PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -16%
Lave-vaisselle tout intégrable BOSCH SMV2ITX18E ...
Voir le deal
376 €

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Travail éditorial avec un éditeur également auteur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


Désolée, j'ai cherché des posts sur ce sujets sur le forum, mais je n'ai pas trouvé... C'est peut-être un doublon.

Une ME est intéressée par mon livre, mais l'éditrice est la principale autrice de sa structure...
J'ai du mal avec ce principe, car dans les faits, cette personne n'a peut-être aucun retour sur ses propres ouvrages. Elle m'a fait des remarques, demandé des changements, mais comme je ne suis moi-même pas très fan de ses livres, je ne peux pas m'empêcher de m'interroger sur sa légitimité...
Elle est prête à beaucoup bosser avec moi, car mon livre nécessite pas mal de travail, mais comment être sûr que les propositions seront justes ?

 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  124
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Je déplace dans la section Édition et Autopublication.
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Ça ne va pas t'aider et c'est sans doute un préjugé de ma part, mais je ne signerais pas avec une ME dont l'éditrice est l'autrice principale.
Ça veut dire qu'elle s'auto-édite, qu'elle est seule juge et parti, et que ses propres bouquins...seront toujours sa priorité (et c'est bien naturel).

Tu n'es donc pas sur un pied d'egalité avec les autres auteur·ices, je suis intimement convaincue qu'elle n'investira pas autant sur toi que sur elle-même.

Le dernier exemple en date, c'est un ami qui a signé dans une ME (appelons la "Editions pouet pouet"). petite structure, contrat à compte d'éditeur mais en PoD uniquement. Le genre qu'on croise souvent.
Leur compte instagram est rempli à 80% des photos du même bouquin et... du même mec.
Les carroussels sur instagram, c'est toujours les 5 même titres (et jamais celui de mon pote). Je lui en parle poliment, il me répond "c'est l'éditeur lui-même".
En fait le mec a créé une structure pour ses propres livres, il a signé quelques auteurs parce que pourquoi pas, sur un malentendu ça peut marcher... mais 80% de la communication de la structure, c'est lui lui et re-lui.
Quand mon pote a posé la question, "pourquoi mon livre n'est-il pas mis en avant dans telle publication alors qu'il est sorti il y a moins d'un mois" on lui a répondu sêchement que "c'est quoi ces sous entendus", que son livre était traité avec le même soin que les autres et qu'on n'appréciait pas ce genre d'accusation.

Bref, pour moi c'est un plan foireux et ça fait partie des cas de figure où on est "mal édité".
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


Voilà, tu pointes totalement du doigt ce que je crains...
Le truc a l'air tout petit, pas de tirages de départ, on me dit que le comité de lecture a aimé, mais je doute même de son existence... 90 % des bouquins sont à l'éditrice, dont ce n'est pas le métier à l'origine.
Le contact est bien passé, mais je ne peux pas m'empêcher d'osciller entre l'envie d'être éditée ( pour bénéficier d'un historique) et celui d'attendre un peu...
 
@now@n
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2036
   Âge  :  33
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Personne n'a posé la question, mais juste au cas où quelqu'un se poserait la question (on a "Jeunes" dans le nom du forum) : les personnes qui travaillent dans des "plus grosses maisons" que la structure dont nous parle LaurieAntoine et qui sont aussi écrivaines vont avoir tendance à se faire éditer dans d'autres maisons que la leur, voire sous pseudonyme. Ou, éventuellement, à mettre en pause leur activité littéraire le temps de leur activité éditoriale.
Évidemment on peut se poser la question de si c'est un système parfait - est-ce qu'il n'y a pas du copinage, est-ce que le manuscrit de l'auteur-éditeur d'une autre maison ne passe pas devant le manuscrit d'un auteur-inconnu - mais c'est toujours mieux que de s'auto-éditer en se cachant derrière le fait qu'on édite d'autres gens pour faire passer ça pour de l'édition traditionnelle.


