PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Les moments les plus malaisants de votre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1214
   Âge  :  35
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Dans la tête de Doug Marlow
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Tentatrice chauve


Salut les JE.
Un topic juste comme ça, pour partager ses expériences honteuses, lors desquelles on s'est vraiment, mais vraiment senti con !

Le but c'est de se marrer un peu, pas de parler de choses graves. Enfin vous faites comme vous voulez en fait.

1/ Je dois avoir huit ou neuf ans, je suis à l'anniversaire d'un gars qui n'est pas vraiment mon pote mais qui m'a invité quand même. On a tous eu un ballon gonflable en cadeau et très vite, le but a été de les éclater. Je ne sais plus pourquoi mais j'ai refusé catégoriquement que l'on s'attaque au mien. Quand plusieurs enfants se sont ligués contre moi pour le crever, j'ai piqué une crise de rage de malade, au point que la mère du gars a appelé la mienne pour qu'elle vienne me chercher en urgence. Me pensant dans mon droit, je l'ai accueillie en sauveuse, mais elle m'a mis la misère devant tout le monde (je ne l'avais pas volé). Le soir, je me suis rendu compte à quel point j'avais été idiot et j'ai eu honte comme jamais; Les jours suivants à l'école, je me suis bien fait afficher aussi.

2/ J'ai treize ou quatorze ans. Avec mon père, on regarde une photo de mariage de sa belle sœur et son mari. On se s'entend pas super bien avec eux et on commence à bitcher vite fait sur la photo. Au bout d'un moment je prends mon ton le plus méprisant et je sors "Mais papa, quand on se marie à l'église, c'est forcément par amour !" Le mari de la belle sœur a débarqué dans mon dos au même moment et a tout entendu. Son sourire haineux tandis que je me liquéfiais sur place, je m'en rappelerai toute ma vie.

3/ Il y a dix ans, dans la voiture d'un bon pote à moi. Une amie à nous est assise à côté et je suis à l'arrière. On sort d'un bar et je suis un peu éméché. Comme le gars met du temps à démarrer, je me mets à faire le con et je finis par dire "Mais bordel, arrête de glander espèce de ***** d'antillais de *****."
J'ai été tout de suite mortifié par ma propre connerie. J'ai senti que la fille avait été choquée (et à raison). Je me suis excusé cent fois pendant toute la soirée et je me suis repenti des années plus tard aussi. J'avais voulu faire une blague et c'est sorti sous forme de la phrase la plus raciste du monde. Je sais que mon pote ne m'en a jamais voulu mais à chaque fois que j'y repense, je me mets en PLS, rouge de honte.

Allez, à vous Les moments les plus malaisants de votre vie Tokato
 
s.tupido
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  524
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  26/12/2017
    
                         
s.tupido  /  Gloire de son pair


Ouille, le topic de cette chaleur intense que tu ressens quand t'as envie de devenir invisible...

Là, comme ça, je n'ai rien de complètement dingue qui me vient en tête (alors qu'en vrai des situations bêtes de ce genre j'en ai des palettes complètes à refourguer), sauf un truc un peu marrant :

Voyage en Toscane en Seconde avec le lycée. Chaque jour on avait quartier libre pendant un certain temps histoire de profiter un peu du voyage. A Sienne on flâne sur une place en regardant les étals des boutiques de souvenirs. Je fais le con comme je l'ai toujours fait, c'est-à-dire de manière assez bruyante et exubérante (la discrétion et moi ça a toujours été le désamour). Evidemment, à force de me comporter comme un imbécile, je finis par légèrement heurter une femme qui passait à côté de moi. J'ai bon fond donc je m'excuse immédiatement et sors un "Scuzi !" avé l'accent histoire de me rattraper. La dame se retourne et me dit : "non mais je suis Française, hein."

Allez, en écrivant ça j'en ai une autre qui est venue :
Je bossais comme aide cuisinier dans une sandwicherie/restaurant. Je faisais des semaines de 45 heures pour des clopinettes et j'étais constamment crevé (je venais de déménager de France en République tchèque, je parlais à peu près 20 mots de tchèque à l'époque). A un moment je réalise que la boîte de sel est quasiment vide. Ni une ni deux, je vais chercher un paquet de sel neuf et je le verse dans la boîte pour gagner du temps la prochaine fois. Un peu plus tard, le proprio du restaurant (qui bossait un peu en cuisine et un peu en salle) veut sucrer une pâte pour un dessert et je l'entends dire au cuistot (en français car il est Belge et le cuistot est Français) que quelqu'un a mis du sel dans la boîte de sucre. Il est ensuite venu me demander si c'est moi qui ai rempli la boîte et j'ai évidemment nié (pas fou non plus). Je l'ai entendu poser la question à tout le monde, j'avais hâte qu'il change de sujet.

