PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Manga : nouveau coffret édition Prestige 2023 ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Quels sont les critères principaux pour écrire un bon début de roman ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
J.M_Lecrone
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  23
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  06/06/2022
    
                         
J.M_Lecrone  /  Homme invisible


Question peut-être un peu innocente...

Certains diront qu'il faut découvrir et comprendre le caractère du protagoniste en priorité.
D'autres diront qu'il faut d'abord poser les bases de l'univers sans trop en dire non plus.
D'autres préfèreront commencer l'intrigue directement.

Qu'en pensez-vous ?
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2657
   Âge  :  39
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Il faut que ce soit intéressant et intriguant. Que ce soit par le personnage, le monde ou l'intrigue :mrgreen:
Accessoirement, il faut que ce soit bien écrit.
En ligne
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  980
   Âge  :  32
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Constamment Fabulous


C'est une question très compliqué et, comme tu le dis toi-même, les goûts diffèrent donc il est à fortiori impossible d'établir un consensus.

Spoiler:


Dernière édition par Chimère le Lun 2 Jan 2023 - 21:15, édité 1 fois
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Consensus impossible, en effet (et heureusement) ! En tant que lecteur, je déteste les débuts in media res, ceux qui nous plongent directement dans l'action. J'arrête tout de suite. J'aime les auteurs qui prennent leur temps, plantent un décor, esquissent un personnage, etc. Je déteste être brusqué ; il faut me prendre en douceur.

En tant qu'auteur, j'avoue ne pas trop me prendre la tête sur le début. J'essaie simplement d'éviter les deux extrêmes : une lenteur excessive d'un côté, une énergie débordante de l'autre. Il faut par contre que des informations importantes soient présentes dès les premières lignes.
 
Arno12
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  59
   Âge  :  51
   Localisation  :  12
   Pensée du jour  :  J'ai arrêté de penser ça fait trop mal
   Date d'inscription  :  27/12/2022
    
                         
Arno12  /  Clochard céleste


Le début d'un roman c'est quand même ce qui donne envie de poursuivre la lecture, c'est très important, quand j'étais prof je conseillais toujours aux élèves de bien travailler leur introduction à la dissertation ou aux commentaires car cela donnait envie de poursuivre la lecture.

Après on peut commencer de plein de manières différentes :
- Planter le décor général
- Décrire un personnage
- Ecrire une phrase clé
- mettre en scène un dialogue.

En tout cas je pense qu'il faut vraiment travailler l'entame d'un roman si on souhaite être publié.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


C'est marrant cette obsession du début, chez les auteurs comme chez les éditeurs. Quand je me promène en librairie et que j'attrape un livre sur une étagère, je l'ouvre au hasard, vers la fin du premier tiers en général. Justement, je me méfie de l'incipit. Si j'étais éditeur, je procéderais de la même manière. Quelques pages au hasard pour commencer puis, si ce que je lis me plaît, direction la première page.
 
Joanna
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  48
   Âge  :  101
   Date d'inscription  :  16/05/2022
    
                         
Joanna  /  Petit chose


En tant que lectrice, ce sera le ton, le style, qui va me donner ou non l'envie de poursuivre et de fait je poursuis rarement au-delà de la première page si je n'accroche pas avec les premiers paragraphes ( si l'écriture est, à mon goût, trop pompeuse, ou trop cliché par exemple)
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Quand je fouille le catalogue d'un éditeur et qu'un roman me semble intéressant, je consulte en général les premières pages sur le site de la ME ou sur Amazon (forcément, je ne peux pas adopter la même stratégie qu'en librairie) et je suis toujours déçu. Les auteurs devraient viser la simplicité pour leur incipit.

Ça me donne envie de reprendre certains de mes romans préférés pour voir. Que pensez-vous de leurs premières phrases ?

Un soir je suis assis sur le lit dans ma chambre d'hôtel sur Bunker Hill, en plein coeur de Los Angeles.
Demande à la poussière, John Fante

Jaime et Charlie se marièrent dans une chapelle en bois à South Lake Tahoe la veille au soir de leurs examens de fin d'année.
Un dernier verre au bar sans nom, Don Carpenter

Le premier écrivain que j'aie connu en chair et en os signait August Van Zorn et vivait à l'hôtel McClelland dont ma grand-mère était propriétaire.
Des garçons épatants, Michael Chabon

Si le premier est un classique de la littérature, les deux autres romans sont plus confidentiels. Chacun s'ouvre sur une phrase assez simple, sans fioriture, même si elle contient une information importante.
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  980
   Âge  :  32
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Constamment Fabulous


Arno12 a écrit:
Le début d'un roman c'est quand même ce qui donne envie de poursuivre la lecture, c'est très important

Je raisonne sensiblement de la sorte, même si je peux reconsidérer ma position face à un long roman / un récit d'ambiance, qui nécessite une pose de décors ou des fioritures différentes.

