PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
TCL C74 Series 55C743 – TV 55” 4K QLED 144 Hz Google TV (Via ODR ...
499 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Quelle est votre façon d'écrire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  115
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  18/07/2014
    
                         
olknox  /  Barge de Radetzky


Je pense qu'il est plutôt déconseillé de commencer le processus d'écriture par un plan, en tout cas je ne le fais jamais.

De ce fait on place la barre très haut - trop haut... c'est la meilleure façon de buter contre la première difficulté venue. (En tout cas, c'est mon point de vue).

C'est pourquoi, au commencement, je teste différents début d'histoires. 2000 mots pas plus, juste des débuts. Ensuite, je choisis de continuer une des ces histoires, celle dont je me sens capable (par mes connaissances) de développer jusqu'à en devenir un petit roman.

Au fil du temps, naissent des amoncellements de petits papiers, sous mon lit, dans ma chambre. C'est à partir de là que je décide de les ranger dans des enveloppes dédiées, elles-mêmes contenues dans des sachets en plastique à l'effigie de mon magasin de livre préféré. Ils sont stockés dans un corps de bureau. J'ai, bien au chaud, une quinzaine de débuts d'histoires qui m'attendent dans les tiroirs.

Bon. J'ai récemment fait l'acquisition d'un carnet. J'espère que ça sera moins bordélique. :mrgreen:


Dernière édition par olknox le Mar 11 Aoû 2020 - 23:10, édité 1 fois
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3046
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Pour ma part, je fonctionne exactement comme Nouna (deuxième post du topic)
Je pars d'une idée qui m'emballe, sans même savoir où ça va me mener exactement.
Puis en écrivant, les idées de développement me viennent comme les scènes ou les personnages qui me viennent tout naturellement en écrivant parce que j'ai besoin ici d'un solide gaillard, là d'une gente damoiselle blonde, là bas d'un petit chien foufou, plus loin d'un chevalier champion à l'épée, ou encore d'une sorcière magicienne ou d'un vieux Mage très spécial.  etc.
Pour les monstres c'est pareil. C'est en fonction du besoin.
On pourrait dire que je découvre l'aventure en même temps que je l’écris. Elle se forge toute seule au fil des mots.
Parfois je découvre moi même l'histoire comme si je lisais un livre.

De gros, très gros inconvénients à ça :
- 1) si tu es en panne d'inspiration tu n'as rien à quoi te raccrocher.
- 2) si d'aventure une de tes scènes ne te plaît plus en l'écrivant, elle passe aux oubliettes car ça enlève toute envie de continuer dans cette voie là.
- 3) comme les idées foisonnent en désordre pendant que tu écris, c'est le vrai bazar. Tu dois en vitesse noter un truc qui te passe par la tête et ton pseudo script/scénario embryonnaire devient les écurie d'Augias en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.
- 4) quand tu as un moment, tu décides de mettre tes notes en ordre et tu perds un temps fou à tout essayer de classer.

Mais malgré ça, je ne sais pas faire autrement.

Heureux si mon expérience peut t'apporter quelque chose.
En ligne
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4329
   Âge  :  34
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Perso j'étais team "les plans ça sert à rien" et je finissais rien.

Maintenant je suis team "plan" et c'est tellement utile. Fatiguée ? Regarde le plan, ça aide. Avoir une intrigue policière qui tient la route ? Sans plan je vois pas comment. Être sûr que le temps passe de façon crédible ? Plan. Savoir que l'histoire avance ? griser ce qui a été fait sur le plan...
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Pour être sûre que les jours passent de façon crédible je les note tous. Je fais un petit carré, et j'écris à côté ce qu'il s'est passé ce jour-là. Ça permet aussi de ne pas se perdre entre "deux jours avant", "cinq jours avant", etc. Je note aussi les jours qui passent mais non raconté, comme ça je suis sûre de ne pas me perdre. Je faisais ça avant de faire une frise chronologique, et comme les délais de ma frise ne sont pas inscrits dessus, ça la complète bien.
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3046
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


@Kal'
@Enirtourenef

Oui, c'est une bonne solution. Il est vrai que je me perds aussi dans le temps.
Je vais penser à la frise.
Merci pour l'idée.

