PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + ...
Voir le deal
20.99 €

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 fluidité dans texte historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
ceanothe
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  29/04/2021
    
                         
ceanothe  /  Homme invisible


Bonjour, comment donner de la fluidité dans l'écriture d'un texte qui doit répondre aux contraintes historiques?
Mon essai de "roman" est basé essentiellement sur la vie de mon village. Chronologie rythmée par les résultats de longues recherches effectuées auprès des archives etc...
Le tout sera cadencé au présent et accompagné d'illustrations.
J'ai donc démarré affraid cet écrit, mais, le lecteur, lui qu'attend-il? un personnage fort? sur une longue période de 500 ans, cela s'avère compliqué. Quelle petite musique grammaticale pourrait éveiller son intérêt?
Il est évident que, pour celui qui n'apprécie pas ce qui a trait à l'historique, la lecture peut devenir très vite lassante.
merci.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2340
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Il faut donner un fil conducteur à ton récit : la vie d'une famille, d'une exploitation, d'un bâtiment.
Sinon, tu peux aussi faire une juxtaposition de nouvelles dans l'ordre chronologique, ce qui te permet de sauter d'un point d'intérêt à un autre, tout en ayant des histoires construites qui maintiennent l'intérêt du lecteur.
Autre solution, faire un essai. Du coup, tu sors de la contrainte "roman" et tu es plus dans un livre purement historique dans lequel tu vas décrire tes recherches (bon après, je ne sais pas combien de gens seront vraiment intéressés par la vie d'un village lambda en France, sans offense).
En ligne
 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1860
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Journal du posteur


Le fil conducteur peut aussi être des personnages différents et non issus d'une même lignée mais avec un ou plusieurs points communs comme un métier, un trait de caractère, une ambition, un centre d'intérêt etc.
Après, tout dépend de ce que raconte, dans le fond, ton roman.
https://www.instagram.com/mardi.mardiii/
 
ceanothe
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  29/04/2021
    
                         
ceanothe  /  Homme invisible


merci Tengaar et Mardi pour ces excellentes suggestions. Cela va me permettre d'étoffer.
voici le début du texte en question:

Puis arrive l’humain prédateur magistral dont le néolithique marquera le début de l’accroissement démographique de l’espèce. Cet Homo sapiens  va se fondre dans le décor entre – 6000 et – 2200 ans avant notre ère. Il laissera un témoignage exceptionnel d’occupation sur notre sol dans ces vastes plaines appelées aujourd’hui (nom du village). Ici et là quelques silex, des haches polies, des grattoirs et des perçoirs.

Les terres chaudes avaient laissé la place au froid, au vent glacial, piège mortel dans de vastes solitudes implacablement glacées.  Ces formidables forces terrestres ne laissent aucun répit à ce début d’humanité, mais, des êtres humains obstinés, vont pourtant y vivre en s’adaptant tant bien que mal. On ne sait pas d’où ils sont partis ni où ils vont ni quel regard ils portent vers le futur mais ils laissent définitivement derrière eux l’époque du troupeau primitif.

Enfants de la terre, du soleil, du feu et de l’eau, c’est un Clan sans nom et sans états d’âmes.
Nomade éternel, vie fugace et guidé par son seul instinct de survie, il n’a aucune peur de l’inconnu et il est curieux de tout. Il avance, irrésistiblement, toujours plus loin, espérant trouver quelque nourriture et de l’eau. Riche d’un savoir ancestral, il est probablement arrivé sur notre sol accidentellement. C’est un Clan des chasseurs-cueilleurs. Ce sont aussi de redoutables chasseurs qui maîtrisent l’art du feu, des armes de chasse et des haches polies.

En ce temps-là, l’hiver s’est installé, encore plus terriblement glacé que le précédent. Dans l’épaisse et mystérieuse forêt recouverte de neige, des bruits furtifs ne laissent présager rien de bon. Dans les brumes glacées du crépuscule, avec un frémissement imperceptible, le clan sans nom, dans un même élan, se meut difficilement. Vulnérable, pétri par la douleur d’un froid mordant, de la faim et de la mort, il continue d’avancer dans l’impénétrable forêt hostile et son cruel environnement.

