PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-42%
Le deal à ne pas rater :
-42% Samsung TV QLED 4K 65″ 164 cm – TQ65Q64C 2023
699 € 1199 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Accord oral changeant d'un éditeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  492
   Âge  :  37
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Pour qui sonne Lestat


Bonjour tout le monde,

J'aurais bien besoin de vos retours et conseils sur cette situation :

L'an dernier, J'ai soumis un manuscrit à un éditeur d'une maison tout à fait respectable (en taille et en réputation), qui l'a refusé, mais qui m'a demandé si j'avais d'autres projets en cours car il avait bien aimé ma plume.

Je lui ai répondu que j'avais de nombreux projets, mais encore aucun autre manuscrit complètement rédigé.
"C'est pas grave, dites-moi quand même".
Alors je lui ai envoyé 7 pitchs et, deux jours plus tard, il me répondait en aimer 3 et vouloir me rencontrer.

L'entretien a duré deux heures, et à la fin, il m'a dit "je veux faire les 3, donc commençons par le premier, mais comme je n'ai jamais signé personne sur un pitch, faites-moi d'abord un synopsis. S'il me plait, on signera, vous aurez un contrat, une avance, tout ça".

Alors j'ai fait un synopsis détaillé que je lui ai envoyé mi-juillet.
En attendant sa réponse, j'ai commencé à bosser sur les synopsis des deux autres pitchs.

Mi-octobre, il m'a répondu qu'ils avaient adoré le synopsis et qu'ils étaient partants. Il m'a demandé si j'avais commencé à l'écrire, si je savais combien de signes il ferait environ, et m'a reposé des questions sur mon roman 1, qui venait de gagner aux Murmures Littéraires.

Du coup, j'ai répondu à ses questions, l'ai assuré que j'écrivais assez vite, surtout quand j'ai déjà un synopsis tout tracé comme ça, et j'ai relancé en lui rappelant ce qu'il m'avait dit à propos du contrat.

De nouveau aucune réponse pendant trois mois.

De mon côté, je commence à écrire le bouquin dès sa réponse d'octobre, mais je suis de plus en plus mal à l'aise de ne pas avoir de réponse, mais si je sais que les éditeurs vivent dans un autre espace-temps que les auteurs, qu'il y a toujours la rentrée littéraire, puis le salon du livre, puis ci, puis ça...

Du coup le 1er janvier 2023 arrive, et j'en profite pour lui envoyer un mail de voeux et le relancer sur mes questions, et notamment celle du contrat.

Là, il me répond en quelques jours, que pour le contrat, ils signent sur un synopsis uniquement pour les auteurs avec qui ils ont l'habitude de travailler. Pour les autres, ils attendant de voir le manuscrit.

À votre avis, je fais quoi ?
J'avale la pilule et je finis d'écrire le manuscrit avant de lui répondre, pour le lui soumettre ?
Ou je réponds que je suis étonnée car ce n'était pas ce qu'il m'avait dit lors de l'entretien, que du coup je m'attendais à finir d'écrire ce livre en ayant signé avec eux, même si de toute façon j'ai bien l'intention de terminer une v1 le plus vite possible ?

Vous feriez quoi à ma place ?
Je sais bien que je suis dans une position où j'ai tout à perdre, et lui, tout à gagner, mais s'il ne m'avait pas donné son go sur ce projet, je ne serais pas en train d'écrire celui-là en ce moment, mais de finir ma trilogie qui me tient tellement à cœur...

Merci pour vos conseils...
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


C'est pas très cool de sa part, mais si j'étais toi je finirais ce nouveau roman.
Au pire, t'auras un roman fini.

Ta trilogie compte aussi mais si j'ai bien compris, elle est plus difficile à placer (rien que parce que c'est une trilogie, déjà...). Donc je mettrais la priorité sur l'autre roman.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  492
   Âge  :  37
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Pour qui sonne Lestat


elopez7228 a écrit:
C'est pas très cool de sa part, mais si j'étais toi je finirais ce nouveau roman.
Au pire, t'auras un roman fini.

Ta trilogie compte aussi mais si j'ai bien compris, elle est plus difficile à placer (rien que parce que c'est une trilogie, déjà...). Donc je mettrais la priorité sur l'autre roman.