En ligne
 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  124
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


olknox a écrit:
Je pense qu'il est plutôt déconseillé de commencer le processus d'écriture par un plan, en tout cas je ne le fais jamais.

De ce fait on place la barre très haut - trop haut... c'est la meilleure façon de buter contre la première difficulté venue. (En tout cas, c'est mon point de vue).
Je ne suis absolument pas d'accord. Laughing Surtout que le discours sur le forum est plutôt inverse : sans plan, on va vite, mais on ne va pas très loin...  

Parce que j'aime bien parler de moi, je vais donner mon exemple : j'écris depuis très longtemps, de manière erratique et sporadique et je ne compte plus le nombre de projets commencés, avortés, abandonnés, laissés de côté parce que je n'avais pas été au bout de ma démarche.
Je n'avais jamais pensé à un plan pour mon écriture. Quand j'en entendais parler, je pensais "perte de spontanéité" et ça me froissait. Je pensais "cadre fermé" et ça brisait tout de suite ma créativité, mon inventivité et aussi l'idée que je me faisais du génie littéraire.

Je suis arrivée sur JE et j'ai vu diverses méthodes pour écrire et surtout terminer un roman. Après plusieurs mois à naviguer dans les pages du forum, une idée m'est venue, et j'ai eu envie de la bichonner pour la finaliser.

J'ai commencé à écrire sans plan, à l'inspiration. J'ai bloqué au sixième chapitre. Je ne savais plus où j'allais, ni ce dont j'avais envie pour la suite. J'ai eu la chance de bénéficier d'une relecture par deux membres du forum qui m'ont orientée pour corriger ce début de roman. Nos échanges et mes réflexions m'ont poussée à écrire un plan. Large. Même pas précis. J'avais juste besoin d'une ligne directrice. Et combien ça a été salutaire ! J'ai finalisé la rédaction de mon premier jet pendant le mois de novembre, grâce au NaNoWriMo. À chaque difficulté, à chaque fois que je butais, j'étais contente d'avoir mon plan qui me rappelait où j'avais envie d'aller. Je programmais des synopsis plus détaillés deux ou trois chapitres à l'avance, comme ça, quand je n'avais pas d'inspiration ou pas envie, je n'avais qu'à suivre le plan. Et ne pas trop prévoir me permettait de laisser aussi libre cours à mon imagination sans me bloquer, et de pouvoir ajuster le tir si finalement une péripétie ne sortait pas comme je l'imaginais à la base.

J'ai tenté de nouveau l'écriture d'un second roman en début d'année 2020, sans plan. Je suis arrêtée au huitième chapitre, et je n'ai plus tellement l'envie de continuer...

Je connais des JE qui ont besoin d'avoir un plan ultra détaillé pour pouvoir écrire. Je connais une écrivaine dont le plan reste "dans la tête" mais dont le travail en amont de l'écriture est colossal, et qui écrit de fait bien plus lentement, pour être sûre d'avoir la bonne phrase, les bons mots et surtout pour que la cohérence soit toujours présente.

En bref, il n'y a pas de méthode 100% approuvée. Ce qui te correspond à toi ne correspond pas forcément aux autres et inversement.
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3046
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


leasaurusrex a écrit:
.../...
En bref, il n'y a pas de méthode 100% approuvée. Ce qui te correspond à toi ne correspond pas forcément aux autres et inversement.

Farpaitement ! comme disait Obélix après plusieurs bols de cervoise tiède.
Mais connaître la méthode utilisée par les autres, permet de donner des idées pour se forger la sienne propre.
Comme Leasaurusrex, j'ai légèrement dévie de ma méthode de départ tout en la conservant.
C'est à dire que de l'écriture spontanée qui me vient d'un fourmillement d'idées en vrac, j'écris puis au bout d'un moment, je mets tout ça dans l'ordre en faisant un plan à postériori pour pouvoir continuer à avancer dans le bon sens.
Puis je reprends, et d'autres idées jaillissent dans le désordre, j'écris puis je note et je recommence à faire le plan etc.
C'est comme ça que d'une idée de départ d'un roman Fantasy jeunesse c'est devenu une saga en 6 Tomes et changement d'univers littéraire.
Avec un plan au départ, je n'en aurais jamais eu l'idée, mais sans plan au milieu, je n'aurais jamais pu continuer à avancer.

