PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
Tefal Ingenio Emotion – Batterie de cuisine 10 pièces (induction, ...
59.99 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Synopsis] Les cinq masques — Dystopie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Meyem
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  06/07/2023
    
                         
Meyem  /  Barge de Radetzky


Salut à tous !

Je suis en plein dans les envois pour mon deuxième roman et alors que je composais un dossier pour une ME, une réalisation m'est tombée dessus : j'ai fait béta-lire mon roman par une bonne dizaine de personnes, mais je n'ai jamais eu de regard extérieur sur mon synopsis et/ou sur ma note d'intention. J'ai déjà publié un roman, donc je pourrais me dire que je suis capable d'écrire un synopsis et de défendre mon projet (puisque je l'ai déjà fait), mais je ne sais pas pourquoi, avec ce roman, je doute. Du coup je viens vous proposer ledit synopsis. Je suis preneur d'absolument tout type de retour: la clarté de la chose, ce qu'il vous évoque, l'intérêt qu'il suscite, mais aussi des remarques plus globales sur ce que vous pensez du roman en lui-même.

Le synopsis:

Merci à tous et à tantôt !


Dernière édition par Meyem le Sam 2 Sep 2023 - 16:14, édité 1 fois
 
XpManona
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1
   Âge  :  52
   Date d'inscription  :  01/09/2023
    
                         
XpManona  /  Début de partie


Bonjour,
dans cette phrase "Rémi et elle rapprochent quand celle-ci s’ouvre à lui à propos de ses doutes et de son anxiété", Il doit manquer "se" devant rapproche.
Sinon concernant le synopsis il me semble plutôt complet. de mon point de vue de néophyte je comprends bien le thème et comment vous avez retraité l'actualité. Cependant ce synopsis pourrait peut être être raccourcis avec un peu moins de détails pour donner l'envie de lire l’œuvre.
J'ai tenté un allégement et laissé la question de comment reconnaitre quelqu'un sous un masque. masquée de jaune ? Comment reconnaître quelqu’un sous un masque ? Elle l’a retirée un instant pour s’essuyer le visage suite à des projection de sang ?

