PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 Degré de finition d'un roman accepté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  275
   Âge  :  35
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Autostoppeur galactique


Nedjma a écrit:
Bonjour Charliie, effectivement les expériences sont variées. Pour mon roman aux éditions du Jasmin, il y a eu trois phases de corrections : d'abord l'éditeur m'a demandé de modifier des aspects importants du texte, en me donnant un cadrage (supprimer des personnages, clarifier la première partie, rectifier des longueurs ou au contraire installer davantage certaines scènes). J'ai donc proposé une nouvelle version qui tenait compte de ces directives. Ensuite, une autre personne a annoté mon manuscrit dans le détail. Il y avait de tout, remarques de style, petites incohérences, syntaxe, remarques sur le fond... J'ai eu quelques semaines pour examiner les commentaires et propositions d'améliorations, puis nous avons repris chaque page (par téléphone), en nous mettant d'accord sur tout. Enfin, il y a eu l'étape des corrections finales : fautes de frappe, orthographe, ponctuation, mise en page.
Après tout ce travail, le roman était bien meilleur : ça valait la peine !

Merci pour ton témoignage, c’est très intéressant !
Je trouve rassurant de savoir qu’un éditeur est capable d’accepter un texte tout en y trouvant des choses à redire et à modifier, au point même de supprimer des personnages ou des scènes.
C’est le genre de questions que je me suis posée après qu’on m’ait dit « oh tu sais, ils cherchent surtout des choses prêtes à imprimer vu le nombre de soumissions ».
 
Nedjma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  900
   Âge  :  32
   Pensée du jour  :  Pantagruélisme : vous entendez que c'est certaine gaieté d'esprit confite en mépris des choses fortuites
   Date d'inscription  :  01/08/2015
    
                         
Nedjma  /  Bile au trésor


charliie a écrit:

Je trouve rassurant de savoir qu’un éditeur est capable d’accepter un texte tout en y trouvant des choses à redire et à modifier, au point même de supprimer des personnages ou des scènes.
C’est le genre de questions que je me suis posée après qu’on m’ait dit « oh tu sais, ils cherchent surtout des choses prêtes à imprimer vu le nombre de soumissions ».

Alors ce n'est pas faux, au sens où la première fois que j'ai eu l'éditeur au téléphone, il m'a bien expliqué que le texte lui semblait déjà "publiable" (pas de souci dans l'intrigue, quasiment pas de fautes), sans quoi il n'aurait pas signé avec un nouvel auteur qu'il ne connaissait pas, et dont il ignorait la capacité de travail et la capacité à modifier son manuscrit. J'avais essayé de rendre quelque chose d'abouti, et je ne pouvais pas faire mieux toute seule. J'avais besoin d'un regard extérieur, notamment pour cette histoire de personnages (dans la première partie, il y avait beaucoup de personnages secondaires, l'éditeur trouvait inutile d'infliger au lecteur de mémoriser tous ces noms, alors qu'on pouvait les fusionner, et il avait clairement raison).
Ce que j'ai apprécié, c'est qu'on n'était pas dans un face à face, l'auteur "contre" l'éditeur. Il y avait toujours au moins 3 personnes dans la discussion, moi et deux de chez eux. Parfois l'un des deux était plutôt d'accord avec moi, ça rendait le débat plus confortable pour moi. Smile
https://evadezulier.wixsite.com/website
 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  275
   Âge  :  35
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Autostoppeur galactique


Nedjma a écrit:
J'avais essayé de rendre quelque chose d'abouti, et je ne pouvais pas faire mieux toute seule. J'avais besoin d'un regard extérieur
Oui c’est exactement là où j’en suis. Je ne vois pas quoi faire d’autre avec le texte après sept cent mille passes de tout genre, et je recherche vraiment un partenaire capable d’avoir suffisamment de recul pour rendre tous les passages les plus efficaces possibles, sachant que j’ai déjà fait de mon mieux 😊
C’est de cette collaboration dont j’ai vraiment super envie 🙂
 
marie-do
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  31
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  04/07/2020
    
