PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Bundle 6 Boosters EV05 Forces Temporelles : où ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Faut-il avoir une présence en ligne pour intéresser les éditeurs?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Aaahhh
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7
   Âge  :  42
   Date d'inscription  :  22/01/2024
    
                         
Aaahhh  /  Magicien d'Oz


Hello,

Je ne suis pas sure d'être au bon endroit, milles excuses si je me suis perdue ici... Ma question concerne pourtant bien l'édition puisque je me demande ce qui pourrait intéresser ou plutôt faire fuir les potentiels éditeurs.

J'ai lu, je ne sais plus où, qu'en Angleterre, de nombreux éditeurs ne publieraient pas de nouveaux auteurs qui n'auraient pas un certain nombre de followers ou un tel pourcentage de contacts sur les réseaux sociaux. Ca me semble fou mais il est vrai que sur plusieurs formulaires de soumission de manuscrit de maison d'édition, il est demandé de donner les liens vers ses blogs et réseaux sociaux.

Qu'en pensez-vous? Une présence en ligne, voire une notoriété en ligne est-elle de nos jours un prérequis pour être envisagé comme solvable ou u moins rassurant par un éditeur?
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1090
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Effleure du mal


Hello.

Non, une présence en ligne n'est pas nécessaire.

Elle peut dans de très rares cas (de personnes ayant déjà une grosse communauté) être un argument marketing qui suscite l'intérêt des maisons d'édition. Ça n'est en rien obligatoire pour publier.
 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1324
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Ne pas écouter la voix qui te dit de tout lâcher parce que tu ne vaux rien..
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Tentatrice chauve


Un pré-requis, je ne pense pas non. Un plus pour le succès de ta publication, je pense oui.

C'est intéressant de s'interroger à ce sujet. Moi-même, le seul réseau sur lequel je suis (et plutôt actif), c'est ce forum. Et je me dis toujours que si jamais je suis publié, je devrais passer par Insta. Entre mon manque de connaissance, de pratique, et la charge mentale... Mais je me dis surtout, et c'est ma manière perso de voir la chose, que c'est peut-être une manière pour moi de lettre des chances de mon côté ? J'attends d'une ME qu'elle donne son maximum pour promouvoir mon livre, alors en terme de compromis, je me dois de faire l'effort de passer par la case réseaux sociaux ? Enfin c'est hypothétique, et ma position perso à moi sur le sujet.

Je me dis qu'au moment des discussions avec l'éditeur, si je leur partage ma manière de penser, ça montrera que je suis ouvert aux compromis à ce sujet, et du coup enverra le message que, outre rentrer dans leurs frais, faire le travail nécessaire pour me promouvoir en vaut la peine vu que je suis impliqué ? Il s'agit là de pensées de quelqu'un pas encore dans le circuit, donc à voir comment j'agirais et que ça se passera dans le concret..

Donc bon, je tourne autour de la question plus qu'autre chose, mais je pense qu'une volonté de se mettre aux réseaux, en tout cas de s'investir en vu du parcours édito puis publication, peut envoyer un bon signal ? Mais pour ça, il faut déjà attirer l'attention sur son texte, donc... Ouais, je suis peut-être hors sujet en fait, désolé... Lol
 
Aliénor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1485
   Âge  :  22
   Localisation  :  là où il fait toujours nuit
   Pensée du jour  :  bon. écrire.
   Date d'inscription  :  21/02/2022
    
                         
Aliénor  /  Miss Deadline


Non, ce n'est pas nécessaire. Dans certains cas, c'est juste un argument supplémentaire.

Par contre, c'est pas mal d'avoir une présence sur les réseaux post-signature, notamment pour aider à la promo de ton roman. Instagram et TikTok, tout particulièrement. Les réseaux sociaux ne sont pas un critère de sélection, mais ils représentent un atout marketing indéniable pour aider le livre à trouver son public Smile


Faut-il avoir une présence en ligne pour intéresser les éditeurs? 1f47d.png?v=2.2

Alien officiel de la CB since 2022.
Modératrice spécialisée dans la Section Édition.


Instagram, pour suivre mes aventures dans la jungle de l'édition.

Parcours éditoriaux :
Mienne sera la nuit, sortie prévue le 28 mars 2024 aux Éditions Addictasy ✨
Romance n'est pas une histoire d'amour
Après la vague
 
Jedewyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2380
   Âge  :  29
   Localisation  :  Entre le Rohan et Malaz
   Date d'inscription  :  15/12/2016
    
                         
Jedewyn  /  Guère épais


Je rejoins l'avis des autres. Rien que sur ce forum, certains magiciens des RS ont prouvé que la com qu'ils faisaient donnait lieu à de vrais résultats sur les ventes de leurs livres. Ca peut créer et consolider une communauté de lecteurs.

