PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-14%
Le deal à ne pas rater :
Brandt BXP5560X – Four électrique encastrable 73 L, Classe A+
299.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Est-ce que ça vaut la peine de continuer?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
l'AèdeAveugle
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  26
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  30/10/2022
    
                         
l'AèdeAveugle  /  Petit chose


Salut,

Depuis mon enfance j'ai toujours rêvé d'écrire des livres et pendant ma vie j'ai réussi à finir plusieurs livres, même si je pense qu'un seul est digne d'être publié. Frustré par le total désintérêt démontré par les maisons d'édition et agents littéraires, j'ai décidé à la fin de l'année dernière de commencer l'écriture d'un nouveau livre, essayant de mélanger deux de mes grandes passions: la poésie homérique et la fantasy de Tolkien. Mon idée était d'écrire une grande épopée qui se passait dans un monde imaginaire inspiré par l'âge de bronze (pour sortir un peu du cliché fantastique médiéval), et essayer d'imiter le style d'Homère.

Hélas, quelques mois après le début de l'écriture, j'ai de plus en plus mal à continuer. Je crains  qu'encore une fois personne s'intéressera a cette histoire écrit d'une façon si différente de tous les autres romans fantastiques, je crains aussi avoir été trop ambitieux. Bref, je me pose la question si ça veut la peine de continuer? Vous pensiez quoi?

Note, si vous voulez lire un passage de mon livre pour mieux comprendre ce que je veux dire avec "un style d'écriture très différent" voici un passage, cependant je dois avertir que c'est une première version et je ne veux même pas imaginer les fautes d'orthographe/syntaxe qui se trouvent;  

Spoiler:
 
Melmoth
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  27
   Âge  :  19
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  26/12/2022
    
                         
Melmoth  /  Petit chose


Coucou !
Je pense que tu n'as pas à te forcer à écrire une histoire si elle ne te plaît pas. Seulement, j'ai l'impression que ce qui te bloque, c'est plus la peur que les gens ne lisent pas ou du moins n'apprécient pas ton histoire. Seulement, ce n'est que mon avis mais je pense qu'on écrit pour soi avant d'écrire pour les autres : même si on peut avoir des objectifs derrière la tête, la peur du fait que les autres n'apprécient pas ce qu'on écrit ne doit pas nous bloquer. Donc si tu as envie d'écrire cette histoire, à mon avis, écris-là. Et lorsqu'elle sera à peu près finie, tu pourras voir quoi en faire, peut-être montrer le texte dans son entièreté à des bêtas-lecteurs, etc.
Pour ton extrait, sans trop développer, je le trouve très original et j'aime ton style qui est très original. En effet, je pense n'avoir jamais vu quelque chose comme ça mais au vu de l'histoire, ça ne peut qu'être un atout ! Cet extrait me donne même envie d'en connaître plus sur l'histoire, et si tu cherchais des bêtas-lecteurs un jour, ça me ferait franchement plaisir d'être de la partie vu ce que tu m'as donné à lire c:
En bref, selon moi, si tu as envie d'écrire cette histoire, écris-là ! Surtout que tu trouveras toujours des lecteurs qui s'intéressent à ce que tu composes ! ^^

Edit : J'ajoute qu'il ne faut pas se fier à l'avis des ME car de nos jours, celles-ci ne sont pour la plupart plus là que dans un but commercial où le livre est un objet de consommation. Le style et l'originalité ne sont presque plus des critères à leurs yeux je pense...
 