*

Winger a écrit:
C'est marrant cette obsession du début, chez les auteurs comme chez les éditeurs. Quand je me promène en librairie et que j'attrape un livre sur une étagère, je l'ouvre au hasard, vers la fin du premier tiers en général. Justement, je me méfie de l'incipit. Si j'étais éditeur, je procéderais de la même manière. Quelques pages au hasard pour commencer puis, si ce que je lis me plaît, direction la première page.

Je fais l'exercice inverse ; je lis les 2-3 première pages, puis vais lorgner plus avant dans le livre si mon attention a été suffisamment retenue, afin de voir si la suite semble tenir ses promesses ou si le début n'était que poudre aux yeux.

Ce n'est pas tant une obsession qu'un besoin primaire des plus logiques ; tout histoire commence par un début, tu vas devoir emprunter celui-ci pour pénétrer le récit, il faut donc bien qu'il te plaise assez pour que tu continues. Et, la curiosité des gens (ainsi que leur patience) étant à géométrie variable la plupart du temps, tu as intérêt à les séduire rapidement dans la plupart des cas…

*

Joanna a écrit:
En tant que lectrice, ce sera le ton, le style, qui va me donner ou non l'envie de poursuivre et de fait je poursuis rarement au-delà de la première page si je n'accroche pas avec les premiers paragraphes ( si l'écriture est, à mon goût, trop pompeuse, ou trop cliché par exemple)  

Je réagis d'une manière semblable ; sauf scène très spécifique qui dénote exprès en tant qu'ouverture, le ton est rapidement donné dès le tout début, y compris pour le style de l'auteur.ice, en général. Nous sommes des humains faillibles Razz

*

Winger a écrit:
Ça me donne envie de reprendre certains de mes romans préférés pour voir. Que pensez-vous de leurs premières phrases ?

Un soir je suis assis sur le lit dans ma chambre d'hôtel sur Bunker Hill, en plein coeur de Los Angeles.
Demande à la poussière, John Fante

Jaime et Charlie se marièrent dans une chapelle en bois à South Lake Tahoe la veille au soir de leurs examens de fin d'année.
Un dernier verre au bar sans nom, Don Carpenter

Le premier écrivain que j'aie connu en chair et en os signait August Van Zorn et vivait à l'hôtel McClelland dont ma grand-mère était propriétaire.
Des garçons épatants, Michael Chabon

Si le premier est un classique de la littérature, les deux autres romans sont plus confidentiels. Chacun s'ouvre sur une phrase assez simple, sans fioriture, même si elle contient une information importante.

J'aime bien ton exercice !
Et sur les trois ouvertures que tu nous présentes, seule la dernière retient mon attention et pourrait me donner envie de lire la phrase suivante. La première ne pique pas mon intérêt, la seconde me semble présager un peu de fade (mais ce n'est que ma réaction, à chaud, concernant uniquement lesdites phrases, uniques et hors contexte). Cependant, je devine que ces romans n'entrent pas dans mes genres de prédilection, je ne suis donc probablement ni objective, ni le public cible)

Je me prête au jeu pour la peine :

"C'est au plus fort de l'été long et humide de la soixante-dix-septième année de Sendovani, que le Faiseur de voleurs de Camorr rendit une visite soudaine et impromptue au Prêtre Aveugle du temple de Perelandro." (et la deuxième phrase est la cerise sur le gâteau, mais j'enfreindrais la règle du jeu)
Les mensonges de Locke Lamora - Scott Lynch

"Mon père était roi et fils de rois."
Le Chant d'Achille - Madeline Miller

"J'ai huit ans la première fois que je vois papa tuer un homme."
Mon territoire - Tess Sharpe

À savoir que j'ai découvert le premier de ces trois romans vers quinze ans, qu'il m'a durablement marquée et beaucoup enseigné (la saga dont il est issu est d'ailleurs considérée comme un chef-d'œuvre absolu parmi les amateurs du genre).
Je ne sais pas si je suis très objective, mais les deux autres intro sont pour moi assez percutantes, même si la troisième pourrait frôler le cliché (heureusement, le livre est très bon 8D)

Curieux - et heureux - à quel point nos perceptions varient.
 
Mika
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  598
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  11/07/2022
    
                         
Mika  /  Gloire de son pair


C'est drôle j'ai fait cet exercice récemment. Au final, un début dans l'action ou posé, c'est un choix à faire, les deux peuvent être bons je pense. Et à trop rechercher l'originalité, ça peut paraitre artificiel. Autant être clair. Pour moi l'important est de comprendre dès les premières pages qui est le personnage et son ou ses objectifs. C'est capital ou je vais lâcher !
 