"La pandémie de Ronge, en 1968, a été un véritable cauchemar. La fièvre hémorragique, hautement contagieuse et mortelle dans plus de 90 pour cent des cas a emporté près de 500 millions d’individus en trois ans, faisant vaciller les sociétés humaines. Mais plus que le traumatisme de l’épidémie, ce qui a réellement changé la face du monde, c’est le traitement Karason, seul remède connu à la maladie. Cette thérapie génique a la particularité de ne pouvoir être administrée que quatre fois, la cinquième étant toujours fatale. Ainsi, l’humain a désormais un nombre fini de vies et c’est tout l’ordre social qui a muté. Dorénavant, le statut sanitaire d’un individu est affiché par la couleur de son masque : blanc, jaune, vert, bleu et noir, mais le système a été perverti et la société s’est stratifiée, les blancs sont devenus l’élite ; les noirs intouchables.
Du chaos laissé dans le sillage de la pandémie est née l’Union, un état totalitaire construit sur les ruines des démocraties européennes et dirigé d’une main de fer par Edgar Grondin et son Conseil. Ce régime implacable s’est servi de la Ronge pour instaurer un contrôle étouffant et extrêmement liberticide et sa police, la Sani, est là pour réprimer férocement toute dissidence.
Rémi, le personnage principal, est un jaune d’à peine vingt ans. Lui n’a jamais questionné l’ordre établi. Il n’est peut-être pas au sommet de la pyramide sociale, mais son statut privilégié lui assure une vie confortable. Avec son ami Arthur, il profite des relatives libertés qui leur sont accordées, s’autorisant parfois quelques écarts sans grandes conséquences. Pourtant, cette fois-ci, tout va déraper. Arthur s’est procuré des masques et deux invitations pour une fête blanche. Ne pas porter sa couleur est évidemment strictement interdit par la Sani et mettre en danger des blancs est un crime passible des peines les plus lourdes. Pourtant, les deux jeunes sont insouciants et l’attraction qu’exercent les sphères de l’élite sur eux s’avère plus forte que la raison.
Garance l’hôtesse de la fête se rapprochent de Rémi en s’ouvrant à lui sur ses doutes et son anxiété. Ils passent la nuit ensemble.  Au matin, Garance a disparu.  Rémi cherche à la retrouver en vain. Puis il tombe malade. C’est la Ronge.  Rémi est emporté par la Sani dans un centre de quarantaine et on lui administre le Karason. Le voilà donc devenu bleu. Son nouveau statut lui fait découvrir un nouvel univers. Arthur, son ami de toujours lui tourne le dos, ses parents ne lui adressent plus la parole.
Il est seul ; il déteste sa vie. Rémi sombre et passe ses journées à l’Intenable, le pub local.  A l’intenable Rémi fait la connaissance de Ludovic et ils sympathisent. Progressivement, Rémi n’est plus animé que par une rancœur et une rage que Ludovic ne cesse d’attiser.  Ludovic introduit Rémi au Cercle, un groupe souterrain de résistants. Aveuglé Rémi ne voit pas qu’il s’agit d’un groupe terroriste. Un attentat est programmé, Rémi en sera. Pourtant, malgré les arguments qui lui sont avancés Rémi commence à douter.  Arrive le jour fatidique, l’attaque est lancée. C’est un carnage. Sani et civils sont pris pour cible sans distinction. Rémi voit son ami Ludovic se faire sauter à l’aide d’un gilet explosif. Au moment de s’engager Rémi reconnait Garance.   Il retrouve la raison et abandonne les armes pour la retrouver, ensemble ils s’enfuient.
Un confinement national est décrété en réponse au soulèvement ;  Rémi  et garance se retrouve enfermé dans le même logement, c’est alors l’occasion de faire véritablement connaissance et de prolonger encore et toujours cette fameuse première nuit.  Lors de leurs échanges il découvre que son déclassement suite à sa contamination est en réalité la conséquence d’une purge qui visait certains membres de la jeunesse blanche. L’idylle sera de courtes durées la Sani arrête les amoureux chez eux, cinq jours après le début du confinement.  Les amoureux sont à nouveau séparés.
Rémi dégringole une fois encore l’échelle sociale, son masque vert devient bleu, il est envoyé au kolkhoze. Il découvre que la vie à la ferme n’est pas aussi horrible qu’il le pensait. Il fait la rencontre de Laura, la directrice de l’exploitation, une femme sage et bienveillante qui va l’initier au système. Pendant tout ce temps il recherche Garance en vain.  Rémi se métamorphose, son esprit est devenu critique. Désormais l’amour de son prochain a laissé place à cette haine qui l’avait fait chuter, maintenant aider son prochain est pour lui son action de résistance. Il n’a plus peur de la vie et se porte volontaire au centre noir, le centre de quarantaine pour les intouchables condamnés à mort en cas de recontamination, une responsabilité que personne d’autre ne veut endosser par peur de devoir les rejoindre.  Là-bas, il rencontre médecins et infirmiers et il découvre que le tissu de la résistance bienveillante est plus dense qu’il ne le pensait. Il s’entoure d’amis précieux qui œuvrent comme lui.
Il finit par retrouver Garance et avec l’aide de son nouveau réseau, la Nébuleuse, le couple parvient à s’enfuir."

Je suis plutôt lecteur de livres initiatiques et donc un mauvais public pour ce genre d'histoire mais je trouve que ce synopsis tient en lui un joli potentiel à condition de parvenir à maintenir une tension au fil des chapitres.
Je serais curieux de découvrir l'histoire mais pour le moment je suis moi même sur l’achèvement d'un premier tome et je manque de temps.
Peut être que je viendrais prochainement soumettre mon synopsis ici comme vous et peut-être qu'alors vous me laisserez votre avis.
Curieusement mon histoire évoque le pouvoir de l'énergie de l'amour, une énergie qui agit en passant par l’invisible monde pour résonner ensuite dans le nôtre et permettre ce que certain nomment les hasards de la vie ou encore des miracles.
Je dis curieusement car vous semblez conclure votre histoire un peu dans ce sens, puisque l'énergie de l'amour porte vers la bienveillance et l’intérêt  de soi comme des autres et qu'en définitive la violence n'a jamais mené nulle part et qu'elle ne le fera jamais et qu'il devient temps de commencer à tenter autre chose, à chercher à emprunter une autre voie et celle de la bienveillance que porte l'énergie de l'amour semble commencer à s'imposer  comme une alternative plausible et véritable, du moins c'est qu'il me semble dans mes observations.
Bon courage.
Xan
 
Azharoth
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  58
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  17/08/2023
    
                         
Azharoth  /  Clochard céleste


Meyem a écrit:
Salut à tous !