Travail éditorial avec un éditeur également auteur... P1000410Travail éditorial avec un éditeur également auteur... P1000310Travail éditorial avec un éditeur également auteur... Photoc10Travail éditorial avec un éditeur également auteur... Citoye10Travail éditorial avec un éditeur également auteur... Couver10
http://anowan.blogspot.com/
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


@now@n a écrit:
Personne n'a posé la question, mais juste au cas où quelqu'un se poserait la question (on a "Jeunes" dans le nom du forum) : les personnes qui travaillent dans des "plus grosses maisons" que la structure dont nous parle LaurieAntoine et qui sont aussi écrivaines vont avoir tendance à se faire éditer dans d'autres maisons que la leur, voire sous pseudonyme. Ou, éventuellement, à mettre en pause leur activité littéraire le temps de leur activité éditoriale.
Évidemment on peut se poser la question de si c'est un système parfait - est-ce qu'il n'y a pas du copinage, est-ce que le manuscrit de l'auteur-éditeur d'une autre maison ne passe pas devant le manuscrit d'un auteur-inconnu - mais c'est toujours mieux que de s'auto-éditer en se cachant derrière le fait qu'on édite d'autres gens pour faire passer ça pour de l'édition traditionnelle.

J'ai fait des recherches, je n'ai rien trouvé sous d'autres noms. Sans compter que ses ouvrages sont clairement mis en valeur sur leur site ou insta.
Après, qu'on utilise ses relations pour proposer ses livres à d'autres ME, ça me semble assez logique. Je ne vois pas une ME accepter de publier quelqu'un juste pour lui faire plaisir.
 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  482
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Pour qui sonne Lestat


Je pense qu'il y a deux points différents dans la question :

- Est-ce qu'une ME créée principalement pour auto-éditer les ouvrages de l'éditeur est sérieuse ?

J'aurais tendance à répondre comme Elopez : il y a un risque de favoritisme des livres en question et ceux des autres auteurs sont un peu là surtout pour étoffer le catalogue mais sans trop de prise de risque.
Ça peut aussi souvent être le signe de structures marquées par un certain amateurisme, dont le modèle économique n'a pas toujours été bien réfléchi, mais qui sont davantage nées d'une frustration "ah ben personne veut m'éditer, je vais le faire moi-même et, tiens, je vais même éditer d'autres auteurs". Les autres auteurs en question servent alors un peu de caution littéraire au fondateur qui s'auto-édite.

Après, il y a toujours des exceptions : NRF est fondée par Gallimard, Gide et Schlumberger, les deux derniers y publiant leurs ouvrages. Les Éditions de Minuit sont fondées par Vercors pour y publier Le Silence de la mer. (Bon, cas particulier, hein, c'est un résistant et il publie ça en 1942, forcément, il fallait que ça se fasse clandestinement.)
Plus proche de nous, La Volte n'est pas fondée par Damasio, mais "avec ses encouragements" nous dit Wikipédia, spécifiquement pour y publier La Horde.

- Est-ce qu'un "mauvais" auteur (en tout cas un auteur dont tu n'apprécies pas les livres) peut faire un bon travail en tant que directeur éditorial ?

Ben... ça dépend.
Si les livres de la personne sont "objectivement" mauvais (et c'est toujours très difficile d'être objectif là-dessus), c'est-à-dire que rien n'est aux standards en terme de cohérence de l'intrigue, développement des personnages, maîtrise de la narration, style, etc. c'est quand même un signe que la personne n'a pas tout à fait les compétences pour diriger le roman de quelqu'un d'autre.

Pour autant, la première qualité d'un.e bon.ne directeur.ice éditorial.e, c'est pas d'être un.e bon.ne auteur.ice mais... de savoir diriger l'ouvrage de quelqu'un d'autre.
Pour donner un autre exemple, une personne dont c'est la seconde langue et qui fait quelques fautes de grammaire et prononciation peut malgré tout être meilleur prof de langue qu'un locuteur natif : le plus important, c'est la pédagogie et le fait de savoir comment expliquer les difficultés de la langue, ce qu'un locuteur natif non formé pour être prof, juste parce qu'il parle cette langue instinctivement, ne saura pas faire.

