PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 La mort du concept de forum ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Vous en pensez quoi Crying or Very sad

Est-ce que le concept même de forum a encore un futur ? Crying or Very sad

Est-ce que l'individualité va se "dispatcher" en chaînes YT et lives solos à l'infini ?

Est-ce que le concept de forum se meurt, dans le sens, où n'importe qui ici peut créer un forum en 30 sec et qu'ainsi nous allons tous finir dans une bulle luminescente avec notre nom qui dit "coucou" rejoignez-moi ?

Chaque réseau social pousse de plus en plus à l'individualisme, avez-vous des idées pour continuer à regrouper les gens sur un concept et non sur leur profil ?

Embarassed
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  10041
   Âge  :  31
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


C’est peut-être complètement un hasard, mais ce sont des questions qui me travaillent beaucoup depuis quelques semaines (dans le cadre de ma thèse, mais comme cette thèse n’est que le prolongement de questions que je me pose, ça ne change rien). J’essaierai de répondre demain. Je ne crois pas qu’il existe de meilleure forme que le forum pour favoriser ce que tu dis. Juste, ça clignote pas assez, on se laisse prendre aux designs... pour des usages beaucoup plus pauvres et tristes.
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1786
   Âge  :  39
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Collectionneur de Red Flags
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Fiancée roide


Perso, j'entends beaucoup dire que le forum est voué à disparaître depuis très longtemps ; depuis l'arrivée de Facebook, limite.
Et depuis toutes ces années, je n'ai rien constaté qui me permette d'affirmer que le concept de forum est en train de mourir.
Au contraire, je trouve qu'il se porte plutôt bien. J'en fréquente plusieurs, et ils sont tous plutôt actifs.
Je trouve aussi que le forum permet des échanges sous une forme qu'on ne trouve nulle part ailleurs sur internet, en tout cas sans que ça parte en live complet ^^

La possibilité que chacun puisse créer son forum, je ne crois pas que ça mette en danger quoi que ce soit.
La plupart du temps, si on forum ne décolle pas, les membres se rabattent sur des forums plus actifs, et les plus petits disparaissent. Enfin, je dis ça selon mon ressenti. J'ai pas fait d'étude sur le sujet.
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5144
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


oui c'est mort, 1)impossible d'avoir des discussions constructives, le gens sont à cran sans qu'on sache pourquoi et saute à la gorge pour nada. 2) le reste du temps on est juste là à poster nos machins merdiques dans le vide et au mieux, on aura un commentaire d'un random qui s'est paumé sans qu'on sache trop ce qu'il fout là. Donc oui, poubelle.
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3490
   Âge  :  43
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Pendant près de 10 ans, j'ai fréquenté le forum d'une asso dont je suis membre, qui fonctionnait du tonnerre. Grosse activité, des messages tous les jours malgré une communauté assez restreinte (une cinquantaine de membres actifs ?)
C'était LE portail incontournable du milieu.

Puis en 2008 environ, sans prévenir, sans que ça soit verbalisé, les gens ont commencé à migrer vers Facebook. Sans que ça ne se décide réellement, un peu comme une évolution naturelle, le forum est mort progressivement.
Aujourd'hui, il n'y a plus personne sur le forum de cette asso; et les gens s'éloignent de Facebook, cet incubateur à prises de têtes.

Quelque part je me demande "quel prochain moyen de communication pour cette asso ?"
D'autant plus qu'avec le covid, ses activités relevant de l'événementiel sont au point mort.
Nous étions une des assos les plus dynamiques et vivantes du milieu et depuis deux ans, j'ai l'impression de regarder une structure à l'agonie.

Quelque part, je regretterai toujours le bon vieux temps du forum. A l'apogée de notre activité. Nous étions heureux et nous ne le savions pas. La mort du concept de forum ? 1f62d (violons, fondu au noir)
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Le rosier
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  857
   Âge  :  60
   Pensée du jour  :  1022 !
   Date d'inscription  :  25/08/2021
    
                         
Le rosier  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Instagram, fb, etc c'est chez toi, chez moi, chez elleux.
Un forum, c'est chez nous.
https://linktr.ee/fdoillon
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


Pas spécialement d'avis sur la question...mais je suis bien contente que celui-ci vive!!

