PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Crater Impact SE
68.97 € 114.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 

 [Avis ME] Editions Ex Aequo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Bactérie a écrit:
C'est toute la question des petites maisons d'édition qui ne sont pas présentes en librairie.  Shocked On peut sérieusement se demander quelle est la valeur ajoutée de ces ME par rapport à de l'autoédition ? confused

Ayant l'ami d'un ami qui vient de publier chez Ex-Aequo, je me souvenais avoir lu ce fil et donc par curiosité j'y suis revenue (en attendant que cet ami vienne si possible parler de son expérience), et si j'extrais cette citation de Bactérie, c'est parce que la réponse à son interrogation me semble simple (en tout cas une parmi d'autres) :
la "valeur ajoutée" c'est je pense uniquement la signature d'une "vraie" maison d'édition. Après, on peut bien sûr discuter du sérieux ou pas de cette maison, mais elle existe et elle "tient" dans le temps.
La signature d'une "vraie" maison d'édition sur une couverture, ça veut dire (enfin, pour les gens qui vont acheter le livre) que ce qu'on a écrit a plu à quelqu'un, supposé être un professionnel, et que cette personne a jugé bon de l'éditer. C'est gratifiant pour l'auteur mais ça l'est donc aussi pour le lecteur.
Moi-même en tant que lectrice, quand je vois un livre sans nom de maison, avec juste le nom de l'auteur, ou avec un faux-semblant de logo de maison d'édition (les initiales de l'auteur), il faut vraiment que j'aie entendu du bien de ce titre (mais forcément par des canaux confidentiels, surtout moi qui n'ai ni FB ni instagram et autres) pour l'acheter.

Ce désir d'avoir la signature d'un "vrai" éditeur (même s'il ne fait pas son travail !)) explique je pense qu'on aille vers des gens comme L'Harm..., Ex-Aequo et nombreux autres, "éditeurs" qui certes ne font pas le boulot mais "existent comme éditeurs". Même si ça doit se solder par très peu de ventes (et pour moi qui n'ai aucun réseau social et ne suis pas ce qu'on appelle une "battante", mieux vaut de toute façon l'éditeur qui vend peu). :mrgreen: )
 
Phyrik
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  473
   Âge  :  63
   Localisation  :  Là, à 7 km de l'océan.
   Pensée du jour  :  Du calme!Tout va bien! Lâche la poignée.
   Date d'inscription  :  25/03/2022
    
                         
Phyrik  /  Pour qui sonne Lestat


Bactérie , moi aussi, si c'est possible j'aimerais bien avoir une idée de ce que tu entends par "décoller" pour les ventes depuis que tes ouvrages sont sortis. Juste pour savoir. Je comprendrais si tu ne veux pas répondre, bien entendu.
 
Bactérie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  544
   Âge  :  122
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  tout, c'est mieux que rien.
   Date d'inscription  :  26/02/2019
    
                         
Bactérie  /  Gloire de son pair


PHYRIK pas de problème je vais te répondre en MP.
http://beatrice.hammer.free.fr/pages/simple_indexpag.html
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Bonjour, je suis allée voir le fameux contrat, qui ne me semble pas différent de beaucoup, en tout cas sur le fond. Sur la forme, c'est autre chose : je suis d'accord avec ce qui a été dit, il y a un effet blindage qui fait plus penser à une forteresse qui se sent assiégée et ne vous ouvrira qu'avec méfiance, qu'à une maison heureuse de vous accueillir.
Concernant le fait d'avoir déjà fait connaître tout ou partie de l'oeuvre, je pense cependant qu'il faut prendre la chose au sens large : Ex-Aequo pense (enfin je suppose) plus à une vraie diffusion de larges extraits (voire de la totalité) sur un blog, ou sur un forum comme le nôtre, dans le but d'avoir l'avis de beta-lecteurs, qu'à une simple mention genre "au fait je suis en train d'écrire un roman qui parle de ci de ça, avec un personnage qui sera tourmenté par ci ou ça...". Mais comme souvent, le mieux serait de carrément leur demander (et de garder précieusement leur réponse écrite !).

