PortailAccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD 4Go – 64Go
127.92 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 L'Édition est-elle un milieu masculin ? [Discussion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2141
   Âge  :  21
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Crime et boniment


Coucou !

J'ai eu envie de lancer une petite discussion et de recueillir vos différents témoignages.

J'ai toujours entendu dire que le le milieu de l'édition était un milieu d'homme. J'ai aussi entendu nombreux témoignages d'harcèlement (et bien avant l'affaire Marsan). Le compte Instagram @balancetonediteur est un bel exemple de ce qu'on peut croiser dans le milieu...

Cependant, depuis que j'ai commencé à publier, je n'ai essentiellement croisé que des femmes parmi mes éditrices (et ce dans 4-5 maisons d'édition différentes) et ce n'est que tout récemment (ce mois-ci en réalité) que j'ai commencé à travailler avec des hommes.

Je me questionne quant à savoir si les mœurs on évolués, si le milieu change... est-ce que les directeurs des grandes maisons d'édition sont encore majoritairement des hommes ? Les collections, elles, sont-elles dirigées par des femmes ? Y a-t-il plus de femmes dans les "petites" maisons d'édition ? Est-ce que c'est une affaire de maisons d'édition dites "conservatrices" ?

Beaucoup de questions dont il serait intéressant de discuter.

Alors, selon vous et votre expérience personnelle : l'édition est-il encore et toujours un milieu dit "masculin" ? Est-il, au contraire, dominé par les femmes ? Ou y a-t-il une parité des genres ?
 
@now@n
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1886
   Âge  :  31
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Alors, de ce que j'ai retenu, la chute de la blague, c'est :
- l'édition est un milieu composé à 90% de femmes ;
- les 10% d'hommes restants réussissent à rendre le milieu masculin par la seule force de leur volonté.
Ou celle de leur harcèlement sexuel.
http://anowan.blogspot.com/ En ligne
 
Aliénor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  819
   Âge  :  21
   Localisation  :  là où il fait toujours nuit
   Pensée du jour  :  bon. écrire.
   Date d'inscription  :  21/02/2022
    
                         
Aliénor  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Votez @now@n.
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1525
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Roland curieux


Y'a un problème de plafond de verre, surtout. Dans les ME avec lesquelles je travaille, nos interlocuteurs sont des interlocutrices pour ce qui est des contrats, des prises de rendez-vous, du travail éditorial ; mais quand il faut signer ou négocier, c'est le patron qui prend la main. Y'a donc un mec assis en haut d'une pyramide d'employées femmes.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
MaxenceSardane
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  821
   Âge  :  39
   Localisation  :  Dans les montagnes noires.
   Date d'inscription  :  25/02/2021
    
                         
MaxenceSardane  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Ça dépend aussi des genres littéraires. La romance et le YA sont gérés majoritairement par des éditrices, mais la SF et la Fantasy sont des milieux très masculins (Argyll, l'Atalante, AB Imaginaire, Brague, etc sont gérés par des éditeurs). Certains essaient (ou disent) vouloir promouvoir des autrices, mais au final, ce sont toujours celles qui ont choisi justement de se couper de ce qui est perçu comme "féminin" (en refusant d'insérer de la romance dans leurs histoires et en le revendiquant, par exemple) qui sont adoubées par ces éditeurs.
https://danslesmontagnesnoires.wordpress.com
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  618
   Âge  :  31
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Hé ! Makarénine


MaxenceSardane a écrit:
Ça dépend aussi des genres littéraires. La romance et le YA sont gérés majoritairement par des éditrices, mais la SF et la Fantasy sont des milieux très masculins (Argyll, l'Atalante, AB Imaginaire, Brague, etc sont gérés par des éditeurs). Certains essaient (ou disent) vouloir promouvoir des autrices, mais au final, ce sont toujours celles qui ont choisi justement de se couper de ce qui est perçu comme "féminin" (en refusant d'insérer de la romance dans leurs histoires et en le revendiquant, par exemple) qui sont adoubées par ces éditeurs.

Ah, j'ai justement envoyé des manuscrits chez Argyll récemment - parce que je rentre (normalement) dans leur ligne éditoriale en premier lieu - mais j'avais fini par voir la mention comme quoi ils recherchent effectivement des autrices, qui sont sous-représentées chez eux :

"Nous souhaitons être les plus égalitaires possibles. Nous encourageons donc la mixité. Nous cherchons en priorité des manuscrits de plumes féminines, car nous en manquons cruellement. N’ayez pas peur de nous soumettre votre manuscrit, qui que vous soyez. Nous serons bienveillants."