Un grand merci pour ces enrichissantes contributions.  Smile
En ligne
 
Melodie3
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  261
   Âge  :  38
   Localisation  :  Un de ces pays où il fait très, très froid.
   Date d'inscription  :  15/07/2020
    
                         
Melodie3  /  Autostoppeur galactique


J'écris toujours un plan avec les grandes parties de l'histoire, ça m'aide à me cadrer et à trouver qui sont mes personnages.
En cours d'écriture, en général, mon histoire part à gauche quand j'avais pensé qu'elle partirait à droite, mais c'est pas très grave, parce que je modifie légèrement le plan et je me dis qu'en fait, c'est plus original que ce que j'avais imaginé au départ. Laughing

Bref, je me fais confiance, mais dans un cadre précis, parce que sinon, je ne terminerais jamais rien. Le plan m'aide aussi à me rappeler de tout et à ne pas laisser d'histoire secondaire ouverte. :mrgreen:

Sinon, j'ouvre toujours un Excel en parallèle de mon texte. Il contient mon plan, diverses notes et descriptions, les maisons d'édition auxquelles mon livre est destiné (la finalité, c'est hyper important pour moi, j'assume) et mon journal de bord, dans lequel je note combien de mots j'ai écrit par jour (je me fixe 1 000 mots quand je suis sur un projet).

Bref, vous l'aurez compris, je suis une control freak/perfectionniste pour être politiquement correcte envers moi-même, mais je l'assume et je le sais, donc tout va bien. Laughing
 
Sklaërenn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  30
   Localisation  :  Dans le lointain des mystères
   Pensée du jour  :  I'm the fucking writer for my story life
   Date d'inscription  :  15/06/2013
    
                         
Sklaërenn  /  Roland curieux


Je commence sans plan, sinon je perds toute motivation. Au fur et à mesure de l'histoire, là, je fais mon plan et encore dans les grandes lignes. Je prépare toujours deux chapitres à l'avance et je fais mes fiches perso quand j'en ressens le besoin. Sans plan aucun du début à la fin, je ne peux pas. Mais écrire avec un plan, dès le début, m'est tout autant impossible.
http://airyscine.forumgratuit.org
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je suis pareille, je me lance sur une idée et quand je vois que ça peut donner quelque chose, je m'arrête pour réfléchir, là je fais ma petite frise chronologique (je ne me refuse à appeler plan pour les problématique de "cadre fermé" dont parlait Leasaurusrex (ou comment tromper son propre cerveau) et ça m'aide à savoir où je vais et à faire ressortir les enjeux de l'histoire. Surtout que mon roman c'est pas la grande aventure avec beaucoup de baston, du coup si mes enjeux sont pas calés j'ai aucun moyen de cacher que c'est bancal x)
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4329
   Âge  :  34
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Je trouve que c'est une erreur de croire que le plan est une contrainte.

Le plan, c'est l'auteur qui l'écrit, l'auteur qui le modifie, l'auteur qui le jette. Rien n'oblige à s'y tenir, raison pour laquelle tous les 3/4/5 chapitres, je me pose pour faire le point et mettre à jour le plan... et découvrir que des scènes ne sont plus nécessaires (informations déjà livrées, contenu redondant avec quelque chose de déjà écrit...), ne fonctionnent plus (un personnage a finalement pris une autre direction), ou qu'à tel endroit, bah finalement je rajouterai bien une scène, parce que j'ai eu l'idée d'un nouveau truc et que ça irait bien à cet endroit.

Et puis, le plan permet parfois de se débloquer. J'ai les scènes A, B, C, et plein d'idées pour F et G, mais je bloque au milieu ? En mettant ce que j'ai déjà par écrit, je peux plus facilement trouver comment les relier... et si ça ne marche pas, j'écris F et G pour voir si D et E ne voudraient pas apparaitre à ce moment là... ça m'est aussi arrivée, dans un cas où D et E étaient *très* pénibles à écrire (scène de torture et mort de personnage), que j'écrive F et G (scènes de calinou pour s'en remettre) en même temps, en alternant les séances de l'une à l'autre. Chose plus compliquée quand on a pas de plan.