Ce qui m 'agace moi plutôt, c'est ce principe de "droit de préférence". Ces chaînes qui nous lient à un éditeur me font fuir ! Pour ce que j'en ai constaté, on rencontre pourtant de moins en moins ce "droit" (que j'appellerais "exigence" !) sur les contrats, et d'ailleurs il ne rime pas à grand chose : la frontière est mince parfois entre un genre et un autre, surtout avec l'hybridation, de plus en plus courante et qui rend difficile le classement d'un roman dans un genre unique. Au pire, l roman suivant, on peut faire pencher la balance afin qu'il se détache du genre préempté par l'éditeur (à supposer qu l'éditeur n'ait spécifié qu'un seul genre. Le contrat-type d'Ex-Aquo est flou sur ce point). Je suppose aussi qu'en changeant de nom d'auteur, le traçage est impossible (sauf à revendiquer publiquement ses anciens écrits).

Sinon, "éditeur militant", bon... ça fait bien sûr penser à l'assureur qui se revendique du même concept, et le problème, avec ce genre de mot fort, c'est qu'il faut que les actes aillent avec, de façon flagrante : le militantisme, ce n'est pas un truc discret qui agit en coulisse, ça s'exprime à voix haute et claire, et publique, souvent discordante, ça fait des vagues, des faux pas sans doute aussi, mais en tout cas, ça s'entend. Les occasions ne manquent pas me semble-t-il pour un éditeur, dans les discussions, interviews ou événements ici et là, de faire entendre une voix "militante". Je n'ai pas connaissance qu'Ex-Aequo se fasse remarquer sur ce plan.

Voilà, mais sinon donc, ce contrat d'Ex-Aequo me semble dans la moyenne (pour ce que j'ai vu de ceux que je connais en tout cas).
 
Lize Bee
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  117
   Âge  :  24
   Localisation  :  Tours
   Date d'inscription  :  02/02/2022
    
                         
Lize Bee  /  Barge de Radetzky


Emsi a écrit:

Ce qui m 'agace moi plutôt, c'est ce principe de "droit de préférence". Ces chaînes qui nous lient à un éditeur me font fuir ! Pour ce que j'en ai constaté, on rencontre pourtant de moins en moins ce "droit" (que j'appellerais "exigence" !) sur les contrats, et d'ailleurs il ne rime pas à grand chose : la frontière est mince parfois entre un genre et un autre, surtout avec l'hybridation, de plus en plus courante et qui rend difficile le classement d'un roman dans un genre unique.

Je suis d’accord avec toi je suis toujours surprise qu’elle soit maintenue dans certains contrats.
Si ça se passe bien dans la maison, pourquoi l’auteur ne re signerait pas avec eux ? Et si ça se passe mal, pourquoi l’enchaîner a la maison ? Ça me questionne vraiment.

En l’espèce la clause est floue sur quel point ? Sur son existence propre ou sur le genre pour lequel la maison a le droit de préférence ?
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


En fait non il n'est pas flou. J'avais en mémoire une imprécision quant au nombre de genres préemptés par l'éditeur, je ne savais plus si c'était juste un genre ou plusieurs, mais en y retournant voir, je lis : "L’auteur accorde à l’éditeur un droit de préférence en application de l'article L 132-4 du CPI, pour toute œuvre appartenant au(x) genre(s) littéraire(s) suivant(s) : xxxxxx
On est donc là encore, dans le blindage intégral : je suppose que si le roman édité par eux faisait dans l'hybride mettons polar-sentiment-Histoire-gay-régional, les "genres suivants" préemptés par la maison d'édition seront : policier, romance, Histoire, gayté (voire plus largement "social" ou "sociétal") et régional. Ainsi, l'auteur sera vraiment bloqué, sans possibilité de "faire pencher la balance", contrairement à ce que j'évoquais dans mon message.
Faudrait quand même aller voir ce fameux article L 132-4 du CPI (code de la propriété intellectuelle ?). :mrgreen:
 
Lize Bee
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  117
   Âge  :  24
   Localisation  :  Tours
   Date d'inscription  :  02/02/2022
    
                         
Lize Bee  /  Barge de Radetzky


« Est licite la stipulation par laquelle l'auteur s'engage à accorder un droit de préférence à un éditeur pour l'édition de ses oeuvres futures de genres nettement déterminés.