Tiens, une dernière pour la route :
Voyage de noces avec ma femme, road-trip dans les pays baltes. On roule en Estonie en direction du phare de Tiipsaare. On est au bout du monde et j'ai insisté pour faire ce détour parce que ce phare a les pieds dans l'eau (je vous laisse voir les photos sur internet) et ça lui donne un cachet dingue. J'ai envie de faire des photos du phare et du lieu autour, et ma femme accepte en bougonnant. La route est mauvaise (comme partout dans les pays baltes), on se paume de route et ma femme commence à râler avec véhémence contre mes idées de merde et mon besoin d'aller prendre des photos à la con alors qu'elle avait une autre idée d'endroit où aller qui était mille fois mieux, évidemment, puisque c'était son idée à elle. Il y a un truc que je dois préciser ici : quand ma femme râle, la meilleure chose à faire est de rester silencieux et d'attendre que ça passe. Sinon vous vous exposez à une nouvelle déflagration.
Et c'est pour cette raison que j'ai lâchement préféré ne rien dire quand nous sommes passés devant le panneau qui indiquait la direction du phare sur une route annexe. Le temps de voir le panneau, on l'avait dépassé (c'était super mal indiqué, pour ma défense). Et je n'ai pas osé demander à ma femme de s'arrêter et de faire demi-tour. J'ai trouvé plus sécurisant de nous embourber 15 minutes de plus sur un chemin de terre (oui, j'ai oublié de préciser que l'asphalte n'est pas présente sur toutes les routes de la région). Finalement on a fait demi-tour et on n'a pas vu le phare.

Bon, en fait j'en ai une autre :
Encore un voyage avec ma femme, mais on n'était pas encore mariés. On était en Slovénie et on est allés au Triglav (LA montagne mythique que chaque Slovène digne de ce nom est censé avoir gravie au moins une fois dans sa vie). On a dormi au dernier refuge avant le sommet et le matin on a vite emballé nos affaires avant de monter (finalement on n'est pas allés jusqu'en haut par manque d'équipements, mais on s'en fiche). Le soir on est revenus à notre voiture de location et on est rentrés au camping, et c'est seulement là (60 km plus loin) que je m'aperçois que j'ai oublié mon sac de couchage au refuge. Ni une ni deux, j'appelle le refuge, qui me confirme qu'ils ont trouvé un sac de couchage le matin même. Ils sont d'accord pour me le redescendre en hélico à 7h du matin le lendemain.
Ma femme n'a pas dit un mot pendant les 60 km jusqu'au plateau d'atterrissage de l'hélico.
https://edewilmer.wordpress.com/
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2873
   Âge  :  116
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


Lorsque je bute par hasard sur un pavé mal déquarri dans la cour, je me dis que le goût de la madeleine c’est décidément pas ma tasse de thé
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1214
   Âge  :  35
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Dans la tête de Doug Marlow
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Tentatrice chauve


Pas mal, vos anecdotes, pas mal Razz

Il y a deux ans à peu près. J'ai repris le roller depuis quelques semaines. Au boulot au moment de partir, trois collègues sortent avec moi et me demandent de leur faire une démo. Je me mets à faire l'idiot, à danser un semblant de hip-hop sur roues... et je m'empêtre tout seul en manquant de me ramasser. Les trois collègues se barrent, morts de rire, en faisant semblant de ne pas me connaître.

Quand j'avais dix-huit ans, au cours de full contact. Le prof nous demande de prendre un bâton d'entraînement. Le temps que tout le monde en attrape un, je raconte une histoire à un pote qui implique le même genre de bâton. Au moment où je dis :"Et là, le mec fait BAM !", je fais semblant de mettre un coup dans le vide et je rencontre un obstacle derrière moi. Le tibia d'un gars, que je n'ai pas vu approcher. Le choc a été assez violent, il doit avoir super mal. Pendant que je m'excuse, je le vois serrer les dents et s'éloigner en se retenant de ne pas m'en coller une.
 
s.tupido
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  524
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  26/12/2017
    
                         
s.tupido  /  Gloire de son pair


Tiens, le full contact me rappelle un truc bien bête. J'étais au collège, en 6e. Une personne extérieure au collège devait nous faire une présentation, avant qu'il ne débarque je ne crois pas avoir réellement su dans quel but. En fait c'était un médecin ou ancien médecin dont le fils avait été tué après une dispute dans la rue et qui venait nous faire passer un message de non-violence. Il se trouve que ledit fils avait été boxeur. Nous, on n'en savait rien avant la présentation, et je me souviens qu'on attendait sagement de pouvoir entrer dans la salle où aurait lieu la présentation. Il y avait un petit film que le médecin faisait défiler et, à un moment, des images de boxe.
Et j'ai eu l'idée d'imiter un combat de boxe imaginaire au milieu du couloir, tout en ajoutant de faux commentaires sportifs. Au même instant, la proviseure du collège est sortie de la salle. Je me suis li-qué-fié.

