a écrit:
Autre exemple, Diana Gabaldon, quand elle a écrit le premier tome d'Outlander, pensait avoir écrit de la SF (eh oui, une histoire de voyage dans le temps et tout), l'éditeur lui a dit "haha, en vrai t'as écris une romance, on va vendre ça comme une romance, on va se faire des pépettes en or". Et ça a plutôt bien marché.

Maintenant que j'y pense, Bridgerton c'est aussi dans un monde imaginaire, au niveau en tout cas de la représentation dans la noblesse et l'absence des règles réelle de la société (chaperon etc). Je n'ai pas lu le livre, seulement vu les séries, et ça se contente de parler de la romance, sans évoquer aucun autre élément important de cette époque (qui en recèle pourtant pas mal avec la perte par ex des colonies en Amérique!) L'auteur n'a gardé que le cadre et joué avec.

Gotham aussi est imaginaire dans Batman.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 De la fantasy sans magie, c'est possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-