PortailAccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 retour d'expérience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


voilà ma petite histoire
je suis contactée par une agent littéraire en pleine création de sa propre ME.
Elle me demande de faire reprendre mon texte par une correctrice, à mes frais, ce que j'accepte sachant que mon texte en a besoin et que je n'y arrive pas toute seule.
Puis arrive le contrat, et là je coince.
Engagement sur dix ans, je pose la question autour de moi, la moyenne est de deux ans.
Engagement de faire un minimum de dédicace une fois par mois et sur un rayon de 200 km de mon domicile à mes frais.

J'ai donc répondu : engagement de deux ans, pas plus de 100 km de chez moi pour les dédicaces et uniquement sur un an.

la ME me dit qu'il faut au moins deux à trois ans avant qu'un livre ne soit connu, ce qui me laisse perplexe, qu'elle ne peut faire de favoritisme en accédant à mes demandes. Je lui répond que ce n'est pas ce que je demande, mais une adaptation car j'ai bientôt 63 ans .

de toute façon, je ne signerai donc pas, je ne vois pas courir les routes un samedi par mois pour des dédicaces dans des grandes surfaces, entre les poireaux et les couche culottes.

Et vous, qu'en pensez vous ?
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


de toute façon, à partir du moment où la correction est à tes frais, c'est que la ME ne vole pas haut, et que le retour sur investissement sera absolument moindre
 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  307
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Tapage au bout de la nuit


Déjà, agent littéraire et éditeur, c'est pas la même chose, si cette personne se présente comme étant les deux à la fois, c'est louche.

Ensuite, les frais de correction sont censés être pris en charge par la ME, pas par l'auteur. Bien sûr, l'auteur se doit d'envoyer un manuscrit le plus propre possible, mais une ME n'a pas à demander à l'auteur de payer une correction en amont : soit elle refuse, soit elle accepte le manuscrit, mais elle ne doit pas faire miroiter un contrat d'édition à la condition que l'auteur paie de sa poche une correction.

Qu'est-ce que tu appelles "engagement sur 10 ans" ? C'est pas un abonnement, le terme "engagement", si c'est celui du contrat, est assez inquiétant.
Un contrat d'édition par contre, définit la durée et l'étendue de la cession des droits d'auteur. Je ne suis pas sûre que deux ans soit la moyenne. Dix ans ne me paraît pas forcément abusif sachant que beaucoup d'éditeurs réclament encore "la durée de la propriété littéraire" soit 70 ans après la mort de l'auteur.

L'histoire des dédicaces obligatoires à tes frais, c'est absolument n'importe quoi, il ne faut surtout pas accepter ça. Pas la peine de négocier une durée ou un kilométrage : c'est juste absolument pas une prérogative de l'éditeur. Il n'est pas ton employeur, il ne peut pas dicter l'usage de ton temps !

Si tu te sens à l'aise à cette idée, je suis sûre qu'il y a plein de jeunes écrivain.es qui seraient intéressé.es de savoir quelle est la ME (ou future ME) qui te fait cette proposition...
 
Imoen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  405
   Âge  :  46
   Date d'inscription  :  15/11/2019
    
                         
Imoen  /  Pour qui sonne Lestat


Au vu du post fait par MMG sur un autre topic, je pense qu'il s'agit de la ME "La grande vague". Problème, sur google, ils ne semblent pas avoir d'existence. Sauf sur linkedin, où l'on tombe sur le profil de son fondateur, qui annonce avoir créé cette ME en septembre et qui est auteur chez Libre2Lire. Info confirmée sur le compte instagram du fondateur, qui a annoncé il y a 4 jours que le site de la ME sera bientôt en ligne et qu'il leur reste une place pour une publication en novembre suite à désistement.

https://www.juliettesachs.fr/
 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


ah bah voilà, tout est dit.  Reste une question : pensez vous qu'un livre doive faire l'objet de dédicaces mensuelles pendant 10 ans ?

Et il doit rester deux places, car je n'ai dit non qu'hier.

 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  307
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Tapage au bout de la nuit


"Doive"... non.

Et il n'y a qu'en auto-édition, où l'auteur toucherait l'intégralité du produit des ventes et déciderait de recourir à un tel modèle économique de sa propre volonté, que ça aurait un sens.

Le principe d'une ME, c'est que l'auteur cède ses droits en échange de l'expertise de la ME pour vendre le livre. Si l'auteur fait tout le boulot de vente et que la ME empoche l'argent, c'est juste absurde.
(Ou alors, elle te rémunère pour faire ce travail de vente, mais j'ai pas l'impression que c'était ce que proposait le contrat, au contraire...)
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  655
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Hé ! Makarénine


Oui, si tu dois faire ton propre marketing à tes frais, et le travail pré-publication à tes frais, il faut se demander quelle est la valeur ajoutée de la maison d'édition, et surtout ce qui pourrait te pousser à leur céder un manuscrit pendant plusieurs années.