Flora
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7260
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  10/04/2008
    
                         
Flora  /  Serial Constance killer


Côté lecture, je te conseille de passer par notre règlement Wink
https://www.jeunesecrivains.com/t56577-a-lire-les-regles-du-forum
En théorie, ton premier post devait être ta présentation dans la section du même nom Smile


Est-ce que ça vaut la peine de continuer? 60011Est-ce que ça vaut la peine de continuer? Bannie10
Participez au concours d'extraits 125
jusqu'au 13 avril, sur le thème Séparation !
Envie d'en savoir plus sur mes publications et mes projets ? Suivez le guide !
En cours sur JE : Le Renard et la Chouette
Mes lectures : Loupiote
 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  124
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Pas mieux que Flora, je verrouille le topic en attendant, je le rouvrirai quand tu auras fait ta présentation. Wink
 
Le Renard Rouge
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  457
   Âge  :  27
   Localisation  :  Reims
   Date d'inscription  :  29/12/2017
    
                         
Le Renard Rouge  /  Pour qui sonne Lestat


Coucou l'AèdeAveugle, je vais me permettre d'apporter mon grain de sel dans cette conversation.

Petite remarque :
MELMOTH a écrit:
J'ajoute qu'il ne faut pas se fier à l'avis des ME car de nos jours, celles-ci ne sont pour la plupart plus là que dans un but commercial où le livre est un objet de consommation. Le style et l'originalité ne sont presque plus des critères à leurs yeux je pense...

Les ME sont des entreprises. A partir du moment ou l'on se dirige vers elles, c'est que l'on souhaite faire commerce de ses œuvres.
Si l'on souhaite uniquement l'art pour l'art, il faut soit distribuer gratuitement ses œuvres sur internet, soit faire appel à des ME associatives dont l'objet est de promouvoir des formes d'écriture.
Mais si l'on souhaite faire commerce, il faut aussi voir le livre comme un produit qui doit répondre aux attentes d'un public.

L'AèdeAveugle as tu pensé à l'auto-édition ? Si tu roman est trop atypique pour les ME alors peut être est-ce la solution. Bien entendu cela voudrait dire que tu dois aussi prendre la casquette de "chef d'entreprise".

Il faut aussi que tu désignes quel est ton but dans l'écriture (en toute honnêteté) : écrire pour l'art ? écrire pour être lu ? écrire pour vendre un roman ?
 
Eden Memories
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  226
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  22/07/2014
    
                         
Eden Memories  /  Autostoppeur galactique


Hello,

Les refus des ME je crois qu'on connait tous ça, si ça peut te rassurer, renseigne toi sur les auteurs à succès ou classiques et le nombre de refus qu'ils ont essuyés. Sur la route de Dune contient quelques extraits des refus qu'à reçu son auteur, assez salés comparé à ce qu'on peut recevoir aujourd'hui. Pourtant Dune est un classique dont chaque adaptation est attendue au tournant, avec d’innombrables suites ! Il me semble que J.K. Rowling en a essuyé plein. Les seuls qui se voient offrir direct un oui positif c'est soit ceux qui ont de la chance, soit les perfectionnistes qui ne livrent leur roman qu'une fois qu'il est parfaitement corrigé, soit des gens déjà connu dont le seul nom fera vendre leur livre. Tous les autres doivent persévérer mais aussi peut-être retravailler leur livre en vu d'une édition car, oui ça reste un système commercial et surtout il faut penser au lecteur. Spielberg disait qu'il pensait en premier lieu au spectateur quand il travaillait, et on voit que ça lui a bien réussi. Ce qui n'exclu pas le paramètre chance évidemment.

En résumé je dirais que ton premier texte a soit pas été envoyé au bon éditeur, soit n'est pas assez finalisé pour une édition. Dans tous les cas, tu peux trouver ici de l'aide pour l'améliorer, le corriger et l'adresser aux bons éditeurs !

