PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Le remaniement, ça me met KO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour tout le monde

J'espère être dans la bonne section pour poser cette question.

Je suis actuellement en pleine relecture/réécriture de mon nouveau roman. Par moment, j'ai des fulgurances. Je me dit qu'un passage, un dialogue, un sujet doit être abordé différemment, qu'il manque des choses, que ce serait mieux traité autrement.
Bref, ce travail que vous connaissez tous.
Quelquefois, je suis obligée de réécrire tout un paragraphe, si ce n'est pas un chapitre entier parce qu'il manque ce petit truc qui fait la différence entre le passable et l'excellent. Non non, je n'ai pas la grosse tête. C'est justement parce que je pense que mes textes sont perfectibles que j'en suis là. Là, oui, au bout du rouleau, avec la sensation d'être vidée de toutes mes forces, la tête qui va exploser, épuisée au point d'avoir besoin d'aller me coucher et ne plus rien faire. Trouver de l'intérêt à la procrastination.

Si je viens vers vous aujourd'hui c'est parce que j'ai besoin de vos retours d'expérience.
Ca vous arrive après avoir remanié quelques lignes d'avoir cette sensation d'avoir soulevé des montagnes au point que vous n'avez plus de force pour faire autre chose ? Comment vous faites ? Vous vous forcez à persévérer parce qu'une journée de travail c'est 8h par jour et que l'heure c'est l'heure ? Vous vous accordez une petite pause et vous vous y remettez illico ? Vous vous dites que l'important est d'être venu à bout de ce texte et que la suite peut attendre demain ?
Si vous êtes dans mon cas, merci de vous manifester aussi. Vous n'aurez pas de solution à m'apporter, mais au-moins, je me sentirais moins seule.

Merci de m'avoir lue.
 
Camusso
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  494
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  18/03/2021
    
                         
Camusso  /  Pour qui sonne Lestat


Alors ma réponse ne t'apportera pas grand chose car je ne suis pas dans cette situation, un remaniement d'un paragraphe ne me gêne pas, c'est même très fréquent dans mon processus d'écriture. Mais il m'arrive parfois de ne pas avoir l'énergie pendant quelques jours, il me suffit de faire une petite pause pour repartir sur de bonnes bases. Peut-être qu'en interrompant quelques jours l'écriture, tu te sentiras plus motivée.

Après si tu te sens épuisée suite à une réécriture, c'est peut-être dû à ton activité professionnel, ta vie personnelle ou peut-être à la crise sanitaire (est-ce que tu éprouvais déjà ces difficultés avant la crise ?). Est-ce que tu as eu des vacances récemment ? Est-ce que ce ne sont pas les journées un peu orageuses qui te donnent cette impression de manquer d'énergie ? Ces derniers temps, il n'a pas fait très beau, il fait un peu lourd (en tout cas dans ma région) peut-être que cela joue. Il y a une multitude de facteurs extérieurs à prendre en compte.
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour Camuso, merci pour ta réponse.

Il est vrai qu'avant la crise je n'étais pas épuisée ainsi.
Mon travail ? Je suis mère au foyer, et depuis un an je garde mes enfants à qui je donne cours à la maison, ma fille souffrant d'une maladie auto-immune, je ne veux prendre aucun risque. Donc, ta réponse soulève un point auquel je n'ai pas pensé. Je ne sors quasiment plus, je travaille non-stop, entre les cours, l'écriture et la charge de travail pour la maison.
Bref, j'ai peut-être besoin de vacances.

Passe une bonne journée.

