PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

Partagez
 

 Climax : Comment le gérer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Nicola
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  Une infirmière m'a dit un jour: "Je panse donc j'essuie"
   Date d'inscription  :  14/05/2020
    
                         
Nicola  /  Clochard céleste


Bonjour à toutes et à tous !

Je croyais avoir fini d'écrire mon roman, jusqu'à ce que je réalise que le climax ne me plaisait pas.

J'aimerais donc avoir votre avis sur les façons les plus fructueuses de gérer son climax. En quelques questions :
- le climax doit-il se dérouler d'une seule traite (pas de temps mort ni d'ellipse entre son début et sa fin) ?
- combien de temps doit durer le climax, proportionnellement à la longueur du roman ?
- le climax doit-il avoir un "climax du climax", c'est-à-dire un moment précis où tout se concentre ? Ou peut-être plus diffus, avec certains problèmes qui trouvent une solution en début de climax et d'autres en fin de climax ?

Pour vous éclairer sur mes interrogations, voici ce qui me gêne dans mon climax actuel : il se déroule en plusieurs temps.
Chapitres 43 et 44, scène d'action pendant laquelle Thomas règle son problème interne en dépassant enfin ses peurs pour sauver Camille. Cette scène est la plus épique du roman, alors qu'elle intervient en début de climax.
Chapitre 45, dialogue entre Thomas et Camille permettant à cette dernière de régler son problème interne et son problème externe (Thomas), ça se passe la nuit suivant la scène d'action.
Chapitre 46, scène d'action qui voit Thomas, Camille et leur ami Teksilon fausser compagnie à leurs maîtres, délier leurs chaînes dans une forge (Teksilon est un ancien forgeron) et libérer une autre esclave, Appia, qui n'est autre que la principale antagoniste.
Chapitre 47, dialogue entre Camille, Thomas et Appia, qui permet de régler les problèmes soulevés par elle (on comprend son passé, les raisons pour lesquelles elle s'est dressée contre Thomas et Camille, et ils se réconcilient). Les chapitres 46 et 47 ont lieu la nuit d'après, il y a donc une ellipse d'une journée.

Je vous remercie pour vos éclairages Very Happy

Bonne journée,

-Nicola Parchemin

 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1764
   Âge  :  39
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Collectionneur de Red Flags
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Fiancée roide


Salut !

Je pense que n'importe quel type de climax peut fonctionner, tant qu'il est bien foutu :mrgreen:
Voilà, c'était la contribution qui enfonce le plus de portes ouvertes au monde ^^

Mais en vrai, ton climax peut durer autant de temps que tu veux, tant que tu gères la tension comme il faut. Je ne vois rien non plus contre le fait de le déployer en plusieurs phases intenses, entrecoupées de moments plus calmes pour faire monter l'angoisse ou autre. Bon, peut-être pas le faire traîner sur le roman entier non plus, quoi. Mais tu vois l'idée.
Et un climax dans le climax, pourquoi pas si ça envoie du lourd.

Bon, je ne pense pas t'avoir aidé des masses, mais en gros, fais comme tu le sens. Le mieux serait que tu publies le roman en question sur le forum (si ce n'est pas déjà fait), et que tu auras le ressenti des lecteurs pour peaufiner ton climax.
 
Fred Dee
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  652
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  04/04/2022
    
                         
Fred Dee  /  Hé ! Makarénine


Comme ça, difficile à dire sans l'avoir sous les yeux parce que, comme dit Paulemile, tant que c'est bien géré, bien rythmé, bien écrit, tu peux le construire comme tu veux. S'il y avait une recette simple à appliquer, on laisserait le boulot à ChatGPT... Si toi-même tu as besoin de le retravailler, tu sais que ce n'est pas encore ça. Il faut se placer comme lecteur face à cette scène.

Et c'est là qu'intervient mon conseil : laisse de la place au lecteur. Normalement, quand tu arrives au climax, tous les éléments que tu as inséré dans ton récit se mettent en place pour converger vers ce moment de tension. Là, le lecteur va tous les reconnaitre sans que tu lui expliques pourquoi ça va bien ensemble à ce moment-là. Tu peux ne pas tout détailler car l'imagination du lecteur va faire tout le reste et tu vas pouvoir te concentrer sur l'action. Les dialogues n'auront pas besoin d'être trop long, pas besoin de longues tirades pour comprendre et le lecteur va lire ça d'une traite et si ça se passe bien, il aura retenu sa respiration tout le long et sortira de ce moment avec une grande expiration, un grand ouf !

Voilà, bonne chance. Smile
 
Nicola
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  Une infirmière m'a dit un jour: "Je panse donc j'essuie"
   Date d'inscription  :  14/05/2020
    
                         
Nicola  /  Clochard céleste


Bonjour,

Je vous remercie pour vos retours !

PaulEmile, au contraire ton message m'a bien aidé, ça m'a permis de dédramatiser les aspects les plus théoriques du climax, pour me refocaliser sur ce qui compte : la tension.

Fred Dee, merci également de me rappeler qu'il n'y a pas besoin de tenir le lecteur par la main tout du long. J'ai tendance à l'oublier.