Donc quelqu'un peut très bien ne pas être super doué pour écrire un roman soi-même, mais être tout à fait pertinent pour soulever ce qui ne va pas dans l'intrigue de quelqu'un d'autre et l'aider à l'améliorer.

Et à l'inverse, quelqu'un peut être un excellent auteur et un directeur éditorial désastreux.
Un bon directeur éditorial doit faire la différence entre "retravailler le roman pour l'amener à sa meilleure version possible" et "réécrire le texte pour qu'il soit comme moi je l'aurais écrit si c'était mon roman." Or, plus la personne aura développé sa propre voix narrative, plus ça va être difficile de l'effacer pour ne pas étouffer la voix de l'auteur qu'elle dirige.
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


Verowyn a écrit:
Je pense qu'il y a deux points différents dans la question :

- Est-ce qu'une ME créée principalement pour auto-éditer les ouvrages de l'éditeur est sérieuse ?

J'aurais tendance à répondre comme Elopez : il y a un risque de favoritisme des livres en question et ceux des autres auteurs sont un peu là surtout pour étoffer le catalogue mais sans trop de prise de risque.
Ça peut aussi souvent être le signe de structures marquées par un certain amateurisme, dont le modèle économique n'a pas toujours été bien réfléchi, mais qui sont davantage nées d'une frustration "ah ben personne veut m'éditer, je vais le faire moi-même et, tiens, je vais même éditer d'autres auteurs". Les autres auteurs en question servent alors un peu de caution littéraire au fondateur qui s'auto-édite.

Après, il y a toujours des exceptions : NRF est fondée par Gallimard, Gide et Schlumberger, les deux derniers y publiant leurs ouvrages. Les Éditions de Minuit sont fondées par Vercors pour y publier Le Silence de la mer. (Bon, cas particulier, hein, c'est un résistant et il publie ça en 1942, forcément, il fallait que ça se fasse clandestinement.)
Plus proche de nous, La Volte n'est pas fondée par Damasio, mais "avec ses encouragements" nous dit Wikipédia, spécifiquement pour y publier La Horde.

- Est-ce qu'un "mauvais" auteur (en tout cas un auteur dont tu n'apprécies pas les livres) peut faire un bon travail en tant que directeur éditorial ?

Ben... ça dépend.
Si les livres de la personne sont "objectivement" mauvais (et c'est toujours très difficile d'être objectif là-dessus), c'est-à-dire que rien n'est aux standards en terme de cohérence de l'intrigue, développement des personnages, maîtrise de la narration, style, etc. c'est quand même un signe que la personne n'a pas tout à fait les compétences pour diriger le roman de quelqu'un d'autre.

Pour autant, la première qualité d'un.e bon.ne directeur.ice éditorial.e, c'est pas d'être un.e bon.ne auteur.ice mais... de savoir diriger l'ouvrage de quelqu'un d'autre.
Pour donner un autre exemple, une personne dont c'est la seconde langue et qui fait quelques fautes de grammaire et prononciation peut malgré tout être meilleur prof de langue qu'un locuteur natif : le plus important, c'est la pédagogie et le fait de savoir comment expliquer les difficultés de la langue, ce qu'un locuteur natif non formé pour être prof, juste parce qu'il parle cette langue instinctivement, ne saura pas faire.

Donc quelqu'un peut très bien ne pas être super doué pour écrire un roman soi-même, mais être tout à fait pertinent pour soulever ce qui ne va pas dans l'intrigue de quelqu'un d'autre et l'aider à l'améliorer.

Et à l'inverse, quelqu'un peut être un excellent auteur et un directeur éditorial désastreux.
Un bon directeur éditorial doit faire la différence entre "retravailler le roman pour l'amener à sa meilleure version possible" et "réécrire le texte pour qu'il soit comme moi je l'aurais écrit si c'était mon roman." Or, plus la personne aura développé sa propre voix narrative, plus ça va être difficile de l'effacer pour ne pas étouffer la voix de l'auteur qu'elle dirige.