Ce droit est limité pour chaque genre à cinq ouvrages nouveaux à compter du jour de la signature du contrat d'édition conclu pour la première oeuvre ou à la production de l'auteur réalisée dans un délai de cinq années à compter du même jour.

L'éditeur doit exercer le droit qui lui est reconnu en faisant connaître par écrit sa décision à l'auteur, dans le délai de trois mois à dater du jour de la remise par celui-ci de chaque manuscrit définitif.

Lorsque l'éditeur bénéficiant du droit de préférence aura refusé successivement deux ouvrages nouveaux présentés par l'auteur dans le genre déterminé au contrat, l'auteur pourra reprendre immédiatement et de plein droit sa liberté quant aux oeuvres futures qu'il produira dans ce genre.
Il devra toutefois, au cas où il aurait reçu ses oeuvres futures des avances du premier éditeur, effectuer préalablement le remboursement de celles-ci »

Tu fais toujours toutes les recherches donc permet moi de te décharger un peu :p

En gros il vient encadrer et limiter le droit de préférence (5 romans, un délai de réponse etc.)
Après si à chaque nouveau roman le contrat stipule à nouveau un droit de préférence, je suppose que ça repart.

Oui donc leur clause à eux est assez large.
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Lize Bee a écrit:
« Lorsque l'éditeur bénéficiant du droit de préférence aura refusé successivement deux ouvrages nouveaux présentés par l'auteur dans le genre déterminé au contrat, l'auteur pourra reprendre immédiatement et de plein droit sa liberté quant aux oeuvres futures qu'il produira dans ce genre. »

Merci d'y avoir été voir Smile. Donc la seule condition pour s'en sortir serait de proposer à l'éditeur deux navets successifs, vraiment impubliables, histoire qu'il les refuse, et de faire bien attention à ce que l'écrit qu'on proposera ensuite à un autre éditeur ne reprenne vraiment aucun des éléments de ces navets.
Il y aurait donc tout de même une porte de sortie...
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1479
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Roland curieux


Tu peux aussi refuser le contrat de ton éditeur...

Imagine que tu as écrit un roman1 et que tu signes un contrat avec un droit de préférence pour roman2.

Tu écris roman2 et l'éditeur te transmets un contrat ; et tu le refuses (parce que l'à-valoir de te convient pas ; parce que tu veux un placement librairie au lieu d'un PoD... que sais-je) alors quoi ?
Vous tombez pas d'accord, agree to disagree, et tu vas voir ailleurs un éditeur qui te ferait une meilleure offre.

Ça fonctionne, n'est-ce pas ?
Droit de préférence de l'éditeur, ça veut pas dire obligation pour l'auteur d'accepter n'importe quoi.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Lize Bee
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  117
   Âge  :  24
   Localisation  :  Tours
   Date d'inscription  :  02/02/2022
    
                         
Lize Bee  /  Barge de Radetzky


Il me semblait qu’il y avait une histoire de « si les termes sont les mêmes que pour roman 1 alors obligé d’accepter ». Je sais pas du tout
 
Emsi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  69
   Localisation  :  Entre Bretagne et Sarthe
   Date d'inscription  :  16/02/2020
    