Un forum est un beau compromis sur internet... entre les RS (que j'ai en horreur) et ce fake constant, le voyeurisme, l'individualisme à outrance qui les pourrit, et le fait ben... de rester dans son coin 😊, entre les deux, ya les forums!

J'aime bien ta définition du forum Le rosier.
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  10041
   Âge  :  31
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Yep, le Rosier, le forum est un lieu collectif, quand un réseau social, malgré la timeline, produit un effet de centralisation autour des pages personnelles (ce que dit Juliette : on se retrouve sur un forum autour d'un thème, sur un réseau social par le biais de nos identités). On se rencontre, on discute, mais chacun·e depuis son lieu, sur les RS.

J'ajouterais à ça, chose dont j'ai mis du temps à prendre conscience, deux ou trois choses : les RS pompent nos données, les calculent ; ce sont des entreprises ni méchantes ni gentilles, mais capitalistes, et là-dessus il n'y a rien à faire, nous sommes, quantifié·es, la marchandise. Les forums fonctionnent tout autrement : la gestion de la plateforme est auto-gérée, moins verticale du coup, et l'hébergeur de forum se contente de proposer un outil appropriable et modulable ; son modèle économique repose certes sur la pub, ce qui peut parfois être un peu relou, mais au moins, vous n'êtes pas la marchandise.

Le corollaire, c'est que le fonctionnement des RS est profondément inégalitaire et favorise les effets de concentration de la visibilité – hiérarchisation entre contenu (photo / texte / vidéo etc partagés) et commentaires (formellement moins importants, moins visibles). Le système de quantification (likes, retweets, partages + temps passé à regarder le contenu quantifié par l'algorithme) produit énormément de concentration sur peu de contenu. On peut être invisible sur un réseau social : sur un forum, tout message est au même niveau que tout autre message. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'effets de réputation qui influent la visibilité, mais ce n'est pas l'outil technique qui en est à l'origine, c'est la communauté humaine.

Une dernière chose, en termes d'enjeux de pouvoir ce n'est pas rien : sur un réseau social : on écrit dans des "petites formes", du "prêt-à-écrire" extrêmement prescriptif. Ça ne se limite pas à empêcher de mettre la police ou la couleur dont on a envie : ça induit une image du texte. Brièveté sur twitter, et indexation par le hashtag ; texte perçu comme simple légende photographique sur instagram ; texte minoré par les trois petits points qu'il faut déplier sur facebook (donc incite à la brièveté, ou à ne pas lire jusqu'au bout du côté de l'expérience lecteur·ice) – donc nous sommes totalement prisonniers, manipulé·es par ces "petites formes" qui résultent d'une idéologie (politique) du texte, de l'identité et des échanges. Sur les forums, on est BEAUCOUP plus libre – on a accès à un traitement de texte (véritable bond qualitatif par rapport aux RS) mais surtout, surtout, à une couche de langage logiciel (on peut utiliser le HTML). Et ça, ça signifie qu'il n'y a pas vraiment de vitre entre vous et la plateforme – elle ne vous interdit pas d'entrer dans ses entrailles, ne se dissimule pas. C'est énorme comme différence, et longtemps je ne m'en suis pas rendu compte parce que je trouvais juste plus confortable de poster / écrire mes textes sur les forums sans me demander pourquoi.

Dernier point : les RS ont notre peau (la mienne la première) parce qu'ils sont conçus par des gens qui disposent de connaissance sur le fonctionnement cérébral dont on n'a pas idée. Tous les petits boosts des notifications, le fonctionnement de la timeline qu'on peut scroller à l'infini, tout ça est fait précisément pour vous captiver et provoquer de la dépendance. Un sociologue (Yves Citton) appelle ça "économie de l'attention" ; l'attention serait, en ligne, limite le premier truc à capter pour faire proliférer l'économie. Et les forums, c'est du web 1.0... non algorithmique. Donc pas fait pour envelopper votre cerveau d'une brume temporelle, ni pour le chatouiller avec de tout petits pics de plaisir auxquels vous allez prendre goût.

