PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Pourquoi les pays anglo-saxons ont-ils plus d'écrivains célèbres ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
TITAN
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  539
   Âge  :  125
   Localisation  :  Dans une grotte au sommet de l'Everest
   Pensée du jour  :  L'écriture est la peinture de la voix
   Date d'inscription  :  26/12/2015
    
                         
TITAN  /  Gloire de son pair


Bonjour,

Comme nous vivons actuellement une période spéciale, la situation ne peut être que propice à la réflexion. Eh bien, aujourd'hui, je me suis posé la question suivante : "pourquoi les écrivains des pays anglo-saxons sont-ils plus prédisposés à être connus, surtout en littérature jeunesse et de l'imaginaire, que les français ?". Bien sûr je ne remet pas en question la qualité des oeuvres des français, il y en a de très bons, d'autres moins bons, comme partout et même si des talents émergent en France, ils auront, selon mon humble avis, plus de mal à s'imposer à l'international.

Je prends par exemple la littérature jeunesse, beaucoup de best-sellers viennent de pays étrangers, principalement anglo-saxons, je peux citer J.K Rowling, Philipp Pullmann, Suzanne Collins, Roald Dahl... il en existe une multitude, la liste est trèèèèès longue et pourtant, chez nous, il y a très peu de monde qui s'est imposé à l'étranger, j'ai l'impression que ça se compte sur les doigts de la main (Pierre Bottero, Erik L'Homme, Claude Ponti ou encore Marie-Aude Murail)

C'est valable pour les romans de l'imaginaire adulte et polar/thriller (Chattam, Parot, Vargas, Grangé, Bussi)

Je me demandais si c'était une question de culture, par exemple si les français avaient plus tendance à lire de la littérature blanche que de la littérature imaginaire contrairement aux anglophones ? Ou plutôt si c'était un choix éditorial, si les éditeurs préféraient traduire des romans étrangers plutôt que publier des auteurs français ?

Quel est votre avis ?
 
Malucio
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  535
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/03/2018
    
                         
Malucio  /  Gloire de son pair


Est-ce que, tout simplement, ça ne viendrait pas du fait que les textes sont en Anglais et donc plus faciles à diffuser/traduire, etc... dans une certaine mesure ?
Que la langue anglaise permet aussi, sans traduction ou presque je suppose, de s'exporter aux US ? Fatalement, là-bas il y a une grosse population, donc potentiellement de grosses ventes et de gros succès. Suite à ça, les éditeurs non anglophones décident de traduire ces textes-ci puisqu'ils sont des "valeurs sûres", et les mettent plus en avant que les auteurs locaux inconnus ? (Dans le sens où la comm' est déjà en partie faite puisqu'un succès retentissant aux US arrive aux oreilles des Français avant que la parution n'ait lieu, ou à peu près en même temps)

Outre le fait aussi que, du côté de la culture américaine, on exporte beaucoup mais on importe très peu. Il n'y a qu'à voir au cinéma, je pense qu'on ne trouvera presque jamais de films disons allemands sous-titré Anglais ou même doublés. Quand un produit les intéresse vraiment, ils font un remake. On retrouve ainsi The Upside qui est, si je ne m'abuse, la version américaine de Intouchables. Même Funny Games de Michael Haneke a été refait littéralement plan par plan pour les US, par Haneke lui-même, mais avec des acteurs américains alors que c'est un produit en version anglaise à l'origine.

Je diverge un peu, mais je pense qu'une grande partie du succès des écrivains anglo-saxons vient de la facilité d'expansion à travers le monde car l'Anglais est une langue que presque tout le monde connaît désormais. Même avant une sortie locale, certains lecteurs assidus peuvent se procurer la version anglaise, la lire, l'apprécier, la recommander, etc...
http://la-prod-a-deux-l.jimdo.com/
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1392
   Âge  :  51
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour

Je rejoins tout à fait la pensée de Malucio, tout simplement parce que la langue anglaise étant présente sur la presque totalité du globe, il est plus facile de l'exporter.

Pour le cinéma aux States, ils préfèrent acheter les droits et en faire un remake avec leur acteurs, au lieu de demander aux acteurs de doubler nos films. Entre nous, je trouve cette pratique honteuse.

