PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Avoir un personnage principal détestable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Hello.
Je me demandais ce que ça faisait d'avoir comme personnage principal un personnage détestable (enfin, je ne parle pas d'un tyran qui serait objectivement détestable, mais d'un perso avec ses défauts qui peuvent empiéter sur sa personnalité, donc ça dépendra du lecteur s'il l'aime ou pas).

Parce que dans mon roman L'Un sur le Multiple, on m'a reproché d'avoir un perso tant détestable que ça lui avait gâché la lecture. Or, d'autres me disent qu'ils l'aiment bien comme perso. Et là, dans mon thriller Le Chalet, rebelotte, une lectrice me dit qu'elle n'aime pas mon personnage principal et que ça peut rebuter les lecteurs.

Est-ce que c'est si grave que ça ? En sachant que c'était mon but dans L'Un sur le Multiple de prendre mon "méchant" comme personnage principal pour changer un peu de point de vue. Mais peut-être était-ce une mauvaise idée....

mes pauvres petits perso qui ne sont pas aimés, alors que moi je les adore ! mais bon je ne suis pas objective
 
Flora
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7274
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  10/04/2008
    
                         
Flora  /  Serial Constance killer


J'ai déjà abandonné une bêta-lecture pour ça.

Le personnage principal était détestable (sexiste, raciste, orgueilleux...). L'auteur m'avait expliqué que ses défauts étaient censés s'atténuer au cours du texte, mais moi, je n'ai pas eu le courage d'attendre : aucun personnage ne condamnait son comportement (donc je ne voyais pas ce qui l'aurait amené à changer) et je ne me demandais pas ce qu'il allait devenir. Je n'avais aucune curiosité pour son histoire.

Néanmoins, j'ai déjà aimé des livres avec des PP désagréables. Genre... La Mort est mon métier, si on va dans les extrêmes. Ou encore Les Liaisons Dangereuses et son adaptation moderne, Nous sommes cruels. J'étais aussi très fan du petit Artemis Fowl. Si j'analyse un peu tout ça, dans les trois cas, les personnages sont clairement considérés comme des antagonistes. On attend leur chute.

Je n'ai pas lu L'Un sur le Multiple donc je ne sais pas comment tu le traites. Quand j'ai cogité à ce sujet, j'ai déterminé que je pouvais très bien accepter un PP désagréable, à condition que l'auteur parvienne tout de même à générer une attente : soit un peu d'empathie, soit de l'empathie pour ceux qui gravitent autour de lui, soit tout simplement en éveillant mon intérêt sur le chemin suivi. J'ai besoin de me poser des questions et d'avoir envie de suivre son histoire. S'il me saoule, si je n'ai pas d'intérêt pour lui et pour sa quête, et qu'en plus, il se pose en héros et que personne ne le contredit, je vais arrêter ^^ alors que si les personnages me plaisent, si j'ai de l'empathie pour eux, je peux m'accrocher malgré une intrigue plus faible.


Avoir un personnage principal détestable 60011Avoir un personnage principal détestable Bannie10
Votez pour le concours d'extraits 125
jusqu'au 28 avril, sur le thème Séparation !
Envie d'en savoir plus sur mes publications et mes projets ? Suivez le guide !
En cours sur JE : Le Renard et la Chouette
Mes lectures : Loupiote
 
Anna Soa
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  35
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  07/08/2023
    
                         
Anna Soa  /  Petit chose


Hé hé, c'est moi la lectrice qui n'aime pas trop un de tes personnages principaux Smile J'ai réussi à trouver le topic.

Flora, c'est intéressant ce que tu dis sur "aucun personnage ne condamnait son comportement." Ce topic m'intéresse car j'ai également un de mes personnages principaux qui est détestable. À un moment, je me suis rendue compte qu'il en devenait caricatural après une remarque d'une lectrice sur Coursera et qu'il fallait que je lui reconnaisse des traits plus sympathiques, mais je me pose désormais la question si ces traits viennent un peu tard dans mon récit.
 