Je suis en plein dans les envois pour mon deuxième roman et alors que je composais un dossier pour une ME, une réalisation m'est tombée dessus : j'ai fait béta-lire mon roman par une bonne dizaine de personnes, mais je n'ai jamais eu de regard extérieur sur mon synopsis et/ou sur ma note d'intention. J'ai déjà publié un roman, donc je pourrais me dire que je suis capable d'écrire un synopsis et de défendre mon projet (puisque je l'ai déjà fait), mais je ne sais pas pourquoi, avec ce roman, je doute. Du coup je viens vous proposer ledit synopsis. Je suis preneur d'absolument tout type de retour: la clarté de la chose, ce qu'il vous évoque, l'intérêt qu'il suscite, mais aussi des remarques plus globales sur ce que vous pensez du roman en lui-même.

Le synopsis:

Merci à tous et à tantôt !



C'est beaucoup, beaucoup, beaucoup trop long [Synopsis] Les cinq masques — Dystopie 1f605. Un synopsis est un résumé qui doit tenir en quelques lignes et établir le concept de base de ton scénario et de ton univers de manière succincte. Tout comme pour un film, tu lis le synopsis pour te faire très rapidement une idée de ce à quoi t'attendre, là ce que tu proposes tient plus d'un article que d'un synopsis. Il faut que tu puisses donner envie en un ou deux courts paragraphes pas plus.
 
Talisman
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  407
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  19/02/2023
    
                         
Talisman  /  Pour qui sonne Lestat


Salut Meyem !

J'ai bien aimé, à chaque passage j'avais envie de savoir la suite. L'univers est intéressant et fais écho aux problématiques actuelles. Ça donne bien envie de le lire !

La fin toutefois me semble fade, en tout cas écrite ainsi peut-être.

Mes remarques au fil de la lecture :
Spoiler:

A plus !
http://www.soufflemots.com En ligne
 
Meyem
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  06/07/2023
    
                         
Meyem  /  Barge de Radetzky


Salut à vous trois,

D’abord, merci d’être passé.es, j’apprécie énormément vos conseils.

@XPMANONA,

Merci pour toutes les coquilles que tu as repérées. Je suis content de voir que le thème est passé. J’avais surtout peur que le lecteur ne comprenne pas cette histoire de masque qui est assez difficile à installer en quelques lignes. Pour ce qui est de reconnaître Garance, elle a une coupe de cheveux assez distinctive pour que Rémi n’ait pas de doute.

J’aime bien certaines de tes suggestions pour raccourcir, en revanche, je crois qu’il manque quelques détails qui me semblent importants, comme la rencontre en Rémi et Ludovic. C’est un exercice difficile que de condenser son roman en si peu de mots. Je vais me pencher sur la question avec l’aide de ta version.

Citation :
Je suis plutôt lecteur de livres initiatiques et donc un mauvais public pour ce genre d'histoire mais je trouve que ce synopsis tient en lui un joli potentiel à condition de parvenir à maintenir une tension au fil des chapitres.

Merci. Ravi que ça te plaise. Il n’a pas été simple à écrire. J’espère que j’ai su entretenir cette tension alors. C’est vrai que nos les thèmes de nos romans semblent se rapprocher, car c’est effectivement ce que j’ai voulu évoquer. Un ensemble de personnes bienveillantes agissant de manière individuelle finissent par former, sans le vouloir, un tissu cohérant.

Merci encore pour ton passage et à bientôt pour ton propre synopsis.

@AZHAROTH,

Je crois que tu confonds synopsis et pitch. Je suis moi-même pas toujours bien sûr; les noms pitch, résumé, synopsis sont souvent utilisés de manière interchangeable par les maisons d’édition. Dans ce cas-ci, c’est un résumé long, systématiquement demandé par les éditeurs, qui doit couvrir tous les personnages, les ressorts principaux de l’intrigue et surtout, le dénouement. Il ne doit rien passer sous silence et ne pas ménager de suspense. C’est un document technique pour que l’éditeur ait une vision claire de l’intrigue, de ses enjeux et des idées qui y sont développées. Normalement, il peut faire deux ou trois pages sans soucis. Le pitch, lui, est plus court et a pour but de donner envie de lire le roman. J’en ai aussi un que je pourrais vous soumettre ici d’ailleurs.