Bonne journée.
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  801
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Je donnerai exactement la même explication que Malucio: une littérature qui s'exporte facilement un peu partout, importe peu et se prête volontiers aux traductions (parce que bon, il faut aussi disposer de traducteurs).
Par ailleurs, parmi les auteurs que tu cites, beaucoup ont fait l'objet d'adaptation cinématographique, donc le lien entre littérature et cinéma me semble important.
Le fait que Marc Levy et Guillaume Musso aient vus certaines oeuvres adaptées au cinéma américain a participé à en faire les auteurs les mieux payés de France.
Après, il y a peut-être des causes plus subtiles, des différences de style ou de culture, mais en jeunesse et en imaginaire, les différences culturelles sont justement assez peu marquées. Quand j'en lisais, je lisais d'ailleurs plus d'auteurs francophones que de traduction, des bons comme des mauvais (Samantha Bailly, Bottero, Luc Besson, Anne Robillard, l'auteur de Tara Duncan au nom compliqué...). A côté des gros phénomènes cinéma que tu cites, je ne suis donc pas sûre que sur le sol français, la littéraire anglophone soit davantage appréciée.
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  745
   Âge  :  34
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


En fait, pour comprendre il faut s’intéresser à l'Histoire... c'est long et complexe, donc je vais résumer trivialement (donc y aura des rageux), mais en gros, depuis la fin de la 2e guerre mondiale, l'Europe c'est vu divisé entre les deux vainqueurs, URSS d'un côté et USA de l'autre. Les USA ne pouvant pas satelliser ouvertement les pays de l'ouest, plus évolué démocratiquement, ils ont du la jouer filou et ont pousser à la création d'une entité politique qui serait le revers de l'OTAN, qui deviendra par la suite l'Union européenne.
Depuis la fin de la guerre donc, ils ont négocié habillement de l'argent contre ce qu'on appelle le "soft power", en procédant, petit à petit à l'américanisation du continent, par la langue (anglicisme, série TV, film... qui n'a jamais entendu un prof vous suggérer de délaisser votre langue natale pour l'anglais pour votre bien?), par la culture en général, puisque tous ces produits véhicule une image, une idéologie, un paradigme du monde, par les fast-foods, le lobbying néo-libéral (combien de fois n'avons-nous pas entendu qu'il fallait faire comme les Anglo-saxons (i.e. les USA ou les Allemands)), bref il s'agit d'une guerre culturelle et économique où nos dirigent ont tous été corrompu, acheté et nous trahisse toujours plus...
Par exemple Bollywood produit bien plus de film qu'Hollywood pourtant on n’en verra pas sur tf1...

Bref, la raison est qu'en occident, on s'est fait vassaliser culturellement par nos maitres que sont devenus les USA et l'anglais (ce que eux ne font pas, bien évidemment, ils sont malins et se protègent comme quelqu'un l'a mentionné, en piquant les idées et en les récupérant et en nous les revendant après coup ... [faut être vraiment con ^^])

Si on alloué plus d'argent aux initiatives comme l'école que Besson veux faire (et à tous les métiers culturels et artistiques en général en France), tout en répartissant la dose de culture étrangère de façon équitable entre les différentes régions du monde, et que l'on arrêter de toujours aller vers plus d'anglais (notamment en enseignement supérieur), il y aurait sans doute des résultats bien différents Smile
http://rapturestudio.fr
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je trouve que c'est une vision simplifiée, cartésienne et victimaire de la situation. La culture américaine est évidemment un vecteur principal de la domination américaine du monde (avec la politique, l'armée et l'économie ), mais l'onu n'a pas été créé que dans ce sens, tout comme l'ue. Il ne faut pas négliger le coût de la seconde guerre mondiale pour les usa, et les conditions de "remboursement " de ce cout et du plan Marshall, en gros, c'est par la consommation de produits américain ( entre autres culturel ), que l'Europe remboursera.
Mais peut on en vouloir à un pays ambitieux, à qui on demande de l'aide, et qui doit nous défendre de l'URSS, qui était quand même bien pire, de tout mettre en oeuvre pour asseoir sa domination, et par la même, sa capacité à nous protéger du coup.
La force de la culture américaine, inscrite et au sommet de la culture occidentale (pas en qualité, mais c'est eux qui mènent la dance), est sans doute à trouver dans ses origines, la conquête de l'ouest , le protestantisme, d'autres sans doute.
Mais aussi, et dans une origine plus profonde, ce que l'on néglige, c'est la culture classique de l'Europe, de Hugo à Homère et de Cervantès à qui vous convient.
Et la culture américaine, a un talent, il faut lui reconnaître, c'est le goût du spectacle, le talent de la mise en scène, la masse considerable de fric qu'il mettent dans leur film, et le soutien financier de l'armée américaine pour tout film de guerre la glorifiant.
Mais leur vraie force mes cocos, c'est notre faiblesse, personnes ne nous oblige à ce ruer sur le dernier avengers, à écouter sans cesse les mêmes débilités américaines (les Beatles et Beyoncé, sérieux ! ! ! )
Seulement les européens n'ont pas confiance dans leur culture qu'ils ignorent. Donc ils ont peur, donc ils veulent la "défendre ", mais ils le font en jean, basket, avec un smartphone, sur Facebook, ou sur internet..., merde............................
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2944
   Âge  :  119
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