Je serai ravi de vous partager des pans de mon roman, mais pour le moment mon activité sur le forum ne m'y autorise pas (il faut avoir publié au moins cent commentaires je crois).

Bonne journée !
 
Talisman
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  407
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  19/02/2023
    
                         
Talisman  /  Pour qui sonne Lestat


Salut Nicola !

Je suis complètement d'accord avec ce qui a déjà été dit ! Pas de recette miracle, pas non plus de grande théorie à mon avis. Juste un conseil : perso je trouve qu'un climax, c'est quand l'auteur est en climax ^^ Quand tu ne peux plus lâcher le clavier, que tu attends ce moment depuis le début du roman, que tu l'as imaginé dix fois, déjà pensé les mots dans ta tête, que toi tu es à fond. Alors ce sera un climax réussi je pense :-)
En tout cas c'est ma vision des choses !

Pour ce qui est de partager des pans de ton roman : tu peux tout à fait déjà nous montrer des bouts de ton roman, de plusieurs façons !
:
- tu postes ton roman petit à petit, en petit morceau sur la partie "Romans". On pourra te faire des commentaires, mais faudra attendre un bout de temps avant d'arriver au climax ! Pas besoin d'avoir un certain nombre de messages :-)
- tu fais une demande dans la partie ateliers de correction, tu peux cibler les chapitres qui te posent soucis
- tu attends 100 messages pour demander une béta-lecture complète

A bientôt !
http://www.soufflemots.com
 
Pioupiou
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  157
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  toujours vers l'avant et qui m'aime me suive houp houp
   Date d'inscription  :  24/05/2014
    
                         
Pioupiou  /  Tycho l'homoncule


Salut Nico,

Un avis en passant : si le climax est censé incarner le point culminant du récit en termes de tension, je pense qu'il est pas mal de conserver une logique de progression de la tension au sein même du climax.

Ce que je veux dire par là, c'est que si ton climax débute par une scène dont la tension est plus, voire beaucoup plus forte que les scènes suivantes, le suite du climax risque de susciter chez ton lecteur un sentiment de désescalade qui est davantage celui qu'on veut véhiculer lors de la résolution de l'histoire (habituellement). D'où la potentielle sensation d'un climax version sprinteur asthmatique.

Tu pourrais peut-être essayer de conserver une logique de progression de la tension au sein de ton climax, ou à tout le moins un niveau de tension égal (plus facile à dire qu'à faire) pour voir si ça fonctionne mieux.
https://www.jeunesecrivains.com/t36263-pioupiou-le-roi-du-
 
Lilia
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  298
   Âge  :  33
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Autostoppeur galactique


Je n'aime pas les "il faut" et "on doit", mais je suis d'accord avec Pioupiou dans l'idée que climax étant la seule culminante, il est préférable de monter en tension. Si ton climax débute par la plus épique, tout ce qui va se passer par la suite va se retrouver fade.
Je l'ai constaté en BL une copine. Elle commençait sa fin par une scène très épique que j'ai considéré comme le climax. Et après une très légère pause, ça continuait par une seconde scène d'action, de moindre importance. Eh bien ça sonnait comme une fausse note, quelque chose qui n'est pas tout à fait en raccord.

Pour autant, ça ne veut pas dire que tout est résolu au même moment. Il peux y avoir des résolutions un peu après le climax, pendant la "conclusion" (sans trop tarder à conclure), et il peut y en avoir un peu avant (sans trop alléger la tension qui repose sur le héros non plus).


Toujours en considérant qu'il n'y a pas de règle absolue, j'ajouterai ceci :

Sinon, pour les climax, je dirais qu'en effet, je ne suis pas trop pour les ellipses et les temps morts, parce qu'un climax, parce qu'un climax, c'est le summum de la tension, du conflit, et le temps mort tue la tension. Je rappelle qu'en anglais, le climax, c'est aussi l'orgasme. Et pas de temps mort, pas d'ellipse où il ne se passe rien pendant un orgasme.
L'ellipse, ça dépend, une ellipse de 3 mois, oui, pour moi, ça tue la tension. Si c'est une ellipse très courte, pour éviter de raconter une partie un peu chiante, genre le héros va à l'armurerie chercher des armes, bah, pas de soucis.

Pour ce qui est de la durée, comme c'est le point culminant, il doit être assez long, assez marquant. Je dirais minimum dans les 5% du total. En revanche, comme le climax est une forte tension et que toute tension ne se ressent que par contraste, il vaudrait mieux éviter d'être trop long pour que ce contraste se fasse ressentir. Perso, je pense que 10% est une moyenne maximum. Mais évidemment, ça dépend de ce qu'on inclus dans le moment "climax".

Personnellement, j'ai deux "techniques" pour mes climax.

1. Je les fais précéder d'un moment calme, pour que l'on ressente vraiment le contraste avec le chapitre d'avant
2. Mes climax sont souvent en deux étapes. Basiquement, le héros essaie et échoue. Echec de très brève durée Puis le héros comprends un truc (que j'ai préparé soigneusement) et réussi.

Mais ça, ce ne sont que des astuces très personnelles, évidemment.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Climax : Comment le gérer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-