Pour ma part, j'alimente mes RS de manière sporadique et même à la publication d'un roman, je ne m'y dédierai jamais plus que nécessaire. Parce que ce n'est juste pas mon truc alors on ne va pas se forcer...

Autre utilité de ces plateformes quand on est auteur : avertir et mettre à jour les infos sur les présences en salons, en librairies, etc, pour les dédicaces. C'est un vrai plus aussi dans le monde éditorial.

EDIT : Il me semble avoir déjà vu quelque part que certaines ME exigent quand même qu'un auteur ait des RS. Je trouve ça assez fou que ça soit un impératif. Si on me l'imposait, je tournerais les talons direct... What a Face
 
Raven Twelve
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  81
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  03/01/2024
    
                         
Raven Twelve  /  Pippin le Bref


J'ai deux avis d'écrivains sous le coude pour répondre à ta question :
- "Il est nécessaire d'avoir une plateforme d'auteur avant même d'être publié" (Jerry Jenkins)
- "Le meilleur moyen pour devenir écrivain / pour publier/ pour vendre un livre est d'avoir une fan base au préalable." (Brandon Sanderson)

Avoir une plateforme d'auteur à l'allure pro et bien référencée te permettra d'ajouter de la crédibilité à n'importe quelle demande de publication.

 
savannah
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  67
   Âge  :  101
   Pensée du jour  :  Oui, j'ai 100 ans, et alors ? J'ai toujours fait plus jeune que mon âge 0_ô
   Date d'inscription  :  12/09/2023
    
                         
savannah  /  Clochard céleste


Aliénor a écrit:
Non, ce n'est pas nécessaire. Dans certains cas, c'est juste un argument supplémentaire.

Par contre, c'est pas mal d'avoir une présence sur les réseaux post-signature, notamment pour aider à la promo de ton roman. Instagram et TikTok, tout particulièrement. Les réseaux sociaux ne sont pas un critère de sélection, mais ils représentent un atout marketing indéniable pour aider le livre à trouver son public Smile
Je ne suis pas tout à fait d'accord. Je pense même que Wattpad sur lequel les éditeurs font leur marché en est un bon exemple.
Si tu es jeunette/mignonnette, si tu as des tas de followers et un paquet de vues, que deux ME t'ont approchée mais que tu veux une telle, tu as toutes tes chances de signer.
https://www.wattpad.com/user/SavannahRhys
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  73
   Âge  :  39
   Date d'inscription  :  30/10/2013
    
                         
Eagleye69  /  Clochard céleste


Je crois que les éditions Ex Aequo demandent (ou demandaient) explicitement à leurs autrices/auteurs d'être présents et actifs dans la promotion de leur roman sur les RS. Depuis que j'ai appris ça j'ai relégué cet éditeur tout en bas de ma liste d'envois.
 
savannah
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  67
   Âge  :  101
   Pensée du jour  :  Oui, j'ai 100 ans, et alors ? J'ai toujours fait plus jeune que mon âge 0_ô
   Date d'inscription  :  12/09/2023
    
                         
savannah  /  Clochard céleste


Plume du Web demande aussi les réseaux sociaux des auteurs dans le contact soumission.
https://www.wattpad.com/user/SavannahRhys
 
Aaahhh
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7
   Âge  :  42
   Date d'inscription  :  22/01/2024
    
                         
Aaahhh  /  Magicien d'Oz


Mmmh.. Je vois qu'en effet la question se pose... Embêtant pour moi qui ai zéro présence en ligne  Faut-il avoir une présence en ligne pour intéresser les éditeurs? 1f601 mais enfin c'est la vie... Et puis j'ai quand même bon espoir que ça reste une question secondaire et que la plume passe avant le plumage! Merci pour vos retours!
 
Page de Bâtons
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1339
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  25/01/2021
    
                         
Page de Bâtons  /  Tentatrice chauve


Ça dépend aussi des maisons d’édition : certaines font carrément de la prospection sur bookstagram et booktok, alors que d’autres n’en ont véritablement rien à cirer. La plupart, j’imagine, sont entre les deux. En général, si tu apportes des billes marketing, quelles qu’elles soient, la plupart des ME ne vont pas cracher dessus, surtout dans le contexte de plus en plus concurrentiel de l’industrie noyée sous les sorties.
https://www.instagram.com/sachaetdesmots/
 
CalédoniaRob
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  42
   Localisation  :  La Paz Bolivie
   Date d'inscription  :  21/01/2022
    