C'est du bullshit ?
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14030
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


MaxenceSardane a écrit:
mais au final, ce sont toujours celles qui ont choisi justement de se couper de ce qui est perçu comme "féminin" (en refusant d'insérer de la romance dans leurs histoires et en le revendiquant, par exemple) qui sont adoubées par ces éditeurs.
En même temps... pourquoi la romance devrait-elle être typique de la créativité féminine ?
Une femme qui ne donne pas dans la romance est tout de même une femme
Et elle aura peut-être une autre façon de concevoir le rude barbare armé d'une hache (ringarde mais héritée de son trisaïeul) que ses confrères masculins, sans qu'il soit utile de centrer le roman sur une idylle avec la reine des elfes (qui a autre chose à cirer parce que ses fonctionnaires sont en grève)
http://scriptorium2.canalblog.com
 
MaxenceSardane
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  821
   Âge  :  39
   Localisation  :  Dans les montagnes noires.
   Date d'inscription  :  25/02/2021
    
                         
MaxenceSardane  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Chimère a écrit:

"Nous souhaitons être les plus égalitaires possibles. Nous encourageons donc la mixité. Nous cherchons en priorité des manuscrits de plumes féminines, car nous en manquons cruellement. N’ayez pas peur de nous soumettre votre manuscrit, qui que vous soyez. Nous serons bienveillants."

C'est du bullshit ?

Mhm... je pense qu'ils veulent vraiment promouvoir les autrices, mais à condition qu'elles écrivent de la SF ou de la Fantasy "couillue", si j'ose dire, correspondant aux goûts qu'ils pensent être ceux de leur lectorat. Ce lectorat (qui constitue les CL de ces ME) sont assez allergiques au female gaze en SF ou Fantasy. Les romans des autrices qu'ils publient vont partir dans des thèmes sociétaux, environnementaux, etc, mais évitent très largement de se frotter à un grand tabou : l'histoire d'amour vue et vécue à travers un regard féminin. Ça se faisant pourtant chez de grandes autrices de SFFF il y a quelques décennies (Anne Rice, Tanith Lee, Robin Hobb, Marion Z Bradley etc), mais avec la multiplication des ME spécialisées en romance SFFF s'adressant à un public féminin, il y a vraiment une sorte de "grand partage" dans le paysage éditorial français et les ME de SFFF refusent les manuscrits contenant du "female gaze", tout en continuant à accepter la même chose d'une plume masculine, avec un protagoniste homme.
https://danslesmontagnesnoires.wordpress.com
 
MaxenceSardane
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  821
   Âge  :  39
   Localisation  :  Dans les montagnes noires.
   Date d'inscription  :  25/02/2021
    
                         
MaxenceSardane  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Séléné.C a écrit:
MaxenceSardane a écrit:
mais au final, ce sont toujours celles qui ont choisi justement de se couper de ce qui est perçu comme "féminin" (en refusant d'insérer de la romance dans leurs histoires et en le revendiquant, par exemple) qui sont adoubées par ces éditeurs.
En même temps... pourquoi la romance devrait-elle être typique de la créativité féminine ?
Une femme qui ne donne pas dans la romance est tout de même une femme
Et elle aura peut-être une autre façon de concevoir le rude barbare armé d'une hache (ringarde mais héritée de son trisaïeul) que ses confrères masculins, sans qu'il soit utile de centrer le roman sur une idylle avec la reine des elfes (qui a autre chose à cirer parce que ses fonctionnaires sont en grève)

Justement, ça ne l'est pas, puisque les auteurs hommes se permettent d'en mettre en SF et fantasy... mais du point de vue d'un homme. Smile

En revanche, quand ils disent vouloir publier des autrices, ils veulent dire "des autrices concevant un rude barbare armé d'une hache" (ce qui peut aussi inclure de la romance au passage...). Or, vouloir à tout pris enfermer les femmes dans des attributs perçus comme "masculins", c'est justement renforcer ces stéréotypes. C'est l'exemple type de la "fille pas comme les autres (filles)", qui aime la bonne baston, la bière, etc et délaisse les princesses et les elfes. C'est cette partition barbares + bières = truc de mecs, princesses et elfes = truc de filles qui pose problème.
https://danslesmontagnesnoires.wordpress.com
 
Chimère
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  618
   Âge  :  31
   Localisation  :  16
   Date d'inscription  :  15/07/2021
    