Pour ce qui est de ton second, les doutes c'est normal, on en éprouve tous. Ceux que tu décrit ressemble au syndrome de l'imposteur, je le vis sur chacun de mes textes. En général c'est vers le milieu, quand je n'ai plus l'excitation de me lancer dans le projet et pas encore celle d'achever le projet. Le milieu c'est souvent la zone "ventre mou" d'une oeuvre, j'en connais très peu n'en ayant pas, même dans des oeuvres reconnues et populaires. C'est du coup le moment parfait pour les doutes de s'insinuer. A ce moment là, j'ai le sentiment que ce que j'écris est nul, sert à rien, que de toute façon, ça intéresse personne, qu'aucun éditeur n'aura envie de lire ça, que c'est mauvais, que c'est illisible. En bref, c'est la même ritournelle pessimiste quoi. Et si ça peut te rassurer, on l'a tous éprouvé je pense. Pour passer outre, se rassurer en en parlant (comme tu le fais ici), ne pas relire ton texte (si t'es perfectionniste) ou au contraire le relire (si t'es capable de revivre le plaisir que tu as eu à l'écrire), tu peux aussi essayer de te souvenir de pourquoi en premier lieu tu voulais l'écrire ? En tout cas courage avec tout ça, c'est pas évident à dépasser mais tu vas y arriver !
 
Madra-Bhan
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  121
   Âge  :  30
   Localisation  :  L'ASTÉROÏDE B 612
   Pensée du jour  :  Soyons réaliste, faisons l'impossible
   Date d'inscription  :  28/06/2017
    
                         
Madra-Bhan  /  Barge de Radetzky


C’est la question qu’on se pose tous.

Toi seul en connais la réponse. Personne ne t’oblige à t’assoir devant ton pc ou ton cahier et à écrire. Il n’y a que toi, qui peux te contraindre à avancer. Avec un copain on se posait la question de savoir si l’écriture (l’art) était un travail, car le travail vient de la contrainte. Je pense que oui, car c’est nous même qui nous l’imposons cette contrainte, qui nous astreignons à travailler sur nos romans, sans la moindre rétribution.

La publication, on en est tous là. C’est la motivation suprême, très narcissique, il faut bien le reconnaitre. On entend souvent un auteur écrire pour être lu, pas pour avoir un bel objet dans les mains. Oui, mais cet objet avec mon nom écrit dessus c’est ce qui me permet de crier au monde entier, « je l’ai fait regarde ! » C’est encore mieux si vous le vendez en librairie. La publication en maison d’édition c’est aussi la validation d’un autre, et des lecteurs qui encensent ton travail, ça c’est le Saint-Graal.

Oui on en est tous là. On se trouve des justifications pour expliquer le refus d’un éditeur. On ne se connaît pas et j’ignore à quelle maison d’édition tu as envoyé ton livre. Mais c’est important de réfléchir d’où vienne le refus. Il peut venir des éditeurs, ne correspondant pas à leur ligne éditoriale. Si un récit de fantasy philosophique trouve plus facilement ça, place chez La Volte ou Albin Michel que c’est Bragelonne ou les Moutons électriques. Le souci peut aussi venir de ton texte. Il manque de maturité, il y a des passages inutiles où le lecteur ne comprend pas. Il faut aussi accepter cette critique. Le boulot de l’éditeur c’est de vendre des livres. Il faut aussi que son lectorat achète. Écrire une œuvre complexe ne veut pas dire produire un texte abscons, que toi seul es capable de comprendre. C’est la difficulté de l’écriture. Produire un texte compréhensible et perceptible. J’ai tenté de lire la Horde du Contrevent d’Alain Damasio, j’ai tenu cent pages avant de lâcher. Les logorrhées verbeuses et philosophiques ont fini par m’achever. Je connais des gens qui ont adoré. Soit ce livre n’est pas pour moi, mais il a trouvé son public et il est aujourd’hui une référence de la littérature française.

Damasio n’a pas su me parler, mais il la fait avec d’autres. C’est la même chose avec ton roman. Il faut trouver le bon éditeur. Le mieux, c’est de regarder ce qu’il publie et même de lire ses auteurs pour voir s’il pourrait être séduit par ton roman, de pousser au maximum ton texte avec l’aide de bêta-lecteur, d’accepter la critique, de le retravailler, en prenant en compte que l’éditeur fera de même avec ton roman, s’il l’accepte.