@TALISMAN,

Citation :
J'ai bien aimé, à chaque passage j'avais envie de savoir la suite. L'univers est intéressant et fais écho aux problématiques actuelles. Ça donne bien envie de le lire !

Merci beaucoup ! Ça me fait chaud au cœur, sincèrement.

Citation :
Pas compris, c'est quoi les huiles?

C’est une façon de dire les élites.

Citation :
Il n'a pas connu "l'intimité émotionnelle" avec ses amis et trouve plus d'intimité dans une personne rencontrée une fois ?

C’est que son amitié avec Arthur est plutôt superficielle et limitée par les règles du Régime. Avec Garance, il brise ces règles et découvre l’intimité physique ainsi qu’émotionnelle. Une révolution, en somme.

Citation :
vert plutôt non ?

Absolument. Très belle prise, c’est une vilaine erreur de ma part haha.

Citation :
Pourquoi ? De nouveau la ronge ?

Justement, on ne sait pas. Dans ce roman, j’essaie d’entretenir le doute sur plein de choses (comme la rencontre avec l’inconnu par exemple) dans le but de pousser le lecteur
à se faire son propre avis. Comme Rémi, le lecteur va devoir forger son propre avis et décider qui il écoute.

Pour ce qui est de la fin, tu mets le doigts sur quelque chose qui m’a causé beaucoup de tracas : j’ai galéré à l’écrire cette fin. Dans le roman, il y a beaucoup plus d’action autour de cette fuite finale, mais c’est vrai que je suis un peu laconique dans le synopsis. Je vais voir pour changer ça.

Merci encore pour votre aide à tous.tes. Je suis content de voir que j’ai réussi à faire comprendre le concept des masques et du Karason. Avec un peu de chance, peut-être que ça plaira à un éditeur.
 
Azharoth
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  58
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  17/08/2023
    
                         
Azharoth  /  Clochard céleste


Meyem a écrit:


@AZHAROTH,

Je crois que tu confonds synopsis et pitch. Je suis moi-même pas toujours bien sûr; les noms pitch, résumé, synopsis sont souvent utilisés de manière interchangeable par les maisons d’édition. Dans ce cas-ci, c’est un résumé long, systématiquement demandé par les éditeurs, qui doit couvrir tous les personnages, les ressorts principaux de l’intrigue et surtout, le dénouement. Il ne doit rien passer sous silence et ne pas ménager de suspense. C’est un document technique pour que l’éditeur ait une vision claire de l’intrigue, de ses enjeux et des idées qui y sont développées. Normalement, il peut faire deux ou trois pages sans soucis. Le pitch, lui, est plus court et a pour but de donner envie de lire le roman. J’en ai aussi un que je pourrais vous soumettre ici d’ailleurs.

Alors j'étais déjà très sûr de moi, mais histoire de faire les choses bien je suis quand même allé vérifier plusieurs définitions de différents dictionnaires en ligne qui confirment bien ce que je disais.


[Synopsis] Les cinq masques — Dystopie Captur10

[Synopsis] Les cinq masques — Dystopie Captur13


Donc à moins qu'il y ait une subtilité propre au monde de l'édition qui irait à l'encontre de la définition telle que donnée par le dictionnaire, à priori ton synopsis est bel est bien trop long. Malgré tout si une telle subtilité existe je pense qu'on me reprendra donc pas d'inquiétude (je trouverais cela malgré tout très surprenant que le milieu de l'édition emploie un terme qui désigne pour eux l'exact opposé de ce qu'il veut réellement dire).
 
Radischat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4272
   Âge  :  27
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Radischat  /  Guacamole de radis rouges


Non, un synopsis éditorial s'entend comme une synthèse détaillée révélant l'intégralité de l'intrigue ! 
Définition d'Edith & Nous
Citation :
Un synopsis est un résumé détaillé d’une œuvre, qui en expose l’histoire du début à la fin. Ce terme est souvent associé au milieu du cinéma ou à celui des sciences, mais il concerne aussi le domaine du livre, de l’écriture et de l’édition. Beaucoup de maisons d’édition demandent aujourd’hui que les auteurs et les autrices joignent un synopsis lors de l’envoi de leur manuscrit, certaines ne souhaitent même recevoir qu’un synopsis à la place du manuscrit. Il est donc crucial d’écrire un bon synopsis qui saura convaincre les éditrices et les éditeurs de commencer la lecture de votre ouvrage et de potentiellement proposer une publication.


Citation :
ARTICLE L132-2 DU CPI : "Ne constitue pas un contrat d'édition, au sens de l'article L. 132-1, le contrat dit à compte d'auteur."


[Synopsis] Les cinq masques — Dystopie Capture_decran_2021-10-24_a_18.21.26
 
Meyem
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  06/07/2023
    
                         
Meyem  /  Barge de Radetzky


C'est bien ce que je disais, c'est assez confus parce que le sens éditorial du synopsis n'est pas le même que le sens commun (science et cinéma, donc) et les noms sont souvent utilisés de manière interchangeable. Il faut juste savoir à quoi s'attend un éditeur quand il demande un synopsis/résumé. En général, ils veulent un résumé technique qui décrit tous les ressorts de l'intrigue du début jusqu'à la fin en deux ou trois pages max. Si jamais, Azharoth, je te mets ici mon pitch ici qui correspond plus à ce que tu entends par synopsis. Vous pouvez me dire ce que vous en pensez:

pitch/présentation:
 
Arnina
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  54
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  11/06/2018
    
                         
Arnina  /  Clochard céleste


Coucou
Juste pour te dire que j'ai lu le synopsis avec beaucoup d'intérêt jusqu'au bout donc c'est bon signe. C'est le genre d'histoires où on se doute de ce qui va se passer (la déchéance - la crise - la rédemption) mais on veut suivre quand-même le déroulement. Y'a plein de passages où je me suis dit "j'ai bien envie de voir ce que ça donne développé dans le roman", c'est le but donc très bien.
J'avoue que de mon côté la crise sanitaire est encore un sujet casse-pied dans lequel j'ai pas forcément envie de me replonger, mais si on considère qu'une aventure éditoriale c'est souvent entre 2 et 4 ans, d'ici là l'eau aura peut-être coulé sous les ponts et tu tomberas dans le bon créneau pour les éditeurs.
J'ai pas grand-chose à dire sur le texte, c'est clair et ça répond parfaitement aux exigences de l'exercices (que j'ai apprises dans la douleur).
Un bémol dans cette phrase : "les blancs sont devenus l’élite ; les noirs intouchables" : j'ai dû relire plusieurs fois pour comprendre, déjà parce que j'ai mis du temps à me souvenir que tu parles de masques et plus de couleur de peau + car pour moi être un "intouchable" c'est quelque chose d'extrêmement puissant (au sens "ces hommes politiques sont intouchables", au-dessus des lois etc.) J'ai vraiment bugué très longtemps avant que mon cerveau comprenne que c'est ici péjoratif. Certes tu me diras que les "Intouchables" c'est très péjoratif car dans le vrai monde c'est la caste inférieure dans la société indienne, mais bizarrement mon cerveau associe "intouchable" à l'élite en Occident. Je pense pas que ma remarque appelle un changement de ta part, je suis juste pas une lumière. Mais si tu te penchais dessus pour éventuellement clarifier, j'imagine que tu pourrais dire quelque chose du style "les blancs sont devenus l'élite quand, au pied de la pyramide sanitaire, les noirs sont dits "intouchables".
En tout cas bon courage, j'aime beaucoup ce synopsis et je souhaite bonne route à ton manuscrit ! cheers
 
Azharoth
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  58
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  17/08/2023
    
                         
Azharoth  /  Clochard céleste


Radischat a écrit:
Non, un synopsis éditorial s'entend comme une synthèse détaillée révélant l'intégralité de l'intrigue ! 
Définition d'Edith & Nous
Citation :
Un synopsis est un résumé détaillé d’une œuvre, qui en expose l’histoire du début à la fin. Ce terme est souvent associé au milieu du cinéma ou à celui des sciences, mais il concerne aussi le domaine du livre, de l’écriture et de l’édition. Beaucoup de maisons d’édition demandent aujourd’hui que les auteurs et les autrices joignent un synopsis lors de l’envoi de leur manuscrit, certaines ne souhaitent même recevoir qu’un synopsis à la place du manuscrit. Il est donc crucial d’écrire un bon synopsis qui saura convaincre les éditrices et les éditeurs de commencer la lecture de votre ouvrage et de potentiellement proposer une publication.

