PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-36%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
69.99 € 109.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Pourquoi la poésie est-elle triste ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
questiondepointure
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  196
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  19/02/2021
    
                         
questiondepointure  /  Tycho l'homoncule


Sans te flatter, je trouve le sujet du topic très pertinent. J'ai à vrai dire la même impression, et pas seulement sur le forum. J'ai lu plusieurs revues de poésies contemporaines (de Décharge au regretté Coin de table en passant par des revues moins connues), et c'est globalement tristounet au possible. Les seules poésies gaies étant, ce n'est pas un hasard, les plus classiques, souvent celles du Coin de table. Le directeur de la revue en question, Jacques Charpentreau, était d'ailleurs l'auteur de beaucoup de poèmes "légers".

La tradition de la poésie comique, légère, qui remonte à très loin (je pense par exemple à certaines épigrammes de l'anthologie grecque ou à la Batrachomyomachie) et était très bien illustrée en France semble beaucoup moins à la mode. La faute, à mon avis, à l'image du poète et de la poésie depuis Verlaine, Rimbaud et consorts. Le poète doit être maudit, tourmenté. Il faut etre dark, merde ! Comme Baudelaire...

Le phénomène touche apparemment aussi la chanson, car Maurice Chevalier et Fernandel ne me paraissent pas avoir beaucoup d'héritiers de nos jours. S'il y en a, ils sont en tout cas peu diffusés, à tel point que beaucoup de gens ignorent totalement cette tradition de la chanson comique, et tombent de leur chaise quand on leur fait écouter "Félicie aussi", ou "Tout ça fait d'excellents Français". Bon ok, on a Pierre Perret et les Coquettes scratch

L'idée que l'art se moque des choses gaies me semble une échappatoire un peu facile pour expliquer cette évolution. D'ailleurs n'a-t-on pas vu un poète comme Tristan Corbière écrire des vers d'une noirceur certaine avant de devenir "Pierrot et volage" ? (même si pour ma part, j'aime beaucoup certains de ses premiers poèmes, aussi outrancièrement sombres puissent-ils être). Et Nietzsche, auteur de poèmes assez sérieux, vante la gaieté des Grecs antiques, le gout des anciens pour les choses légères (la "superficialité par profondeur". Reste à se demander si les hommes tourmentés d'aujourd'hui ne sont pas au contraire profonds par superficialité)

Je termine en conseillant à tous l'ode à Priape d'Alexis Piron, qui, mais c'est tout subjectif, me divertit bien davantage que toutes les divagations sur la dureté de la vie et le sens métaphysique profond de notre existence.


Dernière édition par questiondepointure le Mar 25 Jan 2022 - 17:12, édité 3 fois
https://www.wattpad.com/user/questiondepointure
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Profsamedi, je te donne l'avis que je ne suis pas pour moi-même : ne pas se laisser impressionner par sa propre timidité, ne pas rougir d'être jugé, surtout ici où la compagnie est bienveillante, sincère et toujours constructive dans ses remarques. Je bénis ce site, qui m'a beaucoup fait avancer, et beaucoup rassérénée dans la période où j'étais totalement déconcertée par les rapports (ou plutôt les non-rapports) avec mon éditeur.
J'aimerais bien lire une enquête de ton commissaire qui bien sûr ne pouvait pas s'appeler Dupont Very Happy ! Je suppose que tu fais dérouler tes romans dans des endroits que tu connais bien. Les miens se passent aussi en Bretagne, Loire Atlantique et plus précisément presqu'île guérandaise, mais cela dit, je n'en fais pas pour autant des "polars bretons" (j'ai déjà dit sur un autre fil le mal que je pense de ce genre, créé par Le Failler, qui s'en vante bien à tort selon moi). As-tu un éditeur n vu ?
Et quant à nous offrir quelques-uns de tes vers : rougis, rougis, c'est charmant ça ! La poésie c'est vrai est quelque chose qui relève peut-être plus de l'intime qu'un roman (dans lequel on peut noyer la sauce), enfin tout dépend du type de poésie, mais encore une fois, ici il n'y a que de la bienveillance...
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


questiondepointure a écrit:
La tradition de la poésie comique, légère, qui remonte à très loin (je pense par exemple aux épigrammes de l'anthologie grecque ou à la Batrachomyomachie) et était très bien illustrée en France semble beaucoup moins à la mode. La faute, à mon avis, à l'image du poète et de la poésie depuis Verlaine, Rimbaud et consorts. Le poète doit être maudit, tourmenté. Il faut etre dark, merde ! Comme Baudelaire..