Et ça crée ce paradoxe : on devient addict aux RS (parce que même quand on dit qu'on est addict à un forum, on sait très bien ce que ça veut dire : on prend plaisir à y aller, mais une fois qu'on a fini de lire les nouveaux trucs, on peut fermer l'onglet et vaquer à autre chose sans se retrouver capturé·e dans la spirale, ce ne sont pas les mécanismes de l'addiction), alors même qu'on se rend bien compte, avec un peu de recul, que les usages (et, parlons cash, les externalités positives) y sont bien plus faibles que sur les forums. Voilà pourquoi meurent les forums : ils n'ont pas été conçus par des capitalistes désireux de vous capturer le plus longtemps possible pour extraire de vous le plus de données (convertibles en gros sous) possible.

Désolée pour ce pavé mais ça me rend triste, et je sais que je n'échappe pas, même avec cette réflexivité, aux pièges tendus par les RS. L'Internet des premiers temps, rêvés par des utopistes hippies, ça devait être un lieu de liberté, de création identitaire, horizontal et gratuit : je ne vais pas dire que les GAGAMs sont venues ruiner cette utopie, mais en fait si.
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


Merci Pasiphae d'avoir développé, c'est très intéressant.

"Dernier point : les RS ont notre peau (la mienne la première) parce qu'ils sont conçus par des gens qui disposent de connaissance sur le fonctionnement cérébral dont on n'a pas idée."

Du coup, petite question (à toi et à tous): malgré cette conscience de la dépendance vis à vis des RS, qu'est-ce qui te (vous) retient d'en partir?

Je vis très bien sans RS, et n'ai jamais éprouvé le besoin de m'y rendre... j'ai un téléphone pour être en contact avec ma famille/mes amis, des sites d'artistes/informations ou autres que je vais consulter, et un forum comme celui ci pour partager un loisir... pas besoin de +!


Dernière édition par tasse à café le Lun 29 Nov 2021 - 14:14, édité 1 fois
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3490
   Âge  :  43
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


A titre perso, j'ai peur de perdre le lien avec mes ami·es et la famille éloignée.

A titre "pro", 99% de mon marketing d'autrice se fait sur instagram. Les chroniques, les Service presse, les mise en relation avec de nouvelles lectrices potentielles... C'est sur insta. Je crois que si je ferme ça, je disparais en tant qu'autrice, et mes livres avec moi.

Je déteste [facebook et twitter] et j'ai envie de partir à cause de : la cristallisation des opinions. A force d'être alimentés uniquement par des groupes qui pensent comme nous ; on se renforce dans nos convictions, on se radicalise. Et on voit des gens qu'on appréciait se radicaliser aussi, parfois pas comme nous... ça crée des déchirures (aka ma soeur, devenue en quelques mois complotiste et antivax). Depuis, on ne se parle plus et on s'évite quand il faut aller voir nos parents.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


elopez7228 a écrit:
J'ai peur de perdre le lien avec mes ami·es et la famille éloignée.

Oui, je comprends. C'est un regret que j'ai parfois eu. De perdre des liens.

Mais c'est pas toujours facile d'entretenir des liens, de vrais beaux liens, et avec sa famille, et ses amis, et tous les copains un peu moins proches, et encore tous les gens rencontrés au gré de la vie... c'est prenant, j'ai l'impression que la société actuelle nous l'impose presque. Mes amis passent leur temps à discuter virtuellement, téléphone trop souvent à la main... je trouve ça d'une tristesse sans nom. Tout ça pour quoi??
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  10041
   Âge  :  31
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Bon, après, pour moi la discussion virtuelle est tout aussi réelle que la discussion en face à face (ce sont les médiations qui changent), et parfois plus reposante. Il a même été prouvé que les plus grands usagers des médias sociaux étaient souvent les personnes les plus sociales. L'un et l'autre ne se remplacent pas, mais se complètent ! ça peut être difficile je pense quand on a moins connu ça jeune, effet de basculement générationnel.

Ce qui retient de partir des RS Tasse à café, oui, j'imagine comme pour toi elope, c'est qu'il y a des usages qui semblent importants car vraiment pratiques : lieu d'organisation de sorties entre ami·es, manière d'être au courant des événements culturels, de garder le contact avec des gens qu'on peut peu voir... ils se sont rendus irremplaçables à cause d'effets de concentration des usagers :/
 
tasse à café
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  279
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  02/07/2020
    
                         
tasse à café  /  Autostoppeur galactique


Pasiphae a écrit:
Bon, après, pour moi la discussion virtuelle est tout aussi réelle que la discussion en face à face (ce sont les médiations qui changent), et parfois plus reposante. Il a même été prouvé que les plus grands usagers des médias sociaux étaient souvent les personnes les plus sociales. L'un et l'autre ne se remplacent pas, mais se complètent ! ça peut être difficile je pense quand on a moins connu ça jeune, effet de basculement générationnel.