Là tu es sur le point de cumuler les inconvénients de l'autoédition (surcroît de travail, investissement financier) et ceux de l'édition classique (perte des droits sur ton manuscrit, faibles bénéfices), presque sans aucun avantage.
https://fabiendelorme.fr
 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


oui, je suis d'accord. Après, pensez vous vraiment qu'un livre ne se fait connaître qu'au bout de quelques années, j'en suis étonnée ce qui "justifierait" ces multiples dédicaces.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Ça dépend de la force de frappe de la ME. Un méga gros paquebot va faire voir les livres tout de suite dans toutes les FNAC, une petite barque aura plus de mal, jouera plus sur les réseaux sociaux où les choses peuvent aller très vite et où la guerre fait rage (dans le sens où il y a relativement peu de lecteurs et où un lecteur va souvent choisir entre les livres parce qu'il n'a pas forcément les moyens financiers ou de temps de tout lire). Après, j'aurais quand même envie de dire, mais peut-être me trompe-je, que c'est surtout l'inverse : au bout de quelques années, le livre "n'existe plus" dans le sens où même s'il est encore vendu par la boutique de la ME, commandable par les libraires, etc., il a été remplacé par la nouveauté. Et de la nouveauté il y en a tout le temps.
 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


c'est exactement mon ressenti. Il en va de même pour le cinéma, la chanson. Il n'y a souvent que la nouveauté qui attire. Par contre, un nouveau livre fait parfois vendre les anciens.

De toute façon, je rejoins l'avis de Fabiend et je suis contente de ne pas être la seule à avoir ce ressenti, étant une petite nouvelle dans le milieu de l'édition.
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1519
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Roland curieux


Ah ma connaissance, et je tiens cela de la bouche de mes éditrices, "la durée de vie d'un roman est de trois mois".

Vichyssoise qui est sur ce forum a tenté de décrocher des dédicaces pour son roman sorti en 2021, mais certains libraires ont répondu qu'il était trop vieux.
Quant à moi, je démarche les Salons pour tenter de m'inscrire comme autrice : il est souvent exigé une publication dans l'année.

Donc un bouquin de 10 ans ?
Soit ton interlocuteur te ment, soit il n'y connait vraiment rien.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


l'engagement prévu est de dix ans. Il est bien sûr révisable tous les deux ans. A votre avis, qui est le perdant lorsqu'on demande une révision ? Et qui devra payer la mise au pilon éventuelle des exemplaires invendus ? Je crois que l'astuce de ce contrat est là, mais je peux me tromper.
Pour moi, un livre a une durée "nouveauté" de six mois max, après il vit sa vie.
C'est comme pour un film, je verrai mal un acteur venir sur les plateaux faire la promotion d'un film sorti il y a plusieurs années
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Vu que le contrat te fait déjà payer les corrections, à mon avis le pilon serait pour toi aussi...
 
Verowyn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  307
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  20/01/2013
    
                         
Verowyn  /  Tapage au bout de la nuit


Je rejoins Enirtourenef et Elopez : on considère plutôt que la "durée de vie" d'un livre, dans notre système actuel de surproduction éditoriale, est très courte. Évidemment, c'est davantage vrai pour les livres placés en librairie par un diffuseur-distributeur qui sont très très vite remplacés par la fournée suivante. On peut imaginer une petite ME qui mise au contraire sur le temps long pour atteindre l'équilibre en tournant en salons et dédicaces dans les points de vente. Mais c'est le contraire de la norme, donc affirmer ça comme une vérité générale, c'est en effet soit prendre ses interlocuteurs pour des jambons, soit ne rien connaître au domaine.

Citation :
A votre avis, qui est le perdant lorsqu'on demande une révision ? Et qui devra payer la mise au pilon éventuelle des exemplaires invendus ? Je crois que l'astuce de ce contrat est là, mais je peux me tromper.

Tu peux me contacter par MP si tu veux que je jette un coup d'œil au contrat, je suis assez habituée à les décrypter et je peux aussi te dire si les clauses sont inhabituelles ou classiques. ^^
 
mmg
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  37
   Âge  :  63
   Localisation  :  pays de l'homme
   Date d'inscription  :  12/03/2021
    
                         
mmg  /  Petit chose


fin de l'histoire. Merci à toutes pour votre intérêt et surtout à Véro qui a su parfaitement décrypter ce contrat. J'ai pris mes jambes à mon cou. Le côté positif, c'est que mon roman ayant été proposé à des BL de cette ME, il a plu.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 retour d'expérience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication-