PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Pokébox Pokémon EV4.5 Destinées ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Récit de Bullshitjob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


https://www.helloworkplace.fr/enquete-travail-inutile/#:~:text=Le%20sentiment%20d'inutilit%C3%A9%20de,%C3%A9tude%20du%20minist%C3%A8re%20du%20Travail.&text=Votre%20travail%20est%2Dil%20utile,publi%C3%A9e%20le%2027%20mai%202021.


Lien d'une étude récente assez révélatrice trouvé pour préparer ce post.


https://yougov.co.uk/topics/society/articles-reports/2015/08/12/british-jobs-meaningless

Lien d'un sondage cité par Graeber.

L'institut schouten nelissen, à effectué la seconde étude sur la sensation de ne rien faire d'utile cité régulièrement par Graeber pour essayer de quantifier un peu le phénomène.
En gros, selon ces trois études, ont pourrait supputer que au minimum 30% des gens pensent faire un métier inutile voir néfastes, un bullshitjob.

Ça ne comprends pas les gens qui pensent que leur métier est utile, mais parasité par des tâches bullshit (la bullshitisation), comme par ex, bcp exposé par Graeber, des procédures administratives absurde exigé par les directions d'université à leurs enseignants chercheurs pour justifier de leur travail.
Par exemple de bullshitisation, à mon échelle d'ouvriers dans la construction navale, relativement peu concerné il faut l'admettre, je perds un peu de temps chaque jour pour consulter la documentation nécessaire sur mes pièces à produire depuis que l'on est passé au numérique. Avant on avait des dossiers papiers sur lesquels toutes les infos étaient présentes, maintenant, on a des tablettes numériques pas pratique du tout.
Ça ne prend pas en compte non plus, ou pas forcément, les tafs utile pour faire fonctionner les jobs inutiles. Par exemple agent.e d'entretien dans un bureau d'avocat fiscaliste ou de centre de télé appel, c'est utile, mais au service d'une organisation nuisible.

L'idée de Graeber, c'est qu'une très large part de l'économie et de l'activité humaine rémunéré est consacré à des tâches inutiles et dont la disparition ne changerait en rien négativement la surface du monde, voir l'améliorait. Il défend aussi l'idée que ces métiers inutiles et parasite ont une fonction politique : maintenir les gens au travail coûte que coûte, et une fonction philosophique, morale : parce que c'est bien, et que l'oisiveté c'est mal.



Un bullshitjob, késako ?

Définition de Graeber :

" Un bullshitjob est une forme d'emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflu ou néfaste, que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu'il se sente obligé, pour honorer les termes de son contrat, de faire croire qu'il n'en est rien. "

Indices perso pour évaluer le niveau de bullshitude d'un travail ou d'une part d'un travail (une fonction) :

- Si un taf devient illégal, pensez vous qu'un marché noir se mettra en place pour y remédier ?
(Pensez vous que si on interdit les profs de techno ou de musique au collège par ex, les parents vont payer des gens au black pour donner des cours de flûte ou des tutos de fabrication de porte manteau à leurs enfants ? Même question pour les assistant.es maternelle).

-Si un métier (ou une fonction d'un métier), disparaît du jour au lendemain, combien de jours pensais vous que cela va prendre pour s'en apercevoir ou pour qu'il y ait des effets négatifs ?
(Par ex, si les avocats spécialisés en évasion fiscale ou les PDG disparaissent, combien de temps avant d'impacter négativement la production ? Même question pour le ramassage des poubelles).




Détail et limite épistémologique, un Bullshitjob est définie comme tel par son travailleure.
Paul B. Preciado (autobronzant intellectuel force 6) parlerait d'épistémologie subjective, qui est un concept perturbant, mais qui se cantonne à définir la réalité et l'identité de ce qui nous concerne nous, pas les autres. En gros, si un travailleur part du principe que son taf est inutile voir, nuisible, il y a très peu de chance qu'il se trompe (l'argument de " il n'a pas la vue d'ensemble" relève de la pensée magique et de la condescendance). Et je suis plutôt d'accord avec ça.

