PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 nombre d'exemplaires vendus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1028
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


J'ai vu cette stat de 12 bouquins passer aussi. Et pour ceux qui se disent "oui mais les petits éditeurs tirent la moyenne vers le bas" : on parle du Big 5, les 5 mastodontes de l'édition américaine, c'est donc une valeur médiane de 12 exemplaires vendus *parmi les livres édités par les géants du secteur*. Si on inclut les petits éditeurs, je n'ose pas imaginer le résultat.
https://fabiendelorme.fr
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2762
   Âge  :  40
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


fabiend a écrit:
on parle du Big 5, les 5 mastodontes de l'édition américaine

Le Big 4 du coup ^^"
 
Aquae
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1024
   Âge  :  25
   Localisation  :  le plus près possible d'une forêt
   Date d'inscription  :  01/12/2016
    
                         
Aquae  /  Amazone du Dehors


Marie-Do a écrit:
Il semblerait que ce soit assez commun pour les éditeurs de ne pas communiquer tous les 4 matins à ce sujet (pour quelle raison ? si certains peuvent m'éclairer ?)
En fait, même pour les maisons d'édition, c'est très compliqué de connaître les chiffres de vente au jour le jour, surtout dans les premiers mois de vie d'un livre, justement à cause du système des retours. Il faut attendre que les librairies renvoient tous les invendus pour avoir des chiffres fiables Smile Et comme ces invendus peuvent s'élever à plusieurs centaines d'exemplaires, il vaut mieux attendre avant de communiquer les chiffres à l'auteurice, vu que ce serait hyper décevant pour lui ou elle de voir de tels rabais quelques semaines plus tard.
Aussi, quand les chiffres de vente sont faibles (mais ce n'est pas ton cas, apparemment), les ME peuvent attendre que ça monte un peu avant d'informer leurs auteurices, pour ne pas les décourager.

Marie-Do a écrit:
Mi-Février, j'ai reçu un message de la directrice de ma maison d'édition me félicitant pour un article assez important sorti dans la presse et me disant texto : "On en est à 837 ventes et ça continue !". Cela m'a surprise puisqu'ayant été réimprimé fin novembre, je pensais en être du coup à plus de 1000 ! Alors réimpression n'est pas forcément égal à vente ? ( je suppose qu'il y a des exemplaires partis aussi dans la nature avec service de presse et autre)
En général on n'attend pas d'être en rupture de stock pour réimprimer, sinon le livre risque d'être indisponible pendant plusieurs semaines (voire plusieurs mois, étant donné la crise du papier), ce qui peut signer son arrêt de mort. S'il se vend bien dès les premiers jours, une réimpression peut être lancée alors même que moins de 100 exemplaires ont été écoulés Wink Ce qui, pour autant, ne présage pas toujours de la suite.

Marie-Do a écrit:
-pourquoi un éditeur décide de ne pas faire une version numérique sur un titre mais uniquement une version papier (je ne comprend pas l'intérêt, ça fait forcément moins de ventes au final)
Pour apporter un élément de réponse supplémentaire : il faut savoir aussi que les livres numériques ne se font pas en claquant des doigts, on ne peut malheureusement pas se contenter d'exporter un pdf à partir de la maquette de la version papier. Il faut environ une demi-journée de travail pour faire un ebook Smile Donc il suffit que ton éditeur ait d'autres urgences et ça peut être repoussé... Après, c'est sûr qu'un an après la sortie papier, ça commence à faire long.
Vérifie peut-être dans ton contrat si tu avais cédé les droits numériques ? Parfois, il faut faire un avenant et ça prend un peu de temps aussi.
En tout cas je suis curieuse de connaître la réponse de ton éditeur !

Marie-Do a écrit:
Quel est le "score" honorable pour la vente d'un livre ? sur quelle durée ça se juge ?
En ce qui concerne la durée, tout dépend s'il s'agit ou non d'un livre "de fond" Smile (ce qui est très compliqué à définir par ailleurs) Pour donner un exemple, Minuit est une maison d'édition qui, depuis le début, mise tout sur son fond : ses livres se vendent à peu d'exemplaires chaque année, mais ça dure pendant des décennies.
À l'inverse, certains livres ont une durée de vie très limitée, surtout dans le domaine du pratique et du scolaire. Là, au bout d'un an, tu as fait la quasi-totalité des ventes que tu pouvais espérer.
En littérature c'est assez imprévisible mais en général, comme le disait Enir, les trois premiers mois sont décisifs Smile Après, il peut toujours y avoir des remises en vente si tu publies d'autres livres avec la même ME, et puis il y a l'éventuel passage en poche !
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1028
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Aquae a écrit:
il faut savoir aussi que les livres numériques ne se font pas en claquant des doigts, on ne peut malheureusement pas se contenter d'exporter un pdf à partir de la maquette de la version papier. Il faut environ une demi-journée de travail pour faire un ebook Smile

Si en 2022 un éditeur met une demie-journée pour produire un e-book à partir d'un manuscrit dont il a la version finale, il est grand temps qu'il se mette à la page (sic). Avec des outils comme Vellum, produire un epub de qualité professionnelle à partir d'un manuscrit en .docx ça prend maximum 10 minutes, et j'imagine qu'il y a des outils encore plus performants pour ceux qui en produisent vraiment beaucoup.