                         
CalédoniaRob  /  Effleure du mal


Par contre, je dirais que si tu as 20 000 followers sur ton réseau social, tu as probablement énormément plus de chance de trouver un éditeur que si tu en as 0. On ne va pas se mentir, c’est un énorme argument pour un éditeur. Je suis la chaine de consoles techs d’un monsieur sur youtube qui a une démarche très sérieuse de nerd tech sur les consoles, et il écrit aussi des romans de sf. Et bien il en parle entre ses vidéos de consoles, et je me demandais si justement ça lui résultait, et l’autre jour il a annoncé un truc du genre, merci à tous, la précommande de mon roman a déjà épuisé tous les exemplaires disponibles …

Donc on peut se voiler la face autant qu’on veut sur les qualités de notre plume et le mérite de l’écriture, mais si vous avez un réseau social avec des 10 aines de milliers de followers, je pense que vous trouverez un éditeur très vite même si vous n’avez pas une superbe plume. Ça n’est que mon humble avis bien entendu mais pour le coup je ne pense pas me tromper …
 
Cosmos
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  258
   Âge  :  42
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  22/06/2021
    
                         
Cosmos  /  Autostoppeur galactique


CalédoniaRob a écrit:

Donc on peut se voiler la face autant qu’on veut sur les qualités de notre plume et le mérite de l’écriture, mais si vous avez un réseau social avec des 10 aines de milliers de followers, je pense que vous trouverez un éditeur très vite même si vous n’avez pas une superbe plume. Ça n’est que mon humble avis bien entendu mais pour le coup je ne pense pas me tromper …
Enfin s'il a tant de followers, c'est qu'il a, à défaut peut être d'une belle plume, au moins des trucs intéressants (pour ses followers) à dire...

Et, oui, ça doit sans doute aider d'être suivi par des "dizaines de milliers"... mais ce sera pas le cas de tout le monde. Si c'est pour avoir 50, 100 followers, bon, le résultat sera modeste... ça peut aider si un ou deux followers en parlent, et qu'un compte + gros s'y intéresse... sinon, sans +...

Après perso c'est pas mon truc les réseaux sociaux, et je vais pas me forcer. Si le livre est bon, il sera sans doute remarqué par certains sur les réseaux...
 
Soliste
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14
   Âge  :  35
   Localisation  :  Suisse
   Pensée du jour  :  “Eh bien ! Oui, c’est mon vice. Déplaire est mon plaisir. J’aime qu’on me haïsse.”
   Date d'inscription  :  27/01/2024
    
                         
Soliste  /  Homme invisible


Un éditeur veut vendre, c’est son métier. C’est évident qu’avoir des arguments qui aident à la vente vont plaire à un éditeur (à certaines conditions, il y a aussi l’image qui rentre en compte, la ligne éditoriale etc.).
Du reste, quelqu’un de vraiment très doué finira par se faire publier, j'en suis convaincu.
 
Raven Twelve
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  81
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  03/01/2024
    
                         
Raven Twelve  /  Pippin le Bref


Rapide étude de cas

Le meilleur exemple que j'ai trouvé est celui de Nabila Benattia. Le saviez-vous ? Elle a publié deux livres.
- Elle bénéficiait alors d'une couverture nationale grâce à son passage dans diverses téléréalités.
- Elle avait (présumément) un gros following sur les réseaux sociaux.
1er livre : Allô, non mais allô quoi. Editeur: Privé
Source 1
Source 2
(Astuce : Pour lire le lien n°2 sans s'abonner, copiez/collez l'url sur ce site : https://12ft.io)
Mise en rayon : 35.000 exemplaires
Ventes : 1.700 exemplaires
Review Amazon : 32

Puis, elle a eu des démêlés avec la justice.
- Un passage, de mémoire, par la case prison. Ce qui a encore fait grimper sa notoriété.
- Un second livre écrit, encore de mémoire, par un écrivain (pas de vérification, car je n'ai pas envie que mon moteur de recherche m'harcèle avec Nabila pour les 3 prochains mois)
2ème livre : Trop Vite. Éditeur: Robert Laffont
Source 3
Source 4
Mise en rayon : 40.000
Second tirage annoncé : 40.000 exemplaires
Avance annoncée sur futures ventes : 100.000€
Ventes minimum : 19.000 (aucune source n'a de chiffres concrets, à part une)
Review Amazon : 570

En conséquence, les followings ne sont pas tous bons pour vendre - mais pour publier, oui. Ici, même une grosse couverture nationale (elle a dû passer aux infos pour ses démêlés) n'a pas assuré des ventes incroyables pour son livre.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Faut-il avoir une présence en ligne pour intéresser les éditeurs?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-