PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur les sacs à dos pour ordinateur portable Urban Factory ...
19.99 € 39.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Différence entre un roman d'anticipation et une dystopie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Hello !
Tout est dans le titre. J'aimerais savoir la différence entre un roman d'anticipation et une dystopie.
Sur google, ils définissent un roman d'anticipation par "évoquant les réalités supposées de l'avenir.". Wikipédia rajoute : "Ces romans s'inscrivent dans un schéma de rationalité scientifique", mais ils disent aussi qu'il s'agit de roman écrit avant 1930 donc je sais pas si c'est à prendre en compte...

Une dystopie, c'est : "Récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre"
Selon Wikipédia : "Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'il soit impossible de lui échapper et dont les dirigeants peuvent exercer une autorité totale et sans contrainte de séparation des pouvoirs, sur des citoyens qui ne peuvent plus exercer leur libre arbitre."

J'avoue ne pas saisir la différence hormis que dans la dystopie, il y a une dimension politique avec la dénonciation d'un régime totalitaire ? Moi pas comprendre. (Surtout qu'ils prennent tous les deux l'exemple de 1984 comme dystopie ET roman d'anticipation)

Si quelqu'un pouvait m'éclairer, merci beaucoup Smile

 
Epineuse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1209
   Âge  :  31
   Localisation  :  Ne perd pas le Nord mais depuis le Sud
   Pensée du jour  :  Quelques (r)onces d'espoir
   Date d'inscription  :  18/09/2013
    
                         
Epineuse  /  Agent 006


Je dirais que les deux notions ne sont pas incompatibles :
- le récit d'anticipation est défini par son point de départ, à savoir la société actuelle, ses travers ou ses progrès espérés
- la dystopie, elle, va être définie par son point d'arrivée, qui vire au totalitarisme, avec un univers sombre etc.

Du coup, 1984 peut être les deux, puisqu'Orwell utilise ce qui l'inquiète de son époque (point de départ, avec un constat d'une société de surveillance et de contrôle de l'information) pour construire un univers totalitaire et glaçant (point d'arrivée : Big Brother et cie).

A contrario, on pourrait avoir des récits d'anticipation qui ne soient pas des dystopies (par exemple de la SF soft dans un futur proche ?) ou des dystopies qui ne soient pas des récits d'anticipation parce que situées dans des univers totalement imaginaires, sans ce point de départ inspiré de notre monde.

Du moins, n'étant pas experte, c'est l'interprétation que j'en fais :flower:
https://linktr.ee/r.senelier
 
Page de Bâtons
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1426
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  25/01/2021
    
                         
Page de Bâtons  /  Roland curieux


Je suis nulle pour définir les genres, mais j’aurais eu la même interprétation que Épineuse. En fait dans ma tête il y aurait un espèce de spectre, et plus on est proche de notre société actuelle plus on est dans de l’anticipation, alors que plus on s’en éloigne (futur très lointain, univers complètement différent, magie, etc.), plus on quitte l’anticipation pour devenir de la SF.

Du coup, La Servante Écarlate pour moi serait de l’anticipation dystopique (car très ancré dans la société étasunienne), alors que Hunger Games serait une dystopie mais pas de l’anticipation (car le monde est tellement différent qu’on ne reconnaît plus nos sociétés terriennes, bien que ce soit une critique de plusieurs aspects de ces sociétés). Mais voilà, c’est mon approche personnelle. Je ne sais pas comment réagirait Mnémos Very Happy
https://www.sachamorage.com/newsletter-autrice/
 
Lul de Faltenin
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  221
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  27/04/2023
    
                         
Lul de Faltenin  /  Autostoppeur galactique


Je pense globalement comme Épineuse et Page au sujet des points d’arrivée et des points de départ. Je précise « globalement », car un détail me chagrine dans le dernier paragraphe d’Épineuse et Page le reprend.

Je comprends la proximité de l’anticipation et la dystopie avec la SF, mais l’amalgame complet m’ennuie. Les deux premiers sont axés sur le vécu de la population et de quelques-uns de ses représentants alors que la SF s’intéresse plus à l’aspect technologique et à son utilisation.

Pour moi, les trois diffèrent sur cet aspect. Maintenant, je reconnais comme Page souffrir quand ce sujet est abordé. Un cours serait donc le bienvenu.
 
Page de Bâtons
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1426
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  25/01/2021
    
                         
Page de Bâtons  /  Roland curieux


Je dirais même plutôt que l’anticipation et la dystopie sont des sous-genre de la SF, et que tu peux avoir de l’anticipation « technologique » et d’autres genres de SF beaucoup moins basé sur la science (certains space opéra par exemple), et qui peuvent eux aussi reprendre l’aspect « social » de la dystopie. Même si je comprends la nuance que tu voulais apporter Smile

Après, le problème de cataloguer les genres dans le détail, c’est que, en tout cas selon moi, il n’y a pas de véritables cases bien rangées et définies ; ce ne sont que des explications qu’on va créer après coup, parfois de manière purement marketing, pour ranger tout ça. De nombreux romans, selon quel « spécialiste » les regarde, pourraient bien être classé ici ou là. (Après voilà, je suis assez indifférente aux classements ultra précis et rigoureux de certains Laughing - qui sont de toute façon toujours critiqués par d’autres.)

