PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 Nombre de personnages principaux - secondaires - tertiaires (romans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Pika
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  167
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  07/01/2018
    
                         
Pika  /  Tycho l'homoncule


Je n'ai qu'un seul narrateur et, s'il est omniscient, je n'ai jamais qu'un seul personnage focus, ceci dit, je suis tres sensible a ton retour que je trouve assez proche de mes impressions ^^

 
Manaril
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  25
   Localisation  :  Au fond d'un miroir.
   Pensée du jour  :  Nous danserons sur les débris silencieux d'une boîte à musique.
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Manaril  /  Homme invisible


Oui : il y a au début un moment où le Japonais s'entraîne au tir ; c'est pourquoi il va loger chez le vétéran. Je me souviens d'une autre scène, où il y a un ancien avocat, terroriste en Allemagne de l'Est, qui a tué des enfants dans son attentat à la bombe et qui s'est blessé lui-même. On enlève le docteur Tenma afin qu'il le soigne. On le conduit au chalet très isolé dans lequel l'avocat va mourir sur son canapé. Mais le Japonais s'assoit dans un fauteuil : il refuse de le soigner. L'avocat le comprend. Il se met à raconter son histoire à Tenma. À la fin, le Japonais se lève et le soigne, avec ce qu'il a sous la main ; il referme la plaie en utilisant l'agrafeuse et il charge l'avocat sur ses épaules. Le complice de l'avocat le menace avec une arme et lui ordonne de déposer le corps. Le Japonais répond : « Il a besoin de soins. Je l'emmène à l'hôpital. » Ils sont tout au fond d'un trou de campagne et l'hôpital doit être à cinquante kilomètres. De toute façon l'avocat ne doit pas s'y rendre, ou bien il sera arrêté. Le complice : « Dépose-le ! Si tu fais un pas de plus, je tire ! » Le Japonais : « Si vous me tuez, je vous charge de le conduire à l'hôpital. » Finalement le Japonais va jusqu'au bout du chemin. Le terroriste était évanoui ; mais des sirènes de police, en hurlant, le raniment. Il demande à Tenma de le déposer au pied d'un arbre et de s'enfuir ; car, lui aussi, il était recherché.

C'est bourré de scènes sur ce modèle-là. Ces personnages (la fille et le vétéran, le complice et l'avocat) n'ont pas forcément de nom. Ils réapparaissent très rarement. Mais j'aime beaucoup leur brève intervention. Parfois, ils ne sont pas très utiles dans l'économie de l'histoire. En fait les mangas sont coutumiers de l'alternance entre le fil rouge et le remplissage. Mais ce n'est pas grave à mes yeux. Ne pas retenir leurs noms (s'ils en ont un), ne plus se souvenir d'eux. C'est un peu la vie : on ne retient pas systématiquement tout ; on oublie les gens, les lieux, les couleurs, mais il reste encore une trace d'émotion.
 
Pika
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  167
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  07/01/2018
    
                         
Pika  /  Tycho l'homoncule


Ohlala j'adore ♥
tellement inspirant !
 
Insect
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  03/09/2019
    
                         
Insect  /  Petit chose


On t'a déjà répondu, mais j'avais envie de donner mon avis.

Combien de personnages le lecteur doit-il retenir ?

Tout dépend du genre, j'écris un polar et j'en ai plus de 25 qui ont des noms, des descriptions et des utilités (Mais il y en a moins de 10 qui soient vraiment important). Donc j'imagine qu'en fantasy (par exemple) on peut doubler sans soucis.

PS : Chacun des miens ont un rôle/font avancer l'histoire. Donc ne te ne te noie pas de personnages que l'ont voit 5 minutes, même si je suis contre les univers "le monde est petit".

