PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-11%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG 55Q70C – TV QLED 55″ (138 cm) 4K UHD 100Hz
549.99 € 619.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 Genres littéraires ; quels sont ceux que vous n'aimez pas, et pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Cabossée
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  15
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  07/06/2021
    
                         
Cabossée  /  Homme invisible


Je n'aime pas les romans d'horreur (je ne regarde pas non plus de films d'horreur). Pourtant, j'ai été une grande lectrice de Chair de poule enfant.  Genres littéraires ; quels sont ceux que vous n'aimez pas, et pourquoi ? - Page 3 1f601
Mais jamais on ne me fera ouvrir Ça ou Le mythe de Cthulhu.
Je lis peu de polars/romans policiers/thrillers, alors même que (ou parce que ?) j'apprécie les films ou les séries de ce genre.
J'aime les romans d'amour, mais je lis très peu de romances contemporaines. Les couvertures et les résumés ne me font jamais envie.
Je lis peu de romans étiquetés YA. Souvent, la quatrième de couverture m'emballe, mais le roman me déçoit (soit à cause de l'écriture pas incroyable, soit à cause de l'évolution des personnages, soit à cause de l'intrigue faiblarde).
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Cabossée a écrit:
Je lis peu de polars/romans policiers/thrillers, alors même que (ou parce que ?) j'apprécie les films ou les séries de ce genre.

Je suis de ton avis pour ta parenthèse : j'ai remarqué que je lis beaucoup moins de  policiers (pour moi des whodunit bien classiques car j'ai horreur des thrillers et de leur noirceur) depuis que je me suis habituée aux séries de même type. Pourtant certaines séries ont totalement bousillé les personnages initiaux, qui n'ont plus grand chose de commun, une fois à l'écran, avec le portrait qu'en fait leur créateur. Tant pis je les regarde en connaissance de cause (saut tout de même Agatha Raisin, là je n'y arrive pas, autant les bouquins que les adaptations, et dont je ne comprends pas le succès).

Je crois comme toi qu'on peut ne pas aimer un genre à l'écrit, mais bien l'aimer via un autre moyen d'expression.
 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  125
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Robax-Man a écrit:
Les Isekai; c'est un genre de littérature japonaise (très souvent adaptée en animé) où un type du monde normal se retrouve dans un monde fantastique.
[...]
le moyen de me convaincre vers un isekai serait bien sûr un revirement complet des clichés. Mais je doute que l'industrie japonaise soit prête à ça, mais on peut être surpris

Tu devrais t'intéresser à la prochaine anthologie qui sortira chez Projets Sillex, et dont le sujet était justement l'isekai. Ils ont sélectionné une dizaine ou une douzaine de textes, je ne sais plus, et vu la qualité de leur anthologie précédente, je pense qu'il y aura de belles surprises qui s'éloigneront des clichés. Smile
 
Henry
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  60
   Âge  :  64
   Date d'inscription  :  05/02/2022
    
                         
Henry  /  Clochard céleste


La passion avait eu des mots très juste sur les isekaï. Pour ma part, j'aime beaucoup city hunter rebirth, je ne sais pas si c'est un isekaï au sens strict, mais il y a une réelle plu-value à l'histoire originale passé les deux ou trois premier tomes. City hunter est pour moi un des meilleur manga jamais écrit, donc j'aime aussi beaucoup le petit côté fan service Very Happy
 
albireo--rêve
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  30/04/2022
    
                         
albireo--rêve  /  Homme invisible


Je vais plutôt m'exprimer en terme de roman qui m'attire ou ne m'attire pas, étant donné que je suis largement plus écrivaine que lectrice Razz .

Je dirais que je ne suis pas non plus attirée par tout ce qui est du développement personnel ou avec des "leçons de morale".

Le genre policier m'attire peu alors que je l'aime sous d'autres formes. Seulement, en roman je m'ennuie très vite. Sauf exceptions...

La science fiction éventuellement, c'est au cas par cas, si l'histoire est original.

La fantasy classique avec magie et créatures non humaines ne m'attire pas du tout.

La romance c'est au cas par cas, il faut que ce soit un peu profond.

Les romans trop réalistes sans grande originalité, ancrés à notre époque, en France.

Enfin, les romans susceptibles de m'intéresser : thème sombre, autre regard culturel, personnage principal féminin ou important, autre époque (liste non exhaustive).
 
Mika
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  916
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  11/07/2022
    
                         
Mika  /  Bile au trésor


Pour ma part, je lis un peu de tout, mais j'ai tendance à délaisser le policier, le thriller. Même si j'en ai lu de bons, c'est un style qui ne m'attire pas.

J'ai du mal avec les récits érotiques qui reflètent les drôles de fantasmes des auteurs (selon moi) et avec lesquels je n'ai aucune empathie. Pour autant, je ne suis pas contre une ou des scènes hot dans un livre.