PS Je réside en Provence, j'ai du soleil, je devrais aller en profiter.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2345
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Peut-être aussi est-ce parce que tu n'en vois pas la fin.
As-tu fait la liste de ce que tu voulais modifier ? Rien de plus satisfaisant que de pouvoir rayer au fur et mesure de la progression ^^
 
Noah
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  27
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  06/06/2021
    
                         
Noah  /  Petit chose


Hello Smile
Je crois effectivement que le "souci" est un peu plus complexe chez toi vu ce que tu racontes de tes journées... Car moi aussi je suis en plein remaniement et réécriture de mon premier jet, et je suis a fond !
Même en étant artisan avec des clients, chantiers et devis à gérer la journée + 2 ados à la maison et un boyfriend demandeur d'attention, je n'ai jamais envie d'arracher ma tête à mon histoire et je peux rester des heures le soir devant mon ordi alors que tout le monde est couché.
Alors je ne dis pas que je ne suis pas physiquement épuisée, parfois je referme mon ordi à 20h parce que j'en peux plus et que je ne pense qu'à dormir mais globalement cette réécriture me boost de façon assez surprenante. J'arrive même beaucoup mieux à gérer mes journées pour pouvoir me dégager du temps pour écrire.

Et comme le dit justement Tengaar, peut-être que tu te sens noyée dans cette tâche qui te semble interminable ?
J'avoue que lorsque j'ai compris ce que je devais faire pour améliorer mon texte, je me suis dit "mon dieu c'est titanesque j'y arriverai jamais !"
Alors j'ai pris un carnet et j'ai commencé à faire des listes de choses à retravailler.
Au début ses listes sont un peu fouillis mais elles ont évolué au fil du temps et du travail que j'apporte à mon histoire.
Bon, elles se rallongent au lieu de diminuer haha mais au moins je reste "organisée" dans mon travail de réécriture et mine de rien, ça change tout ! Et effectivement, il n'y a rien de plus satisfaisant et motivant que de rayer un truc fait dans une liste Smile
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour Tengaar et Noah, merci pour vos réponses.

Oui, j'ai listé après avoir pondu le premier jet afin d'affiner les personnages, mais ça prend sur la longueur. Par exemple, je donne des tics de langage à Toto (je ne l'ai pas appelé comme ça, c'est juste un exemple, hein) et à chaque fois que je tombe sur lui, je reprends sa manière de parler afin qu'il ait sa propre voix.
Ensuite, ce sont des passages censés aiguiller le lecteur, pour qu'il n'ait pas l'impression de passer du coq à l'âne, mon gros défaut.
Avec ça, je travaille la mélodie des mots, le respect de la grammaire, conjugaison, orthographe, style et consort.

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas des petites choses qui se travaillent pas à pas, c'est de tout un chantier dont il s'agit !

En parallèle à cela, oui il y a les petits points, ce que j'appelle les petits détails, ces petites scènes ajoutées que j'ai listées et que je raye au moment où je tombe sur le passage adéquat. Je suis d'accord avec vous, je souffle de plaisir quand je l'élimine.

Bon, de mon côté, le travail avance. J'ai un document à part où je note ma progression, le nombre de mots, la page et le chapitre où je me suis arrêtée chaque soir, dans le but de m'auto-féliciter. Si je ne le fais pas, personne ne le fera à ma place. Cela n'empêche pas ma sensation d'épuisement.

Passez une bonne journée.
 
Paige_eligia
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  705
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  25/04/2020
    
                         
Paige_eligia  /  Blanchisseur de campagnes


Hello, hello,

T'accordes-tu des pauses ? Par exemple le week-end, deux jours où tu n'écris pas. On se sent ensuite plus d'attaque pour réécrire, car parfois oui juste trois lignes ça vide complètement ^^

Personellement je n'ai jamais autant réussi à réécrire qu'avec ma liste. J'ordonne par chapitre et je note point par point. Comme dit Tengaar c'est très satisfaisant.

