PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Agir pour guérir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Cyranosaure
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  234
   Âge  :  14
   Localisation  :  Libre.
   Pensée du jour  :  De retour.
   Date d'inscription  :  01/01/2021
    
                         
Cyranosaure  /  Autostoppeur galactique


Bonjour,
Je crée ce topic car je me suis rendu compte avec le temps, en m'ouvrant aux autres, en allant vers eux et en les écoutant, que nous souffrons tous à un moment de notre vie. Nous ne sommes pas affectés de la même façon par les événements.
Certaines personnes souffrent au quotidien mais pourtant portent un masque constamment. Elles auraient juste besoin d'un peu d’aide et d'affection pour surmonter leurs peines.
Je créer donc le topic des écrivains qui souffrent.Sad
Je suis conscient(e) que certains ne voudront pas y participer pour ne pas montrer leur faiblesse et rester dignes. Mais cela pourrait en aider d'autres. :write:
Sur ce topic, vous pourrez poster des citations, des conseils ou des musiques ciblées pour aider ceux qui vont mal. Le but est de vous entraider entre JE pour aller mieux, redonner le sourire et l'espoir à certains. Tout cela sous l'abri de votre pseudonyme.
Je souhaite créer un « lieu » d'échange dans lequel les JE n'auront pas peur d'être jugé, insulté, critiqué ou même de recevoir des représailles. No
PS : Quand je dis “aller mal'', je prends tout en compte : le physique et le psychique.
https://cyramusic.blogspot.com/
 
Avak
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  103
   Âge  :  32
   Localisation  :  Yvelines 78
   Pensée du jour  :  De retour !
   Date d'inscription  :  07/01/2018
    
                         
Avak  /  Barge de Radetzky


Belle initiative ! Merci Cyranosaure
 
Cyranosaure
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  234
   Âge  :  14
   Localisation  :  Libre.
   Pensée du jour  :  De retour.
   Date d'inscription  :  01/01/2021
    
                         
Cyranosaure  /  Autostoppeur galactique


Mais de rien Avak. Smile
https://cyramusic.blogspot.com/
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13600
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Je parle déjà bien assez sur JE de ce qui me fait souffrir au quotidien... pour avoir l'impression qu'on doit me trouver larmoyeuse.
En fait, si j'en parle, c'est parce que c'est un type de souffrance très méconnu du grand public, lequel s'en tient trop souvent à des idées reçues très fausses ou bien à refuser de voir plus loin que la surface, voire à ne pas regarder du tout.
Je suis beaucoup moins larmoyeuse à présent que j'en parle qu'au temps où je gardais le silence. Je dirais même qu'à présent, c'est une sorte de carburant pour exister. Il ne faut pas abuser du "ce qui ne tue pas rend plus fort", mais le précepte n'est pas faux.

Il y a douze ans, j'avais carrément créé un blog pour parler de ce qui me fait souffrir, mais je n'ai pas eu la force de publier un seul article, ni même d'en terminer un seul, même court. La cause ou bien les effets : même résultat, c'est à dire pas moyen d'exprimer deux lignes.
Y parvenir n'a pas été rapide.
Aujourd'hui, j'arrive à parler et expliquer. J'ai commencé par m'y confronter dans des articles sur mon blog d'auteure, ainsi que discuter avec d'autres personnes souffrant du même problème, et petit à petit, m'harmoniser avec le problème, et par là résoudre partiellement la souffrance causée par ce problème.
Mais à l'époque, je n'arrivais pas à en parler, que ce soit à l'écrit ou à l'oral, et sitôt que j'essayais de le faire, mes proches me traitaient pour ainsi dire de chouigneuse. Ils n'avaient pas tort... mais pas raison non plus.