Je ne dis pas que c’est simple, je n’ai pas encore de texte assez bon pour tenter l’édition.

Mais tu es le seul à pouvoir faire en sorte que tes romans soient publiés. Personne ne le fera à ta place. C’est un choix à prendre, une décision à reprendre tous les jours, car même si tu arrives à publier ce roman-là, ça ne veut pas dire que le prochain sera publié. C’est tous les jours à refaire. C’est un combat contre soi même.

Bon courage, tous les auteurs, tous les artistes sont des Sisyphes.
https://www.wattpad.com/user/Elsa_Capdevila
 
Arno12
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  59
   Âge  :  51
   Localisation  :  12
   Pensée du jour  :  J'ai arrêté de penser ça fait trop mal
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
Arno12  /  Clochard céleste


Je comprends pleinement cette interrogation j'ai moi même beaucoup écrit, d'abord pour moi sans l'idée de publier, puis j'ai publier des livres "techniques" ,des commandes, et aujourd'hui j'ai l'impression d'être prêt à partager ce que j'ai écrit, cela ne veut pas dire que cela sera publié mais en tout cas, je suis prêt à le lacher.

Pour en revenir à ton texte, je suis personnellement ermétique à ce type de littérature mais si tu es convaincu de la valeur de ton texte, tu peux peut être tenté de l'auto édition.
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1066
   Âge  :  32
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Constamment Fabulous


(J'aime beaucoup ta réponse, globalement, Elsa, ainsi que ta dernière phrase)

Les autres membres t'ont tous bien répondu. Ce n'est pas une question que tu peux régler une fois pour toutes, parce que sois sûr qu'elle reviendra, encore et encore, même si tu connais des succès (eh oui).

Je peux te certifier que cette question m'a beaucoup tourmentée, et le fait encore. Je me revois très bien, lors de mon inscription ici il y a environ un an et demi, alors que je venais d'achever mon premier roman et que je me tournais vers JE pour comprendre comment le peaufiner et le proposer à des éditeurs. J'étais alors en lutte perpétuelle avec moi-même, persuadée tous les deux jours que j'avais une ambition qui n'était pas saine pour moi, que j'allais me planter. Je ne compte plus les moments d'intense désespoir que j'ai vécus, et la pensée très douloureuse que j'avais fait tout ça "pour rien" (ce qui est faux, en plus ; car en premier lieu, on écrit toujours pour soi et son propre plaisir, peu importe ce que devient ensuite cette histoire).

Je me la suis posée, cette question, plusieurs fois par jour, pendant plusieurs semaines voire des mois. Ce n'était vraiment pas une période heureuse. Mais j'en suis finalement (re)venue à une conclusion qui me convient parfaitement ; partant du principe que l'on écrit car c'est un besoin primordial qui nous est aussi indispensable que de respirer, oui, ça vaut le coup. C'est aussi simple que ça.
Même dans mes pires moments, je ne me suis jamais vue raccrocher complètement, abandonner l'écriture à jamais parce que "ça n'aurait pas marché". Je ne pense même pas qu'il soit possible d'arrêter l'écriture lorsqu'on est écrivain.e, en fait. Bien sûr, on peut prendre des pauses plus ou moins longues et créer différemment, mais ce processus, ce besoin de création, il est bien là, il est installé et ça devient une fonction vitale, un mécanisme de vie.

Je ne te connais pas, je ne connais pas ton livre. Je ne vais pas te bassiner avec un discours méritocratique à base de "continue, tu vas voir, ça va forcément marcher comme tu veux" (ce qui demeure sans doute possible, note.)
La question que tu dois vraiment te poser, c'est : "est-ce qu'écrire fait réellement partie de moi ?"
Si c'est un oui, tu as ta réponse au reste.
 