Ok je l'ignorais, c'est bon à savoir bien que totalement illogique. Merci de la clarification.

Meyem a écrit:
C'est bien ce que je disais, c'est assez confus parce que le sens éditorial du synopsis n'est pas le même que le sens commun (science et cinéma, donc) et les noms sont souvent utilisés de manière interchangeable. Il faut juste savoir à quoi s'attend un éditeur quand il demande un synopsis/résumé. En général, ils veulent un résumé technique qui décrit tous les ressorts de l'intrigue du début jusqu'à la fin en deux ou trois pages max.

Je m'incline tu avais raison, je m'endormirai moins bête ce soir Wink.
 
Meyem
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  06/07/2023
    
                         
Meyem  /  Barge de Radetzky


Salut Arnina,

Merci d’être passé.e me lire. Ça me rassure de voir que mon synopsis a pu retenir ton attention.

Citation :
J'avoue que de mon côté la crise sanitaire est encore un sujet casse-pied dans lequel j'ai pas forcément envie de me replonger, mais si on considère qu'une aventure éditoriale c'est souvent entre 2 et 4 ans, d'ici là l'eau aura peut-être coulé sous les ponts et tu tomberas dans le bon créneau pour les éditeurs.

Ce n’est pas la première fois que j’entends cette remarque : deux de mes bêta-lecteurs me l’ont faite et c’est vrai qu’avant qu’ils ne me le fassent remarquer, je n’y avais même pas songé. Mais bon, le manuscrit est prêt maintenant. Il faut bien que j’essaie de le publier, haha.

Pour ce qui est de l’ambiguïté couleur de masque/couleur de peau, c’est voulu de ma part. Je veux que le lecteur soit outré que l’on puisse juger quelqu’un par la couleur d’un morceau de tissu sur son visage (ce qui n’a pas plus de sens que de juger quelqu’un pour la couleur de sa peau).

J’ai changé la phrase problématique en suivant ton conseil. Merci !

Merci encore pour tes encouragements, ça fait plaisir.

À bientôt !

@Azaroth,

Pas de soucis, j’ai aussi mis un moment à comprendre la distinction.
 
Zexion
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  21/01/2013
    
                         
Zexion  /  Homme invisible


Bonsoir, j'ai lu ton synopsis et j'ai quelques remarques à faire (j'ai lu les réponses des autres membres en diagonale, donc il est possible que je répète des choses).

- L'enchaînement des couleurs de masques ne paraît pas forcément des plus naturel. Okay pour le blanc immaculé qui représente la pureté des non-infectés. Par contre en principe le jaune/orange, habituellement c'est associé à quelque chose de plutôt négatif, généralement le stade avant le rouge qui lui est perçu comme très négatif. A l'inverse le bleu et le vert sont plutôt perçus comme positifs. Un ordre de type Blanc > Vert > Jaune > Rouge > Noir me semblerait beaucoup plus intuitif par exemple.

- L'idée de base du roman, le concept (la hiérarchisation de la société en fonction du statut infectieux), me semble pas mal du tout. Par contre ça soulève plein de questions pas abordées dans ton synopsis, qui je l'espère le sont dans le roman :
* De façon générale, pourquoi les personnes qui ont été infectées le plus de fois sont elles ostracisées par le système ? D'après ce que je comprends de ton synopsis, un Noir a autant de chances d'être infecté qu'un Blanc et les deux sont aussi contagieux l'un que l'autre, donc un Noir n'est pas plus dangereux pour la société qu'un Blanc. Partant de là, quelle est la justification de leur discrimination ?
* Comment ton dictateur a-t-il réussi à mettre en place son système ? En principe un dictateur ne peut pas prendre le pouvoir seul, il a besoin d'un certain nombre de soutiens puissants. J'ai un peu de mal à voir quel serait l'intérêt des soutiens de ton dictateur à l'instauration d'un tel système qui représente un danger pour eux, puisqu'ils risquent gros s'ils tombent eux-mêmes malades.
* Que deviennent les 10% de cas de Ronge qui ne sont pas mortels ? Les personnes infectées sont-elles immunisées ? Restent-elles contagieuses ? Bénéficient-elles d'un statut particulier par le système ?
* Pourquoi des masques pour représenter le statut infectieux ? D'accord ça fait sens symboliquement vu le lien entre masque et maladie, mais il n'empêche qu'un masque c'est quelque chose de très facile à falsifier.