Dans cette vaste forêt primitive dense et inhospitalière, bruissant de mille bruits sauvages,
il n’y a pas de grottes où se réfugier. Mais elle est giboyeuse, pleine de promesses et riche d’une précieuse ressource : l’eau. Abandonnant alors un temps son mode de vie nomade, le Clan s’installera près d’un rû (dénommé bien des siècles plus tard : rû de...) ou près d’autres sources profondes et abondantes vives et claires qui s’offrent à lui. Il trouve en ces lieux...
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2340
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Alors personnellement, je ne suis pas fan de cette narration un peu ... "ampoulée". Surtout pour dire qu'un groupe de chasseurs-cueilleurs est venu s'implanter là parce qu'il y avait de l'eau et du gibier, ce qui est à peu près ce que tout le monde sait sur le sujet. C'est assez long et pas vraiment informatif ni très intéressant narrativement parlant.
Personnellement soit je privilégierai une narration qui suit vraiment un groupe qui décide de s'installer là, soit j'expédierai ça en deux lignes, soit je ferai trouver les silex et autres hachoirs polis par un personnage qui en déduirai la date de peuplement.
En ligne
 
ceanothe
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  29/04/2021
    
                         
ceanothe  /  Homme invisible


voilà pourquoi l'aide du groupe est précieuse; encore merci Tengaar. Je revois tout cela. Shocked
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2340
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Ce qui me fait penser que dans tes choix de fils conducteurs, tu as aussi l'historien qui vient pour découvrir l'histoire du patelin, pour une raison X.
En ligne
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5411
   Âge  :  122
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Une histoire, c'est : "des personnages intéressants veulent quelque chose d'important et c'est compliqué".

Si tu cherches à dramatiser ton récit, à mon avis, il faut que tu t'appuies plus sur la question de l'objectif ("veulent"), de l'enjeu ("quelque chose d'important") et de l'obstacle ("c'est compliqué").

Si ton récit offre un panorama entre différentes époques, tu peux réfléchir à ça pour chaque personnage dont tu vas suivre les aventures. Choisis déjà les anecdotes historiques que tu souhaites absolument raconter, décide ensuite sous quel point de vue tu vas les raconter (qui raconte ? un de tes personnages ?) et cherche ensuite quel fil conducteur pourrait relier ces différentes anecdotes entre elles.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
ceanothe
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  29/04/2021
    
                         
ceanothe  /  Homme invisible


Bonjour, je ne peux que vous remercier bien vivement pour votre aide (Tengaar et Mokkimy) car les perspectives d'écriture que vous m'offrez me permettent de voir sous un angle nouveau la mise en valeur des recherches "historiques". Very Happy
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2340
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Mais sinon, tu n'es pas obligée d'écrire un roman. Un essai peut également être très efficace et intéressant.
En ligne
 
Hortense
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  55
   Âge  :  34
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Ou pas ?
   Date d'inscription  :  31/10/2021
    
                         
Hortense  /  Clochard céleste


Bonjour,

Je me faisais la même réflexion que Tengaar. Tu as certes un contexte, mais si tu écris un roman, il y a forcément une partie fictive. Des dialogues, un quotidien, des personnages que tu imagines...
Je doute que les chasseurs cueilleurs soient des personnages. S'ils le sont, il leur manque tout l'attirail qui va avec : la personnalité, les ambitions, les désirs et les difficultés (sans même parler de leur donner un nom, pour que le lecteur les identifie).

D'autre part, tu dis que tu écris au présent, mais ton extrait oscille entre le présent et le futur, ce qui est assez perturbant : ce genre de texte se retrouve plus en conclusion qu'en introduction, en ouverture sur un Après.

Si c'est un essai, il faut quand même qu'il y ait un enjeu, une question en filigrane : comment le passé interagit avec le présent, pourquoi le village est agencé de cette manière, etc. Il ne s'agit pas seulement de relater des faits, mais de les analyser avec du recul.

A ce stade, je pense qu'écrire est prématuré. Tu as le socle de connaissances, mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour se lancer dans l'écriture. Il te reste des choix à faire... Smile
https://hortensemerisier.wordpress.com/
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13986
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


A vrai dire... je ne m'étais jamais posé la question de si un contexte historique peut gêner la fluidité du récit
scratch Pourtant, je sais d'expérience que les contraintes du cadre spatio-temporel ne facilitent pas l'élaboration du texte et que le besoin de glisser les précisions utiles au lecteur est un gros facteur alourdissant.
Effectivement, la fluidité peut être mise en péril par l'aspect historique !
Néanmoins, il y a aussi des périls sur d'autres types de récits.
Le danger, à mon avis, est surtout au premier jet, et réductible lors du peaufinage, exactement comme pour du contemporain ou du SFFF.
Cependant, il est important d'avoir les idées claires quant à l'univers à décrire, c'est à dire la période traitée. Selon le degré de précision recherché, cela peut se révéler très chronophage.
Il va de soi que les personnages aussi doivent être bien définis, ce qui n'est pas aussi facile qu'avec des personnages actuels ou imaginaires, car il faut se plonger mentalement dans l'époque pour se mettre dans leur peau. A mon avis, c'est la partie la plus difficile.
:write: En écrivant, il faut prendre garde à ne pas assommer le lecteur sous les explications.
Cela n'est pas propre aux textes historiques, car en SFFF c'est un écueil fréquent, mais en l’occurrence, c'est un problème incontournable.
Evidemment, il y a danger pour la fluidité, sur ce point, mais selon mois, c'est gérable.
Et comme dit plus haut, c'est à mon avis gérable.
Le tout est de ne pas te lancer dans un exposé historique. Tu écris un roman, pas un documentaire. Comme pour tout texte, il faut savoir laisser des éléments de background sur le côté.