Madra-Bhan
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  121
   Âge  :  30
   Localisation  :  L'ASTÉROÏDE B 612
   Pensée du jour  :  Soyons réaliste, faisons l'impossible
   Date d'inscription  :  28/06/2017
    
                         
Madra-Bhan  /  Barge de Radetzky


Chimère a écrit:
Je ne pense même pas qu'il soit possible d'arrêter l'écriture lorsqu'on est écrivain.e, en fait. Bien sûr, on peut prendre des pauses plus ou moins longues et créer différemment, mais ce processus, ce besoin de création, il est bien là, il est installé et ça devient une fonction vitale, un mécanisme de vie.

Je crois que Chimène à trouvé la réponse à la question que tu poses. : mrgreen: et si au final ça ne marchait pas. Si tu passes ta vie à écrire des livres qui ne trouveront jamais d’éditeur, qui ne seront jamais lus par personne, qui seront oubliés après ta mort. Est-ce que tu écrirais quand même ?

Personnellement, oui. D’ailleurs je le fais déjà. La plupart des textes que j’ai écrits n’ont été vus que par moi. J’ai des messages postés sur ce forum qui ont été plus lus que ce que j’ai posté sur wattpad. La question est véritablement là. Peux-tu écrire un roman en sachant qu’il ne sera probablement pas publié ? Qui ici en est capable ? Je crois que c’est de ça qu’il faut d’abord se détacher. Comme le dit Stephen King. Fermer la porte. Une fois le texte vraiment terminé, l’ouvrir et la se demande quoi faire pour l’éditer.

Qu’en on y pense c’est un peu dépriment, mais on fait plein de choses sans rétribution, je vais à la piscine 3 fois par semaine par se que j’aime nager, je ne cherche pas à faire de la compète et ma motivation n’est ni de perdre du poids ni de me muscler, ça me détend et j’adore cette activité. J’aime cuisiner pour moi, pour ma famille et mes amies, j’ai pas pour autant envie d’ouvrir un restaurant ou de vendre mes plats.

Je pense qu’il faut revoir l’écriture comme ça. Un moyen d’expression, un truc qui nous fait du bien et qui nous plaît. Ne faites pas des trucs qui vous font du mal ou aux autres. C’est important.
https://www.wattpad.com/user/Elsa_Capdevila
 
l'AèdeAveugle
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  26
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  30/10/2022
    
                         
l'AèdeAveugle  /  Petit chose


Wow, je n'attendais pas autant des réponses si longues (il faut vraiment que je quitte des groupes facebook d'écriture... en effet il faut que je quitte facebook Laughing Laughing Laughing ) merci beaucoup à tous qui ont pris le temps de me répondre/encourager, et sachez que je vais continuer à écrire mon livre. Pour être honnête, je pense qu'au fond de moi j'ai toujours su que j'allais au moins finir le premier tome, car mon côté perfectionniste est presque incapable d'abandonner un projet. Si c'est à cause de passion ou masochisme je ne saurais pas le dire. Laughing
 
Lucille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  148
   Âge  :  42
   Localisation  :  Au grand air
   Pensée du jour  :  Ciel, ma constance !
   Date d'inscription  :  02/08/2022
    
                         
Lucille  /  Barge de Radetzky


Hello L'aèdeaveugle, il y a un super chapitre dans le merveilleux livre d'Elisabeth Gilbert (Comme par magie) qui parle justement de cela. Je ne vais pas le reproduire ici, mais ça vaut vraiment la peine de lire ce bouquin, qui est une petite pépite sur l'élan artistique :-)
 
l'AèdeAveugle
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  26
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  30/10/2022
    
                         
l'AèdeAveugle  /  Petit chose


En effet, j'ai décide de poster mon roman dans ce forum, honnêtement même si je le publiais un jour, je ne pense pas qu'il me rendrait riche. Voici le link si ça intéresse quelqu'un: https://www.jeunesecrivains.com/t61451-le-pharaon-de-pierre-roman-historique#1203428
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  172
   Âge  :  36
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Tycho l'homoncule


l'AèdeAveugle a écrit:
[justify]Bref, je me pose la question si ça veut la peine de continuer?