En personnage à retenir, c'est très subjectif. Ça peut-être 5 comme 15 personnages, peut-être plus.
Il suffit que 4-5 personnages se suivent dans l'intrigue et que 5-6 deviennent récurrent. J'en revient au "genre" et j'ajoute le scénario dans la partie. Ça dépend de l'histoire que tu écrit. Tant qu'on s'en souvient.

A combien devrait-il être émotionnellement attache ?

Les principaux et les gros secondaires s'il y a. Parfois un personnage secondaire plait beaucoup plus au lecteur sans que l'écrivain s'en rende compte. D'où l'intérêt de bien écrire chacun d'entre eux.
 
Pika
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  167
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  07/01/2018
    
                         
Pika  /  Tycho l'homoncule


Je lis tout ce que vous commentez, vos retours dedramatisent la situation (qui n'est point dramatique pour autant)

Merci !

Je pense que l'attachement du lecteur ne peut pas etre omnipresente dans le roman : il aura des chouchoux, j'ai toujours eu les miens ^^
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2762
   Âge  :  40
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Il est aussi très important de hiérarchiser tous ses personnages.
Par exemple, j'avais fait une bêta-lecture où la moindre personne rencontrée par les héros était affublée d'un prénom (et parfois c'était le même qu'un autre personnage). C'était ultra agaçant. Si ton personnage arrive dans une auberge, que le tenancier s'appelle Serge ou Vandrhyckaöplit, on s'en contrefout, on ne le croisera que dans une scène, il est inutile de lui donner un nom. (Je pense que l'auteur faisait ça parce que c'est plus facile à manier pendant la scène, mais cela encombre pour rien la mémoire du pauvre lecteur).
 
Pika
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  167
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  07/01/2018
    
                         
Pika  /  Tycho l'homoncule


je suis d'accord avec ca ! "le petit tenancier" fait l'affaire dans la plupart des cas.
C'est aussi une erreur que je faisait : je prenait le temps de faire discuter mon PP avec tout le monde !!! mais grands dieux ce n'etait pas possible ! Very Happy
Mais ca a bien changer.


Ceci etant, je n'ai presque pas d'anonymes parce que je ne les fais meme pas apparaitre ces personnages-la Very Happy
 
Melon Jaune
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  79
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  J'ai bien réfléchi. Au fond, je crois qu'elle ne m'aime que pour ton argent.
   Date d'inscription  :  10/07/2012
    
                         
Melon Jaune  /  Pippin le Bref


Je déterre ce topic car un éditeur m'a récemment reproché d'avoir trop de personnages (pour un premier roman jeunesse).
Après petit benchmark sur quelques romans jeunesse, on dirait que ça tourne à une vingtaine max, ce qui recoupe les ordres de grandeur donnés dans ce fil.
J'avoue que je ne m'étais jamais posé la question...  En gardant à l'esprit que bien sûr, ça varie en fonction des genres et des histoires, quelques questions pour comparer :

Est-ce que la pléthore de persos fait partie des erreurs de débutant classique ?
Peut-être que pour vous ça sonne comme une évidence, moi je n'en avais jamais entendu parler...

Est-ce que vous vous posez systématiquement la question sur vos textes ? à quel stade ?

Du coup... non, je n'y avais jamais réfléchi et mes BL non plus !

Et comment faire pour s'en débarrasser ?
Sans parler de petit tenancier qui s'appelle Michel et a une belle moustache, quand je veux faire progresser mon intrigue, je fais rencontrer de nouveaux personnages à mes héros. Intuitivement, je comprends qu'il faut soit simplifier l'intrigue (nooon), soit la tordre pour que les persos secondaires se recoupent plus. Et donc faire attention à ne pas perdre en diversité : à donner plus de couleur à ceux qui restent.