Merci pour ton retour.
Là où je suis partagée, c'est que l'éditrice semble avoir envie de travailler avec moi à l'amélioration de mon manuscrit. Ce qui est très intéressant.
Mais la ME repose uniquement sur ses ouvrages, qui appartiennent au même registre que le mien.
Effectivement, je m'interroge aussi que le manque d'expérience, l'amateurisme... Et très sincèrement, je m'interroge aussi sur la valeur de mon histoire. Est-ce qu'elle les intéresse parce qu'elle est chouette ou parce qu'ils manquent d'expérience ?
 
Jimilie Croquette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3006
   Âge  :  42
   Localisation  :  Région Parisienne
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
Jimilie Croquette  /  De l'Importance d'être Constamment Là


Dans ce cas, donne toi du temps.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


elopez7228 a écrit:
Dans ce cas, donne toi du temps.
Effectivement, je vais refuser et me laisser du temps pour trouver quelqu'un avec qui je me sens à l'aise !
 
CalédoniaRob
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  42
   Localisation  :  La Paz Bolivie
   Date d'inscription  :  21/01/2022
    
                         
CalédoniaRob  /  Effleure du mal


Moi personnellement je n’ai aucune légitimité pour répondre à cette question mais je donnerai quand même mon avis 😄 J’ai l’impression que tous les éditeurs sont subjectifs et que chaque éditeur retravaillera ton histoire à sa façon sauf que tu n’auras pas pu savoir s’il était légitime ou pas vu que tu n’auras pas lu leurs livres vu qu’ils n’en écrivent pas. Moi j’ai étudié le cinéma et si on se basait à l’époque sur les films des profs pour se dirent qu’on allait apprendre qq chose 😄😄😄 looool
L’idée d’un prof c’est une personne qui a un peu plus réfléchit que nous sur un sujet qu’elle maitrise mieux, j’imagine que c’est pareil pour une éditrice. Même si ce qu’elle fait elle ne te paraît pas ouf, elle ne peut pas avoir de recul dessus vu qu’elle l’a écrit seule, elle aura probablement plus réfléchit à l’édition, à ce qui fonctionne chez les autres. Après sans aller aussi loin, et sans être éditeur, il suffit d’aller sur JE pour lire les textes des autres et ça nous saute aux yeux ce qui ne fonctionne pas, alors qu’on est incapable de le voir dans notre propre texte à nous.
J’ajouterai qu’une petite ME c’est un pari pour l’avenir, elle peut grossir, ou pas.
Après je donnerai un exemple, j’avais lu que l’éditeur d’actes sud avait contacté un auteur suite à son manuscrit et lui avait dit qu’il le signait s’il enlevait sa fin fantastique. L’autre a dit non, il a signé ailleurs, c’est devenu un best seller en gardant sa fin fantastique.
Quand l’éditeur d’actes sud est interrogé par les journalistes il campe sur ses positions et dit que il aurait dû malgré tout enlever sa fin fantastique 🤔
Tout ça pour dire que chaque éditeur selon moi est empreint de sa propre subjectivité et aucun éditeur n’est parfait même si sa grosse structure le laisserait penser, c’est très subjectif.
Mais en lisant tous tes différents topics dans le fond tu as l’air hyper réticente, depuis le début, avec cette ME, c’est peut être un signe après tout ? Si tu ne le sens pas, tu ne le sens pas ?
La décision t’appartient 🙂
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


