PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Trouver le titre dès le début ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2297
   Âge  :  123
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Pour les romans, les titres me viennent pendant la phase de réflexion. Je crois que j’arrive pas à me lancer quand j’ai pas mon titre, mais c’est inconscient parce que souvent mon titre déclenche cette envie d’écrire et de faire ce roman. L’idée de base et le titre sont en liaison, finalement, et ce avant même d’avoir pensé toute l’histoire et les persos.

Pour mes nouvelles, c’est exactement le contraire, j’écris sans titre et après, je déteste devoir en trouver un. Laughing
Ça me prend la tête et je trouve ça toujours très nul (sauf parfois où je suis contente). Je ne m’explique pas cette différence.


Trouver le titre dès le début ?  - Page 2 Captur77
Noxer a écrit:
Gare au modéraptor.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2189
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Je pense que j'ai besoin d'un titre pour me lancer. Le titre, c'est un peu comme un angle, ça contextualise déjà, donc je pense que ça m'aide à me centrer. (Et en même temps mes titres sont toujours hyper bateau : "le machin-chouette", "la truc-chose" Laughing)
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Pour ma part, et aussi bizarre que ça puisse paraître, j'ai l'idée du titre avant celle du sujet. Je suppose que ça tient à mon passé de publicitaire, où "l'accroche" était l'élément hyper important, qui faisait que mon texte (mailing, catalogue, ou simple lettre de vente) serait lu ou pas.
Donc voilà, j'ai l'idée d'un titre. Je ne cherche pas à ce qu'il soit original (je n'aime pas les titres "qui font du genre", tels que par exemple "L'Extraordinaire voyage du fakir qui était coincé dans une armoire Ikéa", qui sentent le marketing à plein nez). Il pourra être classique, mais il doit véhiculer "quelque chose". Ce "quelque chose", je dois le construire, alors je me mets à penser (et je n'en dors plus) à l'histoire qu'il pourrait évoquer.
Voilà. Smile
 
CatNoy
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  48
   Âge  :  49
   Localisation  :  Nord Gironde
   Pensée du jour  :  Choisir, c'est renoncer.
   Date d'inscription  :  14/10/2021
    
                         
CatNoy  /  Petit chose


Comme je n'écris que de l'historique, le titre provisoire (celui qui apparaît sur mes fichiers word) ce sont les années concernées.
1755
1939
1899...
Et ensuite je trouve un titre... et j'en change...
Je demande aussi l'avis de mes beta lecteurs.
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour

J'ai besoin d'un titre pour me donner une ligne directrice et différencier mes projets parmi les autres, mais ce titre change au-moins trouze mille fois. Cette opération commence dès la mise en place du chantier, c'est à dire quand je commence à trouver qui seront mes personnages, leur histoire, leur but... Le titre évolue durant l'écriture du premier jet, je le modifie en cours de décantation, il se transforme encore durant les relectures, réécritures, corrections. Bref, je change d'avis comme de chemise, c'est aussi ce qui fait la beauté du jeu, si jeu il y a, mais pour moi, c'en est un.

Bonne journée.
 
Epineuse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  860
   Âge  :  30
   Localisation  :  Ne perd pas le Nord mais depuis le Sud
   Pensée du jour  :  Quelques (r)onces d'espoir
   Date d'inscription  :  18/09/2013
    
                         
Epineuse  /  Double assassiné dans la rue Morgue


C'est intéressant ce que disent certains d'entre vous sur le lien entre titrer un récit et lui donner une identité par ce biais ! J'ai en général besoin d'une identité aussi avant de me lancer dans la rédaction, mais personnellement, c'est plus des éléments d'ambiance, des détails, une atmosphère... et le titre s'en décante plus ou moins bien, plus ou moins vite.
https://linktr.ee/r.senelier
 
Fred Dee
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  42
   Âge  :  39
   Date d'inscription  :  04/04/2022
    
                         
Fred Dee  /  Petit chose


Il est vrai que le titre, c'est parfois le truc qui vient au tout début. Mais c'est parfois aussi tout ce qui reste d'un projet. Combien de nouvelles, par exemple, qui partaient d'une idée de titre et quelques idées derrière, et que je n'ai jamais fini simplement parce que ça s'arrêtait à ça.
Pour le roman que j'essaie de caser en ce moment, j'ai passé plusieurs années (il y a eu une très longue pause entre le premier jet et le travail final) avec le même titre en haut de la première page et c'est en finissant de l'écrire que j'ai trouvé qu'il ne signifiait plus grand chose. J'ai donc changé mais depuis je l'ai même encore modifié dès ma deuxième vague d'envois.
On a parfois l'impression que c'est un élément sur lequel on se prend beaucoup la tête. J'ai bossé dans la presse musicale à une époque et on perdait un temps pas possible à essayer de pondre le super titre avec un double sens ou un jeu de mots super malin. Ça peut aussi être un défaut pour un.e auteur.rice mais au bout du compte, on comprend que ça peut être quelque chose de très simple - comme choisir simplement pour cela le nom du personnage principal - et qu'on peut parfois détacher un premier titre pour en mettre un autre sans que ça change grand chose aux milliers de mots qu'il y a derrière.
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Fred Dee a écrit:
Combien de nouvelles, par exemple, qui partaient d'une idée de titre et quelques idées derrière, et  que je n'ai jamais fini simplement parce que ça s'arrêtait à ça.
C'est très vrai aussi, je l'ai expérimenté dans mon système ! Very Happy
 