Qu'en pensez-vous ?  Smile
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2762
   Âge  :  40
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Autre exemple : Divergente 2 une bonne bouse pardon, un livre YA bien moyen dont le principal reproche que je peux lui faire est justement cette pléthore de personnages secondaires. Pendant tout le roman, j'ai eu l'impression que lorsque l'auteur avait besoin d'un personnage, elle piochait dans un chapeau un nom d'un de ses personnages secondaires qui faisait un truc puis se barrait pour ne plus réapparaitre que plusieurs chapitres plus tard. Le livre était ainsi rempli de "personnages fantômes" qu'on ne connaissait que par leur nom et éventuellement une action tous les 36 du mois. Pas de personnalité.
Et c'est super frustrant quand il s'agit du frère de l'héroine ou de sa meilleure amie qui sont noyés au milieu d'une mer de Jean-Jacques et autre Marie-Micheline jusqu'à ce que tout le monde soit interchangeable.
Prend un film et en personnage secondaire ne met que des personnages joués par le même acteur et ça donne Miss Doubtfire. Du coup, il est important de faire en sorte que ces personnages aient du relief. Par corollaire, tu ne peux pas avoir 200 personnages avec du relief. C'est plus sympa d'avoir un cast d'une dizaine de personnages développés, qu'un cast de 200 silhouettes.

Ceci étant dit, j'ai fait une nouvelle de 5000 mots avec 32 personnages ... Partant de là Laughing
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1962
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Pour mes deux premiers romans, je faisais ça aussi : intégrer un personnage pour créer une intrigue. Je voulais des rebondissements partout alors je mettais le frère de machin qui en fait est un traitre, aidé de machine, qui est la mère de truc, et qui était amie d'enfance de muche.
Ca m'a soulé. Déjà parce que fallait trouver des noms et je déteste ça mdrr. Puis après pour la narration c'était une tannée à écrire. Là, je me suis dit, plus jamais je ferais des dialogues de plus de 3 personnages.
J'alternais aussi les points de vue mais pareil c'est juste super chiant d'écrire la narration sans enlever la fluidité de la lecture pcq on met 50 fois les prénoms des perso ou des synonymes qu'on retrouve 40 fois par chapitre du style "le garde" "le blond" "le jeune", c'est grave moche et ça fait forcé. Alors de temps en temps ça passe, mais quand on a 35 perso forcément ça revient plus souvent

Alors j'ai décidé de faire simple mais quand je dis simple c'est SIMPLE. Le moins de scènes possibles, le moins de personnages possibles, et un seul point de vue.
Un de mes romans contient 6 personnages (qui sont suffisamment important pour avoir un nom). Celui que j'écris n'en contient que 4.
Et finalement ça a été un bon exercice de me limiter parce que même en utilisant un pdv omniscient avec un narrateur qui ait dans la tête de tout le monde mais les lecteurs ne voient que les scènes avec le personnage principal présent, bah ça permet de créer des rebondissements d'une autre manière qu'en utilisant les relations entre les perso
 
Agent Seven
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  745
   Âge  :  26
   Localisation  :  Seoul
   Pensée du jour  :  1011000011
   Date d'inscription  :  04/11/2017
    
                         
Agent Seven  /  Blanchisseur de campagnes


Je viens de compter, j'ai environ une vingtaine de personnages par roman (par tome d'une même série, dont la plupart se répète). Après, mon univers n'est pas vide, hein. Mon personnages principal rencontre d'autres personnages, sans nom, et le lecteur comprend que ce personnage ne reviendra pas ou n'est pas important. Pour moi, habituellement, c'est ça, pas de nom, ne reviendra pas donc pas important. Après, je ne sais pas si c'est de ça dont vous parlez.

Tous mes vingt personnages ont une fonction et la remplisse, il n"y a donc pas de problème de construction du personnage.