- Ce que je considère être le problème principal de ton synopsis : je trouve que ta fin ne ressemble pas à une fin. Quand je suis arrivé au bout de ma lecture je me suis demandé "Et ensuite ?" Certes, Rémi a évolué au cours de ses mésaventures, mais j'ai du mal à voir sa situation finale comme un aboutissement. La bienveillance à laquelle Rémi accède ne règle pas vraiment les problèmes créés par le régime autoritaire, ni ceux causés par la pandémie. J'ai l'impression qu'il manque un événement marquant qui va dans ce sens pour clôturer le roman.

- Quelques tournures de phrases un peu bizarres. Par exemple :
* "Par un jeu de circonstances administratives, il s’avère que Rémi et Ludovic ont été mutés au même endroit et les deux se rencontrent par hasard à l’Intenable." -> La phrase semble suggérer que Ludovic est un personnage déjà connu du lecteur à ce stade alors qu'en fait non. Dire "Rémi fait la connaissance de Ludovic à l'Intenable" suffit amplement et me paraît plus clair.

- Un syno éditorial doit révéler toute l'intrigue, or certains points ne me paraissent pas clairs. Par exemple :
* "L’idylle sera de courtes durées la Sani arrête les amoureux chez eux, cinq jours après le début du confinement." -> Pour quelle raison et comment ont-ils su qu'ils étaient là ?
* "Rémi dégringole une fois encore l’échelle sociale, son masque vert devient bleu" -> Pourquoi ? Il est retombé malade ? Comment ?

J'espère que mes observations t'aideront un peu.
Bonne continuation !
 
Meyem
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  06/07/2023
    
                         
Meyem  /  Barge de Radetzky


Salut Zexion,

Merci beaucoup pour ton passage. Je dois avouer que je suis impressionné par ton sens de l’observation et du détail. Certains des points que tu soulèves n’ont jamais été remarqués par mes bêta-lecteurs alors qu’ils avaient le roman entier dans les mains. Je vais te répondre point par point, ce sera plus simple :

Citation :
L'enchaînement des couleurs de masques ne paraît pas forcément des plus naturel. Okay pour le blanc immaculé qui représente la pureté des non-infectés. Par contre en principe le jaune/orange, habituellement c'est associé à quelque chose de plutôt négatif, généralement le stade avant le rouge qui lui est perçu comme très négatif. A l'inverse le bleu et le vert sont plutôt perçus comme positifs. Un ordre de type Blanc > Vert > Jaune > Rouge > Noir me semblerait beaucoup plus intuitif par exemple.

C’est le détail que tu relèves qui m’a le plus impressionné. J’y ai pensé et je crois qu’un personnage l’évoque dans le roman au détour d’un dialogue. Si le rouge est en général associé au danger et à quelque chose de plutôt négatif, c’est aussi la couleur historique de la révolution. Ainsi, le Régime n’a pas voulu faire cadeau de ce symbole à la classe inférieure par peur que cela ne lui donne des idées. Le bleu, c’est une couleur sereine et traditionnellement associée aux ouvriers, ça fait donc bien mieux l’affaire.

Citation :
De façon générale, pourquoi les personnes qui ont été infectées le plus de fois sont elles ostracisées par le système ? D'après ce que je comprends de ton synopsis, un Noir a autant de chances d'être infecté qu'un Blanc et les deux sont aussi contagieux l'un que l'autre, donc un Noir n'est pas plus dangereux pour la société qu'un Blanc. Partant de là, quelle est la justification de leur discrimination ?

La justification n’est pas rationnelle. La société s’est simplement stratifiée et a octroyé une valeur aux masques en fonction de leur couleur. Tu retrouves ce genre de classement sans fondement rationnel dans d’autres systèmes comme avec le système de castes en Inde ou même chez nous (un caissier ne vaut pas moins qu’un notaire, et pourtant...). C’est l’un des questionnements que je voulais soulever dans le roman et que j’explique dans la note d’intention.

