PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 déterminer son public

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Fulgrimander
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  18/08/2021
    
                         
Fulgrimander  /  Magicien d'Oz


Hola I love you

Alors, je suppose que le sujet a dû être abordé, mais je n'ai rien trouvé de concluant alors je me permets de remettre ça sur le tapis (si ça gêne, fouettez-moi, je suis navrée d'ennuyer mon monde Arrow )

Etant auto-éditée (bon, ce roman est clairement à retravailler alors je ne vais pas m'en vanter) j'ai eu beaucoup de mal à avoir un public, hormis quelques personnes ici ou là.
Et travaillant sur d'autres projets, me vient une question qui me taraude, d'autant plus que cela risque de jouer sur le choix des ME auxquelles je vais envoyer lesdits projets :

Comment déterminer le public cible / l'âge cible d'un roman ?

Je m'explique : j'écris un peu de tout, mais ma vision de la chose, c'est j'écris et puis basta, je suis passionnée dans le genre fougueuse, alors je me pose peu de questions et quand l'inspiration vient, faut écrire jusqu'à épuisement tongue
Cependant je me trouve souvent devant mes textes/débuts de romans à me dire : très bien, tout ça, mais pour qui ? Quel public pourrait lire ça ?
J'écris pour de la jeunesse, en ce moment, mais je ne saurai dire quelle tranche d'âge viser.
Pareil, j'ai un projet sur du fantastique, mais je n'ai AUCUNE idée de qui pourrait lire ça (tout le monde j'ai envie de dire, mais ...)

Je n'ai pas envie de cibler l'âge des lecteurs vis-à-vis de l'âge du protagoniste (notamment parce que les thèmes abordés, la façon dont ils le sont ne sont pas forcément en adéquation avec l'âge) ; je me retrouverai à vendre mon livre fantastique avec ma grand-mère comme héroïne à des personnes âgées ?  Mouhahaha Bref, c'est un peu fouillis tout ça pour moi.

Alors voilà, je me tournicote l'esprit avec ce genre de questionnements en me demandant si je ne fais pas les choses à l'envers :noes:
Est-ce que je devrais d'abord choisir le public avant d'écrire ?
Est-ce qu'il y a des limites un peu floues dans les genres/tranches d'âges ? Ou est-ce que je suis folle ? Arrow

J'avouerai qu'avoir vos avis là-dessus m'intéresse beaucoup. :flower: Merci d'avance à vous, paix et bonheur I love you
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1903
   Âge  :  37
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Alors je dirais, ça dépend si tu écris pour le plaisir ou pour la professionnalisation.
Si c'est pour la professionnalisation, oui, il faut déterminer le public cible avant d'écrire le livre, c'est mieux. Et ce qui est encore mieux c'est de s'y tenir d'un livre à l'autre.

Sinon, ton public tu peux le déterminer en répondant à des questions de type :
- quel est le genre de mon roman ?
- quels sont les messages de mon roman ?
- quels romans sont proches du mien (à quels lecteurs pourrais-je recommander mon roman, en mode "tu as aimé ça ? tu vas adorer mon livre)
- quel est le registre de langue employé ? (parce qu'on n'utilise pas le même style pour écrire à des enfants de 8 ans et à des adultes)
- cinq mots pour décrire ton roman

Voilà ça devrait débroussailler un peu.
Après, j'avoue, déterminer les catégories jeunesse, j'ai un peu de mal, il faut voir avec les auteurs jeunesse ici, s'ils ont des tips plus précis.
 
Fulgrimander
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  18/08/2021
    
                         
Fulgrimander  /  Magicien d'Oz


L'idée étant de l'envoyer à une ME, je pense que la professionnalisation est mon objectif.
(même si, apparemment, je suis encore loin d'en voir tout les tenants et aboutissants, diable.)

Par s'y tenir d'un livre à l'autre, qu'entends-tu ?
Garder le même public, écrire pour un public donné ?

Moi qui suis mauvaise pour m'ordonner et synthétiser, il va falloir que je fasse des efforts What a Face
Mais merci, tes pistes sont très intéressantes à suivre, je tenterai de me poser avec tout ça une fois sortie du boulot.
Je pense que ce qui va coincer, dans la catégorie jeunesse, serait le vocabulaire et le registre employés ; peut-être un peu trop soutenu, pompeux, que sais-je.
Il faudrait que je lise également plus de livres dans la catégorie que je vise, je pense.