Moi je vois ça comme ça: Dans la vraie vie, j'ai moi, ensuite j'ai mes proches, et ensuite mes connaissances. Ces connaissances peuvent représenter des personnages tertiaires ou ne pas servir du tout. En dernier, il y les inconnus. Par exemple, je demande une direction à un inconnu, il me sert à poursuivre mon chemin, mais il n'est pas important dans ma vie. C'est comme dans mes romans, il y a les personnages prinicipaux, secondaires et tertiaux, et les autres. Les autres servent à faire avancer l'histoire (sans pour autant donner des éléments qui résoudrait l'intrigue, ou donner des informations de nulle part, ça c'est interdit) plus rapidement, mais ne sont pas importants en eux-mêmes et ne sont pas si fréquents que ça. Je les utilise notamment pour des déplacements, pour que les persos se rendent à un endroit ou sachent où se rendre.

Je plussoie pour Divergence (titre au Québec). Le premier tome était excellent, et après c'est parti en peanuts.


Dernière édition par Agent Seven le Ven 1 Oct 2021 - 4:11, édité 1 fois
 
Cardellina
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  18
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/04/2021
    
                         
Cardellina  /  Homme invisible


Melon Jaune a écrit:
Et comment faire pour s'en débarrasser ?
Sans parler de petit tenancier qui s'appelle Michel et a une belle moustache, quand je veux faire progresser mon intrigue, je fais rencontrer de nouveaux personnages à mes héros. Intuitivement, je comprends qu'il faut soit simplifier l'intrigue (nooon), soit la tordre pour que les persos secondaires se recoupent plus.
Est-ce que ce n'est pas justement ce point là qui pose problème ? À savoir, des personnages secondaires qui débarquent pour faire avancer l'intrigue, tout le temps. Quand je lis ça, ça m'évoque deux problèmes importants. Le premier, c'est que ton ou tes protagonistes ne sont plus moteurs de leur histoire. Ce n'est plus eux qui font avancer l'intrigue avec leurs décisions, leurs déductions, leurs erreurs, leurs réussites. Ton protagoniste devient passif dans sa propre histoire, et ça c'est un gros problème.
Deuxièmement, c'est une ficelle un peu grossière je trouve. Une bonne intrigue, à mon sens, c'est une intrigue dont les fils se recoupent à un moment où à un autre pour donner un tout cohérent, avec des rebondissements bien préparés.  Le lecteur adore jouer au détective, essayer de comprendre ce qui est en train de se passer et d'anticiper ce qui se passera après. Si toutes les avancées importantes de l'intrigue sont dues à de nouveaux personnages qui arrivent avec un nouveau conflit à résoudre, il n'y a plus grand chose à anticiper. C'est frustrant !
Je ne dis pas qu'un nouveau personnage secondaire ne peut pas faire avancer l'intrigue, simplement que ça ne doit pas être systématique. À moins d'être dans un jeu vidéo ou dans un shônen (qui fonctionnent avec des arcs dont la structure narrative peut se résumer comme ça : les héros arrivent quelque part, rencontrent un personnage qui a un problème, résolvent ce problème après moult bastons, puis s'en repartent vers d'autres aventures), pour le reste, je trouve mieux de varier et, dans tous les cas, que les protagonistes soient les principaux moteurs de leur histoire.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Melon Jaune a écrit:
Et comment faire pour s'en débarrasser ?
Tu as plusieurs solutions, pour moi. Soit tu trouves un autre moyen de faire avancer l'histoire qu'un personnage figurant, soit tu fusionnes des personnages et fait avancer l'histoire plusieurs fois par le même personnage, ce qui réduira le nombre des personnages.

Pour moi, ce n'est pas le nombre qui compte, ce serait plus de bien savoir où est la place de chacun. Je rejoins Agent Seven avec son exemple de cercle étendu autour d'elle. Le truc c'est qu'il faut voir les personnages comme des gens : des vrais gens avec des vies, pas des rôles qui sont là parce que ça nous arrange bien. Partant de là, si on sait où est la place de chacun, c'est plus facile. En fait, ce que je veux dire c'est que le lecteur doit toujours savoir : 1) où sont les personnages et/ou 2) ce qu'ils font. S'ils disparaissent comme par enchantement c'est mauvais signe. Même un figurant là juste pour donner le chemin du personnage : par le contexte on sait ce qu'il devient : il continue de vivre sa vie et on s'en fiche, c'est un inconnu arrêté dans la rue, le lecteur comprend bien avec le contexte que c'est un personnage sans importance pour la suite.
Mais à partir du moment où tu prends tes personnages comme des gens et pas comme des rôles, je trouve ça plus facile de tirer les ficelles sans qu'il y ait cette impression de "trop" induite par le fait qu'ils apparaissent et disparaissent à convenance.
J'ai l'impression d'être terriblement embrouillée...
 