Il manque un truc aussi, c'est le rapport utilité coût, pas vraiment mis en exergue par le concept de Bullshitjob. Certains tâche, sont tellement coûteuse physiquement pour le travailleure, qu'on est en droit de s'interroger sur son intérêt, ou du moins, les conditions de sa réalisation, mais c'est presque un autre sujet.

Par contre le gros problème du concept, et Graeber entretien un peu la confusion tout le long du livre, c'est que cette subjectivité, exclu les métiers inutiles ou nuisibles, mais dont leurs travailleurs n'ont pas consciences de cette nuisance.

Pour aujourd'hui je m'arrête là, je copierai plus tard les archétypes de Bullshitjob décrit par Graeber.
L'objectif de ce fil, c'est de recueillir des témoignages direct ou indirect, sur les tafs bien inutile (à ne pas confondre avec pourri ou merdique ou difficile) ou les fonctions d'un taf qui sont inutiles. Donc quand j'aurai publié les archétypes, si vous avez des exemples et pensez savoir à quoi vous correspondez, vous serez les bienvenus pour attiser ma curiosité.

Je met un fil commentaire pour ceux qui veulent critiquer le concept ou juste plus de détails.
(Pardon pour les fautes, mon correcteur fait une indigestion)

https://www.jeunesecrivains.com/t62855-critiques-et-questions-concept-bullshitjob
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2765
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


je ne comprends pas très bien
- où tu veux en venir
- pourquoi ouvrir deux topics
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez En ligne
 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


Je cherche des témoignages de gens qui se sentent concernés par le concept. Et le deuxième topic c'est pour poser les questions comme les tiennes, pour que le fil témoignage reste lisible.
Tout est décrit dans mon message au dessus.
 
Bluepulp
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  298
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  25/03/2023
    
                         
Bluepulp  /  Autostoppeur galactique


Supprimer un métier et attendre combien de temps on met pour s’en rendre compte, est sans doute un très mauvais critère pour évaluer l’importance dudit métier.

Tous les métiers ne se placent pas sur la même échelle de temps et les même enjeux. Si tu supprimes la boulange tu t’en rendras compte dès demain quand tu iras chercher ton pain, si tu supprimes la recherche tu ne t’en rendras jamais compte car tu ne pourras pas montrer du doigt ce qui n’aura pas été inventé.:. Est ce que la recherche est moins importante que la boulange pour autant, surtout dans un contexte de crise climatique et de pénuries de ressources ? Pareil avec tous les métiers liés à l’enseignement, la culture, et l’innovation en général.

Je tique un peu quand tu qualifies la musique au collège d’inutile. L’idée de ce cours c’est d’initier à la musique des jeunes qui n’ont pas le luxe d’avoir accès à des cours payants ou qui n’auraient jamais découvert ca de par leur milieu social. Et crois le ou non, mais ca marche. Bien sur tout le monde ne se sent pas concerné par ces cours mais si ca convainc 5% de la population de collégiens c’est déjà gagné.
En ligne
 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


Je t'invite à supprimer et reposter ton message dans le fil commentaire/critique du concept (surtout que tes questions sont intéressantes)
 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


Précision :


Détails :

Taxonomie bullshitjob :

Ultime précision :

Rappel important du but du post :
Recueillir des témoignages de personnes occupants des bullshitjob, ou dont une partie de leur activité est inutile selon eux. (Pour rappel, pour les questions et critiques, demande de précisions et désaccords sur le concept, y'a un fil commentaire)
 
levit
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  48
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  30/05/2022
    