Bref. Il y a longtemps je pensais que le plan est une chaîne, et en fait non.
 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  124
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


En fait, pour moi l'envie d'écrire vient d'une idée, d'une scène, d'un personnage qui s'impose à moi pendant que je marche (je marche moins maintenant, et ça se ressent sur ma créativité). C'est pendant ces moments où je ne fais "rien" tout en occupant mon corps que mon esprit a le plus de loisir de vagabonder et de m'apporter l'inspiration. Ces moments de "rien" sont un peu moins productifs quand mon corps ne bouge pas lui non plus. Laughing

Quand je tiens un fil, je tente de l'accrocher. Soit ça se fait naturellement, et alors je le déroule, soit ça ne se fait pas, et alors je passe à autre chose.
Quand j'ai mon fil et que je le déroule, je prends le temps de le suivre un moment, toujours à ces occasions de "rien" qui sont en fait des périodes hautement actives en termes d'imagination et d'inspiration. Et là, que mon corps soit actif ou non, toutes les occasions de "rêver debout" sont bonnes pour approfondir le sujet.
C'est quand je tiens quelque chose qui me plaît (souvent des personnages, je ne vais pas mentir, ils sont toujours à la base de mes projets) que je réfléchis au cadre, à l'univers, à ce que j'ai envie de raconter. Et en général, c'est à ce moment que j'ai envie de commencer à poser mes premières lignes, car les premières scènes sont déjà là, l'ambiance, la voix des personnages, leur background et leur psychologie, l'évolution vers laquelle je veux qu'ils tendent...

Il n'y a qu'une fois que ce début entamé que je peux me poser pour faire un plan de l'histoire, tout en laissant assez de marge de manœuvre pour bouger des choses en cours de rédaction.

Bref, un peu comme Sklaërenn, je dois d'abord être en mode wild avant d'élaborer un plan, sinon ça ne fonctionne pas. Laughing
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4329
   Âge  :  34
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Sans idée et sans personnages j'ai du mal à voir comment on peut faire un plan ! C'est là qu'on voit qu'avant même de commencer l'écriture, il y a déjà beaucoup de choses qui se passent dans la tête...
 
L'autre
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  35
   Localisation  :  Marbella
   Pensée du jour  :  Ode à la bière
   Date d'inscription  :  01/06/2020
    
                         
L'autre  /  Pour qui sonne Lestat


Melodie3 a écrit:
J'écris toujours un plan avec les grandes parties de l'histoire, ça m'aide à me cadrer et à trouver qui sont mes personnages.
En cours d'écriture, en général, mon histoire part à gauche quand j'avais pensé qu'elle partirait à droite, mais c'est pas très grave, parce que je modifie légèrement le plan et je me dis qu'en fait, c'est plus original que ce que j'avais imaginé au départ.
Pareil !
souvent le plan change au fur et à mesure, mais ça m'aide pour garder en tête la trame.
Scrivener est un très bon outil pour garder le plan en tête. Perso je fais tout avec ça.
 
Comtesse des sources
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  485
   Âge  :  25
   Localisation  :  Toulouse
   Pensée du jour  :  Quand on est mort, c'est pour la vie.
   Date d'inscription  :  04/12/2017
    
                         
Comtesse des sources  /  Pour qui sonne Lestat


Au final chacun à sa façon de faire, mais personnellement j'aurais bien du mal sans mon plan/maquette. Je le considère presque comme mon premier jet. Une fois que j'ai écrit une première version s'accordant à ce plan je fais reposer la bebête pendant quelques semaines, quand j'y reviens toutes les incohérences me sautent à la gorge, ainsi que les trucs à développer.

Je pars du principe que notre inconscient a déjà l' histoire compléte, dans sa forme finale, quand l'idée se forme. On doit juste le déclencher en plongeant dans le décortiquage. Généralement les petits détails rajoutés après les grandes lignes sont totalement nécessaires, mais je ne sais pas les voir tant que je n'ai pas construit la structure.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Quelle est votre façon d'écrire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-