PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : ...
Voir le deal

Partagez
 

 Transition vers les flashback/souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
K.Holmes
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  228
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  04/01/2018
    
                         
K.Holmes  /  Autostoppeur galactique


Hello,
Question plutôt simple.

Je suis curieux de savoir les moyens de transitions que vous utilisez (si vous le faîtes) pour passer d'un moment narratif présent à un flashback ou souvenir ?
Avez-vous des exemples de procédés/pratiques que vous avez trouvez extrêmement fluides à lire que vous pourriez me recommander ?

D'habitude j'utilise le classique changement de chapitre. Je connais bien sur l'italique, ou placé le flashback entre deux étoiles. Mais je me dis qu'il existe peut-être des procédés plus fins que ça, et me voilà donc à vous demander les vôtre Smile.
https://www.amazon.fr/L-E-Metan/e/B07NCKV7J2/
 
Zexion
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  21/01/2013
    
                         
Zexion  /  Homme invisible


J'utilise aussi le classique changement de chapitre, sans procédé de mise en forme ou de narration particuliers. Par contre il faut placer très tôt dans le chapitre un ou plusieurs éléments qui permettent au lecteur de comprendre qu'il a changé de temporalité.

A un moment j'avais eu l'idée saugrenue d'écrire les chapitres classiques en noir sur fond blanc, et les chapitres flashback en blanc sur noir pour bien les faire ressortir. Mais ça n'est pas vraiment viable dans l'édition papier donc j'ai laissé tomber l'idée. Neutral

On pourrait aussi imaginer avoir un type de titre différent pour les chapitres flashback et les chapitres classiques afin de bien les distinguer.

Je sais également que certains auteur situent temporellement leur action au début de chaque chapitre en indiquant systématiquement la date, l'heure, et parfois le lieu.

L'italique ne me paraît pas adaptée à un long flashback (qui ferait par exemple la taille d'un chapitre) parce que trop d'italique n'est pas esthétique, mais je pense en revanche que ça peut fonctionner pour un flashback court, inséré par exemple au milieu d'un chapitre classique. Après il faut veiller à rester cohérent avec les autres utilisations de l'italique dans le texte. Je sais que certains auteur l'utilisent pour représenter les pensées des personnages donc il y a un risque de confusion pour le lecteur.

Bon, je me rend compte que j'ai un peu éludé ta question qui portait plus spécifiquement sur les transitions, mais ces réflexions te seront peut-être utiles.
 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1902
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Crachez-le aussi fort que vous voulez, ça ne sert à rien. Car je ne suis pas un déviant.
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Journal du posteur


J'utilise souvent le flashback, quasiment sur chacun de mes romans. Mon amour de Naruto, certainement... Lol

Je les place systématiquement en italique, même s'il s'agit de longues séquences. Bien que mon ultrafocal interne me pousse à utiliser l'italique pour certaines pensées du perso, plus brutes et sur l'instant, je ne trouve pas que ce soit problématique de décliner l'Italique à deux usages différents, car ils sont bien distincts. D'un côté, il s'agit d'une phrase, ou jamais plus de trois d'affilées. Et de l'autre, un enchaînement de paragraphe. Donc ça me paraît assez clair quand même.

Ensuite, pour les marquer/les amener, ça dépend ? Je sépare un changement de situation ou de prisme de focalisation par un "*****" systématiquement. Un flashback démarre rarement en début de chapitre. Je m'appuie presque toujours sur les actions du présent pour amener le passage dans le passé. C'est lorsque le perso observe un un autre perso, un comportement, ou n'importe quelle occurence qui fait écho avec un instant de son passé. Par conséquent, j'insinue que le perso y songe, commence à repenser et s'y projeter, et je sépare pour une nouvelle séquence, le fameux flashback. Et plus tard, je reviens au présent, replongeant dans l'état du perso et ce qu'il vient de revivre en quelques sortes.