                         
levit  /  Petit chose


Salut Mariolo! C'est intéressant tout ça. Y a quelques temps j'ai eu un petit taff à la con qui, a mes yeux, illustre pas mal le bullshit job. Pourtant je pense que pour les marques concernées, il est d'une grande utilité, même d'une importance vitale. Bref, je sais même pas si ça a un nom ce taff. Il s'agit tout connement de distribuer de la pub pour des marques bien connues genre decathlon, jardiland, etc ,dans les boites aux lettres des quartiers ou on t'envoie. C'est le taff dans son ensemble qui est profondément inutile et même toxique pour l'épanouissement de la plupart puisque il sert juste a nourrir la bête encore un peu plus. Par contre, pour elle, ce genre de taff, c'est la base. Même si je pense que c'est un peu a l'ancienne. Aujourd'hui la pub arrive dans l'intimité bien plus finement et efficacement par d'autres canaux. Je pense que dans quelques temps ce taff sera doublement bullshitable. En tout cas je me suis vite barré.

Dans un tout autres registre, et plus délicat de considérer comme bullshit job, j'ai taffé comme ouvrier ostréicole ya pas très longtemps. Pourtant j'ai vraiment eu la sensation de douiller pour rien, ou juste pour quelques un et pas grand chose. Je sais pas si c'est moi qui suis un peu à l'ouest ou pas, mais je considère que le commun des mortels mange des huitres uniquement à noël. Pourtant la j'ai compris que des huitres fallait en sortir tout le temps, et beaucoup. Pourquoi? C'est un taff monstre, pénible de fou, physique à mort, avec des horaires variables selon les marées, par tout les temps, dans la flotte, dans la vase et j'en passe. Donc pourquoi tout ça? Je veux dire que c'est pas du blé, ou des pommes de terres, c'est pas a la base de l'alimentation, pour personne. C'est superflu, c'est un petit caprice, et cher en plus, ça réduit encore plus le nombre de personne qui en profite, et en plus c'est dégueulasse les huitres, c'est comme des gros molard:x . Plus sérieusement je jette pas la pierre aux consommateurs d'huitres, mais j'ai juste eu la sensation de faire beaucoup pour pas grand chose. Dans certaine région c'est une économie entière qui est basée sur cette activité. Je me dis que tout ce travail, il pourrait aller ailleurs, être plus bénéfique, pour plus de monde. Ca me fait rebondir sur un dernier exemple qui rejoins celui ci et qui met l'accent sur le caractère privilégié de certain produit de consommation. Typiquement les vins. Se casser le dos a taller des vignes qui donneront des raisins qui feront des vins qui seront bu par une poignée de gens qui peuvent se le permettre, ça donne un peu la sensation de rien faire de concret. Que ton travail il est aspiré, ou annulé. Bien sur, tout les vins sont pas dans ce style, mais dans mon cas, les quelques châteaux (lol) ou j'ai taffé, c'était le cas. Voila, j'espère que ça t'apporte un peu de matière Mariolo. J'attends vos belles anecdotes de bullshitjobs.

A plus :mrgreen:
 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


Ton premier ex est je pense le prototype même du bullshit job de prolo. C'est inutile, personne ou quasiment personne ne consulte les pubs, en tout cas l'effet sur les ventes est sans doute très marginales, et personne ne se plaindra de ne plus en recevoir si dès demain c'était interdit.
C'est un mélange de porte-flingue, les boîtes le font parceque les autres boîtes le font, et aussi de cocheurs de cases, genre une boîte qui le fait pas faire, c'est pas sérieux, une boîte respectable fait de la pub. Je sais pas si t'es d'accord. En tout cas ça doit bien être relou.

Tes deux autres exemples sont plus subtile oui, parce que là en fait, c'est plus le degré d'exploitation d'une production somme toute intéressante au niveau gustatif, nutritif et culturel.
On a pas attendu la bourgeoisie et l'exploitation capitaliste pour produire du vin ou des huîtres, par contre, cette façon de faire pour cette finalité, c'est typiquement l'exploitation capitaliste et l'alinéation du travail. Est ce que ça rentre ds les BSJ, ah je sais pas, par contre ça rentre sûrement ds des trucs à virer pour des considération écologique, économique et éthique, pour reprendre Sankara : je préfère que tout le monde ait de l'eau, plutôt qu'une poignée ait du champagne.

