PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount : -30€ dès 300€ d’achat sur une sélection Apple
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 La police d'écriture au secours de la tonalité, fausse bonne idée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Mika
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  805
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  11/07/2022
    
                         
Mika  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Jdoo a écrit:
je voudrais pas dire, mais je ne pense pas que ce soit une très très bonne idée. Mais ça reste entre nous, je voudrais pas que cela, chez vous, engendre quelques courroux.... PROUT ! Mais qui a pété ! ?

Hihi Very Happy
 
@now@n
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2075
   Âge  :  33
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Je prends bien en note toutes vos remarques pour ne surtout pas les appliquer dans le roman le plus autoindulgent que j'écris. :mrgreen:
Pardon je rigole à moitié. Il faudrait que je revienne parler de comment j'en suis venue à y recourir de façon vénère dans ledit roman, quand bien même je sais que c'est amateur et grossier.
http://anowan.blogspot.com/
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1066
   Âge  :  32
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Constamment Fabulous


"Amateur"... Oui et non. De l'amateurisme, c'est juste mal maîtriser le truc / ne pas avoir conscience d'y avoir (mal) recours. Quand c'est voulu, maîtrisé (et démontré que ça l'est), peut-on encore vraiment parler d'amateurisme ?

Un peu comme les clichés, je dirais. Tu peux les utiliser consciemment et jouer avec, ou tu peux t'enfermer dedans et ne même pas comprendre que ce que tu fais est cliché.
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  172
   Âge  :  36
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Tycho l'homoncule


Je suis d'accord avec Chimère.

Dans un roman, on peut tout faire (je viens de lire La Maison des Feuilles alors au niveau présentation de fou, je pense être vaccinée). Changer de police, mettre en gras, en couleurs, écrire à l'envers, inventer une langue...

Mais pour tout choix un peu "hors normes", tu dois pouvoir le justifier devant un éditeur et, pire encore, devant un lecteur relou comme moi. Parce que moi, je te demanderai des comptes si tu as un personnage qui hurle dans tous ses dialogues, sans que ça soit justifié par le contexte ou certaines règles internes au roman.

Pour reprendre l'exemple de La Maison des Feuilles (je te le conseille, si tu veux un exemple de typo particulière), la typo suit des règles. Pour certaines, on te les donne explicitement. Pour d'autres, tu le comprends assez vite.
Règle n° 1 : la police change en fonction de celui qui écrit (dans l'histoire, il y a plusieurs auteurs).
Règle n°2 : tout ce qui a été supprimé par un des auteurs est en rouge et biffé (quand ça a pu être récupéré) ou remplacé par d'autres signes selon la situation : [ ] pour les trous dans le papier, XXXX quand c'est irrécupérable...
Règle n°3 : le sens de lecture change en fonction d'où on est dans le labyrinthe.
Règle n°4 : le texte (et sa clarté) évoluent en fonction du degré de folie de son auteur.
et tout ceci est justifié par la principale règle : le labyrinthe, ce n'est pas seulement le roman (l'histoire) mais le roman (l'objet).

Donc, si tu as un personnage qui parle en gras, en vert ou en majuscules (ou capitales), il faut que ça soit justifié par autre chose que "je voulais faire un style différent". Il faut que, dans ton histoire, ton personnage ne puisse pas parler autrement qu'en gras, en vert ou en majuscules/capitales.
La seule explication que je vois à ce niveau pour les cris en majuscules et les chuchotements en plus petit, c'est un univers où ce que les personnages disent se reflète dans ce qui est écrit, un univers où il y a une forme de magie dans l'écriture (ça me fait penser à Coeur d'encre de Cornelia Funke ou La bibliothécaire de Gudule). Plutôt de la littérature jeunesse, donc.

Dans un genre destiné aux adultes (si on excepte la SFFF où les règles sont également plus souples), et sans vouloir me substituer à un comité de lecture, je ne vois pas d'éditeur qui accepterait ce genre de liberté, à moins que ça ne soit complètement assumé et totalement justifié.
En-dehors de la SFFF où il pourrait y avoir un lien de causalité entre l'histoire et la présentation physique du texte, je ne vois pas quel genre d'univers donnerait une explication à une telle présentation. Il faut tout de même une forme de "magie" (qu'on l'explique par des phénomènes surnaturels ou de la science) pour que l'histoire sorte de l'histoire...
https://hortensemerisier.com/
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3289
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


ça me fait penser à "Les furtifs" d'Alain Damasio, où j'ai trouvé que tout était fumeux et prétentieux, y compris sa passion pour lḛṩ ṫṝḝmặṩ ṡủṙ ḽệṥ Ḹẹṭṭṝḛṧ pour faire disruptif. Pffff
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez En ligne
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 La police d'écriture au secours de la tonalité, fausse bonne idée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-