Aussi, pour la distinction anticipation/SF/dystopie, parfois je trouve que « anticipation » c’est le mot qu’on va utiliser pour de la SF afin de la rendre plus sexy pour le public non adepte de la SFFF, à qui l’étiquette « SF » pourrait faire peur. Donc ça brouille d’autant plus les pistes…

Et pour le contexte de l’AT de Mnémos, qui je pense fonde la question de hodobema, j’imagine que les seuls à même de répondre, ce sont eux Laughing
(Ça me rappelle le Rayon Imaginaire de Hachette qui est ouvert à la fantasy, puis explique à une autrice aux speed dating des imaginales que non, en fait, c’est le réalisme magique qu’ils veulent… bref, tant d’interprétations personnelles que c’est compliqué de se retrouver.)

https://www.sachamorage.com/newsletter-autrice/
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Merci pour ces éclaircissements ! Je comprends mieux maintenant... L'anticipation doit être ancrée dans notre société, dans le réel.
Du coup, c'est possible d'être mi dystopie, mi anticipation scratch J'ai l'impression que mon roman s'inscrit dans les deux genres

Citation :
Et pour le contexte de l’AT de Mnémos, qui je pense fonde la question de hodobema, j’imagine que les seuls à même de répondre, ce sont eux Laughing
Oui, tu as raison. Je vais leur demander directement ce qu'ils entendent par anticipation (et en même temps, je vais leur demander s'ils acceptent plusieurs romans d'un même auteur hihi)

Encore merci !
 
Lul de Faltenin
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  221
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  27/04/2023
    
                         
Lul de Faltenin  /  Autostoppeur galactique


Page de Bâtons a écrit:
Je dirais même plutôt que l’anticipation et la dystopie sont des sous-genre de la SF, et que tu peux avoir de l’anticipation « technologique » et d’autres genres de SF beaucoup moins basé sur la science (certains space opéra par exemple), et qui peuvent eux aussi reprendre l’aspect « social » de la dystopie. Même si je comprends la nuance que tu voulais apporter Smile
Je comprends et je pense ne pas assez bien cocher certaines cases culturelles pour avoir vu venir cela. Il reste tellement à lire.

Page de Bâtons a écrit:
Après, le problème de cataloguer les genres dans le détail, c’est que, en tout cas selon moi, il n’y a pas de véritables cases bien rangées et définies ; ce ne sont que des explications qu’on va créer après coup, parfois de manière purement marketing, pour ranger tout ça. De nombreux romans, selon quel « spécialiste » les regarde, pourraient bien être classé ici ou là. (Après voilà, je suis assez indifférente aux classements ultra précis et rigoureux de certains Laughing - qui sont de toute façon toujours critiqués par d’autres.)
Je pense que l'auteur qui coche toutes les cases et uniquement les cases de son style, risque de tomber dans un tissu de clichés.

Page de Bâtons a écrit:
Aussi, pour la distinction anticipation/SF/dystopie, parfois je trouve que « anticipation » c’est le mot qu’on va utiliser pour de la SF afin de la rendre plus sexy pour le public non adepte de la SFFF, à qui l’étiquette « SF » pourrait faire peur. Donc ça brouille d’autant plus les pistes…
100%

Page de Bâtons a écrit:
(Ça me rappelle le Rayon Imaginaire de Hachette qui est ouvert à la fantasy, puis explique à une autrice aux speed dating des imaginales que non, en fait, c’est le réalisme magique qu’ils veulent… bref, tant d’interprétations personnelles que c’est compliqué de se retrouver.)
Difficile pour les auteurs de suivre la ligne éditoriale dans cette situation. Je suis encore sidéré de certains (dys)fonctionnements du monde de l'édition.
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  172
   Âge  :  36
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Tycho l'homoncule


Salut,

Pour compléter les propos des autres, on pourrait aussi dire que Werber écrit de l'anticipation à tendance utopique, même si ce n'est pas toujours très clair. Il y a régulièrement dans ses romans un côté "moi contre le reste du monde" où les utopistes et les dystopistes s'affrontent dans un combat entre le bien et le mal.

Une dystopie pourrait exister sans anticipation (on peut citer dans ce cas les derniers tomes de Harry Potter, qui virent à une représentation un peu visible du nazisme).
Je ne rattacherais pas nécessairement la dystopie à la science-fiction, mais plutôt aux genres de l'imaginaire en général, en ce sens qu'il s'agit d'une organisation imaginaire et sombre de la société. Même s'il s'agit généralement de dénoncer des dérives déjà existantes sous le spectre de la fiction, ou des tendances un peu angoissantes du monde actuel, le côté "anticipation" ne fait pas réellement partie de la définition : la dystopie pourrait être créée dans un Etat actuel imaginaire, par exemple, dans du steampunk ou dans du medieval fantasy...