Pas tort parce que parler des symptômes et effets directs ne suffit pas. J'ai progressé dans mon rapport à la maladie, et cela est une très bonne chose.
Pas raison parce que même s'il est productif pour moi d'approfondir dans les explications que je suis à présent capable de donner (ce dont je me prive de moins en moins, bien que cela reste douloureux), c'est un progrès de mon côté à moi, et non pour ceux à qui je m'adresse.
Il n'y a rien de normal à ce que ce soit à moi-même de résoudre ma propre souffrance pour être capable d'amener des personnes à admettre que cette souffrance existe.
Chacun peut ouvrir les yeux sur ce qu'il a sous le nez.

Et il y a beaucoup d'enfants qui supportent des formes plus dure de la même maladie.
Et aussi beaucoup d'adolescents et d'adultes qui en sont touchés du jour au lendemain et subissent le traumatisme d'être jeté là-dedans brutalement.
Moi, j'ai à présent j'ai 46 ans... et je vis avec ça depuis ma naissance.
J'ai eu beaucoup de passages très difficiles, mais jamais le choc d'un changement hyperbrutal

On m'accusait sans cesse d'exagérer puissance mille une souffrance en réalité à peine existante.
Paradoxalement, c'est en me battant pour ne plus me heurter à cela que j'ai rendu cette souffrance supportable.
Je ne suis pas la seule à vivre ça. Discuter avec d'autres m'a aussi aidée. Ils sont nombreux à souffrir du même problème décuplé de la même incompréhension.

Si j'en parle, c'est un peu pour moi et beaucoup pour qu'un jour, les personnes dans ma situation n'aient plus à endurer ça. C'est là-dedans que j'ai trouvé la force d'exprimer, et non immédiatement dans mon besoin d'être comprise.
Besoin qui est pourtant très souvent d'importance directe sur l'existence quotidienne, et non psychologique pour évacuer la souffrance.

En fait... il m'arrive d'être contente de posséder cette souffrance, à présent. Elle a été très constructive et paradoxalement, m'a permis de résister à beaucoup de choses. Elle m'a rendue plus souple et plus endurante que bien des gens.

Il y a une quinzaine d'années, je rêvais de trouver la force d'écrire un livre sur le sujet, mais n'aurais jamais eu la force de le faire, même si j'avais su écrire comme maintenant. Ensuite, il y a eu le projet de blog, et j'ai compris que je n'y arriverais pas.
A présent, j'écris un peu dessus, mais chaque mot reste dur, et je ne remettrai sans doute jamais sur la table ce projet de livre autobiographique / expérience ce vie. D'ailleurs... ce genre de livre possède-t-il un large public ? J'en doute ! Me lacérer intérieurement ne servirait à rien.

Une amie souffrant du même problème m'a fait part l'an dernier de son désir, elle aussi, d'écrire un livre... projet contrecarré par le besoin d'apprendre à écrire. Elle croit que ce sera facile, quand elle aura maitrisé l'art d'aligner les phrases. Moi, je sais que ce n'est pas si simple ! Et comme elle est aussi "écorchée" que je l'étais il y a dix ans, voire encore plus que moi, ce ne sera pas facile pour elle non plus.

Et puis... je suis persuadée que je ne serais pas aussi productive en dessins et en textes si j'étais "normale". Ce ressenti serait un peu long à expliquer, mais il est tout ce qu'il y a de plus net.
Et puis... cette maladie était, il y a longtemps, considérée comme la preuve qu'on fait partie des chouchous de tel ou tel dieu de l'Olympe !
Dimanche dernier, j'ai traversé un épisode de plusieurs heures qui n'avait absolument rien de grave ni même sérieux mais, une fois fini, m'a fait l'effet (comme souvent) d'avoir apporté beaucoup à mes idées enchevêtrées, à mon besoin d'inspiration et même à mes petites angoisses diverses relatives à la vie quotidienne ou à mes projets.
A ces moments-là, je me dis que cette maladie est une bénédiction.