                         
Emsi  /  Pour qui sonne Lestat


Dans ma logique, ce que tu dis Elopez me semble impossible à faire puisque le premier contrat que j'ai signé (hypothèse bien sûr !) chez Ex-Aequo m'oblige à leur proposer mes romans suivants et je suis certaine qu'ils se sont blindés quant aux conditions de refus de la part de l'auteur (je pense que le fait d'avoir accepté le "droit de préférence" empêche de contester les 5 contrats suivants... Sinon ce serait trop facile...
Je rejoins l'avis de Lizbee


Dernière édition par Emsi le Ven 22 Avr 2022 - 11:24, édité 2 fois
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1479
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Roland curieux


Je vais vérifier sur mon contrat &H (qui n'est pas un contrat ex-aequo, hein), mais ça ne me dit rien.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Bactérie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  544
   Âge  :  122
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  tout, c'est mieux que rien.
   Date d'inscription  :  26/02/2019
    
                         
Bactérie  /  Gloire de son pair


Alors moi ça me dit quelque chose ELOPEZ7228, en fait si j'en crois mon expérience, quand tu acceptes un droit de préférence avec un éditeur, c'est en gros comme si tu signais d'un coup le nombre de contrats pour lesquels tu as accepté ce droit. Par exemple si c'est 5 ouvrages, c'est comme si tu signais les 5 contrats, dans les mêmes termes tous (même à-valoir, mêmes conditions). Si l'éditeur ne t'en refuse pas 2 d'affilée tu es liée pour 5 bouquins. Par contre au bout des 5 tu n'es plus liée.
Ceci étant je trouve ça monstrueux affraid et j'ai toujours tout fait pour virer ces clauses. En effet l'éditeur a tous les droits (te prendre ou te jeter) et toi tu n'as que les devoirs (lui soumettre tes manuscrits les uns après les autres).
Ceci étant pour expliquer la logique, c'est pour protéger un éditeur qui aurait "découvert" un auteur et qui se le ferait piquer ensuite par un gros éditeur. Le cas arrive régulièrement. Je pense à une auteure de gros gros gros best-seller (pour son 1er roman) dont on m'a raconté qu'elle avait été découverte par un tout petit éditeur. Elle s'est barrée chez un très gros éditeur pour le 2ème, et le petit éditeur a dû mettre la clé sous la porte.pale
En règle générale, pourtant, avec les tout petits éditeurs on arrive à faire sauter la clause bien plus facilement qu'avec les gros.
Tu nous diras ce qu'il y a marqué sur ton contrat ELOPEZ7228 !
http://beatrice.hammer.free.fr/pages/simple_indexpag.html
 
BoiséeNoire
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2140
   Âge  :  21
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  22/02/2020
    
                         
BoiséeNoire  /  Crime et boniment


Je viens de faire sauter une clause de préférence dans une de mes derniers contrats. C'était valable sur quatre romans "dans le même genre" (plus flou on meurt) et d'une "qualité comparable" (aucun moyen de s'en sortir en sortant ses mauvais manuscrits du placard pour avoir des refus). La clause devenait caduc après deux refus. Mais rien n'était noté selon que les autres contrats allaient se faire aux mêmes termes et conditions que le premier.
 
catblanchet
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7
   Âge  :  52
   Date d'inscription  :  19/09/2022
    
                         
catblanchet  /  Magicien d'Oz


Bonjour,
Concernant cette maison d'édition, j'avais commandé un roman récent à la librairie et malheureusement le libraire l'a cherché en vain avec comme résultat "épuisé "! Je me posais des questions sur cette maison car ils acceptent des nouveaux auteurs voilà pourquoi j'avais commandé l'un de leur roman...C'est effectivement dommage de ne pas être en librairie au moins sur commande quand ce sont des livres intéressants. j'ai vu qu'ils avaient également des ebook qui sont vendus à très bas prix. Je me pose beaucoup de questions sur ces ebook car il y a de plus en plus de sites qui les pirate en lecture libre surtout quand ils sont à très bas prix. J'irai regarder les Editions d'Avallon. Merci beaucoup.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Avis ME] Editions Ex Aequo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Édition et Autopublication :: Maisons d'Édition-