PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

Partagez
 

 nom de rues et autres détails précis sur les lieux d'un roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Marybat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1681
   Pensée du jour  :  L'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots (Bergson)
   Date d'inscription  :  21/08/2012
    
                         
Marybat  /  Fiancée roide


Bon dimanche à tous !

Je me demandais s'il était recommandé de détailler les lieux d'un roman au point d'indiquer par exemple le nom d'un collège existant vraiment.

Je pense que cela est autorisé tant que l'on ne dit pas de mal du collège, mais est-ce bien vu dans la littérature jeunesse ? Je ne trouve pas d'exemples d'auteurs l'ayant déjà fait, du coup j'hésite beaucoup.

 
Ness Morgan
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  46
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  17/02/2021
    
                         
Ness Morgan  /  Petit chose


Bonjour,
personnellement je ne le ferais pas.
A moins que tu parles de quelque chose de très connu (type « Oxford ») je ne suis pas sûre que ça apportera beaucoup à ton texte.
Mais c’est juste mon humble avis 😉
 
vichyssoise
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  243
   Âge  :  31
   Localisation  :  Quelque part dans le centre de la France, non loin des montagnes.
   Pensée du jour  :  dans les rues nantaises
   Date d'inscription  :  23/12/2020
    
                         
vichyssoise  /  Autostoppeur galactique


J'ai essayé une fois, en citant des rues très précises et finalement... ça m'a carrément bloqué dans l'évolution de mon récit! Comme si mon imagination se trouvait brider. A présent, je prends une ville existante mais je reste floue sur les lieux. Je trouve, qu'ainsi, le lecteur peut aussi se faire son idée I love you .
Après, en ce moment j'écris un roman qui se passe à Nantes au début du XXème, avec une usine de biscuits célèbre et vu que c'est une marque, j'ai préféré juste dire que c'est une usine de biscuiterie Arrow J'avais un peu peur au niveau des droits Laughing
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2409
   Âge  :  74
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Guère épais


Bonjour Marybat.

Lorsque j’écris un récit réaliste, j’aime bien décrire assez précisément les lieux, mais sans donner forcément de détails sur les bâtiments en eux-mêmes.
Par exemple :
".../... elle tourna à droite dans la rue Jacquemaire Clémenceau, juste à l’angle du Lycée Camille Sée, avant de disparaître par la grille est du square Saint-Lambert. S’assurant d’un dernier regard par-dessus son épaule qu’elle avait assez d’avance, elle s’engouffra, en sautant la grille, dans le souterrain qui autrefois permettait aux élèves de rejoindre l’austère bâtiment de granite rose.”

En fait, c’est vraiment très “neutre”. Ça positionne juste l’action.
C’est utile si l’architecture du bâtiment ou la géographie des lieux a une importance dans ton récit. Par exemple, dans ce cas précis, il existe de multiples cachettes dans ce square pour pouvoir échapper à un éventuel “poursuivant” ou suiveur importun. Le souterrain, aujourd’hui fermé, existe vraiment.
En plus, ça met dans l’ambiance pour celles et ceux qui connaissent le coin et ça fait rentrer dans le décor pour celles et ceux qui ne le connaissent pas. Ils font en quelque sorte une petite promenade “pour de vrai”.
Donc, pour répondre à ta question, je ne sais pas si c’est recommandé, mais, oui, j’utilise souvent beaucoup de détails pour décrire les lieux d’une action ou d’un passage d’un roman s’il est réaliste (ou pas du reste).  
Tel que c’est écrit je ne vois pas très bien qui pourrait venir me chicaner là-dessus.
Si tu as des choses désagréables à dire sur le lieu, tu peux les mettre dans la bouche de l’un des personnages.
Comme tu spécifies bien en tête de ton roman que toute ressemblance avec… etc. ça veut bien dire que ton personnage est fictif et seul responsable de ses propos. (rire).