Tellement vrai !...
Mais peut-être aussi la faute à un certain type de public, qui plébiscite cette image et affiche une moue un peu méprisante quand un poète n'y correspond pas
Il en va de la poésie comme des films ou des romans : tu as des gens qui ne jurent que par ce que Télérama recommande et ne feront pas l'effort d'aller voir ailleurs si des fois ça ne mériterait pas tout de même le détour... Smile
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


j'ai remarqué la même chose que @profsamedi. si tous les poèmes ici sont pessimistes, je me demande à quel point c'est représentatif de la population française, de sorte que ce serait la simple expression d'une râlerie sociétale
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Herclinze a écrit:
j'ai remarqué la même chose que @profsamedi. si tous les poèmes ici sont pessimistes, je me demande à quel point c'est représentatif de la population française, de sorte que ce serait la simple expression d'une râlerie sociétale

Ton opinion peut tout à fait se défendre, c'est même assez tentant de penser ça vu que pour les sociologues (français ou étrangers) on est en effet un peuple de râleurs, de violents (au sens qu'on préfère la lutte au compromis, enfin ça dépend dans quelle période de l'Histoire...) et de pessimistes (quel trio !), mais s'il faut faire un parallèle avec un fait de société, j'élargirais ton sentiment en disant qu'on a tendance à plutôt parler des trains qui sont en retard plutôt que de ceux qui arrivent à l'heure : c'est plus vendeur :mrgreen:
On a aussi une culture classique de grands dramaturges très valorisée par le corps enseignant, et on se sent un peu coupable de préférer la (pseudo) légèreté de Molière ou de Marivaux, ou les contes de Grimm ou de Madame d'Aulnoy,  au sérieux de Racine et Corneille, de Victor Hugo ou de Zola.

Le drame chez nous a plus la cote que le happy end, c'est comme ça, et le regard très condescendant de nos éditeurs pour tout ce qui "se termine bien" est assez révélateur (et que dire du mépris des éditeurs "sérieux" pour le genre Feel good !  :mrgreen: ). L'esprit anglo-saxon est très différent, donc oui il y a sûrement une composante culturelle nationale (ou plus large, selon le fond culturel local). Je n'irai cependant pas jusqu'à dire que la "poésie triste" est une représentation d'un mal-être social, mais pourquoi pas ?  Il y a peut-être aussi de ça...
 
Goodream
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  02/10/2019
    
                         
Goodream  /  Barge de Radetzky


Aie, partout ou je vais je vois des gens pour encenser cette fichue bretagne… mais cette région c'est le mal !
J'ai du déménagé à rennes par amour mais putain je vois plus le ciel depuis 4 ans ! 4 ans qu'il fait nuit !

Bref.

Pour la poésie je sais pas trop, moi aussi je ne comprends pas cette image permanente du poète tourmenté, peut-être que le poète moderne est tout simplement un inadapté.

Pt'être aussi qu'une majorité se sentent plus inspirés quand ils sont tristes plutôt qu'heureux ? Personnellement, je ne pense jamais à écrire quand je pète la forme… Cependant quand je suis triste, je pense écrire mais j'ai la flemme.

Bref, voila mon avis, la poésie est essentiellement triste tout simplement parce qu'un poète écrit souvent quand il triste, pt'être que bien souvent il est plus triste qu'heureux.

P'tain, j'ai pas envie d'être poète.

Quoi qu'il en soit Prof, bien souvent la réflexion la plus simple est bien souvent la bonne.

 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Goodream a écrit:
Aie, partout ou je vais je vois des gens pour encenser cette fichue bretagne… mais cette région c'est le mal ! J'ai du déménagé à rennes par amour mais putain je vois plus le ciel depuis 4 ans ! 4 ans qu'il fait nuit !  