Mais je suis rassurée de voir que les catégories "jeunesse" ne sont pas obscures que pour moi What a Face
J'ai l'impression parfois d'un sacré fourre-tout, ce qui ne m'aide guère à m'y retrouver.
Merci pour tes indications en tout cas, je vais plancher là-dessus - et essayer de me tenir au fait de trouver un public avant de me lancer comme un engin de siège sur mon écriture.
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  742
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Blanchisseur de campagnes


embryon de réponse, avec peut-être des bêtises dedans :
En édition, la catégorie "jeunesse" ou "young adult" implique des thèmes "sages" aka, rien de graphique. Ni gore ni sexe. Et je crois que c'est mieux quand le ou la protagoniste permet au lectorat de s'identifier : avantage aux héros de l'âge des lecteurs.

Tu fais la blague sur les personnages âgées, mais faut pas essayer d'établir des lignes strictes, je pense. Tout ça est poreux. On peut imaginer un roman jeunesse avec une mamie comme héroïne, mais dans ce cas tout va se jouer sur l'intrigue. Que va-t-elle faire, pourquoi ? Il faut que ça ait un attrait pour les jeunes. Si elle philosophe sur le bon vieux temps en buvant de la verveine, ça ira plutot dans "littérature du terroir".
Si elle trouve une recette de potion pour lui rendre sa jeunesse mais que ça implique une quête à travers les passages secrets du métro... déjà peut-être un peu plus. A fortiori si elle rencontre en route quelques sidekicks bien pêchus. (puis alors si à la fin elle réussit et retrouve ses 20 ans, PAF on retombe sur nos pieds).
Pas parce que "avoir un perso de 20 ans est obligatoire" mais parce qu'un lectorat de lycéen-nes un peu geeks s'y retrouvera sans doute plus (voire se dira "et moi, je serai comment, vieille?")

Bref, la réponse est moins "voici la liste exhaustive de critères" que "ça dépend... à qui tu t'adresses ?" Quand tu vas le vendre, ce livre, sur les reseaux sociaux vas-tu aborder Matéo Lejeune, ou Jean-Marie Lereac ?
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
meduse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  36
   Âge  :  40
   Localisation  :  Pincevent
   Date d'inscription  :  10/01/2015
    
                         
meduse  /  Petit chose


Hello,

J'ai une vision plus scindée des rôles de chacun. A mon avis, la détermination du genre est faite par la ME, non par l'auteur.
Je considère que le rôle de l'écrivain est d'écrire son manuscrit, et de l'adresser à des éditeurs qui publient des livres qui correspondent au sien.
Les genres et les catégories sont poreux. Par exemple, A la croisée des mondes de Philip Pulman est sorti en édition jeunesse et en édition "adulte". De la même façon, La Vouivre de Marcel Aymé est publié avec la littérature générale alors qu'on pourrait le classer en Fantasy. La romance est une catégorie propre, mais Madame Bovary contient tous les codes du genre.
Ces catégorisations correspondent à une forme de marketing, donc à moins de s'auto éditer, il me semble que ce n'est pas intéressant pour l'écrivain d'entrer dans ces considérations. (Sauf à vouloir s'adresser à la jeunesse, et là, la loi dit:
Les publications (...) ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse en raison de son caractère pornographique ou lorsqu'il est susceptible d'inciter à la discrimination ou à la haine contre une personne déterminée ou un groupe de personnes, aux atteintes à la dignité humaine, à l'usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants ou de substances psychotropes, à la violence ou à tous actes qualifiés de crimes ou de délits ou de nature à nuire à l'épanouissement physique, mental ou moral de l'enfance ou la jeunesse.

Il y a d'ailleurs un certain nombre d'éditeurs qui s'horripilent sur les RS de recevoir, en même temps que le manuscrit, tout un dossier contenant entre autre 4eme de couverture, genre et public visé. Mais ça dépend peut-être.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1257
   Âge  :  25
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Tentatrice chauve


Méduse a écrit:
Il y a d'ailleurs un certain nombre d'éditeurs qui s'horripilent sur les RS de recevoir, en même temps que le manuscrit, tout un dossier contenant entre autre 4eme de couverture, genre et public visé. Mais ça dépend peut-être.
Y a un truc que je comprends pas... ça, y a aussi des tas de ME qui le demandent, justement... Du coup je comprends que quand c'est pas précisé les auteurs envoient la totale (L'Atalante ils précisent pas s'ils veulent un résumé ou un synopsis donc j'ai envoyé les deux, et ils disent aussi "toutes les informations qui vous paraissent utiles" donc j'ai fait la totale (nombre de mots, de sec, public visé, etc. xD).
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
meduse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  36
   Âge  :  40
   Localisation  :  Pincevent
   Date d'inscription  :  10/01/2015
    