Je n'aime pas les romans où toute l'histoire est basé sur l'axe : le héros doit sauver une princesse/sa fille/sa soeur/sa copine/sa femme etc

je n'aime pas les romans de littérature blanche où il ne se passe rien, du genre une discussion dans un café ou je sais pas quoi. C'est trop chiant !
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Mika a écrit:
.../...
je n'aime pas les romans de littérature blanche où il ne se passe rien, du genre une discussion dans un café ou je sais pas quoi. C'est trop chiant !

Ça fait un petit moment, en lisant tout le monde, que je me demandais comment j'allais bien pouvoir exprimer cette opinion sans "blesser" qui que ce soit.
Mille mercis, Mika de l'avoir exprimée avec autant de précision et de réalisme.
Tu me tires une belle épine du pied.

Autrement, si je lisais, je lirais un peu de tout ce qui relève de l'imaginaire. Sauf de ce qui vient d'être dit.

Je n'aime pas en général, les écrits qui reflètent la réalité de la vraie vie que l'on peut voir autour de soi tous les jours. Pourquoi acheter un livre pour lire exactement la même chose que ce que tu vois en permanence, ou que tu entends aux infos, ou lis dans les quotidiens ?

Sans pour autant "cracher" dessus, car c'est une littérature très appréciée par beaucoup, et qui comporte certainement d'excellentes œuvres, mais je ne suis pas ans la cible.

Je n'aime pas non plus les romans qui prétendent détenir une morale, font passer des "messages", sont les porte-parole d'un militantisme, quel qu'il soit, et de quelque nature ou bord qu'ils soient.

Juste parce que pour moi, lire, c'est m'évader.
Quitter un moment le monde réel.
Voyager dans l’imaginaire d'une autre personne, la suivre dans des aventures de pure fiction, loin de mon quotidien.

Maintenant, j'aimerais bien qu'on retienne que ça n'est pas parce que je n'aime pas quelque chose, que je trouve ça nul. OK ?
Juste que je n'en ai pas envie.
Mais je ne crache pas dans la soupe.

En toute amitié, Philippe.
 
Tsume
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  454
   Âge  :  38
   Localisation  :  Akuda bar
   Pensée du jour  :  ...
   Date d'inscription  :  06/04/2022
    
                         
Tsume  /  Pour qui sonne Lestat


Vu que je viens de tomber dessus, un genre littéraire que je déteste par dessus tout, c'est les romans "tirés d'histoires vraies". Si ce sont de belles histoires, pourquoi pas, mais des histoires horribles de meurtres, de suicides, de torture, sans façon pour moi.
Quant aux récits plus que complaisants sur la vie d'obscurs jet-setteurs, ou des soi-disant grandes leçons de vie assénées comme des vérités générales par des gens qui sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche, pareil, c'est niet.

Je n'aime pas non plus la littérature blanche, ou tout ce qui peut se rapporter à ce qu'on voit tous les jours. Les fades tourments des gens égoïstes et superficiels, l'impression d’avoir sous les yeux une version imprimée de télé-réalité, l'angoisse! Smile
En ligne
 
josephcurwan
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1043
   Âge  :  51
   Localisation  :  Paris 20
   Date d'inscription  :  04/08/2022
    
                         
josephcurwan  /  Effleure du mal


je ne lis quasiment pas de théâtre, à part Beckett, et je crois que c'est dommage. pour moi, le théâtre est un spectacle complet, comme l'opéra, avec une mise en scène, des acteurs, etc ... et malheureusement je ne vais jamais au théâtre ...

pour ceux celles qui n'aiment pas la SF : quelques pistes à essayer :

- le ciel est mort, de JW Campbell
- demain les chiens de CD Simack
- chronique martienne et farenheight 451 de R Bradbury
- toutes les nouvelles de R Matheson (intégrale en poche : 1500 pages)
- solaris de S Lem
- Substance mort de PK Dick

etc ...
 
CombNinj
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/08/2022
    
                         
CombNinj  /  Homme invisible


elopez7228 a écrit:
J'aime pas la fantasy, mais je n'ai pas d'arguments.
Je crois que surtout : je n'aime plus la fantasy (et la SF) écrites par des hommes, parce qu'elles sont immanquablement oppressives. On peut inventer des créatures douées de prescience et de superpouvoirs, mais une société qui ne soit pas misogyne ? Dieu nous en garde !
Donc je ne lis plus de SFFF écrite par des hommes.

J'aime pas les polars, pour les mêmes raisons. Puis les meurtres et les mutilations, ça ne m'intéresse plus.

Et j'aime pas la première personne du présent, parce que c'est la littérature du faible (j'assume cette position, bien que clivante), plebiscitée par un lectorat qui trouve que le passé simple, c'est trop compliqué et qui n'a pas l'imagination nécessaire pour être transporté par un livre qui ne soit pas en "je". Franchement, si ça c'est insurmontable, je peux rien pour eux.