Ou alors, toujours en 6e : il y avait un type que je n'aimais pas trop parce qu'il avait passé l'année à vouloir me pourrir, c'était un peu le caïd de la classe (cette anecdote se passe au printemps). Mais il était parfois assez sympa et je ne voulais pas me prendre la tête, donc j'était plutôt conciliant. Un jour il débarque avec un nouveau sac à dos et nous le montre. Nec plus ultra, le sac avait une attache supplémentaire au niveau du ventre (comme sur un sac de randonnée, mais c'était situé plus bas). Je trouve ça marrant et lui demande de fermer l'attache. Ensuite je lui dis "c'est trop bien, on peut pas te piquer ton sac comme ça" en mimant un type qui veut lui arracher son sac. Lui mime le type qui s'enfuit et... l'attache ventrale se déchire de chaque côté. Un sac tout neuf...
https://edewilmer.wordpress.com/
 
absolute
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  186
   Âge  :  39
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  28/07/2020
    
                         
absolute  /  Tycho l'homoncule


Nouvel an 1997. J'ai 16 ans, en plein dans l'âge bête (qui a commencé très tôt et dont je n'ai jamais réussi à me défaire complètement :mrgreen: ). On sort avec des ami.es avec quelques fusées et pétards (c'est comme ça en Alsace). J'en cale un dans un rétroviseur de voiture et l'allume, il explose et le rétro aussi. Je me marre bien, mais à ce moment-là des gyrophares s'allument. Des policiers sortent de la voiture, m'interceptent et m'embarquent sous les yeux de mes ami.es. A ce moment là j'en menais vraiment pas large, les flics ont profité du trajet pour me faire la morale sans trop mâcher leurs mots. J'ai passé une bonne partie de la nuit en garde à vue, à côté d'un jeune couple appréhendé pour vol de voiture (ils ont bien rigolé quand je leur ai expliqué pourquoi j'étais là). Quand mon père a débarqué, il avait l'air dangereusement constipé. Heureusement, il était accompagné d'un ami, et lui était plié de rire. Il a beaucoup détendu l'ambiance et relativisé la gravité des faits. Ca m'a coûté 100 francs et un casier judiciaire jusqu'à ma majorité quand même.
https://www.flickr.com/photos/jonathan_martz/
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2873
   Âge  :  116
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


Le fait de m'être retrouvé dans une histoire qui est un écho, même plus qu'un écho une sorte de répétition ou carrément continuation de la seconde guerre mondiale.

No kidding, no joking, no hoax: just true
 
k_raf
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  625
   Âge  :  44
   Localisation  :  Entre Aix et Marseille
   Pensée du jour  :  Write with the door closed, rewrite with the door open. - Stephen King
   Date d'inscription  :  02/03/2018
    
                         
k_raf  /  Hé ! Makarénine


Préambule : je manque de second degré.

En cours de piscine avec ma classe de 6e, la consigne était de battre des pieds pour avancer. Problème : j'envoyais les miens trop haut, ce qui était inefficace (et devait arroser partout mais on s'en fout). Quand je sors la tête de l'eau, la maître-nageuse me dit "Tu devrais battre des pieds encore plus haut". Tout le monde aurait perçu l'ironie dans sa phrase.
Mais pas moi.
Je repars donc en appliquant soigneusement le conseil, ce qui m'envoie au fond de l'eau dans un mouvement bizarre et moche. Je ressors hoquetant et crachant sans avoir avancé d'un mètre, pile à temps pour entendre une fille de la classe (que je kiffais pas mal, ce qui ajoute à ma détresse) dire à la maître-nageuse : "Lui, vous lui dites un truc, il le fait"...
 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1513
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Roland curieux


Haha j'adore lire vos anecdotes... je me sens moins seule... C'est un peu l'histoire de ma vie ce genre de trucs XD

J'ai une dizaine d'années, on est en balade à Paimpol avec le club de mes grands-parents (ouais mes GP m'emmenaient partout mais ça impliquait de passer beaucoup de temps avec des gens qui avaient entre 6 et 10 fois mon âge et notamment des dames qui, pour la plupart, arboraient bouclettes permanentées et longues jupes à volants. Comme ma grand-mère). A un moment, prise d'un élan d'amour, je me jette contre ma GM qui marche juste devant moi, la serre très fort et lui déclare à quel point je l'aime. Et là elle me répond : "Oh là là, si j'avais une petite fille aussi mignonne !!"
Ce n'était pas ma grand-mère.

