PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Je me présente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Lolophi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1
   Âge  :  65
   Date d'inscription  :  23/09/2021
    
                         
Lolophi  /  Début de partie


Je me présente, au risque de surprendre dans cette belle communauté de jeunes artistes.
Je ne me considère pas comme auteur, mais comme artiste, car je l’ai été tout au long de ma carrière en qualité de musicien professionnel. La retraite ayant pointé le bout de son nez, j’ai enfin réussi m’adonner à un autre de mes plaisirs, écrire.
J’ai écrit trois romans d’aventures/thriller, nimbé de l’idée que je n’aurais aucune difficulté à atteindre le Graal. C’est-à-dire le compte d’éditeur.
Comme beaucoup, je les ai envoyés à nombre de maisons d’édition connues et sérieuses.
Après des délais éprouvants, toutes les réponses furent négatives, tandis que mes envois aux maisons à compte d’auteur étaient un succès phénoménal.
Après étude des contrats proposés, l’évidence jaillit, fulgurante et destructrice !
La période d’ire passée, j’ai cherché à comprendre et en ai tiré moult conclusions, que je me permets d’énoncer ici :
En premier lieu, je citerai la motivation personnelle. En effet, me concernant, j’ai 65 ans et ne souhaite pas faire carrière en tant qu’auteur, si tant est que cela soit possible. Mais alors, pourquoi vouloir se faire éditer ? À cela, j’ai plusieurs réponses. Comme tout artiste, j’ai envie d’être lu : j’ai aimé être écouté dans ma carrière. Nourri d’applaudissements, l’artiste exulte.
C’est peut-être une démarche pour moi orgueilleuse, ou un peu cabotine, mais je souhaite laisser des traces.
J’en viens donc à ces fameuses maisons d’édition à compte d’auteur qui semblent souvent détestables. Je fais donc une rapide estimation. Les grosses maisons d’édition à compte d’éditeur reçoivent en moyenne 1000 manuscrits par an. Ils en retiennent 5, et sur ces 5, 2 sont déjà des noms connus. Sur les 3 restants, il me semble évident qu’il est important pour eux de miser sur de jeunes talents.
Voilà, la messe est dite !
La quête du Graal, en fait, n’est envisageable que pour un petit nombre.
Me voilà donc, désappointé, à m’interroger !
M’autoéditer ou trouver un palliatif ?
Comme beaucoup, je découvre le lys bleu. Certes, qui n’a rien d’un éditeur à compte d’éditeur, mais qui semble quand même beaucoup moins cher que d’autres. Tous frais confondus.
Ma conclusion est que,  pour mon cas particulier, cela semble me convenir. Il ne faut pas bien sûr en déduire quoique ce soit pour d’autres personnes.
Un autre évènement est aussi apparu depuis bientôt 2 ans ! Cette maudite pandémie qui a poussé certains éditeurs à ne même plus accepter de manuscrits.
Il est aussi important de noter, à mon sens, qu’être édité, n’a rien de comparable à ne pas l’être. En effet, devenir visible peut, si le talent est omniprésent, permettre de se faire repérer.
C’est ainsi que dans la musique, cela fonctionne souvent.








[/justify]
 

 Je me présente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Communauté :: Accueil-