Je te rejoins aussi sur le ratio utilité/souffrance engendré. J'ai pratiqué une spé de la construction navale, en tant qu'ouvrier, et certaines configurations rendaient le taf particulièrement épuisant et dangereux pour un résultat technique plus que discutable, voir parfois inutile, juste pour correspondre à une norme. La norme c'est un truc débilisant je trouve.

Merci pour ton témoignage en tout cas !
 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  2449
   Âge  :  39
   Pensée du jour  :  null
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Guère épais


J'ai fait de la distribution de pubs aussi pendant deux-trois semaines quand j'étais étudiante et je plussoie, c'est vraiment un bullshit job par excellence. ça n'apporte rien à personne et je pense même que ça a plutôt un côté nocif que simplement neutre, sur plein d'aspects.

Sinon, j'ai travaillé quelques années dans l'assurance qualité en industrie. Je ne considère pas ça comme un bullshit job parce que c'est un maillon indispensable de la chaîne mais clairement, il y a plein de bullshit tasks dont on pourrait largement se passer, et la plupart sont induites par les obligations de certification CE et ISO. Là encore, certains aspect de ces certifications revêtent un caractère indispensable à la sécurité des travailleurs et des produits finis mais on pourrait enlever un bon trois quarts des exigences de chaque norme ISO sans que ça affecte négativement les process (au contraire, y'a certains chapitres, on voit vraiment qu'ils ont été pondus par des purs bureaucrates qui n'ont jamais mis les pieds dans une usine... ou même dans la vraie vie. Je pense qu'on pourrait aller sérieusement creuser de ce côté pour trouver des bullshit jobs).
https://www.instagram.com/mardi.mardiii/
 
Nuage-Rouge
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  357
   Âge  :  33
   Localisation  :  00.000.00.0
   Pensée du jour  :  « Il n'y a pas une tête lucide entre deux termes d'un choix. Il y a une nature étrange, en détresse de n'être pas les deux. »
   Date d'inscription  :  22/07/2021
    
                         
Nuage-Rouge  /  Tapage au bout de la nuit


Perso j'ai déjà eu cette sensation de bullshit job dans plusieurs circonstances. Et je pense que le concept doit permettre de qualifier des situations "bullshit" plus que des jobs en particulier, car ce sentiment peut arriver selon les circonstances et les injonctions liées au fait que pratiquement personne, dans l'économie capitaliste, n'est maitre de son travail, de la manière de le faire et d'en rendre compte, parasité par les employeurs qui décident avant tout des conditions d'exercice.


Herbes folles:



Le café clandestin:



Projet d'animation : pas moyen mais passion...:



De mémoire d'étudiant en mémoire d'étudiant, les doss' s'empilent comme les notes dans les archives administratives:
 
Docal
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  539
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  30/03/2023
    
                         
Docal  /  Gloire de son pair


"dans l'économie capitaliste, n'est maitre de son travail"

S'applique principalement au salariat, du moins aux travaux "alimentaires".

On reste maître de pas mal du travail non alimentaire/salarié qu'on produit (ou ne produit pas d'ailleurs).

Après bon les bullshit job c'est une problématique que je vois surtout de l'extérieur pour le coup.
 
Nuage-Rouge
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  357
   Âge  :  33
   Localisation  :  00.000.00.0
   Pensée du jour  :  « Il n'y a pas une tête lucide entre deux termes d'un choix. Il y a une nature étrange, en détresse de n'être pas les deux. »
   Date d'inscription  :  22/07/2021
    
                         
Nuage-Rouge  /  Tapage au bout de la nuit


Citation :
On reste maître de pas mal du travail non alimentaire/salarié qu'on produit (ou ne produit pas d'ailleurs).
ta réflexion aurait plus sa place dans l'autre fil je pense.