Ça m'arrive aussi de le faire au moment du sommeil. Du coup, je fais à l'instinct et selon mes envies : soit je reste sur le registre du flashback, soit sur celui du rêve d'un instant passé. Il existe une nuance entre les deux à mon sens, car le flashback est la capture d'un instant passé, à l'identique, tandis que le rêve est plus flou et fluctuant. Il permet de placer des choses irrationnelles parfois : par exemple, le protagoniste croise une figure de mentor de sa jeunesse, en se baladant dans la rue en compagnie d'un ami décédé. Le perso se demande que ce son mentor fait là, à ce moment, mais il reste concentré sur sa balade en compagnie de son ami décédé. Et aussi, quand il se retourne, il peut voir son ami qui a un trou creusé dans le crâne, illustrant la blessure qui l'a tué, alors que l'ami discute comme si de rien était. Un simple exemple. Et lors de ce genre de rêve/cauchemar, il est plus évident de retransitionner, avec le côté réveil en sursaut et en sueur, ect.

Voilà pour ma contribution, qui reste classique je pense ? Mais je trouve que ça fonctionne bien.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1021
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Chez moi un flashback est presque toujours suscité par une émotion due à un événement, une image, voire une odeur qui ramènent le personnage dans son passé. C'est quasi-systématiquement quelque chose de temporaire, quelques lignes ou paragraphes, de l'ordre du monologue intérieur, et ça se fait de façon fluide, sans changement de section ni italique ni quoi que ce soit.
https://fabiendelorme.fr
 
Sarashina
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  40
   Localisation  :  Au pays de l'Oiseau d'Or
   Date d'inscription  :  12/07/2023
    
                         
Sarashina  /  Tapage au bout de la nuit


Je pense qu'on peut aussi mettre les flashbacks dans le fil du texte sans avoir à marquer physiquement de changement mais en montrant clairement que ce qu'on raconte se passe bien avant, avec par exemple un personnage qui voit, sent ou entend quelque chose qui le ramène en arrière. Je suis en train de lire un roman d'Arundathi Roy dans lequel on a des retours en arrières au milieu du récit et on les comprend bien.
Après si ce sont de très longs flashbacks, répétés, je pense qu'un chapitre séparé ou une astérisque est mieux.
 
Maxaler
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  508
   Âge  :  58
   Localisation  :  A l'ouest
   Pensée du jour  :  Le passé n'existe plus, le futur pas encore: il faut vivre au présent !
   Date d'inscription  :  29/08/2023
    
                         
Maxaler  /  Gloire de son pair


Est-ce que la question initiale concerne également les concordances des temps entre celui de la narration et celui du flash-back ?
Cet article me semble intéressant pour ce type de concordance qui aide le lecteur à comprendre que la narration change de temporalité
 
K.Holmes
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  228
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  04/01/2018
    
                         
K.Holmes  /  Autostoppeur galactique


Zexion => Merci de ce partage. J'avais oublié la méthode du chapitre qui débute avec la date. Intéressante et, sans être ce que je cherche dans l'immédiat, fonctionne je pense même mieux que juste changer de chapitre et commencer à raconter.

BlackMamba => Les ravages de Naruto sur nous tous... ahah.
Effectivement ce que tu utilises comme procédé de flashback se rapproche de ce que je fais quelques. Et c'est totalement correcte. Mais pour autant je me dit qu'il doit exister encore mieux que ça. Je me dis qu'il doit y avoir une façon meilleur de faire.
Je cherche un moyen de ne pas écrire "il se laisser aller à ses souvenirs..." sans pour autant perdre le lecteur d'une demi seconde.
Par exemple si le personnage regarde une épée, puis entre dans un souvenir commençant par une épée, si je n'écris pas "il se laissa aller à ses souvenirs", il y a quand même 10-15 secondes ou le lecteur s'interroge sur "où se place la scène qu'il est en train de lire". Et je cherche le moyen de tuer ces 10 secondes, tout en ecrivant jamais "Ses souvenirs lui remontèrent à l'esprit".
Aaaaargh !

Fabiend, Sarashina > Ca rejoint ce que je dis plus haut. Je ne trouve pas se procédé assez subtile, ou en tout cas, je n'ai pas lu d'oeuvre ou je l'ai trouvez assez subtile. Et même quand je l'utilise moi, je le trouve imparfait.
C'est pour ça que je demandais des exemples. Merci du coup pour Arundathi mais il me faudrait le titre de l'oeuvre, ahah.

Après peut-être que je demande quelque chose d'impossible et que la transition (s'il y a, donc si on ne change pas de chapitre par exemple) ne peut jamais être parfaite en écriture...

MAXALER => Merci ! d'avoir ramener les temps verbaux. Ça m'était sorti de la tête mais c'est vrai que l'une des fois ou j'avais trouver decent l'introduction d'un flashback dans mes propres écrits c'était en combinant à la fois ce qui était dis plus haut (donc le rappel à travers un objet ou une situation) + le fait d'aller dans le passé du passé également à la forme verbale (donc plus que parfait).