Dan Brown, dans le Da Vinci Code, ne s'en est pas privé. Ca a donné lieu à une belle affluence dans une célèbre église Parisienne.
 
gage
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  210
   Âge  :  55
   Localisation  :  Chaumont
   Date d'inscription  :  13/02/2021
    
                         
gage  /  Autostoppeur galactique


Personnellement, je pense que l'auteur est roi.
Si tu trouves important de le faire, je ne vois aucune raison de t'en priver.

S'autoriser les vrais noms des vraies rues donne une épaisseur à l'étoffe d'un roman. Modiano le fait tout le temps, et je trouve ça tellement immersif, ça me met en transe.
Utiliser le vrai nom d'un collège ? Quel contrindication ? Ça enracine ton récit dans le réel, et ça ne te contraint en rien.

Par exemple, dans les Misérables, Hugo décrit toute une équipée à travers un Paris précis et détaillé, rue par rue. Ça ne l'a pas empêché d'inventer au cœur de ce réel, un morceau de bout de pâté de maison qui n'existe pas.

Tu as tout pouvoir, et si ça enrichit ton récit, n'hésite pas.

Je l'ai déjà fait, moi-même, et curieusement, même pour moi qui créait l'intrigue, ça me bluffait, lui donnait une colonne vertébrale, lui donnait une légitimité, une vraie existence.

Ne te prive pas.
 
Radischat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3275
   Âge  :  25
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Radischat  /  Guacamole de radis rouges


Ce serait plus une question pour l'Ecritoire, ça !
Je déplace ça au bon endroit.
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  403
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Pour qui sonne Lestat


Tout dépend. Est-ce utile pour l'histoire ?
Je parle d'une école dans mon premier roman, sans la nommer, ni même indiquer la ville même si j'ai le modèle en tête. Par contre, je décris une visite à la grotte Chauvet plus précisément.

Pour le 2ème roma, mon texte commence par les déambulations de mon personnage dans les rues de Lille. Je le fais passer dans les rues existantes en les nommant. J'ai retracé et minuté son parcours sur Google Map pour que ce soit réaliste. Il arrive dans un restaurant d'une rue existante. Eh bien, les lecteurs pourront faire comme dans le livre de Dan Brown, aller sur place... mais ils ne trouveront pas le restaurant (inventé).

Pour le 3ème, j'ai utilisé la même technique (Buenos Aires, Argentine). J'ai nommé des rues existantes, des musées mais pas l'hôtel. Mais je le connais, j'y suis allée, j'indique la rue et c'est tout. Le lecteur n'a pas besoin de plus.
http://marie-meyel.fr/
 
Marybat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1681
   Pensée du jour  :  L'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots (Bergson)
   Date d'inscription  :  21/08/2012
    
                         
Marybat  /  Fiancée roide


Merci pour vos réponses  Smile

Je vais garder les noms des rues et villes et zapper le nom du collège. J'ai pris le nom également d'un café en le transformant (le Parisien devient La Parisienne !). C'est clair que ça donne plus de réalisme à l'histoire mais quelle galère à faire ! Surtout que l'action de mon roman se passe dans Paris, mais également sous Paris (dans galeries souterraines) et qu'il faut faire coller tout ça ensemble ! Heureusement que google maps existe, cela m'a énormément aidé.
 
Izabou
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  114
   Âge  :  28
   Localisation  :  Nantes
   Date d'inscription  :  14/02/2021
    
                         
Izabou  /  Barge de Radetzky


Dans mon roman j'ai vraiment ancré l'aventure dans la ville de Nantes, il y a donc des noms de rues, de quartiers, de places, de commerces iconiques de la ville. Certains lycées pourraient être cités mais l'occasion ne s'est pas présenté dans ce tome. Ils y a aussi certains lieux qui ne sont pas nommés mais un lecteur attentifs connaissant bien la ville pourrait les identifier comme le collège que fréquentent les héros.
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2409
   Âge  :  74
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Guère épais


Marybat a écrit:
Merci pour vos réponses  Smile

Je vais garder les noms des rues et villes et zapper le nom du collège. J'ai pris le nom également d'un café en le transformant (le Parisien devient La Parisienne !). C'est clair que ça donne plus de réalisme à l'histoire mais quelle galère à faire ! Surtout que l'action de mon roman se passe dans Paris, mais également sous Paris (dans galeries souterraines) et qu'il faut faire coller tout ça ensemble ! Heureusement que google maps existe, cela m'a énormément aidé.