Merci pour ton message.
Oui, c'est ce que je compte faire quoi qu'il arrive, mais je me demandais si ça servait à quelque chose de lui répondre, et de lui rappeler ce qu'il m'avait dit quand on s'était rencontrés...
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5575
   Âge  :  124
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Ça vaut ce que ça vaut, mais personnellement, je terminerai le manuscrit et je laisserai passer l'agacement.

Puisque tu es déjà bien avancée, autant aller jusqu'au bout, et au pire, si ça ne fonctionne pas avec cet éditeur là, tu seras libre d'aller le proposer à d'autres, ça ne sera pas perdu. Et puis après, tu pourras te remettre à ta trilogie l'esprit tranquille. =)

(Tiens, Elopez a été plus rapide.)
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  492
   Âge  :  37
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Pour qui sonne Lestat


Mokkimy a écrit:
Ça vaut ce que ça vaut, mais personnellement, je terminerai le manuscrit et je laisserai passer l'agacement.

Puisque tu es déjà bien avancée, autant aller jusqu'au bout, et au pire, si ça ne fonctionne pas avec cet éditeur là, tu seras libre d'aller le proposer à d'autres, ça ne sera pas perdu. Et puis après, tu pourras te remettre à ta trilogie l'esprit tranquille. =)

(Tiens, Elopez a été plus rapide.)

Héhé, merci.
Oui, je pense que je vais faire ça...
C'est vrai qu'au pire, s'il change encore d'avis, j'aurais au moins un nouveau roman terminé.
Mais bon, c'est pas hyper cool, oui confused
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Très étrange expérience. Et très désagréable surtout. Cet homme est-il éditeur-employé ou éditeur-chef d'entreprise ? Si je pose la question, c'est parce que je relativiserais dans le premier cas et j'aurais envie de fuir dans le second. En tout cas je ne voudrais pas travailler avec lui. J'ai l'impression pénible qu'il t'a manipulée/menti pour obtenir ce qu'il voulait.

Je suis néanmoins d'accord avec les commentaires précédents. Puisque tu as un roman en cours (ça reste l'un de tes projets, après tout), autant le terminer avant de passer à autre chose.


Dernière édition par Winger le Mar 10 Jan 2023 - 13:14, édité 1 fois
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Mokkimy a écrit:
Ça vaut ce que ça vaut, mais personnellement, je terminerai le manuscrit et je laisserai passer l'agacement.

Puisque tu es déjà bien avancée, autant aller jusqu'au bout, et au pire, si ça ne fonctionne pas avec cet éditeur là, tu seras libre d'aller le proposer à d'autres, ça ne sera pas perdu. Et puis après, tu pourras te remettre à ta trilogie l'esprit tranquille. =)


Je valide. Et je ne relancerai pas.
Termine ton roman, puis quand il sera prêt, envoie le à l'éditeur en réponse à vos échanges précédents, avec un petit message "comme convenu lors de notre rencontre à telle date, je vous adresse ci-joint le manuscrit ceci cela."
Comme ça ça lui rappelle factuellement et poliment qu'il t'a reçue en tête à tête et t'a demandé de lui soumettre ce projet ; ce que tu as fait.

Puis ensuite tu verras bien. S'il te plante, c'est pas correct de sa part. Mais au moins t'as un manuscrit tout neuf.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Licoupeille
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  672
   Âge  :  42
   Date d'inscription  :  21/04/2013
    
                         
Licoupeille  /  Hé ! Makarénine


Tu ne gagneras rien à te fâcher avec lui.
A ta place, je terminerais et je lui enverrais.

Il est aussi possible que tu aies mal compris / qu'il se soit mal exprimé.
Du peu que j'ai discuté avec lui, il m'a semblé réglo.

Allez, ça va le faire quand même !
https://chezjulienartigue.wixsite.com/monsite
 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  492
   Âge  :  37
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Pour qui sonne Lestat


Winger a écrit:
Très étrange expérience. Et très désagréable surtout. Cet homme est-il éditeur-employé ou éditeur-chef d'entreprise ? Si je pose la question, c'est parce que je relativiserais dans le premier cas et j'aurais envie de fuir dans le second. En tout cas je ne voudrais pas travailler avec lui. J'ai l'impression pénible qu'il t'a manipulée/menti pour obtenir ce qu'il voulait.