Sklaërenn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  29
   Localisation  :  Dans le lointain des mystères
   Pensée du jour  :  I'm the fucking writer for my story life
   Date d'inscription  :  15/06/2013
    
                         
Sklaërenn  /  Roland curieux


Personnellement mon début, pour ma trilogie du moment, est calme et ne plonge pas de suite dans l'action. Il me sert à poser les bases. On sent le basculement dans le chapitre 2, mais c'est vraiment 3/4 chapitres plus tard que ça bascule vraiment. Parce que je veux que le lecteur sache d'où part mon perso et où il va arriver.  Après, c'est spécifique à l'histoire que j'écrit. 

Sur une autre, je fonctionnerai sûrement différemment. Tout dépends de l'effet rechercher aussi.
http://airyscine.forumgratuit.org
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  950
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Bile au trésor


Salut !

Je pense qu'il y a de façons de rendre son début accrocheur et intéressant que ce qu'il y a d'auteurs. Tout dépend de ta sensibilité, de tes ambitions narratives et de ce que tu aimes cuisiner dans une histoire. Il m'est avis qu'un bon début sera avant tout un début qui te plaît, et pas un début qui répond à une simple fonction dans ton récit.

A titre personnel, j'aime que mon premier chapitre soit un condensé de l'essence et de l'ambiance du reste du texte. J'aime (peu importe que mon début soit lent ou dynamique) qu'il dégage une aura qui fasse écho au reste du texte. D'ailleurs, dans tous mes textes récents, ma toute première phrase fait écho au texte entier (et souvent, la toute dernière phrase du texte lui répond). Ça peut être une phrase descriptive, un constat du narrateur, une ligne de dialogue... mais tout va dans cette idée que le premier chapitre doit être l'équivalent d'un amuse-bouche, et proposer une aperçu de la puissance finale du texte.

A savoir que je n'ai jusqu'ici écrit que des one-shots, donc je n'ai pas les contraintes de world-building et d'exposition qui peuvent se présenter pour les sagas. tongue
 
Joanna
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  48
   Âge  :  101
   Date d'inscription  :  16/05/2022
    
                         
Joanna  /  Petit chose


A lire vos incipit, je me rends compte que les phrases les plus simples me donnent le plus envie de poursuivre la lecture : tes trois phrases winger et ta deuxième Chimère ( mais il faut préciser que je connais très peu les littératures de l'imaginaire, je me sens donc déboussolée par la première)
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5552
   Âge  :  123
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Comme Joanna pour les phrases. ^^ Chimère, ta 1 et la 3 ne m'enthousiasment pas.

Pour moi, je trouve plus facile d'identifier un mauvais début, qu'un bon début.
Mais par élimination, un bon début, ce serait :
- un début cohérent avec la suite (parce que parfois, le ton du roman change en cours d'écriture, on part sur un truc vachement pompeux, et au fur et à mesure, le texte devient moins travaillé.)
- un début qui commence au bon moment (ça arrive de lire un roman et de se dire que le récit aurait dû commencer sur autre chose.)
- un début en lien avec l'histoire (les débuts totalement hors sujet...)
- un début parfait sur la forme (le fond, passe encore, mais la forme, ça c'est important !)
- un début qui se distingue de la masse et qui offre au lecteur de belles promesses. (ce qui donne envie de lire et c'est souvent la deuxième chose que l'on remarque à l'ouverture du bouquin après un coup d’œil sur la forme.)

Après, commencer par un dialogue, de l'action ou de la description, dans le fond on s'en fiche un peu. Tout peut être bien, quand c'est bien fait.

Ah, et j'ai plus de respect pour les ouvrages qui ne comportent pas de prologues. What a Face Mais ça, c'est subjectif.

En général, en librairie, je m'amuse à lire toutes les premières pages de romans, et je vois si une m'accroche. C'est comme ça que je fais mes sélections quand je pars en mode aventurier, sans avoir déjà repéré avant les avis Babelio.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Chimère a écrit:
Cependant, je devine que ces romans n'entrent pas dans mes genres de prédilection, je ne suis donc probablement ni objective, ni le public cible)

Joanna a écrit:
je me rends compte que les phrases les plus simples me donnent le plus envie de poursuivre la lecture : tes trois phrases winger et ta deuxième Chimère ( mais il faut préciser que je connais très peu les littératures de l'imaginaire, je me sens donc déboussolée par la première)

Vous mettez toutes les deux le doigt sur quelque chose, là. Les littératures de l'imaginaire présentent un monde différent de celui que nous connaissons, et le lecteur doit l'appréhender rapidement pour savoir si l'univers que développe l'auteur dans son roman est susceptible de lui plaire. Il faut aussi qu'il en connaisse les règles pour comprendre l'histoire et ses enjeux. En littérature générale, pas besoin de présenter les lois d'un monde que nous connaissons tous.

Mokkimy a écrit:
Ah, et j'ai plus de respect pour les ouvrages qui ne comportent pas de prologues.

La même ! Les prologues, c'est vraiment pas mon truc.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Quels sont les critères principaux pour écrire un bon début de roman ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-