Aconitum
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  184
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Gnothi seauton
   Date d'inscription  :  13/04/2023
    
                         
Aconitum  /  Tycho l'homoncule


hodobema a écrit:
Parce que dans mon roman L'Un sur le Multiple, on m'a reproché d'avoir un perso tant détestable que ça lui avait gâché la lecture. Or, d'autres me disent qu'ils l'aiment bien comme perso.

Tu as un peu répondu à ta propre question. Ça dépend des gens. Mais c'est un non-problème puisque, de toute façon, des personnes différentes aiment des livres différénts.

À un moment, même si ton livre est de qualité, tu ne pourras pas faire en sorte que tout le monde l'aime. C'est tout. Va voir les commentaires 1 étoile sur Babelio ou Goodreads de tes livres préférés, et tu verras que les trucs que tu as adoré sont des trucs que les autres ont détesté.

J'ai écrit un livre avec un personnage principal ultra colérique. Il y avait des gens que cela dérangeait, et d'autres qui au contraire trouvaient ce déversement de colère permanent assez cathartique.

Personnellement, je trouve que le pire truc qu'un auteur puisse faire, c'est écrire un personnage principal complètement fade (et il y a pléthore de romans comme ça.)
Si le personnage principal est intéressant, tu auras forcément un public. C'est un peu le grand défi d'un auteur, finalement : déterminer qui est le plus susceptible d'aimer ton livre au-delà des dichotomies homme/femme, jeune/vieux etc.

Bottom line : écrit (un chouïa pragmatiquement) ce que tu aimes écrire. Et surtout, fais-le bien.
 
Chilpéric
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  26
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  14/07/2023
    
                         
Chilpéric  /  Petit chose


C'est tout à fait possible !

On peut penser au succès de Gagner la Guerre de Jaworski avec son personnage principal, Don Benvenuto, que l'on suit durant le récit et qui est... Absolument odieux ! Un spadassin querelleur, insensible, menteur, cruel, moqueur, volage, pernicieux, sadique et vaguement xénophobe. Bref, un tueur haut-en-couleur !

Et pourtant ça n'empêche pas le livre d'avoir été un franc succès et de jouir d'une excellente réputation.

Bien sûr il y a des lecteurs qui ne supporteront pas ce genre de personnages, surtout s'ils incarnent des vices considérés actuellement comme des aberrations, mais comme on en discutait sur le topic des Méchants... Cela va dépendre de ce que tu souhaites faire.

Tu ne plairas pas à tout le monde, sois-en sûre. A toi de voir si les avis des personnes qui n'apprécient pas ce que tu fais valent que tu retravailles ton histoire et le fond du message que tu veux faire passer.
 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1837
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Crachez-le aussi fort que vous voulez, ça ne sert à rien. Car je ne suis pas un déviant.
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Journal du posteur


hodobema

Alors je n'aurais pas beaucoup d'exemples en tête en purement littéraire comparé aux autres. Mais c'est une préoccupation intéressante. Qu'on aura tous je pense, que ce soit pour un protagoniste ou un perso secondaire. Tu possèdes déjà la preuve d'un bon point de départ selon moi : tu ne prends pas cette critique à la légère. Et c'est une bonne chose, que tu restes sur ta ligne sans bouger ou non.

Les camarades ont déjà soulevé l'important : le fait que d'un lecteur à l'autre, ça fluctue beaucoup. Et tous ne vont pas passer par dessus des défauts parfois rédhibitoires. Pour ma part, j'avoue que le typique cliché du perso féminin attachiante sans vraie profondeur... Comment dire... Ahem. Mais en vérité, ça ne conditionne pas tout. Je suis capable de comprendre le perso malgré cela. De patienter le temps de voir s'il y a plus derrière. Si je perçois des meurtrissures, de la vulnérabilité, ça peut passer, j'y suis assez réceptif. Mais aussi, si ce perso m'agace, n'est-ce déjà pas la preuve qu'il évoque quelque émotion chez moi ?