CalédoniaRob a écrit:
Moi personnellement je n’ai aucune légitimité pour répondre à cette question mais je donnerai quand même mon avis 😄 J’ai l’impression que tous les éditeurs sont subjectifs et que chaque éditeur retravaillera ton histoire à sa façon sauf que tu n’auras pas pu savoir s’il était légitime ou pas vu que tu n’auras pas lu leurs livres vu qu’ils n’en écrivent pas. Moi j’ai étudié le cinéma et si on se basait à l’époque sur les films des profs pour se dirent qu’on allait apprendre qq chose 😄😄😄 looool
L’idée d’un prof c’est une personne qui a un peu plus réfléchit que nous sur un sujet qu’elle maitrise mieux, j’imagine que c’est pareil pour une éditrice. Même si ce qu’elle fait elle ne te paraît pas ouf, elle ne peut pas avoir de recul dessus vu qu’elle l’a écrit seule, elle aura probablement plus réfléchit à l’édition, à ce qui fonctionne chez les autres. Après sans aller aussi loin, et sans être éditeur, il suffit d’aller sur JE pour lire les textes des autres et ça nous saute aux yeux ce qui ne fonctionne pas, alors qu’on est incapable de le voir dans notre propre texte à nous.
J’ajouterai qu’une petite ME c’est un pari pour l’avenir, elle peut grossir, ou pas.
Après je donnerai un exemple, j’avais lu que l’éditeur d’actes sud avait contacté un auteur suite à son manuscrit et lui avait dit qu’il le signait s’il enlevait sa fin fantastique. L’autre a dit non, il a signé ailleurs, c’est devenu un best seller en gardant sa fin fantastique.
Quand l’éditeur d’actes sud est interrogé par les journalistes il campe sur ses positions et dit que il aurait dû malgré tout enlever sa fin fantastique 🤔
Tout ça pour dire que chaque éditeur selon moi est empreint de sa propre subjectivité et aucun éditeur n’est parfait même si sa grosse structure le laisserait penser, c’est très subjectif.
Mais en lisant tous tes différents topics dans le fond tu as l’air hyper réticente, depuis le début, avec cette ME, c’est peut être un signe après tout ? Si tu ne le sens pas, tu ne le sens pas ?
La décision t’appartient 🙂

Oui tu as raison ! Je suis moi-même prof, et j'ai toujours plus de facilité à aider les élèves dans leurs écrits qu'à le faire pour moi-même !
En fait comme c'est la première réponse, c'est compliqué de savoir ce qui relève de l'hésitation légitime ou pas. On est tellement reconnaissant quand quelqu'un nous dit qu'on a fait du bon boulot ! On a l'air d'un ingrat quand on refuse... Un peu comme l'expression " à cheval donné on ne regarde pas les dents " Smile Mais oui, j'ai un doute depuis le début ( en plus y'avait des fautes dans le mail avec le contrat Embarassed )
 
CalédoniaRob
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  42
   Localisation  :  La Paz Bolivie
   Date d'inscription  :  21/01/2022
    
                         
CalédoniaRob  /  Effleure du mal


moi je te dirais juste, j’espère que tu ne te retrouveras pas le bec dans l’eau après, ce que certains JE ont fait c’est qu’ils ont écrit aux autres ME en attente et dit, j’ai une ME qui veut me signer mais j’aurais préféré que ça soit vous, êtes vous intéressé par mon roman ? Et apparemment ça les faisaient le lire et réagir plus vite.
 
LaurieAntoine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  423
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
LaurieAntoine  /  Pour qui sonne Lestat


CalédoniaRob a écrit:
moi je te dirais juste, j’espère que tu ne te retrouveras pas le bec dans l’eau après, ce que certains JE ont fait c’est qu’ils ont écrit aux autres ME en attente et dit, j’ai une ME qui veut me signer mais j’aurais préféré que ça soit vous, êtes vous intéressé par mon roman ? Et apparemment ça les faisaient le lire et réagir plus vite.
Oui c'est une bonne idée ! Very Happy
Après tout ceci révèle peut-être que je ne suis pas prête à être éditée. Il faut sans doute que je sois plus sûre de ce que j'écris pour être dans une position moins " dominée " !
 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  482
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Pour qui sonne Lestat


Sur le fait de se retrouver le bec dans l'eau après, je pense sincèrement qu'il vaut mieux ne pas être éditée qu'être mal éditée. (Je ne dis pas que ça serait le cas avec cette ME, hein.)

Je pense qu'une bonne façon de répondre à la question c'est : est-ce que tu serais fière de montrer un livre paru chez eux à tes proches ou est-ce que tu auras toujours un peu de réticence "bon, la couverture, c'est pas trop mon style, mais...". "Bon, il y a des fautes d'orthographe sur le site de la ME, je leur ai signalé mais ils n'ont pas encore réagi." etc.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Travail éditorial avec un éditeur également auteur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-