                         
meduse  /  Petit chose


Je suis d'accord, ça dépend peut-être des directeurs de collection, mais certainement aussi du tact de l'écrivain dans sa présentation.
Concernant L'Atalante, j'ai entendu Mireille Rivalland dire que ce qui comptait c'était le manuscrit, et que les lettres d'accompagnement étaient à peine consultées.
(il me semble que c'était là: http://www.elbakin.net/fantasy/news/Emissions/26260-Procrastination-S05e01-La-selection-des-manuscrits-avec-Mireille-Rivalland)
A 11 min : elle dit : La seule chose qui compte, c'est le texte.
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  742
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Blanchisseur de campagnes


Madame Bovary n’est pas une romance ! En tous cas, pas selon le codes de la romance tels qu’établis par les ME contemporaines XD

Déjà une romance, faut que ça finisse bien. C’est dans le cahier des charges. ;-) rien que là dessus, Madame Bovary est hors-jeu.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
meduse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  36
   Âge  :  40
   Localisation  :  Pincevent
   Date d'inscription  :  10/01/2015
    
                         
meduse  /  Petit chose


Je ne suis pas spécialiste des romances. J'ignorais qu'elles devaient toutes bien finir.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1903
   Âge  :  37
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


meduse a écrit:
A mon avis, la détermination du genre est faite par la ME, non par l'auteur.

Certes mais d'une part, cela permet de mieux visée la ME choisie et d'autre part, dans le premier post, on parlait d'auto-édition ...
 
meduse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  36
   Âge  :  40
   Localisation  :  Pincevent
   Date d'inscription  :  10/01/2015
    
                         
meduse  /  Petit chose


Tengaar a écrit:
meduse a écrit:
A mon avis, la détermination du genre est faite par la ME, non par l'auteur.

Certes mais d'une part, cela permet de mieux visée la ME choisie
D'accord avec ça.



Tengaar a écrit:
et d'autre part, dans le premier post, on parlait d'auto-édition ...
Dans ce cas, mes interventions étaient hors-sujet. Embarassed
 
Fulgrimander
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  18/08/2021
    
                         
Fulgrimander  /  Magicien d'Oz


Merci énormément pour vos réponses !

Naïvement peut-être, j'étais plus de point de vue de meduse : j'écris et ensuite la Maison d'Edition est capable de voir le public ; je suis peut-être encore trop dans la veine de l'écrivain qui n'est là que pour produire What a Face

Après, en prenant en compte tous les genres (et plus seulement la jeunesse où y'a ouat-mille catégories dirait-on ; comment ça j'exagère ?) en ciblant une maison d'édition qui publie le Genre avec un grand G, comme de la romance ou de la fantasy, est-ce que la ME est plus à même de choisir la sous-catégorie (je sais pas, dark fantasy, ce genre de trucs) ou est-ce aussi à l'écrivain de voir ça ?

Il y a vraiment des idées de romans dont je connais le genre, mais pour déterminer l'âge des gens qui pourraient le lire ...  Je me creuse peut-être trop la tête et me fais une montagne d'un tumulus Rolling Eyes
Après, il est vrai que je parlais d'autoédition mais au final, englober le tout ça me va aussi What a Face qu'on parle des ME ça me convient.

Je reprends aussi les mots de elopez7228 : c'est vrai qu'en ciblant un public qui pourra s'identifier aux héros, c'est cool, mais doit-on forcément avoir le même âge pour s'identifier ? Pourquoi des jeunes ne pourraient pas se projeter chez un petit vieux ? Au final, ce n'est pas le caractère qui prédomine ? Bon, c'est vrai que ma petite vieille est un peu ronchonne et songe à son grand âge, etc, mais je ne sais pas si des ados/YA ne seraient pas intéressés par ce que ça fait de vieillir ? :noes: Bon dis comme ça c'est pas sexy, pardon Razz mais j'avais dans l'idée de créer des personnages âgés en qui on pourrait se voir, nous-mêmes, vieux ; avec du caractère, des envies, des fêlures. Pour citer je ne sais plus qui (Pratchett, je croisà, il y a dans la tête de chaque vieux un jeune qui se demande ce qui s'est passé.
Mais je vois tout à fait où tu voulais en venir, je pinaille, désolée !  Surtout que j'ai un autre roman jeunesse où, fait amusant, la vieille dame retrouve sa jeunesse What a Face

Bref, désolée, j'ai l'impression de m'éparpiller.
En tout cas, j'avais moyennement réfléchi au public visé, en me disant : les gens liront, ne liront pas, mais ils se feront leurs avis. Je suis une grande naïve Razz il faudrait que je me penche un peu plus là-dessus quand même et faire des recherches sur les genres et sous genres.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1257
   Âge  :  25
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Tentatrice chauve


Fulgrimander a écrit:
en ciblant une maison d'édition qui publie le Genre avec un grand G, comme de la romance ou de la fantasy, est-ce que la ME est plus à même de choisir la sous-catégorie (je sais pas, dark fantasy, ce genre de trucs) ou est-ce aussi à l'écrivain de voir ça ?
Je suis forcément influencée par mon expérience mais je dirais que la ME peut le voir. Je sais que j'ai écrit de la fantasy, je suis incapable de te dire quel sous-genre (j'en ai inventé un ! :DD) mais je pense qu'un éditeur spécialisé serait capable de me le dire.