Concernant ton extrait : heuuu...
Je n'accroche absolument pas au premier paragraphe, qui me semble très lourd. A ce niveau du texte, le décrochage n'est absolument pas relatif au genre historique.
Tu sembles vouloir commencer sur un style poético-épique et un ton grave. Neutral En un premier temps, c'est à dire pour le premier jet, je te conseille de prendre un style simple, quitte à changer des tonnes et des tonnes quand tu repasseras sur le texte en peaufinage.

Citation :
Cet Homo sapiens  va se fondre dans le décor entre – 6000 et – 2200 ans avant notre ère.
Citation :
Dans cette vaste forêt primitive dense et inhospitalière, bruissant de mille bruits sauvages,
Essaye de faire en sorte qu'on arrive à localiser plus ou moins le cadre.
Plongée dans un roman historique, il n'est pas rare que j'aille chercher un peu de documentation pour "épaissir mon bagage" et mieux entrer dans le texte. Sur ton extrait, j'en serais totalement incapable parce que je n'ai aucune idée de quelle date exacte ni quel lieu.
Comme c'est un tout-début, il est très possible que les précisions arrivent ensuite, voire très vite. Tu n'es pas obligé de décrire tout tout de suite.
Par contre, si tu veux jouer la carte du style poétique et mystérieux, il faudrait la jouer à fond, avec description de sous-bois enneigé ou de veillée de la tribu autour des braises
http://scriptorium2.canalblog.com
 
ceanothe
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  10
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  29/04/2021
    
                         
ceanothe  /  Homme invisible


Bonjour, merci à Hortense et Séléné pour leurs éclaircissements également très appréciés. N'est pas écrivain qui veut. Very Happy . Mon écueil: une montagne de renseignements historiques,épiques. Je pars digérer toutes ces nouvelles connaissances obtenues grâce à vous tous,en me retirant dans ma tanière... Very Happy What a Face
 
Lampeverte
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  39
   Âge  :  50
   Date d'inscription  :  21/01/2022
    
                         
Lampeverte  /  Petit chose


Je plussoie toutes les remarques faites et j’en ajouterais une : ne pas surjouer le côté primitif, le disque de Nebra qui donne la position des pléiades et permet d’ajuster année solaire et lunaire date d’environ 1600 avant Jc… c’est hyper compliqué d’aborder le neolithique et l’âge du bronze parce que au final on a peu de traces, mais on se doute que les sociétés étaient sans doute plus complexes que ce que l’on a longtemps cru.
 
AlexB
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  56
   Âge  :  46
   Date d'inscription  :  15/12/2021
    
                         
AlexB  /  Clochard céleste


ceanothe a écrit:
Bonjour, comment donner de la fluidité dans l'écriture d'un texte qui doit répondre aux contraintes historiques?
Mon essai de "roman" est basé essentiellement sur la vie de mon village. Chronologie rythmée par les résultats de longues recherches effectuées auprès des archives etc...
Le tout sera cadencé au présent et accompagné d'illustrations.
J'ai donc démarré affraid cet écrit, mais, le lecteur, lui qu'attend-il? un personnage fort? sur une longue période de 500 ans, cela s'avère compliqué. Quelle petite musique grammaticale pourrait éveiller son intérêt?
Il est évident que, pour celui qui n'apprécie pas ce qui a trait à l'historique, la lecture peut devenir très vite lassante.
merci.

Et si ton personnage principal était le village en lui-même. Tu dis qu'il a 500 ans (du moins les archives que tu as consultées). 500 ans c'est long pour un humain :woowoo: mais pour un village ?

Je ne sais pas du tout comment tu peux envisager de faire du village le personnage principal mais s'il a vécu durant les 500 ans des événements intenses, particuliers, des guerres, des pandémies, je ne sais quoi d'autres, tu dois pouvoir t'en servir.

Ce qui est certain c'est qu'il te faut quelque chose de fort (personnage, intrigue,etc.) pour donner envie au lecteur de suivre 500 ans d'histoire. Mais, à mon avis, avec un traitement original c'est tout à fait possible !

Le village peut également être le narrateur. Je n'ai pas lu le dernier livre de Clara Dupont-Monod mais ma femme m'a dit que le narrateur de l'histoire était les vieilles pierres d'une maison. Déroutant au débit mais apparemment assez jouissif par la suite.


Dernière édition par AlexB le Jeu 27 Jan 2022 - 11:10, édité 1 fois
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 fluidité dans texte historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-