Lycée, cours de SES. Ennui total, prof très con qui débordait toujours très copieusement sur le temps de récré. Un jour, elle exagère tout particulièrement, et quand enfin elle se tait et nous autorise à ranger nos affaires, je souffle à ma camarade "J'ai cru qu'elle allait jamais nous lâcher cette connasse !"
Regard crispé de la copine.
Je sens une présence en face de moi.
La prof qui me surplombe, avec un gentil sourire tout aussi crispé.

Plus récemment, il y a quelques années, je suis en train d'arrêter de fumer. Et je suis en voiture, combo mortel. Pour ne rien arranger, je viens de me faire couper copieusement la route par une espèce de chauffard.
J'arrive au drive U, y'a une bagnole devant moi qui met deeeeees plooooooooombes à se garer. Et qui reste en plein milieu. Je peux pas aller me garer juste derrière.
Je lui hurle, fenêtre ouverte, d'apprendre à se garer, espèce de mou du gland !
Une mamie sort difficilement du côté conducteur. Une jeune fille sort du côté passager pour aller l'aider, sans oublier de me lancer un regarde mi-sidéré, mi-accusateur.
https://www.instagram.com/mardi.afternoon/
 
Trôme
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  68
   Âge  :  20
   Localisation  :  France
   Date d'inscription  :  06/07/2016
    
                         
Trôme  /  Clochard céleste


Un jour, je me suis connecté sur Discord en pensant arriver directement sur le groupe JE.

Je ne reconnaissais pas les pseudos, alors j'ai écrit : "L'ambiance est bien sérieuse ici ! Je pensais que les JEs aimaient se dévergonder !"

C'était le groupe Discord de ma classe de fac...
 
Miromensil
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  736
   Âge  :  90
   Localisation  :  Perpète-les-Alouettes
   Date d'inscription  :  28/10/2016
    
                         
Miromensil  /  Blanchisseur de campagnes


il y a quelques années, j'essayais de m'intégrer dans le groupe des étudiants en philosophie de mon université. problème, je connais mal les expressions, le second degré c'est pas toujours mon truc, et je suis sourde sur les bords. à un moment, un gars dit à un autre : "tu vas avoir la gaule !" et moi de répondre : "la gaume ? mais on est déjà en gaume". silence, puis gros rires. la réplique est parue dans le journal des étudiants de philo (rubrique dixit).
https://mimerions.wordpress.com/
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1214
   Âge  :  35
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Dans la tête de Doug Marlow
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Tentatrice chauve


Merci pour vos anecdotes, je me marre, mais en compatissant bien sûr Razz

Je sais plus si j'ai déjà posté ça quelque part sur le forum avant mais tant pis :
2015. Je suis au boulot, encore en intérim. Je dois envoyer le planning des conducteurs du lendemain, un par un en copiant-collant mon nom à chaque fois. Je fais des pauses vu qu'il y a à peu près 800 envois à faire. Entre deux, je modère le forum de tennis, qui est pétri de commentaires immondes. Et puis je retourne à mes plannings. A un moment, je bloque. Au lieu de coller mon nom à la signature du mail, j'ai collé un commentaire modéré du forum. Au lieu de mon nom, un conducteur a reçu un truc du style "Serena Williams grosse vache dégueulasse, connasse slut moche grasse." J'ai vraiment cru que j'allais me faire virer mais en fait mes chefs étaient morts de rire.

Au parc des félins, dans le 77, il y a quatre ou cinq ans, avec ma copine et ses parents. On se balade le long des enclos, y a presque personne, c'est paisible. A un moment, je passe ma main dans le dos de ma copine et la rapproche vers moi. Et puis je m'écarte d'un coup en m'excusant : c'était sa mère. Elles avaient la même coiffure et un haut de la même couleur. J'ai pas pris le temps de bien regarder. Ma copine morte de rire, sa mère un peu moins, et son père qui dit qu'il va devoir m'en coller une (en rigolant bien sûr). J'étais vraiment pas bien :mrgreen:
 
Milonga
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  62
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  26/01/2021
    
                         
Milonga  /  Clochard céleste


Il y en a beaucoup.