@Marie-Do, si tu n'as pas cédé les droits numériques, ça peut aussi valoir le coup d'autoéditer la version numérique, tu aurais alors le beurre (la campagne marketing réalisée par l'éditeur) et l'argent du beurre (la quasi-totalité des revenus dans ta poche).
https://fabiendelorme.fr
 
marie-do
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  04/07/2020
    
                         
marie-do  /  Pippin le Bref


Merci pour vos réponses et compléments d'information.
J'ai cédé aussi bien les droits papier que les droits d'exploitation numérique, c'est dans le contrat. Il est aussi noté que l'éditeur s'engage à publier dans les 15 mois à priori mais il y a je ne sais combien d'autres clauses et j'avoue que je m'y perds un peu !!
Je vous dirai ce qu'il en est quand ma maison d'édition m'aura répondu
 
JMK1
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  16/04/2024
    
                         
JMK1  /  Début de partie


Bonjour à tous,

Je viens de tomber sur le forum et c’est intéressant de voir ces différentes expériences relatées en matière de ventes… ou de non-ventes de bouquins.

Pour ma part, j’ai autoédité un livre de photos de 300 pages en mode « beaux livres » avec couverture en toile -quitte à en faire un et ce sera ptet le seul de ma vie, autant faire les choses bien- avec une proportion 1/5 de textes et 4/5 de photos. Clairement, ce n’est pas un livre orienté grand public, plutôt de niche. Un livre vendu dans le commerce entre 50 et 60 euros. J’espère ne pas être complètement HS pour les modos, vu que ce n’est pas uniquement de l’écrit.

J’ai tenté de me faire publier par des ME, sans trop d’espoir, dans un premier temps ; puis essuyant refus sur refus avec de temps à autre un intérêt plus marqué cela dit, j’ai décidé de m’autoéditer, 500 exemplaires, donc un peu ambitieux pour un premier livre de photos et néophyte.

Je zappe les joies des péripéties pour trouver l’imprimeur, les devis, la réception des livres etc.

J’ai sorti mon livre il y a un an, en avril 2023, et aujourd’hui donc un an plus tard, alors que les ventes s’essoufflent un peu, j’en ai vendu environ 290 copies. Donc, je suis rentré dans mes frais aujourd’hui et je commence à prendre 3 sous dessus.

On peut dire qu’il y a eu trois temps principaux pour les ventes :

-Le tout début, le bouche-à-oreille qui en a découlé et le soutien indéfectible de ma librairie spécialisée qui m’a pris et bien payé des livres, on ne parle pas de dépôt/vente ici ; aujourd’hui, j’ai dû en vendre une centaine via son biais.

-un grossiste spécialisé « beaux-arts » qui m’a fait deux belles commandes pour environ un tiers du nombre total, avec qui il a fallu négocier pas mal le prix, mais logique vu que ses commandes étaient substantielles

-la période avant Noël pendant laquelle j’aurais dû insister davantage avec les librairies généralistes dans lesquelles j’ai proposé mon ouvrage ; je n’ai saisi l’ampleur de la période à postériori et je m’y suis pris un peu tard en hiver, donc ça vaut le coup de se bouger pas mal en amont. C’est également valable pour les magasins à l’étranger -vu que c’est essentiellement de la photo-, j’imagine que c’est moins le cas quand c’est de l’écrit uniquement. Aujourd’hui, mon livre est en vente en France bien sûr, mais également en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Autriche et même en Corée du Sud.

En matière de communication, je n’ai utilisé qu’Instagram pour ma part, mais j’ai pu bénéficié des communautés de la librairie que je cite en premier et du grossiste par la suite, qui m’a contacté indirectement via Instagram.
Dans un second temps, plus ou moins mi-novembre 2023, je me suis mis à faire la chose inverse, à savoir contacter des magasins à l’étranger via Instagram/par email pour leur proposer mon bouquin. In fine, j’en ai vendus une soixantaine comme ça. Avec le recul, j’aurais dû faire les deux en même temps et que Noël soit le point d’orgue de l’année 2023.

Last, but not least, ça vaut le coup de bien cibler les endroits où vous souhaitez proposer et déposer vos livres. Même si cela fait plaisir de démarcher les librairies son bouquin à la main et qu’on vous dise que c’est un beau bouquin tout de go, même s’ils ne le prennent pas ; il faut qu’il y ait un public prêt à mettre le prix (pour mon book). On m’a dit plus d’une fois qu’il était trop cher ; coucou la cité phocéenne ou bien les magasins italiens. Il vaut mieux en déposer 5 ,dans le magasin spécialisé du coin, qui auront plus tendance à se vendre qu'un exemplaire dans chaque librairie généraliste de votre ville où il va être encore plus perdu dans des monticules d’autres livres.


 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  3117
   Âge  :  39
   Pensée du jour  :  /kick lundi
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Didon de la farce


Bonjour JMK1 et merci pour ton témoignage.
Cependant, ton premier message aurait dû être ta présentation, comme le stipulent les règles de ce forum que je t'invite à lire, merci (:


nombre d'exemplaires vendus  - Page 2 Tarepa10
Ta gueule, c'est cosmique.
https://www.instagram.com/mardi.mardiii/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 nombre d'exemplaires vendus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-