Melon Jaune
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  79
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  J'ai bien réfléchi. Au fond, je crois qu'elle ne m'aime que pour ton argent.
   Date d'inscription  :  10/07/2012
    
                         
Melon Jaune  /  Pippin le Bref


Merci pour vos réponses très intéressantes ! Smile
Hodobema a écrit:
Alors j'ai décidé de faire simple mais quand je dis simple c'est SIMPLE. Le moins de scènes possibles, le moins de personnages possibles, et un seul point de vue.
J'ai ri ^^ mais oui on est d'accord, par contre je ne suis pas sûr d'avoir compris la fin de ton message :
Citation :
Et finalement ça a été un bon exercice de me limiter parce que même en utilisant un pdv omniscient avec un narrateur qui ait dans la tête de tout le monde mais les lecteurs ne voient que les scènes avec le personnage principal présent, bah ça permet de créer des rebondissements d'une autre manière qu'en utilisant les relations entre les perso
ça veut dire que les rebondissements sont basés sur la différence d'info entre le perso principal et les autres ?

Agent Seven et Enir : mon problème ce n'est pas tant d'avoir des figurants sortis du chapeau, c'est plutôt le contraire, je crois que j'ai mal dosé les descriptions et donné trop de détails sur des figurants qui n'en méritaient pas et qui sont donc devenus des personnages à part entière...  scratch

Cardellina a écrit:
Deuxièmement, c'est une ficelle un peu grossière je trouve. Une bonne intrigue, à mon sens, c'est une intrigue dont les fils se recoupent à un moment où à un autre pour donner un tout cohérent, avec des rebondissements bien préparés.  Le lecteur adore jouer au détective, essayer de comprendre ce qui est en train de se passer et d'anticiper ce qui se passera après. Si toutes les avancées importantes de l'intrigue sont dues à de nouveaux personnages qui arrivent avec un nouveau conflit à résoudre, il n'y a plus grand chose à anticiper. C'est frustrant !
Oui c'est complètement ça ! Je pense aussi que cette problématique de nombre de perso cache en fait des soucis dans l'intrigue. Après je te rassure, l'intrigue évolue en majorité grâce aux personnages principaux, mais j'ai quand même des relances régulières à l'aide de nouveaux personnages secondaires qui ne restent que le temps d'une scène.

Du coup j'imagine que je vais 1/ Re réfléchir à l'intrigue pour supprimer des persos en la simplifiant ou fusionner des persos en la twistant et 2/ Lorsque je garde tel quel, essayer d'introduire les nouveaux persos secondaires un peu plus en avance (genre en entendre vaguement parler avant de le rencontrer) afin de satisfaire l'honnête lecteur détective Wink
 
Stochastique
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  24
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  05/10/2021
    
                         
Stochastique  /  Homme invisible


Je suis personnellement dans la phase de conception de mon histoire. Je dois dire que je l'ai toujours imaginé avec 2 personnages principaux, au point que j'ai du mal à ajouter des personnages, même secondaires, sans risquer que cela paraissent artificiel et ennuyeux.

Cependant, si je ne fais pas cet effort, je crains aussi que l'histoire deviennent trop descriptive, car manquant d’interaction, en bref dériver sur du "roman documentaire" plutôt que sur une histoire vivante.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Nombre de personnages principaux - secondaires - tertiaires (romans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-