Alors certes, il ne faut pas que ça aille jusqu'à condamner un récit. Même si je passe à côté du contexte, je trouve que l'exemple de Flora et son propos sont assez pertinents. Ça rejoint un de mes principes fondamentaux assez souvent : apporter de la contradiction et de la nuance, que ce soit à un discours, une idéologie ou des traits de caractères. Si ton perso est raciste, ça peut bloquer les gens. Mais tant que sa vision est opposé à un courant plus nuancé, ou même antinomique, en tout cas remis en question au moins pour le lecteur, ça pourrait mieux passer ?

Pour reprendre mon cas : si ce fameux perso attachiante m'agace, mais que ses péripéties, interactions, introspections, ect, remettent ce trait de personnalité en question, soit challengé, ça me va. Sans redéfinir le perso et annihiler ce trait de caractère pour autant ! Que le perso conserve son essence, car ces défauts font parti de ce qu'il est, bon ou mauvais. Un défaut bien exploité, ça rend un perso plus crédible et organique je trouve. Mais au moins, ça me montrera que mon ressenti agacé a le droit d'avoir son existence dans le récit, qu'il n'est pas illégitime. J'irais plus loin même : que mon ressenti n'est pas une anomalie exclue et éludée par l'artiste ?

A voir selon le trait de caractère qui rebute, ça peut varier, tous les défauts ne se valent pas. Mais si ton perso manque d'empathie par exemple, peut-être montrer en quoi ce n'est pas gratuit ? Qu'il existe des raisons légitimes à cela ? Sans excuser ou pardonner, mais nuancer. Et qu'un perso secondaire éveille des choses à ce sujet par exemple ? Je sais, je manque de contexte sur ton cas, ou même ceux des camarades. Mais ça reste des pistes intéressantes à mon sens.

Tu as peut-être déjà effectué ce travail dans ta mise en scène d'ailleurs. Ce qui m'amène sur un rappel général que j'estime évident : tu peux très bien soigner tous ces aspects, et recevoir les mêmes réactions. Donc sans tout prendre constamment en compte, relativiser certaines critiques ? Accepter qu'elles font parti du jeu, ne vont pas conditionner à eux seuls ta réussite ou non ? Facile à dire, je sais...
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Citation :
J'ai déjà abandonné une bêta-lecture pour ça.
J'ai peur de ça pale J'ai du mal à réaliser parce que je ne déteste jamais des perso, ou il faut vraiment y aller quoi. Parce que je trouve que les perso insupportables mettent du piquant dans l'histoire x)

Après voilà quoi, toi le perso que tu as lu était détestable objectivement (raciste, sexiste, etc...) alors que moi ils ont des défauts plus minimes.
En gros : Dans Viridia, on me reprochait que mon perso était trop pathétique. Dans L'un sur le multiple, trop arrogant. Dans Le chalet, trop haineux. Du coup, ça les rend insupportable. Mais moi, je trouve que ça les rend juste réalistes par rapport à leur histoire. Ca ne les rend pas "lisses". Je ne sais pas. Ce n'est que mon avis, qui du coup n'est pas partagé du tout x)
Dans L'un sur le multiple, on m'a reproché que mon perso était trop parano, qu'il y avait trop de scènes où il se montrait parano, mais justement c'est ça le but de la parano non ? Que ce soit tout le temps et partout ? Fin, je sais pas.

Citation :
Ce topic m'intéresse car j'ai également un de mes personnages principaux qui est détestable.
Tu vois, je trouve ton personnage détestable objectivement et pourtant, ça n'empêche pas que je le trouve intéressant. Qu'il insère directement une problématique dans ton histoire et donc qu'on a envie de savoir la suite. Donc comme quoi, moi je trouve de l'intérêt un peu partout x)

Citation :
À un moment, même si ton livre est de qualité, tu ne pourras pas faire en sorte que tout le monde l'aime.
Oui mais mon but c'est de l'éditer dans une ME, pas de faire fuir le comité de lecture x) C'est pour ça, il faut que je fasse un choix : rendre mon perso plus sympathique ou assumer qu'il a des défauts. Et je ne sais pas encore quoi faire, donc je demande vos avis ^^

Citation :
Et pourtant ça n'empêche pas le livre d'avoir été un franc succès et de jouir d'une excellente réputation.
Bon ça me rassure un peu. Surtout que pour moi, on est dans une époque où on cherche surtout des anti-héros, on en a marre des perso lisses avec toutes les qualités du monde qui sauvent le monde, donc je ne comprends pas que ça ne passe pas chez certains.

