PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif à 270° Full HD 9000 ...
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 N'osez vous pas écrire certaines choses ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Salut les JE,
alors je me demandais, est-ce que certains d'entre vous auraient hésités de longues heures, penché sur votre clavier à vous demander si vous deviez inclure tel ou tel passage, des idées qui paraissaient géniales et qui le sont peut être mais que vous n'osez pas écrire.
Pourquoi ?
Par gêne, par honte du regard des autres, parce que vous croyez que vous auriez franchi la limite, parce que vous saviez que vos proches pourraient au travers d'un passage, d'un dialogue, d'une ligne lire en vous comme dans un livre ouvert et comprendre des choses que vous n'auriez jamais voulu qu'ils sachent, jamais au grand jamais. Ou peut être même parce que vous ne vous sentiez pas à l'aise avec le sujet et que rien d'écrire le début de la scène vous trembliez en l'imaginant.

Si vous pouviez détailler votre réponse en disant le nom de votre œuvre de quoi elle parle, de quel passage ou idée s'agit-il et pourquoi vous avez décidé de ne pas l'inclure, ce serait super. Si vous n'avez pas envie de détailler par honte du regard des autres, vous n'êtes obligé à rien.
 
Gernier
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  129
   Âge  :  45
   Date d'inscription  :  28/03/2022
    
                         
Gernier  /  Barge de Radetzky


Personnellement, je n'aime pas m'auto-censurer, donc j'écris un peu ce que je veux, en fonction de mes envies. Les seules choses que je vire, c'est quand je décide que cela n'appartient pas à l'histoire, ou que cela ne se justifies pas... En matière d'art, je ne me préoccupe pas forcément du regard des autres. Et je ne pense pas que mes proches pourraient lire en moins.

Enfin, il y a bien un ouvrage que j'ai plus ou moins enterré. En tout cas que je ne propose pas à la distribution, on va dire, par crainte de représailles plus qu'autre chose, et même si quelques bêta-lectrices m'ont dit que ça passaient.... Je me méfie un peu. Du coup, je n'en parlerai pas ici, mais oui, c'est la seule histoire que j'ai censuré. Mais en même temps, j'avais besoin de l'écrire pour m'éclaircir les idées sur l'un ou l'autre paradoxe.
http://imaginatechdaily.blogspot.com/
 
Smooth
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  445
   Âge  :  29
   Localisation  :  Angers
   Pensée du jour  :  Oh ! J'avais pas fini mes carottes rappées ~
   Date d'inscription  :  15/05/2023
    
                         
Smooth  /  Dactyloraptor


Hmm la question de ce qui peut être intégré ou non dans un récit, une chanson, me revient souvent 🤔 mais pas en phase d'écriture, seulement quand je bidouille des bouts de trucs dans la rue.

Sinon, dans la grande majorité de mes bidules en cours, la question ne se pose même pas. Les sujets qui viennent ne sont pas source de questionnement quant à une éventuelle auto-censure/honte.

Il n'y a que dans mon bazar journal ouvert sur JE que je tends à ne plus avoir de retenue, un exercice intéressant tho, et pourtant il reste encore fragmenté o/


 
Raven Twelve
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  103
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  03/01/2024
    
                         
Raven Twelve  /  Barge de Radetzky


Je me suis "censuré" trois fois sur mon livre.

1- En baissant le volume sur mes scènes de torture. Tandis que ces dernières sont essentielles à l'histoire, elles arrivent assez tôt. Ne voulant pas que mon livre soit identifié à tort comme du "torture porn", j'ai enlevé pas mal de contenu puis augmenté l'intensité pour compenser.

2- Sur les pensées "toxiques" d'un personnage. Introduction du nouveau perso type womanizer à mi-récit et qui considère hommes et femmes comme des objets ; les premiers comme des marchepieds, les seconds comme des mouchoirs. Comme j'ai trigger dans tous les sens mes premiers bêta-lecteurs en deux pages avec lui, j'ai diminué le volume ; le message passait tout aussi bien sur une page.

3- Message politique. Mon histoire a été pensée il y a sept ans, et à cette époque il n'y avait pas ce wokisme nauséabond qui travestit la plupart des visions créatrices actuelles. Mes premiers jets incluaient une critique de la société de consommation et de la pornographie, et ces passages n'ont pas survécu à la dernière réécriture. Cause : j'en ai marre de bouffer de l'agenda social dès que j'allume un écran, donc je me refuse d'imposer ça aux autres.
https://maximechamare.com
 
Audel'ash
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  356
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  01/07/2019
    
                         
Audel'ash  /  Tapage au bout de la nuit


Perso, je suis super gênée dès qu'il y a un peu de romance entre mes personnages.