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy  Va en paix, Goodrream, je te pardonne... et t'envoie du soleil Pourquoi la poésie est-elle triste ?  - Page 2 4179165162 Pourquoi la poésie est-elle triste ?  - Page 2 4179165162 Pourquoi la poésie est-elle triste ?  - Page 2 4179165162
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Emsi a écrit:

.../...pour les sociologues (français ou étrangers) on est en effet un peuple de râleurs, de violents (au sens qu'on préfère la lutte au compromis, enfin ça dépend dans quelle période de l'Histoire...) et de pessimistes (quel trio !), mais s'il faut faire un parallèle avec un fait de société, j'élargirais ton sentiment en disant qu'on a tendance à plutôt parler des trains qui sont en retard plutôt que de ceux qui arrivent à l'heure : c'est plus vendeur :mrgreen:
On a aussi une culture classique de grands dramaturges très valorisée par le corps enseignant, et on se sent un peu coupable de préférer la (pseudo) légèreté de Molière ou de Marivaux, ou les contes de Grimm ou de Madame d'Aulnoy,  au sérieux de Racine et Corneille, de Victor Hugo ou de Zola.

Merci pour cette explication.

Emsi a écrit:
Le drame chez nous a plus la cote que le happy end, c'est comme ça, et le regard très condescendant de nos éditeurs pour tout ce qui "se termine bien" est assez révélateur (et que dire du mépris des éditeurs "sérieux" pour le genre Feel good !  :mrgreen: ). L'esprit anglo-saxon est très différent, donc oui il y a sûrement une composante culturelle nationale (ou plus large, selon le fond culturel local).

Hug ! Grand Bisousours être très content Hug ! [joke]
Blague à part, mille mercis pour cette analyse qui dite par toi prend plus de poids, et c'est tant mieux.

Je n'en continuerai pas moins à rester indécrottablement le grand Bisounours happy-ender feel good à la guimauve rose flottant sur un douillet nuage de barbe à papa à la vanille. Je m'y sens très bien. (rire).


Emsi a écrit:
Je n'irai cependant pas jusqu'à dire que la "poésie triste" est une représentation d'un mal-être social, mais pourquoi pas ?  Il y a peut-être aussi de ça...

J'ose espérer que non.

Goodream a écrit:
.../...
Quoi qu'il en soit Prof, bien souvent la réflexion la plus simple est bien souvent la bonne.

J'aime aussi ton point de vue.
Je ne suis pas féru de littérature poétique ni de classicisme au sens "savant" du mot, mais j'ai aussi entendu parle de la "douleur" des romantiques et le fait que les poètes soient plus inspirés lorsqu'ils souffrent ou qu'ils écrivent mieux et plus facilement pour exprimer une douleur que du bonheur.

En attendant, mille mercis pour vos points de vue fort enrichissants.
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Profsamedi a écrit:
Merci pour cette explication.

Euh... ce n'est que mon point de vue Profsamedi, je n'ai pas la prétention "d'expliquer". Mais merci à toi pour ton message. Et moi aussi je reste une indécrottable  bisounourse qui ose dire qu'elle aime La petite maison dans la prairie (c'est un exemple, mais j'assume de le citer:mrgreen:  !) et toute cette sorte de chose, MAIS qui précise toujours qu'aimer une chose ne veut pas dire ne pas en aimer d'autres !!!
Parce que là aussi il y a quelque de trrrrès français et de trrrrrrès agaçant, c'est le manichéisme, l'étiquetage, le rangement dans UNE catégorie et une seule (tiens, bizarre, ça nous ramène aux formulaires des éditeurs !!!). si tu aimes les Beatles, ça veut dire que tu n'aimes pas les Stones, si tu es montagne ça veut dire que tu n'es pas mer, si tu es chat, ça veut dire que tu n'aimes pas trop les chiens. Et donc si tu es fleur bleue, ça veut dire que tu n'appartiens QUE au monde Bisounours et que tu ne comprends pas les autres mondes ni leurs "habitants"...

Pfff. Mais voilà que je m 'égare encore (ou pas).
Bon, à table
À plus tard.
 