                         
Chimère  /  Hé ! Makarénine


Ce que je leur ai envoyé ne comporte pas de romance du tout (il y a la notion d’amour au travers des liens du sang et de l’amitié, mais personne ne roule de pelle ni ne finit à poil haha), parce que l’intrigue n’en a tout simplement pas besoin, c’est vraiment pas utile. Et ça ne manque pas. Vu que je n’ai pas mis de « trucs de fille », j’ai mes chances alors ? 8D

(Ouais, c’est un brin ironique. Ça me blase.)
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2141
   Âge  :  21
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Crime et boniment


elopez7228 a écrit:
Y'a un problème de plafond de verre, surtout. Dans les ME avec lesquelles je travaille, nos interlocuteurs sont des interlocutrices pour ce qui est des contrats, des prises de rendez-vous, du travail éditorial ; mais quand il faut signer ou négocier, c'est le patron qui prend la main. Y'a donc un mec assis en haut d'une pyramide d'employées femmes.

@now@n a écrit:
Alors, de ce que j'ai retenu, la chute de la blague, c'est :
- l'édition est un milieu composé à 90% de femmes ;
- les 10% d'hommes restants réussissent à rendre le milieu masculin par la seule force de leur volonté.
Ou celle de leur harcèlement sexuel.

Très intéressant !
À mon sens, vos deux opinions/expériences du milieu se rejoignent.
Merci de les avoir partagées, je vous y rejoins.

Quant à Argyll, j'ignorais qu'ils recherchaient des plumes féminines en ce moment. J'imagine que tu as tes chances, Chimère : je croise les doigts !
Il est peut-être donc vrai, comme le dit Maxence, que les femmes sont beaucoup représentées dans les genres littéraires dont on dit qu'ils sont "féminins" ou dans les genres littéraires que certaines personnes pourraient considérer "bien seyants" ou "inoffensifs" (comme la littérature jeunesse). On tiendrait les femmes à distance (que ce soit intentionnel ou non ou simplement le résultat de siècles d'oppression sur la femme) des genres considérés comme plus "violents" (thriller, historique, heroic fantasy, fantastique...) et dont le cœur de cible serait plus général, voire historiquement masculin.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2417
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


J'avais lu qqpart (#sourceréférencée) que les éditeurs de certains genres (SFFF, thriller) ne prenaient pas de femmes (ou du moins n'affichaient pas de noms de femme sur la couverture) parce que les hommes qui en constituent le public majoritaire n'achèteraient pas un livre écrit par une autrice.
Comme ça se vend moins, on publie moins etc.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  659
   Âge  :  43
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Hé ! Makarénine


C'est comme ça que les éditeurs traditionnels ont complètement ou presque délaissé le genre le plus lucratif (celui de la romance). Pensez donc ! Des histoires de bonnes femmes.

Et celui du roman policier cozy, au lectorat très féminin aussi, quoique dans une moindre mesure, a été longtemps délaissé aussi.

Enfin, tant mieux, ça fait le bonheur des autoédités.

Citation :
les hommes qui en constituent le public majoritaire n'achèteraient pas un livre écrit par une autrice.

Cela dit on rencontre justement le phénomène inverse dans ces genres ultra-féminins, où il est souvent recommandé de choisir un nom de plume féminin pour espérer vendre.
https://fabiendelorme.fr
 
CatNoy
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  48
   Âge  :  50
   Localisation  :  Nord Gironde
   Pensée du jour  :  Choisir, c'est renoncer.
   Date d'inscription  :  14/10/2021
    
                         
CatNoy  /  Petit chose


J'ai résolu le problème : j'ai un pseudo avec un prénom mixte... et c'est totalement volontaire.
Je ne sais pas si je serai éditée un jour, mais j'ai de suite pensé à ça :
Ne pas savoir si l'auteur est une femme ou un homme change-t-il le regard du lecteur ?
 
MaxenceSardane
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  821
   Âge  :  39
   Localisation  :  Dans les montagnes noires.
   Date d'inscription  :  25/02/2021
    
                         
MaxenceSardane  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Tengaar a écrit:
J'avais lu qqpart (#sourceréférencée) que les éditeurs de certains genres (SFFF, thriller) ne prenaient pas de femmes (ou du moins n'affichaient pas de noms de femme sur la couverture) parce que les hommes qui en constituent le public majoritaire n'achèteraient pas un livre écrit par une autrice.
Comme ça se vend moins, on publie moins etc.

C'est exactement pour ça que j'ai pris pour pseudo un prénom épicène... avant de reprendre un pseudo féminin lors de ma première publication (c'était pourtant en SF).
https://danslesmontagnesnoires.wordpress.com
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 L'Édition est-elle un milieu masculin ? [Discussion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-