Il n'y a que toi qui peux le savoir, mais j'aimerais quand même te rappeler pourquoi nous tous, ici, nous écrivons.

Rappelons que l'écriture n'apporte rien, ni la gloire, ni l'argent, ni la reconnaissance, et que ça coûte beaucoup, en temps, parfois en argent, en énergie... En gros, écrire juste pour écrire, c'est un puits sans fond qui ne sert absolument à rien, qui n'apporte rien et qui ne mène à rien.
A côté, même le tricot a plus d'intérêt : quand tu le finis, tu as au moins un pull ou une paire de chaussettes à enfiler. Même le dessin est plus satisfaisant, parce qu'il est considéré comme un art. L'écriture, non, plus aujourd'hui.

Mais si tu écris, et si tu écris cette histoire en particulier sous cette forme particulière, c'est parce que tu es passionné. Parce qu'écrire te procure une sensation de bien-être à nulle autre pareille et que tu n'envisages pas ta vie sans écrire, aussi pénible et peu gratifiante l'écriture soit-elle. Si tu devais payer pour avoir le droit d'écrire, tu paierais, et je suis certaine que tu renonces à d'autres loisirs pour écrire. Bref tu écris parce que tu en as envie, et même si cette envie est souvent malmenée (parce que l'écriture est difficile), elle revient comme un boomerang parce que... eh bien, c'est ce qui te fait vibrer.

Est-ce que les maisons d'édition voudront de ton oeuvre ? Je ne sais pas et au fond, je ne sais pas si ça a une importance. Pour qui est-ce que tu écrivais, au départ ? Pour les autres ou pour toi ? Pour être édité ou pour te lancer un challenge qui te porte sur des sujets que tu adores ? Est-ce que toi, tu crois à ton projet ?
https://hortensemerisier.com/
 
Marjolaine Séréduik
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9
   Âge  :  40
   Localisation  :  Auvergne
   Date d'inscription  :  26/01/2023
    
                         
Marjolaine Séréduik  /  Magicien d'Oz


l'AèdeAveugle a écrit:
[justify]Salut,

Depuis mon enfance j'ai toujours rêvé d'écrire des livres et pendant ma vie j'ai réussi à finir plusieurs livres, même si je pense qu'un seul est digne d'être publié. Frustré par le total désintérêt démontré par les maisons d'édition et agents littéraires, j'ai décidé à la fin de l'année dernière de commencer l'écriture d'un nouveau livre, essayant de mélanger deux de mes grandes passions: la poésie homérique et la fantasy de Tolkien. Mon idée était d'écrire une grande épopée qui se passait dans un monde imaginaire inspiré par l'âge de bronze (pour sortir un peu du cliché fantastique médiéval), et essayer d'imiter le style d'Homère.

Hélas, quelques mois après le début de l'écriture, j'ai de plus en plus mal à continuer. Je crains  qu'encore une fois personne s'intéressera a cette histoire écrit d'une façon si différente de tous les autres romans fantastiques, je crains aussi avoir été trop ambitieux. Bref, je me pose la question si ça veut la peine de continuer? Vous pensiez quoi?


Je ne te dirai qu'une chose : si tu aimes ce que tu fais, persévères. Si tu aimes ce que tu fais, et si tu le travailles consciencieusement, n'abandonne pas ton rêve. Les maisons d'édition n'ont pas parole d'évangile. Je sais combien c'est frustrant. Je sais combien on peut rêver d'être publié. Mais il existe des solutions, aujourd'hui, pour rencontrer ses lecteurs, avec ou sans maison d'édition, et tu peux les trouver, toi aussi, si tu écris ce que tu aimes, si tu aimes ce que tu écris, si cela te fait vibrer – cela plaira alors forcément à d'autres !
https://linktr.ee/blobeditions
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Est-ce que ça vaut la peine de continuer?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-