Nous sommes engoncés dans un certain conservatisme en France, lié au poids d la tradition et notre réputation: on voit bien qu'un auteur comme Brett Easton Ellis, en dehors de son attache culturelle très importante au way of life ne trouverait pas un seul éditeur ici qui accepte de l'éditer. On est le pays du roman et des essais, merci à Mme de Sévigné et Montaigne alors que par exemple Jack London s'est fait connaître aux USA en publiant chaque semaine une nouvelle dans le New York Times si ma mémoire est bonne !
Pour les auteurs(es) débutants il n'y a pas de tremplin pour se faire connaître et même remporter un prix dans un concours de nouvelles n'ouvrira aucune porte.
Aussi l'édition est en crise chez nous depuis un certain temps, nombre de librairies ferment ou ont déjà fermé et il est impératif de pouvoir vendre si on veut être édité: donc le livre est un support de consommation et il importe de définir sa clientèle-cible à la fois pour l'auteur et pour l'éditeur mais ses choix déterminent voire surdétermineront tout. Ils ne prendront plus aucun risque contrairement à une certaine époque où les éditions de Minuit publiant un inconnu qui s'appelait Beckett peinait à vendre juste à peine 160 exemplaires de En attendant Godot la première année de sa parution.
Les USA pays neuf et récent mais avec une histoire, pays de migrants aussi c'est important: quant à Harry Potter et consorts perso j'en ai rien à cirer que J.K. Rowling vende des milliers d'exemplaires et soit traduite dans 186 langues...
J'en ai jamais lu un et j'en lirai jamais de même que les auteurs de best-sellers genre Musso. Ils font du marketing et le littéraire sert juste de tremplin à ce que Debord a si bien décrit comme étant la société du spectacle, la littérature sous emballage de cellophane avec le code-barre dessus pour aller plus vite à la caisse.
seuls les amoureux de la littérature trainent ou plutôt trainaient chez les bouquinistes le long de la Seine ou bien dans des petites librairies pour dénicher la perle rare mais ces boutiques ont du fermer quasiment toutes la crise aidant.
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  801
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Si la domination anglosaxone dans le domaine du cinématographique est indéniable, il faut quand même relativiser en ce qui concerne la littérature.
Meilleures ventes de livres 2018 en France:
Spoiler:


Meilleures ventes de livres 2019 en France:
Spoiler:


1er biais: évitons de généraliser à tous les genres. Cette prétendue domination anglosaxone ne concerne que certains genre bien précis (à savoir ni la littérature blanche, ni les essais, ni la BD, ni les albums, ni les beaux livres... pour les autres domaines, je ne sais pas).

En ce qui concerne la jeunesse, je n'ai pas les chiffres les plus récents, mais voici pour la période 2008-2015 (copier-coller de mon mémoire):
Spoiler:

Certes, il s'agit d'un classement rempli de romans anglosaxons, mais on remarque que les ventes de ce que l'on pourrait croire comme des énormes phénomènes (par exemple Hunger Games) ne sont pas non plus de tels géants par rapport aux chiffres que l'on a en littérature générale. Par ailleurs, pratiquement tous ces titres ont fait l'objet d'adaptation et décollent après celles-ci.
2ème biais: ne pas surestimer l'importance de phénomènes littéraires rendus visibles par le cinéma. Certes, ce sont de très belles ventes, mais il y a d'autres très belles ventes ailleurs.
3ème biais: ne pas oublier l'impact du cinéma dans ce type de phénomène. Ces livres ne se vendent pas par eux-mêmes (contrairement à Bottero, Tara Duncan ou les Chevaliers d'Emeraude).