Goodream
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  02/10/2019
    
                         
Goodream  /  Barge de Radetzky


Si tu aimes Star Trek tu n'aimes pas Star Wars !

De rien Prof, moi j'ai toujours une facile très simple de résumer une chose, pour certain c'est de la fainéantise intellectuelle mais dans l'absolue ( et comme dans 99% des cas) ma sagesse de pilier de bar est bien souvent la meilleure.

Non sérieusement, c'est bien français de vouloir toujours se compliquer la vie...
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Emsi a écrit:
Herclinze a écrit:
j'ai remarqué la même chose que @profsamedi. si tous les poèmes ici sont pessimistes, je me demande à quel point c'est représentatif de la population française, de sorte que ce serait la simple expression d'une râlerie sociétale

Ton opinion peut tout à fait se défendre, c'est même assez tentant de penser ça vu que pour les sociologues (français ou étrangers) on est en effet un peuple de râleurs, de violents (au sens qu'on préfère la lutte au compromis, enfin ça dépend dans quelle période de l'Histoire...) et de pessimistes (quel trio !), mais s'il faut faire un parallèle avec un fait de société, j'élargirais ton sentiment en disant qu'on a tendance à plutôt parler des trains qui sont en retard plutôt que de ceux qui arrivent à l'heure : c'est plus vendeur :mrgreen:
On a aussi une culture classique de grands dramaturges très valorisée par le corps enseignant, et on se sent un peu coupable de préférer la (pseudo) légèreté de Molière ou de Marivaux, ou les contes de Grimm ou de Madame d'Aulnoy,  au sérieux de Racine et Corneille, de Victor Hugo ou de Zola.

je ne voulais pas pousser le stéréotype jusque-là. je suis franco-néerlandais, et les néerlandais (on l'a vu récemment) savent manifester violemment, et ils sont aussi dépréciateurs de leur propre pays. la preuve que les clichés ne fonctionnent pas : les français passent pour un peuple chauvin à l'étranger, or les français sont justement critiques, tandis que d'autres sont effectivement chauvins. c'est comme si le peuple français était une contradiction. en fait, ça s'appelle être "normal". le peuple français est normal. pour le corps enseignant, je n'ai jamais vu personne culpabiliser une autre de lire molière plutôt que racine
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Goodream a écrit:
Si tu aimes Star Trek tu n'aimes pas Star Wars !.../...

Quelle horreur !!!!!   affraid
J'adÔÔÔre les deux !!!!!  :mrgreen:
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Rhooo, ça ne vaut pas Retour vers le futur et la DeLorean... (attention, on glisse doucement vers le flood là, on va se faire rappeler à l'ordre Evil or Very Mad )
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Rolling Eyes

Il y a pourtant une certaine popésie dans ces films.
Et pas forcément triste. :mrgreen:
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  835
   Âge  :  71
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Entièrement d'accord. Comme déjà dit plus haut, la poésie n'est pas que versification, on peut la trouver dans bien des choses. Mais bon, je pense que l'objet de ce fil (bon là je fais une tentative de nous remettre dans le droit chemin), que tu as d'ailleurs initié, c'est la poésie versifiée.
Malgré tout, cette interrogation sur ce que véhicule la poésie m'amène à une question : quel serait le synonyme de "poétique" ? Je ne pense pas que ce serait "triste". Non plus que "joyeux" d'ailleurs.
Dans "poétique" je mettrais une notion de douceur. Même les grandes gestes guerrières ou les chansons de guerre peuvent être poétiques, et alors  il faut terriblement se méfier de l'image fortement idéalisée qu'elles véhiculent sur tel ou tel personnage, image encore sublimée par une belle mélodie. Et là mon regard se porte vers l'Amérique du sud, hum). Du coup "poétique" serait-il synonyme de "falsifié" ?... Ou tout au moins de "idéalisé" ?
Comme quoi, il est bien difficile de "situer" la poésie.
En tout cas j'ai beaucoup aimé l'une des premières réponses, qui faisait référence aux traditions antiques de poésie.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Pourquoi la poésie est-elle triste ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-