Je vois pas trop ce que tu entends par "travail non alimentaire".... Qui a le luxe d'avoir un travail non alimentaire, qui plus est non salarié ? ici on parle de job, on parle pas pare exemple de faire du jardinage entre copains ou du bénévolat pour une asso. ce qui est certes une forme de "travail", mais il était plutôt sous entendu le restreint de "travail", emploi rémunérateur, je précise au cas où.
Et dans ces cas, ce type de travail n'est pas capitaliste de toute façon, même si intégré, dominé par un mode de production majoritairement capitaliste (les modes de productions peuvent être multiples dans une société même si un domine)

Par ailleurs, les auto entrepreneurs ne sont pas véritablement maitres de leurs travail non plus, ils dépendent souvent de "clients" qui ont plus à voir avec des patrons employant à la tâche qu'avec des clients à qui on peut imposer des conditions.

On pourrait dire que les patrons, commerçants et artisans sont plus ou moins maitres, mais leur activité dépend en réalité du climat concurrentiel organisé par le pouvoir et le grand capital, du coût des matières premières etc, du droit du travail, du type de clientèle. par exemple les paysans sont des patrons d'entreprise mais un certain nombre ne sont pas maitres de leur travail car leurs clients sont des multinationales de l'agrobusiness qui peuvent les contraindre.

Le reste, ceux qui exercent en équilibre plus ou moins précaire maintenant une forme de liberté, ils sont pas si nombreux, et ceux qui sont les bénéficiaires du capitalisme, évidement qu'ils sont "maitres", puisqu'ils sont ceux qui confisquent l'organisation du travail et exploitent le reste des travailleurs, en imposant leurs conditions de propriétaires lucratifs des moyens de production au reste de la société.
 
Docal
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  539
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  30/03/2023
    
                         
Docal  /  Gloire de son pair


Bah justement, restreindre le terme de travail à l'alimentaire, c'est ça que je conteste. C'est ce genre de chose qui efface le travail domestique ou associatif.

Et oui un paquet de gens fournissent un travail, pour leur conjoint, leur communauté, leur famille, leur village... qui demanderait un emploi salarié s'il n'était pas pris en charge.

Les bénévoles qui font vivre le club de foot local, qui se tapent la compta des assos, les mères au foyer qui se chargent de tout à la maison, les artistes qui pratiquent juste pour que leur bled ait un peu de vie culturelle, les services civiques qui font l'exact même job que les salariés à coté d'eux... tous ces gens travaillent, et n'en tirent aucune rémunération.

Au final ya un paquet de truc qui dépendent de ce travail "gratuit". Quitte à faire des diatribes, ça coûte pas plus cher d'être précis. Les gens maîtrisent une partie de leur travail non alimentaire, ce qu'ils ne maîtrisent pas c'est leurs sources de revenus.
 
Mariolo
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  368
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
Mariolo  /  Tapage au bout de la nuit


Personne ne dit le contraire de toi Docal. Je te renvoie à la définition du terme bullshitjob ds le premier message.
Et je te rejoins sur la définition du travail qui est complexe (et qui étymologiquement ne viendrait pas du tripalium, c'est plus le consensus).
Et comme dis Nuage Rouge, pour les précisions et critique du concept, j'ai créé un fil secondaire, le lien et ds le premier message. Ici c'est plus pour les témoignages.
 
Nuage-Rouge
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  357
   Âge  :  33
   Localisation  :  00.000.00.0
   Pensée du jour  :  « Il n'y a pas une tête lucide entre deux termes d'un choix. Il y a une nature étrange, en détresse de n'être pas les deux. »
   Date d'inscription  :  22/07/2021
    
                         
Nuage-Rouge  /  Tapage au bout de la nuit


Docal, on n'a jamais dit le contraire, mais c'était pas ta remarque de base...:
edit : si les modos passent par ici, p-e que ça peut être utile de déplacer ce bout de discussion dans l'autre sujet, je sais pas si c'est possible, à voir avec mariolo ?
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Récit de Bullshitjob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-