                         
marie-do  /  Petit chose


charliie a écrit:
Nedjma a écrit:
J'avais essayé de rendre quelque chose d'abouti, et je ne pouvais pas faire mieux toute seule. J'avais besoin d'un regard extérieur
Oui c’est exactement là où j’en suis. Je ne vois pas quoi faire d’autre avec le texte après sept cent mille passes de tout genre, et je recherche vraiment un partenaire capable d’avoir suffisamment de recul pour rendre tous les passages les plus efficaces possibles, sachant que j’ai déjà fait de mon mieux 😊
C’est de cette collaboration dont j’ai vraiment super envie 🙂


Personnellement j'ai eu aussi cette expérience et pourtant on m'avait dit comme toi que les éditeurs ne cherchaient que des textes quasiment publiables en l'état et ultra-aboutis. Ce n'est pas toujours vrai. Pour moi il s'est passé plusieurs semaines et plusieurs étapes entre le 1er contact avec l'éditeur et la proposition de contrat. On a d'abord échangé un peu par téléphone, j'ai renvoyé une nouvelle version 3 semaines plus tard puis ensuite ils ont annoté le manuscrit avec quelques commentaires et remarques sur le fond ou sur la forme. Quelques suggestions ou des orientations pour m'aider à retravailler certains passages et ce fût au final hyper fructueux et surtout cela m'a permis de tirer le meilleur et de considérablement enrichir le texte. Je crois d'ailleurs que je n'aurais pas eu le courage de faire ce re-travail si je ne sentais pas mou-même combien c'était mieux...Quand c'est ton 1er texte , je pense aussi que pas mal d'éditeurs peuvent aussi chercher à tester ta capacité à prendre en compte leurs remarques, à retravailler le texte , avant de te proposer un contrat, ou pas car je pense que tout peut se voir.
 
charliie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  275
   Âge  :  35
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  28/05/2021
    
                         
charliie  /  Autostoppeur galactique


marie-do a écrit:
Personnellement j'ai eu aussi cette expérience et pourtant on m'avait dit comme toi que les éditeurs ne cherchaient que des textes quasiment publiables en l'état et ultra-aboutis. Ce n'est pas toujours vrai. Pour moi il s'est passé plusieurs semaines et plusieurs étapes entre le 1er contact avec l'éditeur  et la proposition de contrat. On a d'abord échangé un peu par téléphone, j'ai renvoyé une nouvelle version 3 semaines plus tard puis ensuite ils ont annoté le manuscrit avec quelques commentaires et remarques sur le fond ou sur la forme. Quelques suggestions ou des orientations pour m'aider à retravailler certains passages et ce fût au final hyper fructueux et surtout cela m'a permis de tirer le meilleur et de considérablement enrichir le texte. Je crois d'ailleurs que je n'aurais pas eu le courage de faire ce re-travail si je ne sentais pas mou-même combien c'était mieux...Quand c'est ton 1er texte , je pense aussi que pas mal d'éditeurs peuvent aussi chercher à tester ta capacité à prendre en compte leurs remarques, à retravailler le texte , avant de te proposer un contrat, ou pas car je pense que tout peut se voir.

Ah c'est vraiment chouette !
Venant à l'origine du scénario et du jeu, on est vraiment dans une écriture d'équipe, et j'avoue que j'aime aussi cette dynamique, je trouve qu'on est toujours plus fort à réfléchir à plusieurs sur un texte, même si j'aime aussi le moment de la réflexion et l'écriture en solitaire.
Je pense que c'est ce dont j'ai le plus hâte avec ces réponses d'éditeur, de pouvoir retrouver cette collaboration...
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  achemeneu
   Date d'inscription  :  10/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Effleure du mal


Bonjour

Concernant la maison d'édition qui m'a publiée, elle accepte un manuscrit quasi finalisé et conseille l'auteur dans quel sens reprendre son récit. Elle tient à ce que l'auteur reste maitre de son œuvre et refuse d'y toucher outre mesure.
Je sais que d'autres maisons finalisent elles-mêmes les points à modifier, Albin Michel, par exemple.

En espérant t'avoir aidée, bonne journée.
 

 Degré de finition d'un roman accepté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-