Je me suis posé la question. - Enfin non, après en avoir parlé avec ma sœur, elle m’a fait me poser la question. - Elle m’a d’ailleurs conseillé de lire Joelle Wintrebert, c’était en soit une expérience. Je suis maintenant convaincu que la littérature toute entière, et en particulier la science fiction gagnerait fortement à sortir des clichés sexistes classiques mais surtout à offrir davantage de représentation aux auteures et auteurs non-binaires.

Je me demandais en lisant «The Expanse» ; on a ici des personnages féminins vraiment badass, qui n’ont pour le coup pas besoin d’être sauvées, par personne, voir sauvent les autres ; des femmes en position de pouvoir ; une représentation relativement marquée de l’homosexualité et du polyamour. Les thématiques «féministes» sont même ouvertement évoquées à plusieurs reprises par certains personnages. Et pourtant, reste quelque part un vague sentiment que la représentation des auteurs est celle d’hommes et que ce n’est pas encore suffisant. Est-ce qu’en tant qu’hommes, s’écarter du patriarcat est d’avance voué à une certaine forme d’échec ? Est-ce que c’est seulement grâce à des externalités de nouvelles représentations par des auteurs issus de minorités qu’on arrivera à vraiment déconstruire notre vision ? Le travail sur soi et l’étude du projet peuvent-ils suffirent ? 

D’ailleurs, je n’ai pas vraiment aimé Pollen, mais il m’a apporté des idées intéressantes. Je ne peux m’empêcher de me demander si ce n’est pas parce que les représentations présentes dans le livre sont trop éloignées de «ma» vision.

Pour revenir au sujet, je peux aussi avoir du mal avec les romans de romance, pas tant par le thème, qui peut être bien abordé, mais souvent par la présentation de l’acte sexuel en lui même, ça a été le cas par exemple sur à peu près tous les romans sortis à la suite de l’explosion de 50 nuances de grey que j’ai pu lire. D’une manière générale, j’ai du mal à accepter une représentation du sexe qui n’apporte aucune profondeur autre que donner une enveloppe charnelle et des désirs aux personnages. J’ai lu de bien meilleures scènes de sexe dans d’obscures textes érotiques publiés sur des blogs aux temps glorieux des premiers internets (et qui doivent encore exister). La simple description graphique que peuvent employer une grande quantité d’auteurs m’ennuie rapidement.  C’est encore pire lorsque ces scènes sont vues et revues et traitées avec le seul prisme de montrer quelque chose. Dans la vraie vie il y a bien des sentiments qui passent par la tête de quelqu’un de malheureux qui enchaine les aventures sans lendemain, et le désir peut prendre autant de formes que de partenaires, il peut se décupler par l’inconnu et l’anonymat, il peut y avoir une vraie joie, éphémère ou non, dans cette forme de solitude avec orgasme. Il y a bien plus à la soumission qu’une simple sortie des sentiers battus pour des gens restés jusqu’à présent trop sages. C’est dommage. On peut le traiter avec de la vulgarité ou tout en finesse, peu importe, c’est juste ennuyant de s’arrêter à la surface. Laughing

J’ai beaucoup de mal à lire des romans de fantasy ou de science fiction qui n’ont pas de thèmes plus profond. Les simples anticipations ou autres description de monde si elles ne servent pas à parler de sujets actuels ne m’attirent pas, même pour l’exercice de style.

J’ai bien aimé lire Houellebecq ou Beigbeider, mais je sature de la littérature de crise de bourgeoisie ou de gens qui s’enferment dans leurs problèmes. Laissez le spleen à Baudelaire s’il vous plait, et faites des trucs pour aller vraiment mieux. On a assez d’histoires ou il ne se passe pas grand chose et où les gens se posent des questions dans le cinéma français.

Par contre, je plaide coupable pour certains livres de développement personnel. :mrgreen: Il y en a quelques uns que j’ai vraiment aimé ! Mais on va dire que comme pour tout le reste, parfois il y a des pépites, ça reste un pari risqué !
 
Ocean-en-bleu
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  7
   Âge  :  17
   Date d'inscription  :  08/08/2022
    
                         
Ocean-en-bleu  /  Magicien d'Oz



" J’ai beaucoup de mal à lire des romans de fantasy ou de science fiction qui n’ont pas de thèmes plus profond. Les simples anticipations ou autres description de monde si elles ne servent pas à parler de sujets actuels ne m’attirent pas, même pour l’exercice de style."