Fulgrimander a écrit:
Il y a vraiment des idées de romans dont je connais le genre, mais pour déterminer l'âge des gens qui pourraient le lire ...  Je me creuse peut-être trop la tête et me fais une montagne d'un tumulus
Après, l'âge c'est aussi en fonction de comment s'est écrit. Il y a des romans très durs (je pense à la saga Pérismer de Franck Dive) écrit de manière assez "simple" qui sont classés en Jeunesse (aussi parce que ça finit bien et que quand t'as lu quelques livres de dark fantasy adulte tu vois bien comment le scénario devrait être twisté pour le passer en adulte). Donc l'écriture elle-même joue beaucoup, je pense.

Fulgrimander a écrit:
mais doit-on forcément avoir le même âge pour s'identifier ?
Je ne pense pas. Même si pour le coup les ados peuvent éventuellement mieux s'identifier à des personnages adolescents, ce n'est pas forcément une règle. Il y a aussi le personnage plus vieux qui va les faire s'interroger sur la personne qu'ils pourraient/voudraient être plus tard.
Le personnage de roman auquel je me suis le plus identifiée, c'est Arekh dans Ayesha, je pense (et aussi Ki dans Ki & Vandien, mais surtout Arekh) et il a entre 36 et 38 ans dans l'histoire. J'ai lu le roman une première fois quand j'étais ado, et je m'étais déjà beaucoup identifiée à lui. De la même manière, Ki est plus âgée que moi. Je me suis identifiée à ces personnages en raison de leurs "lignes de tensions psychologiques", de leurs enjeux internes. Pas de leur âge. A contrario, dans Ayesha il y a aussi Marikani, qui a entre 24 et 26 ans, mais je ne me suis pas plus identifiée à elle la deuxième fois que j'ai lu le livre, à 24 ans.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Luxya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  71
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  19/08/2020
    
                         
Luxya  /  Clochard céleste


Fulgrimander a écrit:
Naïvement peut-être, j'étais plus de point de vue de meduse : j'écris et ensuite la Maison d'Edition est capable de voir le public ; je suis peut-être encore trop dans la veine de l'écrivain qui n'est là que pour produire What a Face
Bon alors déjà ta PP... Embarassed Embarassed Robin Hobb all the way ! o/

Autant je pense que les ME pourront attribuer le bon public, autant tu es dès le départ "obligée" de connaître un peu le tien puisque des ME sont spécialisées en YA & d'autres pas. Certaines ME ont des pôles différents pour gérer le YA & le Adulte (Mnémos & Naos, Albin Michel Imaginaire & Albin Michel Jeunesse, etc...), donc il faut cibler d'ores & déjà en précisant parfois dans la lettre d'accompagnement le public visé, ainsi qu'ils le demandent parfois.
Pourtant, je suis d'accord sur le fait que c'est un outil marketing & que ça relève plus de leur domaine que du nôtre.

Et comme le YA, c'est un peu un fourre-tout mal considéré (on pense souvent que c'est du YA parce que c'est mal écrit, etc.), ça complique encore plus la tâche !

Du coup quand tu dis que tu écris du Jeunesse en ce moment, c'est quoi qui te fait dire que c'est pour cette cible ? Il me semble que ça vise à peu près du 10-15 ans en Jeunesse, et qu'au-delà on parle de YA (15-25 et +)
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1903
   Âge  :  37
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Après, il y a un aspect marketing dans la catégorisation. Tu peux lire Notre Dame de Paris ou le Seigneur des Anneaux à 13 ans, comme tu peux lire Artemis Fowl à 40.
Mettre un livre dans une catégorie, c'est surtout déterminer à quel public tu penses qu'il va le plus parler même si, in fine, n'importe qui pourra le lire. C'est aussi déterminer la stratégie marketing que tu vas mettre derrière.
Basiquement si tu parles à des 40 ans et +, tu pourras faire ta pub sur FB, si tu parles à des ados, go sur TikTok, pour les jeunes adultes Twitter et Instagram. Les codes couleurs et typographiques aussi seront différents.

Par exemple, La croisée des mondes version jeunesse :
déterminer son public 61DONAf5TNL

et La croisée des mondes version adulte :
déterminer son public Product_9782072747625_195x320
 

 déterminer son public

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-