Nous lui en sommes tous reconnaissants (rire).
Comment crois-tu que je donne tant de détails sans jamais bouger les fesses de mon fauteuil d’ordinateur ? :mrgreen:
Jusqu'à la couleur des murs et du défaut au-dessus de la porte parfois.
Hergé, par exemple, qui n'avait pas Internet, voyageait beaucoup et prenait nombre de notes. Ses BD sont truffées de détails véridiques.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1663
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


Alors, je l'ai fait pour mon "feel good", et je m'étais aussi drôlement posé la question de la pertinence de la chose...

Et puis, j'ai pensé que ça faisait plus réaliste (genre : l'auteur qui sait de quoi il parle... ) mais sans que ça n'apporte un grand "plus" à l'histoire.

Par contre, pour le thriller par exemple, je suis restée vague (juste cité une forêt, un nom de forêt précise, et la ville où se passe le huis clos, et point-barre ; même quand il y a "flash-back"... )

Spoiler:
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2409
   Âge  :  74
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Guère épais


Plumerose a écrit:
.../...
Dans le "feel good", par exemple, on sait que la maman du personnage principal habite "rue du Taur" à Toulouse, et que les personnages dînent un soir à "La Tour d'argent", à Paris, et j'ai pris soin d'indiquer un menu qui y existe vraiment ! Est-ce mieux ? Je l'ignore...

Personnellement, je trouve que c'est mieux.
Lorsque je lis un roman où se trouvent de telles descriptions réalistes en accord avec la réalité des lieux, je sais que j'aime bien. J'apprécie. C'est "un peu comme si j'y étais".
Mais c'est tout personnel.
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3763
   Âge  :  55
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  05/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Sang-Chaud Panza


moi je penserais à la nouvelle 'les bottes de sept lieux', de Marcel Aymé que l'on avait étudié en quatrième je crois. (ou je délire, est-ce un texte pour 4eme ?).
Et je me souviens qu'il y avait plein de nom de rues et de lieux de Paris. Et on devait retrouver les endroit sur une carte et refaire l'itinéraire du gamin. C'est marrant j'avais complétement oublié ça et c'est la question de ton poste que m'a fait revenir ce souvenir. Et je me dis comme ça que c'était un chouette moment que la découverte de cette nouvelle et de Paris par texte interposé. Donc des références de lieux qui sont dans la vraie vie. Mais oui pourquoi pas !
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1663
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


JDOO, et PROFSAMEDI : chouette, ça me rassure !!

D'autant plus que je suis capable d'aller loin, en cherchant sur internet, même une ville que je connais assez bien, mais pour y visualiser mes personnages, dans les lieux où je les décris. Pour m'imprégner, et donc, imprégner telle ou telle scène de l'ambiance... ça permet de visualiser les scènes, je trouve. Carrément ! Wink

Spoiler:
 
Leah-B
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  792
   Âge  :  27
   Localisation  :  Tours
   Date d'inscription  :  27/07/2020
    
                         
Leah-B  /  Blanchisseur de campagnes


Je ne compte plus les heures passées sur Google Maps à mapper Paris, Londres, New-York et San Francisco... Je suis de la team très précis !

Pour le collège, je dirais non cependant. Car imagine ton livre fait un carton planétaire : cela attirerait l'oeil sur l'établissement... Idem avec tout ce qui est lieux "privés"
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 nom de rues et autres détails précis sur les lieux d'un roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-