Pour les points plus globals, j'attends d'avoir déjà fait tout le reste, ça permettra une relecture en prime Smile

Bon courage à toi !
https://paigeeligia.com/
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2345
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Sinon, au lieu de réviser chapitre par chapitre, tu peux réviser par thème.
Par exemple l'arc narratif de Toto qui finit dépressif et en mauvaise posture. Tu peux reprendre la fin, vérifier si sa dépression passe bien, puis reprendre le début pour juger du contraste puis regarder comme la dépression s'installe, le point de basculement où il comprend qu'il est malade etc.
Et en passant si tu vois un truc qui va pas sur la description de la bibliothèque, tu le surlignes et tu y reviendras le jour où tu feras ta thématique "enrichir les descriptions".

J'ai l'impression que par thème, même si au final ça prend peut-être plus longtemps, ça parait moins étouffant.
 
Anna Labrousse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  506
   Âge  :  61
   Pensée du jour  :  Vous êtes vivant, alors vivez !
   Date d'inscription  :  30/04/2019
    
                         
Anna Labrousse  /  Gloire de son pair


BonjourNuit2Chine,
J'ai déjà pensé que je n'allais pas y arriver, justement à un moment où j'avais trop de choses à gérer dans ma vie personnelle et où il me semblait que je n'aurais pas l'énergie pour faire tous les changements que je voulais dans mon manuscrit.
Mais je dois dire que c'est assez rare. En général je travaille les changements sur de petites unités (2-3 chapitres avec quelques permutations) ou comme le dit Tengaar sur un arc narratif particulier.

Je suis en train de commencer mon 3è roman et je me suis "outillée" en prenant pour exemple un travail de broderie : le thème principal, les dessins, les couleurs, et j'essaie de préparer la structure générale de façon à pouvoir la modifier au fur et à mesure ; j'essaie de faire en sorte que toutes les parties restent mobiles. Par exemple si j'avais prévu de broder un champignon au chapitre 6 et qu'il se transforme en pâquerette, je sais qu'il y aura quand même des champignons au chapitre 4 et au chapitre 8, donc ce ne sera pas grave, l'unité générale sera respectée (je ne sais pas si je me fais bien comprendre, c'est la fin de la journée  Le remaniement, ça me met KO 1f605 )

Surtout garde le moral et si tu le peux, change-toi les idées car c'est souvent après une bonne pause et un petit week-end loin de chez soi qu'on trouve des solutions.
http://sylvielassalle.fr
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2189
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Je pense que, quand on ne peut plus, on ne peut plus. Si tu sens que tu es au bout, accorde-toi une pause, laisse le temps à ton cerveau de souffler. C'est un travail exigent, de corriger un texte, donc c'est normal que parfois le cerveau ne suive pas. Dans un autre domaine que l'écriture, j'avais entendu il y a quelques années une vidéo de Cédric Beau (Français qui vit en Chine et qui a conçu une méthode d'apprentissage du mandarin). Il disait que, parfois, il travaillait son mandarin 4h d'affilée, que ça coulait tout seul ; et puis que, d'autres jours, au bout de 20 minutes il n'en pouvait plus, le nouveau vocabulaire ne rentrait pas, etc. et dans ce cas il arrête. C'est important que le cerveau soit disponible au moment où il travaille.

Personnellement, j'adore corrigé, relire, re-relire, je m'éclate ! Mais le plus souvent, au bout d'une à deux heures de travail, même si je meurs d'envie de continuer parce que j'adore ça, je sens que je suis moins attentive, que je dois relire parfois un paragraphe deux fois pour bien le saisir… et dans ce cas je m'arrête et je remets la suite de mon travail de correction au lendemain.

Ensuite, effectivement, avec des journées chargées, la charge mentale, etc. c'est normal que le cerveau ne soit plus disponible pour un travail aussi exigent !