Citation :
Mais aussi, si ce perso m'agace, n'est-ce déjà pas la preuve qu'il évoque quelque émotion chez moi ?
Oui c'est vrai ! Mes perso ne sont pas lisses, je trouve. Ils ne sont pas détestables parce qu'ils sont clichés, c'est ça que je veux dire. Mon perso dans L'un sur le multiple est arrogant et se la pète, ben ouais parce que il a la position sociale pour, même s'il est dans le déni. Pourtant, il reste sensible et lucide. Fin, je trouve perso qu'il est bien développé, que ses qualités contrastent avec ses défauts. Mais je ne veux pas être la seule à penser ça parce que c'est moi qui l'ai écrit, donc j'ai forcément un peu d'attachement à mes perso.

Citation :
Donc sans tout prendre constamment en compte, relativiser certaines critiques ? Accepter qu'elles font parti du jeu, ne vont pas conditionner à eux seuls ta réussite ou non ?
Oui, tu as raison. C'est à moi de trier les critiques, si je ne les trouve pas pertinentes, je ne devrais avoir aucun scrupule à ne pas les suivre. Mais justement, je ne savais pas si je devais les trouver pertinentes ou non. Si vraiment, un perso principal détestable était rédhibitoire pour tout le monde ou pas x)
 
Docal
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  936
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  30/03/2023
    
                         
Docal  /  Bile au trésor


Perso je pense que c'est une des choses qui peuvent alourdir un texte. Comme d'autres choses, tel des figures de style très présentes, beaucoup de grandes descriptions, un registre pompeux, des très grandes phrase que l'on aime comme elles sont, des passages clichés, beaucoup de métaphores ou de symbolique... toutes ces choses qui ne sont pas des défauts en soi mais participent à rendre un texte moins digeste au profit d'un autre aspect (comique, tragique, poétique, réaliste...)

Voit un peu ça comme un "budget" lourdeur que chaque lecteur aura et qui une fois passé lui fera jeter l'éponge. Un texte trop chargé repoussera tout le monde sauf les lecteurs les plus masos et les amateurs de défis. A toi de voir à quel point tu veux rendre ton texte digeste.

Récemment j'ai lu Ravage et le personnage principal est plus réactionnaire qu'un Boeing, si ce n'était pas pour l'humour (involontaire) de l'aspect anticipation j'aurais lâché l'affaire.
 
Aconitum
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  184
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Gnothi seauton
   Date d'inscription  :  13/04/2023
    
                         
Aconitum  /  Tycho l'homoncule


hodobema a écrit:

Oui mais mon but c'est de l'éditer dans une ME, pas de faire fuir le comité de lecture x) C'est pour ça, il faut que je fasse un choix : rendre mon perso plus sympathique ou assumer qu'il a des défauts. Et je ne sais pas encore quoi faire, donc je demande vos avis ^^

Tu ne pourras jamais écrire un roman qui fera l'unanimité ***subjective*** d'un comité de lecture. C'est comme si je te disais "Tu vois, là, en face de toi il y a 10 personnes avec qui tu n'as jamais échangé un seul mot. Maintenant, écrit un roman qui plaira à ses 10 personnes sans exception." Tu me dirais "C'est chauuuud." et je te répondrais :"Ouaip."

Mais un comité de lecture (s'il est efficace) est aussi orienté pour juger des livres un peu plus objectivement que subjectivement. L'objectivité totale est impossible, mais en gros on va quand même leur demander de faire un retour en mode "est-ce que ça pourrait plaire à d'autres gens qu'à vous?" Et si tu es parvenu à convaincre, disons, 70% du comité de lecture, c'est quand même bien parti pour ton manuscrit.