En revanche, je ne vois aucune différence entre "science-fiction" et "roman d'anticipation", si ce n'est peut-être un changement de terminologie liée à la période de l'écriture et aux supports de fiction possibles (on voit mal un film se catégoriser "roman d'anticipation" Wink)...
https://hortensemerisier.com/
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5043
   Âge  :  56
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


après quelque recherche, j'aurais plutôt dit que l'anticipation c'est pas forcément de la science fiction. et que la dystopie c'est la description d'une société qui n'est pas très très progressiste, donc si on peut considérer qu'il y a déjà des dystopies dans notre monde, alors ce n'est pas forcément de l'anticipation, sauf si effectivement on tient absolument que cela soit une fiction.

En fait de ma compréhension dès que ça place une histoire dans notre future alors c'est de l'anticipation, et peu importe de quoi ça traite. (on donne l'exemple des frères Pétards comme de l'anticipation), par contre ça me parait plus dure de dire que Stars War c'est de l'anticipation (si on considère que c'est tout de même très compliqué d'imaginer cette histoire comme pouvant appartenir à notre future, déjà on n'y observe pas le paradoxe de Fermi). Alors que Fahrenheit 451, ça parait plus être crédible de le qualifier d'anticipation.
https://julesallea92.wixsite.com/image En ligne
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1019
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Effleure du mal


Souvent les férus de littérature blanche parlent d'"anticipation" pour les livres qu'ils apprécient, pour éviter le terme honni de "science fiction". Exemple typique : "L'Anomalie" et "Auprès de moi toujours", qui en tant que livres de SF ayant valu à leurs auteurs respectifs un Goncourt et un Nobel, se voient qualifiés de roman d'anticipation.

Et inversement, les fans de SF les plus pédants diront "ce livre ce n'est pas vraiment de la SF, plutôt de l'anticipation disons".

C'est juste du gatekeeping de deux mondes qui se méprisent mutuellement.
https://fabiendelorme.fr
 
Mavis Gary
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3490
   Âge  :  35
   Pensée du jour  :  LOVE
   Date d'inscription  :  24/03/2019
    
                         
Mavis Gary  /  Didon de la farce


C'était beaucoup plus simple dans ma tête avant de lire toutes vos réponses Laughing


santa Vice-présidente du NéouFanClub rendeer
(Ne fait pas grand-chose à part son petit chef)
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5043
   Âge  :  56
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Du reste c'est marrant (ou pas) , mais par définition, du space opera ça ne peut pas être de l'anticipation. Car si l'anticipation est sensée décrire notre future (lointain ou proche), et comme le space opera ça n'est jamais crédible (par rapport à ce que l'on connait de l'univers et de ses lois, par exemple, des vaisseaux spatiaux calqués sur les plans de navire naviguant sur les océans avec gravité au planché, ou univers et galaxie surpeuplés de civilisation, et je t'en passe et des meilleurs). Je pense que  l'on peut dire que "2001odyssey de l'espace" s'efforce à être de l'anticipation (enfin tant qu'on le considérait avant 2001...) en plus d'être de la SF, pareil pour "Contact" (et le fait que dans les deux cas les scénaristes sont des scientifiques ou possèdent une base sérieuse dans le domaine y est sûrement pour quelque chose), alors que Star Trek, même avec la meilleures volonté du monde, ne peut pas être qualifié d'anticipation.
https://julesallea92.wixsite.com/image En ligne
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3263
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Mavis Gary a écrit:
C'était beaucoup plus simple dans ma tête avant de lire toutes vos réponses Laughing

J'avoue que j'ai pas tout lu, mais c'est pas que anticipation c'est un futur plausible, et dystopie c'est une société malveillante ?

Ainsi, un roman d'anticipation peut être une dystopie (1984) mais ça pourrait aussi être une utopie (insérer ici un roman optimiste).
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1916
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Six-Cent-Team


Voilà ce que m'a répondu Mnemos quand je leur ai demandé ce qu'était de l'anticipation pour eux :
"l’anticipation, c’est se servir de notre monde d’aujourd’hui pour imaginer un futur proche ou lointain."
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5043
   Âge  :  56
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


hodobema a écrit:
Voilà ce que m'a répondu Mnemos quand je leur ai demandé ce qu'était de l'anticipation pour eux :
"l’anticipation, c’est se servir de notre monde d’aujourd’hui pour imaginer un futur proche ou lointain."
oui ça me plait bien comme définition.
https://julesallea92.wixsite.com/image En ligne
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Différence entre un roman d'anticipation et une dystopie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-