Ce qui retient de partir des RS Tasse à café, oui, j'imagine comme pour toi elope, c'est qu'il y a des usages qui semblent importants car vraiment pratiques : lieu d'organisation de sorties entre ami·es, manière d'être au courant des événements culturels, de garder le contact avec des gens qu'on peut peu voir... ils se sont rendus irremplaçables à cause d'effets de concentration des usagers :/

Après, quand je dis RS, je n'inclus WA par exemple, qui pour moi est essentiel, comme tu dis, aux discussions en groupe.

Ce que je voulais dire, c'est que parfois, dans une discussion en face à face, s'immisce les discussions virtuelles! Je trouve ça triste d'être en conversation avec qqn et que cette personne consulte son téléphone, répond à des messages... ça rend le moment présent moins important, l'autre nous renvoie qu'on est moins important... (vitevite répondre à un pote sur FB).

Par contre les discussions virtuelles ont du bon, je suis d'accord (comme en ce moment Very Happy ) mais pas en présence des autres.
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1786
   Âge  :  39
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Collectionneur de Red Flags
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Fiancée roide


Ah tiens, je ne pensais pas faire partie des optimistes sur le sujet Razz

Peut-être que je ne fréquente pas assez de forums pour remarquer que le concept se meurt petit à petit. Mais je n'en ai pas l'impression. JE en est un exemple assez parlant. Peut-être qu'il était plus actif avant, mais il reste en très bonne santé, je trouve.
Les RS occupent une place de plus en plus importante de notre vie "virtuelle", mais elle ne prend pas forcément la place des forums. Souvent, ça se complète, je trouve.
 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  125
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Je trouve le format forum bien plus adapté pour garder une base de données, une réunion de connaissances et de passionné·es que les réseaux sociaux sur lesquels on interagit uniquement en surface. Bien souvent, les RS me frustrent parce qu'ils me donnent envie d'en lire plus, quand je découvre quelqu'un ou un sujet. Toutefois, ils me sont également utiles pour condenser assez rapidement du divertissement quand je n'ai pas trop le temps, ou quand je ne sais pas trop quoi faire. C'est aussi grâce à eux que j'ouvre mes horizons et que je découvre d'autres choses, que ce soit des artistes, des inspirations, des livres, des sujets de société... Disons qu'ils sont la porte d'entrée vers quelque chose qu'il m'appartient ensuite de creuser (et j'aime bien ça, donc ce fonctionnement me va). Je ne parlerai pas ici des aspects délétères des RS, je pense qu'on en est toustes plus ou moins conscient·es.

Mais rien ne remplace pour moi le format forum, avec toutes les connaissances qu'il regroupe. Les forums font partie intégrante de mes recherches quand je m'intéresse à un sujet en particulier. Et c'est là aussi que j'y pose mes questions quand j'en ai. Même s'ils sont très peu ceux dans lesquels je m'investis, parce que mine de rien ça demande du temps et de la disponibilité. Smile
J'ai vu quelques forums que je suivais assidument péricliter, et je trouve ça dommage car pour moi rien ne peut remplacer le côté encyclopédique d'un forum. Toutefois, la plupart restent en ligne, et leur contenu est toujours accessible. Cela devient dommage quand on perd l'échange et l'actualisation grâce à l'investissement des membres, mais ça reste intéressant de pouvoir toujours trouver des sources développées, et enrichies par les interventions.
Et ça, c'est sans même parler de l'aspect communautaire du forum, qui est l'un des rares à accepter de prendre son temps, dans notre société de l'immédiateté. Smile

Du coup, pour les forums ne sont pas forcément amenés à mourir. Il en existe encore de très actifs sur Internet, et ça me semble important de continuer à faire vivre ces espaces. Même s'ils deviennent de moins en moins nombreux, je pense qu'ils ont encore quelque temps devant eux car leur modèle ne souffre pas de comparaison pour le moment.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 La mort du concept de forum ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-