Autre conception du schmilblick: ça dépend de la ligne éditoriale. J'avais parlé à l'éditeur d'Inceptio aux Imaginales, et il m'avait dit : On a choisi la composition de notre comité de lecture pour qu'il reflète nos goûts. Donc, s'il aime un manuscrit, ce manuscrit a toutes ses chances." Donc, forcément, si les ME que tu vises ont l'habitude de publier des livres avec des héros très lisses et manichéens, ça sent mauvais pour toi. Par contre, si tu vois dans la ligne éditoriale pléthore de anti-héros, bah ça pourrait marcher pour toi.

Tu ne vas pas te brider et écrire un perso qui t'emmerde, juste pour ***hypothétiquement*** plaire à des gens dont tu ne connais même pas les goûts.
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Citation :
Perso je pense que c'est une des choses qui peuvent alourdir un texte.
Oui, c'est vrai, dit comme ça... C'est compliqué tout ça !

Oui Aconitum, tu as raison. On ne peut pas plaire à tout me monde. Faut que je vise les bonnes ME et c'est tout ! je me laisse jusqu'à septembre pour réfléchir à si je le réécris ou pas, puis on verra bien
 
Blackmamba
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1837
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Crachez-le aussi fort que vous voulez, ça ne sert à rien. Car je ne suis pas un déviant.
   Date d'inscription  :  28/07/2023
    
                         
Blackmamba  /  Journal du posteur


C'est souvent la différence entre l'intention artistique et la récéption : à quel moment la responsabilité incombe davantage au lecteur qu'à l'auteur, ou bien inversement ? Assez complexe je trouve...

Avoir du recul sur ses propres persos, c'est effectivement peu évident. Même des persos peu sympathique que je fais, je les aime tous également. Mais encore heureux non ? Un perso de ton crû que tu n'aimerais pas, je verrais cela comme un problème justement. Que ton perso te paraisse pertinent reste une condition primordiale pour moi. Et ensuite de te poser cette présente question comme tu le fais, et chercher les réponses.

La crainte que son œuvre soit incomprise est assez commune je dirais ? Je la partage, donc ton questionnement est légitime à mon sens. Et à part laisser la réalité t'apporter la réponse... Parce que te demander dans quelle mesure tu devrais faire un compromis entre ta vision et ton envie de t'introduire dans une industrie, où la composante artistique seule ne compte pas... Je dirais que toi seule peux trouver une réponse qui te correspond ? Car plusieurs réponses existent, adaptées à chacun. Enfin c'est ce que je me dis. Car pour faire écho au propos d'Aconitum, je pense aussi que si tu prenais trop en compte l'idée "de mieux te vendre", tu perdrais peut-être ta singularité, ta fibre créatrice personnelle, et produirait un récit moins qualitatif ou pertinent à terme.

Les camarades t'ont apporté d'autres pistes intéressantes. Pour ma part, excepté soulever que te poser cette question est déjà une bonne chose, je n'ai pas grand chose. À part dire qu'il n'y a pas une seule bonne réponse, mais une réponse qui te conviendra plus à toi qu'a d'autres peut-être. Donc c'est un cheminement personnel, et débrouille-toi avec ça ! Lol
 
Nillac
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3382
   Âge  :  29
   Localisation  :  New New York
   Pensée du jour  :  Good news, everyone !
   Date d'inscription  :  19/12/2014
    
                         
Nillac  /  Bouncing Boy


Coucou !

Je suis du coup un des lecteurs qui n'a pas aimé ton personnage principal et je vais essayer de développer un peu pourquoi Razz

Certains ont parlé de personnages détestables mais qu'on appréciait quand même suivre, du style le perso principal de Gagner la Guerre ou Artemis Fowl de la série éponyme (je vais prendre ce dernier en exemple, vu que c'est le seul que j'ai lu).

Artemis Fowl reste charismatique, il est egocentrique et n'agit que dans ses intérêts personnels, mais il le fait avec une certaine classe et une prestance qui fait que même s'il ne fait rien de moralement juste, on souhaite sa victoire (comme Tony Stark à ses tous débuts, dans un sens). Elder lui n'a pas ce charisme. Il est hypocrite et est persuadé d'oeuvrer dans l'intérêt de tous et est une pourriture. C'est peut-être le truc qui fait qu'on ne l'apprécie pas : il n'est pas honnête avec lui-même, là où Artemis Fowl, Tony Stark et bien d'autres sont conscients de ce qu'ils font et s'en fichent. C'est en tous cas l'hypothèse que je suggère.