Citation :
* Comment ton dictateur a-t-il réussi à mettre en place son système ? En principe un dictateur ne peut pas prendre le pouvoir seul, il a besoin d'un certain nombre de soutiens puissants. J'ai un peu de mal à voir quel serait l'intérêt des soutiens de ton dictateur à l'instauration d'un tel système qui représente un danger pour eux, puisqu'ils risquent gros s'ils tombent eux-mêmes malades.

C’est quelque chose que je ne développe pas trop dans le roman. Mais, on peut toujours trouver un intérêt à soutenir un dictateur. Regarde les oligarques russes, s’ils perdent les faveurs du leader, c’est la vie qu’ils perdent, pas un masque, pourtant, ils soutiennent et profitent du système.

Citation :
* Que deviennent les 10% de cas de Ronge qui ne sont pas mortels ? Les personnes infectées sont-elles immunisées ? Restent-elles contagieuses ? Bénéficient-elles d'un statut particulier par le système ?

Depuis l’invention du Karason, le traitement est utilisé systématiquement en cas de symptômes de Ronge. Ce serait trop risqué d’attendre pour voir si le patient survit par lui-même. Ainsi, tout le monde perd un masque en cas d’infection.

Citation :
* Pourquoi des masques pour représenter le statut infectieux ? D'accord ça fait sens symboliquement vu le lien entre masque et maladie, mais il n'empêche qu'un masque c'est quelque chose de très facile à falsifier.

Les personnages portent tous un tatouage sur le bras qui décrit leur statut et qu’il est impossible de falsifier.

Tous ces détails sont difficiles à inclure dans le synopsis. J’ai déjà trouvé que décrire le régime, le Karason et la ronge était difficile en si peu de mots...

Citation :
- Ce que je considère être le problème principal de ton synopsis : je trouve que ta fin ne ressemble pas à une fin. Quand je suis arrivé au bout de ma lecture je me suis demandé "Et ensuite ?" Certes, Rémi a évolué au cours de ses mésaventures, mais j'ai du mal à voir sa situation finale comme un aboutissement. La bienveillance à laquelle Rémi accède ne règle pas vraiment les problèmes créés par le régime autoritaire, ni ceux causés par la pandémie. J'ai l'impression qu'il manque un événement marquant qui va dans ce sens pour clôturer le roman.

Cette fin ne fait clairement pas consensus, et ça m’embête. Je comprends que le lecteur voudrait voir tomber le régime, mais tout le propos du roman c’est que, justement, il n’y a pas de héros, pas de révolution incarnée par un individu choisi par le destin. On contribue tous à la résistance par nos actions quotidiennes. Chaque fois que l’on est bienveillant, on participe à l’avènement d’une société plus juste, et c’est là la clef de la fin. En comprenant cela, Rémi a gagné son combat et ce n’est plus qu’une question de temps avant que le Régime s’effondre.

Citation :
- Quelques tournures de phrases un peu bizarres. Par exemple :
* "Par un jeu de circonstances administratives, il s’avère que Rémi et Ludovic ont été mutés au même endroit et les deux se rencontrent par hasard à l’Intenable." -> La phrase semble suggérer que Ludovic est un personnage déjà connu du lecteur à ce stade alors qu'en fait non. Dire "Rémi fait la connaissance de Ludovic à l'Intenable" suffit amplement et me paraît plus clair.

C’est le cas, plus haut dans le sysnopsis, j’écris :
Après quelques préparatifs, et grâce à leur ami Ludovic, portier, ils s’introduisent dans l’hôtel de Saxe, une résidence luxueuse.

Citation :
- Un syno éditorial doit révéler toute l'intrigue, or certains points ne me paraissent pas clairs. Par exemple :
* "L’idylle sera de courtes durées la Sani arrête les amoureux chez eux, cinq jours après le début du confinement." -> Pour quelle raison et comment ont-ils su qu'ils étaient là ?
* "Rémi dégringole une fois encore l’échelle sociale, son masque vert devient bleu" -> Pourquoi ? Il est retombé malade ? Comment ?

Bonne remarque. Je vais ajouter les précisions.

Merci pour ton passage qui me donne du grain à moudre. Surtout à propos de cette fin...
À bientôt ! :mrgreen:

 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Synopsis] Les cinq masques — Dystopie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-