Un qui n'est pas drôle et qui me fout la honte à chaque fois que j'y repense.

Au collège, je ne mettais jamais mes lunettes en présence de camarades, hormis pour voir le tableau en classe. Durant nos virées en ville, je me laissais guider par les autres par pure coquetterie. Il se trouve que je suis très, très myope.

Un jour, nous croisons un groupe dont les membres portent des bonnets verts. Je me marre tout haut : "Regardez ahahah on dirait les NAINS DANS BLANCHE-NEIGE" et autres blagues. Mes copines sont gênées, je ne comprends pas pourquoi, mais je finis par me taire.

C'était un groupe d'enfants handicapé.e.s, et je n'avais rien vu .... Je m'en veux toujours.
 
Miromensil
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  736
   Âge  :  90
   Localisation  :  Perpète-les-Alouettes
   Date d'inscription  :  28/10/2016
    
                         
Miromensil  /  Blanchisseur de campagnes


ça m'en rappelle une de ma soeur..

elle et moi allions monter dans le wagon d'un train. on voit arriver sur le quai une dame très élégante, en robe moulante et hauts talons. elle a visiblement du mal à marcher et doit pour cela se faire aider de deux hommes pour monter dans le train. on remarque qu'elle a un bâton d'aveugle et des sortes de lunettes de soleil. et ma soeur de crier : "QUELLE IDEE DE METTRE DES TALONS QUAND ON EST AVEUGLE AUSSI". chapeau bas, hein.
https://mimerions.wordpress.com/
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  458
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Oh alors moi j'en fait de belles. Embarassed  Par exemple, je vais vous raconter quelque chose qui m'est arrivé vers dix ou onze ans et qui me fout toujours la honte quand j'y repense (heureusement, c'est très rare).

En ce temps là ma mère était assistante maternelle à domicile. Pendant qu'elle était partie à l'arrêt de bus chercher un enfant ou deux, moi et ma sœur on est restées avec un garçon qu'on gardait aussi et qui avait plus ou moins notre âge. On jouaient sur les balançoires. A un moment, ce garçon est monté sur une barre transversale. Moi (mais pourquoi, pourquoi ?  Neutral ) j'ai voulu l'imiter et je me suis retrouvée assise sur ce truc. Sauf qu'après, plus moyen de descendre affraid J'étais en hauteur et moi j'ai tendance à être très très peureuse. Je n'osais pas sauter pour retrouver le sol, il me paraissait si loin. Même utiliser la balançoire pour m'aider à descendre était impossible. Le garçon essayait de m'aider mais je restais sourde à ses tentatives. J'avais trop la trouille ! Le pire je crois, c'est que, affolée comme je l'étais, je n'ai pas tardé à fondre en larme comme la gamine idiote que j'étais ! Et de vrais sanglots, hein, tant qu'à faire. Non, je me trompe, ce n'était pas le pire. Le pire c'est quand j'ai crié pour appeler ma mère… Finalement, le garçon est parti la chercher (on habitait dans un village) et quand elle est arrivée, elle m'a aidée à descendre. Elle a demandé au garçon de ne pas en parler, parce que, vous comprenez, si ceux de l'école avaient été au courant, je ne donne pas cher de ma peau. Je crois qu'il n'a rien dit car je n'ai pas eu d'écho sur cette histoire. Plus tard, j'ai raconté à ma sœur que ma crise de panique, c'était parce que je voyais des démons ! Ben voyons. Rolling Eyes

Plus tard, au collège, j'ai été incapable de faire de la gym sur les plus hautes barres asymétriques, juste une petite roulade sur la plus petite barre et c'est tout. Et même si je suis montée sur la poutre à l'occasion, celle-ci me terrifiait et je refusais d'y monter la plupart du temps. Pour le peu que je faisais, il me fallait vaincre ma peur mais souvent, c'était elle qui m'avait.

On peut parler de peur irraisonnée, illogique. Ca, ça passe encore. Mais surtout, ce qui m'a mit la honte ce jour là, c'est mon comportement de bébé qui réclame sa mère.  Rolling Eyes Rooh et la honte que j'ai dû infliger à celle-ci… Evil or Very Mad

Je sais, ce n'est pas très léger, mais en voyant ce topic, j'ai eu envie de mentionner ce petit incident car oui, il était malaisant et pour l'instant, c'est de celui-là dont je me souviens.
 

 Les moments les plus malaisants de votre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-