Ton chantier de corrections couvre pleins de trucs différents ! Est-ce que tu corriges tout d'un coup, ou par "passages" ? Si tu ne le fais pas déjà, fait une relecture par chose à travailler : une relecture pour régler les passages du coq à l'âne, une relecture pour les répétitions ou le style en général, etc. Ton cerveau aura moins de charge après une journée fatigante, et tu seras moins fatiguée, je pense ! Ce qui rejoint la méthode par thèmes de Tengaar Smile
Dans le même genre, quand j'ai fait ma relecture après premier jet, j'ai quasiment rien corrigé : j'ai mis des commentaires avec la fonction de Word, je lui ai mis un code par thématique (rythme : RTM ; personnage : PSO ; etc. (y a toute la liste dans un article de mon blog si ça t'intéresse ^^)) avec un numéro derrière, et ensuite, ce code numéroté, je l'ai reporté sur un cahier avec la correction que je devais apporter (une incohérence, un personnage qui agit de manière pas logique, etc.). Les codes sur mon cahier, je leur ai attribué une couleur. Du coup, d'un seul coup d'œil, comme j'avais rangé par chapitres, je pouvais dire qu'il y avait beeeeaaaaacoup de corrections dans le chapitre 16, mais presque pas dans le chapitre 9 et que des questions de rythme assez "facile" à résoudre. Du coup, le jour où je suis fatiguée, je m'attaque aux chapitres avec presque rien à corriger. Ça me permettait aussi de commencer par les problèmes de fond (cohérence, personnages, univers…) auxquels j'avais attribué des couleurs chaudes ; et d'ensuite traiter les problèmes de forme (rythme, répétition, vocabulaire, etc.) auxquels j'avais attribué des couleurs froides. Du coup, après avoir galéré sur les problèmes de fond, en fin de séance avec la fatigue, m'atteler aux problèmes de formes me décourageait moins, parce que j'avais "bientôt fini" et que je cochais vite les corrections sur mon cahier, puis les chapitres.

Dans tous les cas, c'est super important de garder le moral ! Parce quand on n'a pas le moral, corriger est encore plus fatiguant parce qu'on a l'impression de n'arriver à rien. Si tu le peux, accorde-toi quelques jours de pause, réfléchis un peu à la manière dont tu pourrais organiser tes corrections pour les rendre moins exigeantes et plus attrayante, et ça devrait repartir comme sur des roulettes !
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour

Merci tout le monde pour m'avoir répondu.


Paige : Voilà, tu as mis le doigt sur le point sensible. Je ne sais pas m'arrêter. Les pauses ne font pas partie de mon vocabulaire. Je souffle 5 minutes après avoir fait la leçon à mes gosses et je repars dans les corrections, persuadée d'être concentrée alors que je ne le suis pas.

Tengaar : Le surlignage, c'est ma manière de travailler. Tu verrais mon récit, c'est un arc-en-ciel ! Je me suis créé un code couleur pour tout les niveaux : le tic de langage de Toto, les descriptions manquantes, le coq à l'âne... Au fur et à mesure que j'avance, je remets en blanc, c'est ma manière de rayer.

Anna : Il m'arrive tout comme toi de relire trois quatre chapitres sans rien avoir à modifier, mais là, je suis sur un monceau que je reprends à toutes les lignes. Je ne baisse pas les bras, je l'ai déjà fait avec mes autres romans, je sais que j'en suis capable, et c'est certainement la raison pour laquelle je m'étonne d'être aussi fatiguée.
Oui, je saisis l'image du champignon et des pâquerettes !
Ah oui, tu en es déjà au troisième ? J'attends ton deuz avec impatience, j'avais beaucoup aimé le premier.

Enir : Tout comme dit plus haut, c'est ça, je travaille mon manuscrit en fin de journée, lorsque j'ai le temps, donc après m'être vidée de toute mon énergie. Je crois que souffler 5 minutes me suffisent, certes pour garder les yeux ouverts jusqu'à l'heure où je vais me coucher, mais pas pour m'attaquer à la montagne qu'est mon roman. Le truc c'est alors : quand trouver le temps ? Pas le soir c'est certain, mais le week-end, ce n'est pas suffisant si je veux avoir l'impression d'avancer.
Tout comme toi, j'utilise les fonctions Word pour annoter. En revanche, je corrige en fonction de ce qui ne va pas au moment où je tombe dessus, pas par thème. Idée à creuser.