Je suis néanmoins d'accord avec les commentaires précédents. Puisque tu as un roman en cours (ça reste l'un de tes projets, après tout), autant le terminer avant de passer à autre chose.

C'est le boss de la boite, le directeur des publications ^^
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1091
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Effleure du mal


Coucou !

J'aurais personnellement une approche un peu différente, car je trouve l'attitude assez peu professionnelle et je pense que tu mérites un peu plus de  considération, car c'est sur demande  de l'éditeur que tu as rédigé ses synopsis. Qu'ils soient refusés est une chose, qu'on te fasse miroiter un espoir de signature à l'état de projet pour se raviser après en est une autre.

A ta place, j'enverrais un mail à l'éditeur - sans aucune dimension accusatoire bien évidemment - pour rappeler votre discussion passée. Je tournerais le post sous forme d'un "seriez-vous toujours intéressé pour recevoir en priorité ce projet, avant que le manuscrit soit terminé ?". Quitte à proposer de leur envoyer le manuscrit à un état plus avancé qu'initialement prévu ("peut-être que mon manuscrit terminé aux deux tiers vous permettrait déjà d'entrevoir si oui ou non vous vous projetez avec ce texte ?")

Tu n'es pas n'importe qui : tu as passé deux heures d'entretien, tu as su séduire avec ton pitch, tu es en mesure d'attendre qu'on donne corps aux "promesses" (qui n'en étaient pas vraiment, mais qui semblaient avoir valeur d'engagement) qu'on t'a faites. Ils ont donc déjà techniquement "travaillé" avec toi et appris à te connaître, même sans contrat. Dans cette situation, je pense que tu peux te permettre de relancer en demandant s'ils tiennent (après cet entretien) à conserver la tête dans ta liste d'envoi, ou s'ils acceptent de recevoir le manuscrit fini... en même temps que les autres éditeurs.

J'ai tendance à penser que là-dedans, tu as plus de pouvoir que tu ne le crois. S'ils ont pris du temps pour toi, c'est que tu les intéresses. Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit plus haut : tu n'as rien à perdre et tout à gagner, puisque tu n'as pas encore de proposition de contrat concrète. Ce n'est pas une demande pareille qui fera sauter tes chances (et si ça fait sauter tes chances, c'est que le partenariat n'aurait peut être pas été si génial que ça) d'éditer chez eux, au contraire. L'audace et l'aplomb (tant qu'elles ne sont pas de l'arrogance ou une insistance mal placée) aident à t'affirmer en tant qu'auteur.

En matière d'édition, je pense qu'il est important de se cramponner à la petite puissance qu'on a. Aucun éditeur n'aurait passé 2h avec toi s'il n'avait pas entrevu du potentiel et un intérêt à te signer, je t'encourage donc vivement à relancer sur ce qui avait été énoncé, tout à fait factuellement.

Le pire que tu risques c'est qu'ils réitèrent leur "non, merci, on préfère recevoir le manuscrit fini". Auquel cas, ça ne serait pas très pro, mais tu n'auras strictement rien perdu dans l'affaire et tu auras joué tes cartes.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


C'est vrai.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Radischat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4171
   Âge  :  27
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Radischat  /  Guacamole de radis rouges


Quand je lis ce genre d'histoires (ce n'est pas première fois sur ce forum) j'ai toujours envie de rappeler qu'un éditeur, ou tout employé, ne travaille jamais seul ; et que même s'il est enthousiasmé et utilise des grands mots, il y a toujours des comptes à rendre et des discussions à avoir avec le reste de l'équipe : lui était partant, mais d'autres ont du lui mettre un petit frein et lui rappeler le protocole de sélection. Surtout dans une économie en pleine inflation où une publication papier, ça ne peut pas se faire sur un coup de tête.

Devoir donner le manuscrit d'abord, c'est un frein, mais pas le pire, c'est assez honnête, j'ai envie de dire.
Une petite douche froide pour toi j'imagine, mais comme disent les autres : à la fin, tu auras quand même un roman de qualité.