Système solaire, début du 23e siècle : un groupe de pirates accepte une dernière mission pour sortir du métier.

Etoiles lointaines : Au cœur de la tempête - Commentaires - Bêta-lecture


Un homme pense pouvoir utiliser le spiritisme comme une arnaque pour s'enrichir, au risque de jouer avec des forces qu'il ne maîtrise pas.

Héraut des esprits [fantasy occulte] - Commentaires
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1019
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Si le perso principal est détestable, il y a des gens qui vont le détester, par définition. De toute façon aucun livre ne peut faire l'unanimité, comme d'autres l'ont dit. Donc ça :

Citation :
une lectrice me dit qu'elle n'aime pas mon personnage principal

ça ne devrait pas t'arrêter. Cette lectrice ne lira pas ton livre. La belle affaire. Ça ne sera pas la seule à ne pas le lire.

Mais un personnage principal antipathique est évidemment un obstacle en plus pour trouver un public large. Ça demande plus de technique, quoi, il faut que le reste de l'histoire justifie qu'on veuille passer du temps avec ce perso désagréable plutôt qu'avec un perso sympathique d'un autre bouquin. Et là encore, tout le monde n'a pas le même degré de tolérance (je peux lâcher très vite un livre avec un perso antipathique), tout le monde ne trouve pas les mêmes traits de caractère rédhibitoires (je déteste les personnages qui passent leur temps à se plaindre par exemple), etc.

Bref c'est compliqué et très subjectif. Mais ça ne devrait pas avoir la moindre influence sur ton écriture, de toute façon.
https://fabiendelorme.fr
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Merci à tous pour vos réponses ! Je pense que j'ai saisi pourquoi mon perso dérangeait, je vais le développer pour lui donner des qualités et le faire évoluer. Après oui, il ne faut pas prendre en compte toutes les critiques parce que ça risque juste de nous plomber. Oui, on ne peut pas plaire à tout le monde et c'est normal. Il faut l'accepter.
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1066
   Âge  :  32
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Constamment Fabulous


Aconitum a écrit:
J'ai écrit un livre avec un personnage principal ultra colérique. Il y avait des gens que cela dérangeait, et d'autres qui au contraire trouvaient ce déversement de colère permanent assez cathartique.

Ça pique la curiosité !

Chilpéric a écrit:
On peut penser au succès de Gagner la Guerre de Jaworski avec son personnage principal, Don Benvenuto, que l'on suit durant le récit et qui est... Absolument odieux ! Un spadassin querelleur, insensible, menteur, cruel, moqueur, volage, pernicieux, sadique et vaguement xénophobe. Bref, un tueur haut-en-couleur !

Tu as oublié violeur...
Et Benvenuto n'est jamais vraiment invalidé par Jaworski, ce qui est à mon avis le plus dérangeant de l'affaire.
Preuve en est qu'aucun livre, même plébiscité, ne fait jamais l'unanimité... Mais ça n'engage que moi Wink

Pour répondre de façon très succincte à ce sujet : un personnage principal détestable peut passer crème, à mon sens, si :
- il a du charisme / il titille parfaitement la curiosité
- il est indiqué (par la narration et / ou le comportement des autres personnages) qu'il est effectivement détestable, ne permettant pas le doute de "est-ce que l'auteur.e l'encourage / le valide ?" au lecteur
- Il obtient une forme de punition en réponse à ses méfaits ou bien, si on suit ce type de personnage "très gris voire noir, mais classieux et culotté" du style Artemis Fowl ou Tony Stark cités plus haut, il parvient à une certaine apothéose délicieuse qui justifie son comportement borderline. Bien sûr, ce type d'anti-héros n'est appréciable que s'il ne dépasse pas la ligne rouge (pas de viol ni de meurtres décomplexés de petites choses innocentes, ect...)
- S'il est bien écrit. Ça reste la base, comme dans tout trope.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Avoir un personnage principal détestable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-