Pour la petite info : Hier, j'ai emmené les enfants pique-niquer, puis faire une balade en forêt, ça a fait du bien à tout le monde. Bonus, je n'ai pas touché à mon roman de la journée. Miracle ! Lorsque je me repencherai dessus (quand ?), je verrai si cette pause m'a été bénéfique.
Quoi qu'il en soit, merci de m'aider. Si d'autres personnes ont des idées, je suis preneuse.


Bonne journée.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2189
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Nuit2chine a écrit:
Je souffle 5 minutes après avoir fait la leçon à mes gosses et je repars dans les corrections, persuadée d'être concentrée alors que je ne le suis pas.
Si tu ne sais pas faire de pause pour le moment et ne peux t'accorder que 5 minutes, tu peux essayer de faire en sorte d'optimiser ces 5 minutes. Il y a pas mal de méditation "recentrage" de 5 minutes sur YouTube, et ce sera toujours plus efficace que juste "souffler" (parce qu'il y a des techniques de langage utilisées pour te détendre). Tu peux faire ça quelques semaines, puis passer à des méditations de 10 minutes, par exemple et ainsi de suite jusqu'à être capable de t'accorder une vraie pause sans "béquille" Smile

Nuit2chine a écrit:
quand trouver le temps ? Pas le soir c'est certain, mais le week-end, ce n'est pas suffisant si je veux avoir l'impression d'avancer.
Si tu en as la possibilité, tu peux profiter d'une pause déjeuner, ou de te lever un peu plus tôt le matin si tu penses avoir de la marge. Normalement, on a aussi des heures d'activité dans la journée, et des heures où c'est plus dur (typiquement, entre 12h et 15h, c'est l'heure de la sieste xD). Il faudrait que tu essayes d'identifier tes moments où tu pourrais avoir un peu plus de marge en te réorganisant, je pense, même si c'est pas simple !

Nuit2chine a écrit:
Tout comme toi, j'utilise les fonctions Word pour annoter. En revanche, je corrige en fonction de ce qui ne va pas au moment où je tombe dessus, pas par thème. Idée à creuser.
Ce qui est bien et que j'ai pas dit avec le fait d'annoter pour revenir plus tard dessus, c'est que ça permet aussi de prendre plus de recul sur son texte. Peut-être que tu es fatiguée aussi parce que tu repasses toujours au même endroits et du coup tu ne vois plus ce qu'il faut corriger ou au contraire tu vois des trucs que tu voyais pas avant et tu te dis "oh meeeeerde" et tu corriges alors que 3 jours plus tard ça ne t'aurait pas choquée. C'est aussi pour ça que je fonctionne comme ça. Sur toutes mes pages de corrections, plusieurs fois j'ai rayé la correction parce que, en allant sur le texte pour corriger, je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas besoin, ou pas comme j'avais d'abord pensé, ou pas à cet endroit. Ça évite un peu la frénésie.

Nuit2chine a écrit:
puis faire une balade en forêt, ça a fait du bien à tout le monde.
Je crois que j'en avais parlé sur mon blog à un moment : il a été prouvé qu'être dans la nature (surtout la forêt) détend le cerveau. La théorie de certains scientifiques c'est que l'Homme a évolué trop vite par rapport à sa biologie : on a construit des villes hyper sophistiquées suuuuper vite alors que le cerveau, lui, a évolué beaucoup plus lentement, du coup une ville le stresse, parce qu'il ne comprend pas ce qu'il voit, et qu'il doit faire un effort pour lire les signes. En revanche, il est très bien dans les environnements naturels, parce qu'il y a baigné pendant des millénaires, donc ça lui demande moins d'efforts d'analyser une forêt que d'analyser une rue. Sans compter en plus de ça les odeurs, etc. Donc faire une balade en forêt est la meilleure solution pour vraiment se détendre !
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Merci beaucoup Enir pour tous ces conseils.