Citation :
ARTICLE L132-2 DU CPI : "Ne constitue pas un contrat d'édition, au sens de l'article L. 132-1, le contrat dit à compte d'auteur."


Accord oral changeant d'un éditeur Capture_decran_2021-10-24_a_18.21.26
 
Licoupeille
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  672
   Âge  :  42
   Date d'inscription  :  21/04/2013
    
                         
Licoupeille  /  Hé ! Makarénine


Azaby a écrit:

Le pire que tu risques c'est qu'ils réitèrent leur "non, merci, on préfère recevoir le manuscrit fini". Auquel cas, ça ne serait pas très pro, mais tu n'auras strictement rien perdu dans l'affaire et tu auras joué tes cartes.

Le pire qu'il risque c'est surtout "finalement, vu comme vous êtes relou, on ne souhaite pas continuer à travailler avec vous".

Je me suis déjà fait virer d'une ME qui m'avait envoyé un contrat pour moins que ça.
https://chezjulienartigue.wixsite.com/monsite
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1091
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Effleure du mal


Licoupeille a écrit:
Azaby a écrit:

Le pire que tu risques c'est qu'ils réitèrent leur "non, merci, on préfère recevoir le manuscrit fini". Auquel cas, ça ne serait pas très pro, mais tu n'auras strictement rien perdu dans l'affaire et tu auras joué tes cartes.

Le pire qu'il risque c'est surtout "finalement, vu comme vous êtes relou, on ne souhaite pas continuer à travailler avec vous".

Je me suis déjà fait virer d'une ME qui m'avait envoyé un contrat pour moins que ça.


C'est là aussi un avis personnel mais je ne souhaiterais pas travailler avec une maison d'édition qui estime que je suis reloue parce que je relance sur une discussion eue précédemment. Laughing

Parce que si ça coince pour quelque chose comme ça, qu'est-ce que ça donnera au niveau de la négociation des contrats ? Des désaccords sur des questions éditoriales ? De la transparence au niveau des travaux de correction ?

Je ne pense pas qu'on soit relou d'interroger sur des échanges passés (surtout qu'ici, ça a été de longs échanges), et j'estime que la transparence vis à vis des questions/inquiétudes doit être la base dans une relation éditoriale.

Ça m'est déjà arrivé aussi de me faire "annuler" (en toute illégalité bien sûr) un contrat suite à un mot de travers, et rétrospectivement... je suis bien heureuse de ne pas avoir bossé avec des gens qui prennent les questions pour des attaques. Loin de moi l'idée de dire que tout est dû à l'auteur, ou qu'il est légitime d'harceler des éditeurs. Mais les questions de ce genre me semblent tout à fait légitimes, et je pense qu'aucun éditeur sain dans son exercice professionnel ne se braquera pour ça.

Enfin, encore une fois c'est une opinion perso. Mais je ne pense pas qu'on doive serrer les dents et attendre quand quelque chose chez un éditeur nous inquiète : sans parler de se rebiffer, ou d'être agressif ni même à l'offensive... on ne devrait pas s'empêcher de poser des questions, quand elles sont raisonnables et sincères.

On est aussi des acteurs dans le monde du livre, aucune raison qu'on soit passifs face à des comportements qui nous interrogent : je crois vraiment que dans une relation édito saine, on doit pouvoir s'autoriser les questions. Est-ce que tu te sentirais bien, de bosser avec un éditeur que tu crains d'offenser avec des questions ou des relances (raisonnables, encore une fois) ?

Parce que sincèrement, à titre personnel, ça me gênerait beaucoup.
 
Ed.n
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  382
   Âge  :  42
   Localisation  :  '
   Pensée du jour  :  On verra demain
   Date d'inscription  :  23/11/2022
    
                         
Ed.n  /  Tapage au bout de la nuit


Je rejoins Azaby, tu n'as aucune pilule à avaler à la lecture de ce que tu décris. Pour moi si les premiers engagements oraux ou écrits ne sont pas tenus, ça ne présage rien de bon pour la suite d'une relation pro, donc je relancerai une dernière fois poliment et je passerai mon chemin en allant voir ailleurs quitte à tout perdre, sauf si tu comptes dessus pour manger... et encore.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Accord oral changeant d'un éditeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-