La réponse doit être quelque part pas loin d'ici...
https://www.amazon.fr/L-E-Metan/e/B07NCKV7J2/
 
Azurlazuly
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  66
   Âge  :  34
   Localisation  :  Lausanne
   Pensée du jour  :  Ma couronne est ma joie
   Date d'inscription  :  19/09/2023
    
                         
Azurlazuly  /  Clochard céleste


Pour ma part, je ne fais aucune transition de mise en forme lorsque je fais des flashback. Comme FabienB mes flashback arrivent suite à des émotions. Ils peuvent être très longs et je n'ai pas de craintes à dire que mon personnage se plonge dans ces souvenirs, sachant que les formules pour le dire sont infinies.

ex :

Elfie, les yeux brillants de joie et les joues rougies par l'émotion, le repoussa tendrement avant de partir.

Félix la regarda s’en aller, un sourire persistant aux lèvres. La sollicitude de sa jeune assistante le ramena dix années plus tôt, lorsque Jane lui montrait, avec autant de délicatesse, son soutien.

Puis je raconte mon flashback.

Ce qui aide aussi dans le cas de cette histoire, pour que le lecteur ne se pose pas la question du flashback très longtemps, est qu'un des personnages récurrents qui apparait dans les flashback est mort.


https://www.wattpad.com/user/Azurlazuly
 
Excelsio
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  54
   Âge  :  55
   Pensée du jour  :  Il n’est pas bon que l’écrivain joue au savant, ni le savant à l’écrivain ; mais il n’est pas interdit à l’écrivain de savoir, ni au savant d’écrire.
   Date d'inscription  :  14/09/2023
    
                         
Excelsio  /  Clochard céleste


Ca vaut ce que ça vaut, mais dans mon roman, j'ai utilisé par exemple des objets, comme un livre ou une photo. Le flashback intervient sans transition lorsque le personnage visualise l'objet, elle se souvient de ... Evidemement il faut que l'objet soit en lien direct avec le flashback concerné.
 
Opalescent
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  59
   Âge  :  22
   Date d'inscription  :  06/12/2023
    
                         
Opalescent  /  Clochard céleste


Le topic idéal que je cherchais!

J'ai un soucis avec ma nouvelle...
En fait la situation présente de ma nouvelle est en réalité la fin.
Il ne se passe pas grand chose dans le sens où tout ce qui est important c'est passé avant.

Du coup je me retrouve avec deux personnage principaux mélancoliques (j'adore l'amer doux) qui vivent le dénouement de leur histoire mais constamment hachuré de flashback et de scène passé.

Je cherchais a mettre en avant une sorte brouillard qui au fur et a mesure s'éclaircit par ses souvenirs qui explique leur action qui peuvent paraitre incompréhensible au premier abords...

Mais je doutes, car ça coupe trop, c'est pas assez fluide. Surtout que mes flashbacks sont comme... 90 % de ma nouvelle... Devrais-je faire tout une partie qui parle du passé? Ou rallonger des chapitres pour que ça fasse moins entre-couper?

En même temps je veux insister sur le fait que mes personnages soit bloqués dans leur passé malgré ce qu'il se passe dans le moment présent. Mais il doit y avoir des façon plus subtile de le faire, que à la Naruto ou tout autre nekketsu classique... (naruto shippuden on t'a a l'œil!)
 
Calathea
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  114
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  14/10/2023
    
                         
Calathea  /  Barge de Radetzky


Perso, je n'ai quasiment pas mis de séquences de ce genre. J'évoque surtout ça à travers la narration.

Pour une nouvelle où le passé prend plus d'importance, j'alternerais peut être les passages au passé et au présent, en les mettant dans différents chapitres (puisqu'apparemment il y en a) ou en les séparant via des astérisques.
 
Paige_eligia
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  875
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  25/04/2020
    
                         
Paige_eligia  /  Double assassiné dans la rue Morgue


J'aime beaucoup changer de temps pour le flashback, par exemple je repasse au présent, ça change le rythme et on ne peut pas le louper !

Pour les rêves par contre c'est italique. Me demandez pas pourquoi xD
https://paigeeligia.com/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Transition vers les flashback/souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-