J'y réponds points par points :
*Méditation, c'est difficile, j'ai mon mari et mes enfants H24 à la maison, difficile de m'isoler, de plus l'ordinateur est dans le salon, pièce de vie où tout le monde passe ses journées.
*Le moment où j'ai le temps, c'est le soir, quand j'en ai terminé avec les leçons des enfants, donc après une journée de travail. Sinon c'est le week-end.
*Ma technique consiste à attendre, laisser passer du temps. Je sais ce que c'est ce moment où l'on redécouvre son texte. Du coup les imperfections me sautent aux yeux. C'est le fait de les reprendre, car je trouve comment mieux écrire, mais ensuite je sens l'épuisement, et c'est là que j'éprouve des difficultés à poursuivre ma tâche. Je t'invite à lire plus bas, tu verras mes conclusions.
*J'ai la chance d'habiter à la campagne, pas de bruit à part ceux de la nature. La ville, non merci, pas pour moi.


Alors voilà, j'ai appliqué la zénitude attitude durant trois jours durant lesquels je n'ai pas touché au roman, de toute façon, je n'étais pas à la maison donc...
Voilà ce qui en est sorti : au cours de mes périodes d'oisiveté, mon cerveau pense en permanence à des détails qui me permettraient de parfaire mon roman, je les note dans mon téléphone, puis n'y pense plus.
Hier matin, j'étais fraiche et dispose pour m'atteler à mes corrections. Alors, oui, j'ai ressenti ce moment d'enfumage de cerveau qui ne veut plus avancer, mais j'ai tenu bon. Une fois le paragraphe retravaillé, j'ai fait une pause de cinq minutes, puis j'ai poursuivi ma besogne. Quand j'en ai eu marre, j'ai regardé mes annotations dans mon téléphone, j'ai repris mes nouvelles idées que j'ai placées aux passages adéquats sans chercher à reprendre mon texte. Je me suis dit qu'au cours d'une nouvelle relecture, quand je tomberai dessus, ce corrigerai et pis basta !


Une fois encore, merci tout le monde de m'avoir répondu.
Bonne journée.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2189
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Pour la méditation, il y a des applications sur téléphone, si tu le peux. Il existe aussi la petite boîte Morphée (pas encore testée personnellement mais apparemment c'est du sérieux, les créateurs ont bossé avec des sophrologues, etc.)

Sinon, je pensais à une autre astuce dont j'ai pas parlé : lire sur écran, c'est fatiguant, et encore plus en noir sur blanc. En passant le fond de sa page en noir, et ton texte en gris, peut-être que tu gagneras juste suffisamment de "repos" à réinjecter dans ta concentration sur ton texte.

En tout cas, c'est super que tu ais pu t'y remettre avec un peu plus de zénitude !
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1322
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  100HO7+LHO+L100
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Tentatrice chauve


Bonjour


Les applis ? Ah ah ah ! Tu ne me connais pas, j'ai horreur de tous ces machins connectés, j'appelle ça "ma liberté".

Concernant l'écran, suite à un conseil de je-ne-sais-plus-qui trouvé sur ce forum, il préconisait de changer la couleur de fond, de police, sa taille... Dans le but de tromper le cerveau et qu'il croit qu'il s'agit d'un nouveau texte, et c'est vrai que ça fonctionne. D'ailleurs merci à ce participant dont j'ai oublié le pseudo (1000 excuses).
Fond noir ? J'avais essayé toutes les couleurs sauf celle-là. C'est parce que si je veux fluorer, celle que j'ai choisie me saute aux yeux.

Oui, prendre de la distance m'a fait du bien. Hier, journée relâche pour les enfants, j'ai pu travailler deux pages et remanier mon texte.


Bonne journée.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Le remaniement, ça me met KO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-