Je comprend ce que tu veux dire. Mais comment ça, "les simples anticipations" ? , et pourrais tu citer un livre fantastique ou de SF qui ne t'as pas plu ??😜
Si tu retrouve pas c'est pas grave... c'est pour avoir une idée de ce que tu veux dire😅
 
CombNinj
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/08/2022
    
                         
CombNinj  /  Homme invisible


Ocean-en-bleu a écrit:

    " J’ai beaucoup de mal à lire des romans de fantasy ou de science fiction qui n’ont pas de thèmes plus profond. Les simples anticipations ou autres description de monde si elles ne servent pas à parler de sujets actuels ne m’attirent pas, même pour l’exercice de style."

Je comprend ce que tu veux dire. Mais comment ça, "les simples anticipations" ? , et pourrais tu citer un livre fantastique ou de SF qui ne t'as pas plu ??😜
Si tu retrouve pas c'est pas grave... c'est pour avoir une idée de ce que tu veux dire😅

Quand j’étais plus jeune je lisais beaucoup de romans de Fleuve Noir tirés de licences de jeu vidéo type Halo ou Hellgate london, de mémoire. À l’époque c’était à peu près le seul choix que je trouvais facilement dans ce registre. Plus récemment j’ai lu «The Empyrean Age» qui prend place dans l’univers d’EvE Online. Pour le coup les 3 sont typés SF mais c’est transposable à la fantasy. C’est sympa, tu rentres dans un monde, plus en profondeur dans l’histoire, ça permet de développer des personnages autrement secondaires et les trames narratives de ces mondes sur un nouveau support.

Mais globalement, les derniers romans de ce style que j’ai lu étaient pas très ambitieux, il y a tellement à condenser et une direction à l’histoire tellement marquée (parce qu’elle doit amener un nouveau développement en jeu ou tout autre raison) qu’on s’attarde peu sur le fond du sujet.

Typiquement dans EvE Empyrean Age, on se retrouve avec des personnages qui acquièrent de facto une forme d’immortalité et une richesse sans commune mesure avec ce qu’on peut concevoir, dépassant celle de planètes entières. C’est au cœur de l’intrigue, ça donne son nom au livre, mais le sujet est une simple évocation. C’est un fait, point, pas d’explication sur comment ils ont pu amasser une telle fortune et comment l’immortalité a pu enlever le dernier verrou à cette toute puissance, pas de détails sur les résistances ou la perception du commun des mortels vis à vis de cette nouvelle caste, pas d’ouverture sur les changements sociétaux que ça peut apporter. Tout sert l’intrigue et elle seule. On ressort de là sans vraiment se poser de question. Comme après un film d’action, c’était un beau spectacle.

Inventer un monde c’est cool, c’est intéressant en soit, que ce soit un monde type fantasy, une uchronie ou une anticipation, mais si ce n’est pas pour donner corps et faire émerger des questions qui m’impactent alors c’est un format qui m’intéresse moins. J’ai découvert il y a peu que des passionnés passaient des heures à créer des mondes comme a pu le faire tolkien pour le plus connu, il y a même des sub reddit dédiés, et c’est parfois très cool. Mais ce qui m’a fait apprécier les histoires de Tolkien, c’est tous les à côté, c’est la tragédie du destin d’Hurin et Turin, ou le contraste entre la gravité de la tâche et la simplicité et l’optimisme de sam. Quand c’est juste pour s’évader ou explorer un imaginaire, je trouve un wiki bien plus adapté.

Bien sûr, je peux tout à fait comprendre que des gens souhaitent lire seulement pour s’évader et arpenter des mondes incroyables en vivant des aventures épiques. Mais c’est pas mon cas !  Laughing

 
cevhe
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  72
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  06/07/2019
    
                         
cevhe  /  Clochard céleste


De formation scientifique et enseignant de physique-chimie, j'ai beaucoup de mal avec la science fiction surtout la hard SF. Les sciences sont suffisamment intéressantes pour ne pas y mettre de roman autour ;-)

Plus sérieusement, les incohérences et les erreurs, même minimes, me crispent un peu. En fait je préfère alors le vrai fantastique, heroic fantasy etc. où, paradoxalement, on arrive à une cohérence plus poussée que quand on essaye d'y mêler les « vraies » sciences.
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1156
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Si c'est pas urgent, je le fais pas


Je ne lis ni Horreur, ni littérature Erotique (ce qui pour moi est un peu pareil Rolling Eyes ) Je lis très peu d'essais, pas par non-intérêt mais parce que ça demande un effort intellectuel que je ne suis pas toujours apte (et motivée) à fournir. Les témoignages (genre autobiographie), à petites doses et seulement si la plume / le sujet m'intéresse. Enfin je lis pas d'héroïc fantasy. Je n'aime pas la High Fantasy, je n'aime pas le côté Dark du Seigneur des Anneaux par exemple.

Je lis des livres de cuisine, ça compte ? What a Face
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Genres littéraires ; quels sont ceux que vous n'aimez pas, et pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-