4ème biais: ne pas résumer l'importance littéraire à des ventes. En effet, les chiffres de ce type de classement se calculent sur une courte durée et montrent donc uniquement des phénomènes. N'oublions pas des livres comme le Petit Prince, largement plus durable qu'un Eragon. N'oublions pas qu'une littérature n'est pas seulement là pour se vendre, mais aussi pour faire grandir et pour s'inscrire plus ou moins durablement dans notre culture. On achète peut-être moins de poésie aujourd'hui, et pourtant, elle se lit et s'analyse encore largement à l'école et la population connaît mieux les sanglots longs des violons d'automne que les prénoms de Divergente.

J'enfonce sans doute des portes ouvertes, mais ça me paraît important de se rendre compte qu'on a tendance à généraliser beaucoup trop l'importance de certains phénomènes et généraliser des pratiques personnelles de lecture.
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2944
   Âge  :  119
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


je sais pas où vous voyez une domination anglo-saxonne dans la littérature : autour de moi les gens lisent des auteurs français, allemands, égyptiens, libanais, japonais, africains, italiens, indiens, russes. Bref le cosmopolitisme de chez Kant & Kant Inc. marche bien dans la littérature je trouve et c'est une chance. Actes Sud et Babelio sont spécialisés dans la littérature étrangère et on trouve pas plus chez eux d'auteurs anglo-saxons que d'autres...
Par contre ce qui est vrai c'est que chez nous beaucoup mais vraiment beaucoup de gens se lancent dans l'écriture. Il n'y a qu'à voir combien les grands éditeurs reçoivent  de manuscrits par an mais ça se chiffre en plusieurs milliers. Ce serait intéressant de comparer avec d'autres pays comme la Grande-Bretagne par exemple
En matière d'édition Gallimard est connu partout et est une sorte de modèle ou de référence pour les éditeurs de partout
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  745
   Âge  :  34
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


C'est simplement parce qu'heureusement les français sont assez mauvais en anglais, du coup la lecture reste FR, mais ce n'est pas le cas des autres médium qui ont sont beaucoup plus traduit pour la livrer à la masse...

Mariolo  : l'ONU n'a rien avoir la dedans... j'ai pas compris, ensuite l'argument encore débile du libre arbitre "on est libre" bla bla bla "personne ne nous force"... quand vous comprendrez vos biais, et que vos ennemis s'en servent, on avancera (peut être)...

Quand au "cout" pour les USA, il est nul, puisqu'ils impriment autant de dollar que besoin depuis qu'ils ont mis un gros fuck à la planète en désindexant de l'or, c'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait ^^
donc concrètement on c'est fait prêter de l'argent créer a partir de rien contre une invasion culturel, tu parles d'un cout pour les US, ils seraient mdr de te lire XD
http://rapturestudio.fr
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14309
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Matrix a écrit:
Quand au "cout" pour les USA, il est nul, puisqu'ils impriment autant de dollar que besoin depuis qu'ils ont mis un gros fuck à la planète en désindexant de l'or, c'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait ^^
donc concrètement on c'est fait prêter de l'argent créer a partir de rien contre une invasion culturel, tu parles d'un cout pour les US, ils seraient mdr de te lire XD

Est-ce que chez nous, ce n'est pas pratiqué également, ce type d'inflation ?
Et quel est le rapport avec la littérature ?
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  745
   Âge  :  34
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


j'expliquais l'origine de la guerre culturelle Smile voilà le rapport Wink

et non, le dollar est la monnaie sur laquelle toutes les autres s'indexe, de plus les autres pays font tous du protectionnisme, il n'y a que les membres de l'Union Européenne qui en sont privés (puisque les traités l'interdisent), de fait nous ne pouvons plus battre monnaie quand bien même on pourrait acheter les choses dans les autres pays (ce qui est, encore une fois, pas le cas)
http://rapturestudio.fr
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité



Vu la réponse de matrix, je pense avoir été irritant, et je m'en excuse, mais vu sa réponse je maintiens qu'il a une vision simplifiée, plutôt que simpliste c'est vrai, et victimaire.
Dans le sens où, bien sûr les américains visent la domination du monde, bien sûr par le biais de la culture entre autres, et bien sûr qu'une partie de nos choix sont déterminés, c'est une évidence, et c'est niveau première E.S. pour les scolaires. Cela s'appelle la sociologie, ou la psychologie, ou les deux j'ai jamais su choisir, mon père était chauve.
Au passage j'ai des biais, je suis fainéant ascendant patchoulis, mes gosses aussi ont des biais , mon petit dernier de quatre ans est communiste, je soupçonne la mère de mon chien d'être episcopalienne, et matrix aussi a des biais. Savoir que les gens on des biais, des déterminismes, ne nous désengage pas des nôtres. Il faut avoir conscience de tout ça et essayer de comprendre pourquoi on a ses déterminismes.
Sur ce forum, quelqu'un parlait du syndrome de l'imposteur, je me suis assez bien reconnu dans ce genre de problème, ce qui explique peut être pourquoi, quand je lis quelqu'un qui explique la domination culturelle des usa par leur seule volonté et les organisations internationales à leur botte dans ce seul but, ça me gêne. Parce que avant d'accuser exclusivement un acteur étranger à soi même, et assez évident en plus, il faut peut ê se remettre en cause d'abord. Sinon on avance pas. C'est pas juste les traités internationaux, les élites libérales, et le cochon dinde franc maçon de ma voisine qui sont responsables de cette situation. Mais c'est ma vision.Pour la blague, parce que j'aime bien l'humour, je ferais remarquer l'origine culturelle du pseudo de matrix.
Après le truc sur l'économie c'est du grand n'importe quoi, heureusement que les monnaies ne sont plus indexées sur la masse d'or de chaque pays, il y a bien plus d'argent fictif que d'or, sinon on aurait jamais eu les moyens d'avoir l'économie que l'on a. On ne pourrait rien financer, et ma commune ne pourrait pas s'endetter sur 55 ans auprès d'une banque tchèque pour faire passer la fibre, enfin je crois qu'ya un truc comme ça. En tout cas la désindexation ça date des années 70, maintenant les monnaies s'apprécient sur le marché.
Et les banques ne prêtent plus d'argent depuis longtemps en s'appuyant que sur leur fond propre (le ratio doit être de 1 pour 9 je crois pour les prêts à la conso, et peut aller jusqu'à 1 pour 50 pour les produits financiers, mais je suis pas sûr). Évidemment que l'on crée l'argent en faisant un crédit, c'est comme que ça marche, mais si demain j'emprunte 10 000e aux usa ( par le bias du cochon dinde de ma voisine ), qu'ils inventent 9000, prennent 1000 sur leur fond propre et qu'après demain je leur dis fuck off sale demon capitaliste, laisse-moi profiter d'internet, facebook, et wow, pour exprimer ma révolte, je ne te rembourserai jamais.
Ils vont m'envoyer Dwyane Johnson pour me faire raquer parce que sinon, à la fin de leur compte il marque "moins 10 000".
Ça peut paraître absurde mais c'est ce qui fait que l'argent a de la valeur et qu'il faut rembourser.
Le truc sur la création monétaire perdue au profit de la BCE, ça je rejoins matrix, c'est problématique.
Par contre le protectionnime, ça existe dans tous les pays, "ya pa ke en erop kon haie (pine dans le pied) trop bête pour pas le fer ( tant qu'il est encore chaud)". Et cela s'appelle, roulements de cardans ,.... le cahier des charges.
Quand tu fais un appel d'offres pour des bateaux de guerre avec un système d'armement particulier compatible avec la ceinture de chasteté de la fille de l'amiral, et que oh surprise, c'est un système français qui a des parts dans un chantier naval français. Je doute qu'un chantier chinois ou sénégalais puisse remporter le marché. Et on fait comme ça pour tout, ça c'est juste un exemple. Tout ça pour dire que je suis pas sûr d'après les messages de mes confrères plus haut, que l'on puisse parler de domination anglo-saxophone dans le monde de l'édition.
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2944
   Âge  :  119
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


quelle tartine !!
 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1448
   Âge  :  32
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "When gender is a social construct, but being fat is genetics"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


Sweet Jesus 😱
https://auteurnegora.wixsite.com/necrosang
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Pourquoi les pays anglo-saxons ont-ils plus d'écrivains célèbres ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-