Pourtant j'adore les histoires d'amour mais je n'arrive pas à en écrire. Ca me fait grimacer derrière mon écran. Donc, je n'explicite rien, même un bisou. Je me contente de l'insinuer, comprendra qui comprendra  Laughing Parce que décrire des lèvres qui se touchent, ce que font les mains, les langues, tout ça... Impossible ! Rien que de l'écrire là, je me sens bête !
 
Azurlazuly
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  88
   Âge  :  34
   Localisation  :  Lausanne
   Pensée du jour  :  Ma couronne est ma joie
   Date d'inscription  :  19/09/2023
    
                         
Azurlazuly  /  Pippin le Bref


Cela m’arrive très (trop? ) régulièrement.

Mes romans sont restés pendant des années dans un dossier inaccessible à tous regards étrangers à cause de cela. J’aborde des sujets qui ne sont aujourd’hui pas très à la mode voire mal vu et il m’a fallut des années pour que j’assume qui j’étais et dire ouvertement que j’écrivais, pour enfin terminer mon premier roman.

Pour mettre les pieds dans le plat, je suis profondément croyante et pendant des années je n’arrivai pas à avancer parce que j’essayai d’écrire sans y mettre cette partie de moi, principalement par peur des attaques.

Même si j’assume un peu mieux, il reste tout de même des scènes que j’ai longuement hésité à inclure dans le roman que j’écris actuellement, un drame romantique, car je trouvais que ces passages révélaient trop de ma personne, je me sentais vulnérable. Je ne suis pas sûre d’avoir dépasser ce sentiment d’ailleurs.

Enfin, il me reste une scène à écrire pour ce roman que j’ai longuement repoussé, et même essayé de ne pas inclure, mais qui me semble totalement incontournable dans un roman d’amour contemporain, c’est la scène de sexe. J’ai l’impression de violer l’intimité de mes personnages en écrivant cette scène !
https://www.wattpad.com/user/Azurlazuly
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  178
   Âge  :  36
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Tycho l'homoncule


Auto-censure ? Non, jamais.
Un de mes derniers textes parlait du terrorisme, et du point de vue du terroriste qui plus est. Je dirais même que je considère comme fondamental d'oser parler de tout. Parce que si ce ne sont pas les écrivains (et les artistes au sens large) qui donnent des coups de pied dans la fourmilière, qui le fera ?

Malaise ? Encore moins.
Ça fait partie du job de ne pas écrire que sur des sujets confortables. En tant qu'être humain, ça m'aide aussi à démystifier certains sujets qui me mettent mal à l'aise. Le sujet me met mal à l'aise, mais pas d'écrire dessus (mes textes sur la pédophilie parleront pour moi). J'y mets de la distance en me concentrant sur ce qui compte dans l'écriture : les personnages, la narration, le style, etc.

Quant au fait de se mettre à nu dans ce qu'on écrit, c'est malheureusement inévitable.
Même si on n'écrit pas sur soi, toutes les émotions, toute l'imagination, tout l'univers qu'on a construit en disent très long sur qui on est. Peu importe le sujet, qui on est se verra. Alors autant assumer, accepter qu'on ne fera pas l'unanimité, et se libérer de toute la bien-pensance néfaste à la créativité.
En tout cas, c'est comme ça que je vois les choses : de toute façon, qui je suis dérangera toujours quelqu'un, et quoi que j'écrive ça ne plaira pas à tout le monde. Tant qu'à faire, autant être moi-même et que ce que j'écris me plaise à moi. J'aurais au moins la satisfaction d'être resté⋅e intègre.
https://hortensemerisier.com/
 
Seb
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  414
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  14/11/2023
    
                         
Seb  /  Pour qui sonne Lestat


L'écriture peut également être un excellent moyen de se déguiser. Ce que l'on ose offre parfois de fabuleuses opportunités de ne pas dire les plus communes faiblesses. Si l'on écrit pour autrui, il faut aussi que cela participe d'un plaisir partageable. Combien d'audaces ne sont que de masochistes coquetteries ? L'ordinaire recouvre aussi une forme d'affront. La censure est galvaudée, elle ne dit que ce que l'on montre, pas ce que l'on tait par peur de l'observance. Il est plus simple de transgresser une morale que d'assumer celle qui nous érige, contre notre gré
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 N'osez vous pas écrire certaines choses ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-