Caliria
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  120
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  08/03/2022
    
                         
Caliria  /  Barge de Radetzky


Oui je pense que c'est important de ne pas s'enfermer là dedans et de tomber dans cet écueil qui pourrait empêcher le roman de progresser et évoluer ! Mais si on ne s'en fait pas un devoir (de trouver le titre avant) ou qu'on est capable de s'en affranchir pour écrire, la voie est libre !
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


De façon générale, l'idée de "créativité" (ce qu'est tout de même l'acte d'imaginer) ne s'accommode pas de la notion de "principe", ni de celle de devoir (sauf apparemment, chez certains auteurs, des "devoirs" qu'ils s'imposent et qui tiennent presque du gri-gri, comme celui d'écrire de telle heure à telle heure, chaque jour. Ce truc me dépasse, mais bon, à chacun le sien, de truc).
 
Caliria
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  120
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  08/03/2022
    
                         
Caliria  /  Barge de Radetzky


Là où je rejoins la notion de devoir/travail, c'est que j'ai constaté que le truc de dire "j'écrirai quand j'aurai l'inspiration", ça ne marche pas, ou ça ne suffit pas. J'ai pu passer des mois sans écrire sous prétexte que "ce n'était pas le moment, ça viendra quand ça viendra"... Ça oui, si vraiment c'est un projet comme un autre. Mais si tu veux aller au bout, force est de constater que ça ne vient pas tout seul et que des fois il faut se remettre devant ses feuilles ou son pc et se "forcer" un peu à s'y remettre, et là bizarrement, des choses viennent. Je parle pour moi bien sûr.

Pour le titre ça n'est pas du même ordre pour moi dans le sens où j'estime que ça n'est pas primordial pour écrire si on a l'histoire. C'est juste que effectivement quand on a des idées, difficile d'en faire abstraction!
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Oui bien sûr qu'il faut aussi parfois "se forcer", mais j'appellerais plutôt ça "de la persévérance".
Pour le titre, autant moi je pars de lui et (sauf énervement et stérilité), ça marche, il m'inspire, autant j'ai un copain qui écrit (s'autoédite et ça marche bien pour lui) pour qui l choix du titre est une vraie torture : il n'y pense jamais avant ni pendant, mais simplement après, et là il est tellement partagé qu'il n'y arrive pas. Tout comme il y a des gens (moi par exemple) qui rêvent de romans à fins multiples, lui se lamente qu'on ne puisse pas proposer au lecteur plusieurs titres en couverture.
Dans un sens, le sous-titre peut jouer ce rôle, mais de façon assez limitée tout de même...
 
Caliria
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  120
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  08/03/2022
    
                         
Caliria  /  Barge de Radetzky


Je réalise une difficulté également : trouver le titre parfait... Mais déjà pris ! Ô rage ô désespoir... ^^
 
Hermès
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1758
   Âge  :  30
   Localisation  :  Euh......... Un trou paumé je crois
   Pensée du jour  :  Je suis CUTE et JE le sais
   Date d'inscription  :  22/08/2011
    
                         
Hermès  /  Fiancée roide


Au début, je ne pouvais pas commencer à écrire si je n'avais pas de titre. Spoiler alerte, j'ai écrit sans titre.
Aujourd'hui franchement j'y réfléchis même plus au titre, j'ai terminé un roman en février dernie, mon copain l'a lu et me demande c'est quoi le titre. Moi "il en faut un t'es sur ahahahah"
Pour moi ça vient au feeling, quand ça voudra venir. Pour El Diablo, le titre m'a paru une évidence, je le nommais ainsi mon projet pour en parler. Donc vraiment, pas le plus important le titre à mes yeux.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t40471-redaction-periple-in
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  581
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Gloire de son pair


Oui, je suis d'accord avec Caliria, attendre l'inspiration, la "muse", c'est une manière polie de dire "je préfère procrastiner".

Pour les titres, je me choisis toujours un titre provisoire, qui change souvent en cours de route. Il faut dire que je travaille sans plan, sans fiche personnage, sans idée de départ en général, et des fois je ne connais même pas le genre à l'avance. Tout ce que j'ai, c'est le titre et rien d'autre, alors il est un peu précieux.

Je prends une phrase qui claque, quelque chose qui sonne bien ou qui est intrigant, et j'écris l'histoire qui correspond au titre.
https://fabiendelorme.fr
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Trouver le titre dès le début ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-