Sans elle, je n'aurais pas réussi à "lessiver" tout ça. Bon... je n'ai pas pour autant envie d'un deuxième passage dans la machine à laver, même s'il y a encore beaucoup à nettoyer.
Faut pas s'auto-pousser dans les orties, quand même !
Pour que ce soit une bénédiction, il faudrait que les impacts négatifs soient admis par "les gens". Le fameux "ce qui ne tue pas rend plus fort" comportant (tout de même) le danger de "tuer", notamment par destruction psychologique. Tout le monde ne trouve pas la force de traverser le passage.
Et des impacts... il y en a beaucoup ! Surtout si on compte ceux des effets indirects de la maladie et/ou des effets secondaires des médicaments, lesquels souffrent à leur tour d'incompréhension de la part des "gens" autour de moi.

Néanmoins, je n'ai pas envie d'en parler ici, du moins dans les détails du problème lui-même. Ce topic, si chacun en fait autant, deviendrait un pêle-mêle incompréhensible de malheurs en tous genres... et deviendrait à la fois obscur et peu attractif.
Il faudrait que je ponde un article de blog, un de ces quatre, car cela fait longtemps que je ne l'ai pas fait ! Mais cela fait aussi un sacré bail que je néglige tous mes articles de blog, à commencer par les chroniques de livres, pourtant bien plus importantes sur ledit blog...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Cyranosaure
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  234
   Âge  :  14
   Localisation  :  Libre.
   Pensée du jour  :  De retour.
   Date d'inscription  :  01/01/2021
    
                         
Cyranosaure  /  Autostoppeur galactique


Bonjour Séléné,
Je suis complètement d’accord avec toi sur tous les points. En particulier avec cette phrase :
“Il ne faut pas abuser du "ce qui ne tue pas rend plus fort", mais le précepte n'est pas faux. “
Séléné.C a écrit:
“A présent, j'écris un peu dessus, mais chaque mot reste dur, et je ne remettrai sans doute jamais sur la table ce projet de livre autobiographique / expérience de vie. D'ailleurs... ce genre de livre possède-t-il un large public ? J'en doute !”
Je n’ai jamais eu peur d’écrire sur ma/es maladie/s, j’ai mis des allusions dans mon roman et dans l’une de mes nouvelles et je ne pense pas que ça gêne quiconque. C’est vrai que je ne vais pas publier tout un roman dessus mais il faut en parler pour s’en sortir.
Séléné.C a écrit:
“C'est là-dedans que j'ai trouvé la force d'exprimer, et non immédiatement dans mon besoin d'être comprise.[...]On m'accusait sans cesse d'exagérer puissance mille une souffrance en réalité à peine existante”
J'ai été atteint(e) de deux maladies rares, comme toi personne ne m'a cru et tout le monde me disait que j'exagérais.
Premièrement, je "m'évanouissais" quotidiennement (céphalées), c’était un rythme insoutenable. Personne ne voyait à quel point cela détruisait ma vie et était dangereux pour moi. Ça a duré plus d’un an.
Secondement, j'ai été atteint(e) d'une hyper sensibilité à l'eau. Mon entourage ne m'a pas cru. Seul mon dermatologue m'a cru, pris(e) en charge et m'a prescrit un traitement lourd pour mon urticaire aquagénique. Malgré cela, ma famille ne me croyait toujours pas, même devant ma peau en sang.
La maladie n'est pas facile, mais grâce à la médecine, elle peut être maîtrisée. Je suis maintenant guéri(e) mais ma peau en garde les cicatrices.
Dans ce type de situation, en parler ou "évacuer" est important. Dans mon cas, j'écrivais un journal dans lequel je suivais mes maladies et mon état psychique. Ça m'a permis de tenir et c’est comme cela que j’ai réellement commencé à écrire. Même si le journal en question reste et restera clos, il m’a beaucoup aidé.
Spoiler:
 
En tout cas, bon courage Séléné !
https://cyramusic.blogspot.com/
 

 Agir pour guérir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Bac à sable-