PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Ecrire un roman sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  373
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Tapage au bout de la nuit


Bonjour, j'ai écrit un roman que l'on peut qualifier de sombre : un drame qui bouleverse des vies, on me dit qu'il suscite beaucoup d'émotions, qu'il touche les coeurs... et chacun est heureux malgré la tristesse ambiante de l'avoir lu.

J'ai l'impression que ce n'est pas du tout dans l'air du temps. Je lis de plus en plus souvent ces mots et débuts de phrases lorsque quelqu'un cherche un livre ou en conseille un :
"En ces temps difficiles.... je cherche.... une lecture qui fait du bien ou qui fait rire ou sourire...." en particulier en cette période de Noël.
La mode est encore et toujours au feel-good, aux fins heureuses du style "après la pluie, le beau temps".

Bref, je me sens à contre-courant dans mon écriture. Je sais que jusqu'au bout, je n'ai pas épargné le lecteur. Mais c'est ainsi que je voyais mon histoire.

En tant qu'auteur, avez-vous écrit ou écrivez-vous un roman de ce type (qui ne soit pas du thriller) ?
Vous sentez-vous parfois, vous aussi à contre-courant ?
http://marie-meyel.fr/
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13014
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Le feel-good est à la mode parce que beaucoup de gens ont envie de se faire du bien au moral en lisant.
Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut cesser de produire autre chose !

Citation :
En tant qu'auteur, avez-vous écrit ou écrivez-vous un roman de ce type (qui ne soit pas du thriller) ?
Ange Martin est assez sombre, parce ce qu'il raconte, mais j'ai évité de le rendre trop noir d'ambiance narrative.

Mes autres textes ont des passages d'ambiance sombre, et je me demande si l'ambiance moyenne des Errances n'est pas plus sombre que celle de Martin, mais ils sont moins sombres de thème. Ceci étant, ce "moins sombre" est tout relatif !
La différence majeure, c'est que Martin, dont le point de vue est employé, est de tempérament assez rude et qu'au bout du compte, entre son énergie à vivre et les douleurs traversées, ce sont les traumatismes qui gagnent.
Alors que la majorité de mes personnages sortent de leur histoire avec le moral pas trop esquinté, voire remonté

Citation :
Vous sentez-vous parfois, vous aussi à contre-courant ?
Vu que j'ai pondu un Western en 2014...
A présent, ce genre revient un peu, mais il y a six ans, c'était le désert des Tartares
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  373
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Tapage au bout de la nuit


Merci SELENE C. , je me sens moins seule. Je suis tellement dans le doute.
Et franchement, je n'en peux plus de voir cette expression "un roman qui fait du bien" car franchement, le feel-good, ce n'est pas ma tasse de thé et bien souvent, cela m'ennuie même si j'ai une idée de roman sur ce thème.

Mon roman n'est pas non plus complètement sombre car ce serait lourd. Il y a de multiples occasions de sourire aussi. Heureusement.


Dernière édition par Guanaco le Mar 22 Déc 2020 - 20:10, édité 1 fois
http://marie-meyel.fr/
 
Sklaërenn
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1030
   Âge  :  27
   Localisation  :  Dans le lointain des mystères
   Pensée du jour  :  I'm the fucking writer for my story life
   Date d'inscription  :  15/06/2013
    
                         
Sklaërenn  /  Effleure du mal


J'adore les romans feel good, mais à l'écriture je préfère quelque chose de sombre. Tant pis si c'est à contre-courant, c'est ce que j'ai besoin d'écrire. Pour ma part c'est mon roman Sf qui est très sombre. Mon roman fantasy va selon mon humeur donc peu être feel good comme sombre.
http://airyscine.forumgratuit.org
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13014
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Ce qui m'agace, avec "feel good" c'est que je n'arrive pas à trouver que ça veut dire quelque chose...

Un "livre-doudou", ça, je comprends
chacun a son ou ses livre(s) doudou(s)... qui ne sont pas forcément du feel-good et font du bien quand même
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  373
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Tapage au bout de la nuit


Je crois que je ne me reconnais pas dans ces termes : livre doudou ou livre qui fait du bien.
http://marie-meyel.fr/
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  373
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Tapage au bout de la nuit


SKLAERENN, dans la SF, il y a souvent beaucoup de noirceur. On imagine rarement un futur merveilleux et idyllique. Non ?
http://marie-meyel.fr/
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13014
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Guanaco a écrit:
Merci SELENE C. , je me sens moins seule. Je suis tellement dans le doute.
A vrai dire... en 2014-2015 ça ne me perturbait pas tellement, d'être sur un genre "niche"... sauf au moment de chercher à quels éditeurs envoyer ! A présent, je me dis que j'aurais dû, dès le début, viser l'auto-édition. Ca ne m'aurai pas plus usé les nerfs (voire moins)

A présent, ça ne me gêne pas non plus, et je crois même que je serai HYPER fière de moi le jour où mon bouquin sortira. Et tant pis si ce jour sera le premier d'une croisade où j'ai 95% de chances de me casser la gueule

Very Happy

Donc...
avec toi sur le contre-courant
mais pas sur le doute à propos du genre
Quand je doute (souvent) c'est de moi-même, et notamment de mon talent
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5335
   Âge  :  121
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Séléné a écrit:
Ce qui m'agace, avec "feel good" c'est que je n'arrive pas à trouver que ça veut dire quelque chose...

Guanaco a écrit:
Je crois que je ne me reconnais pas dans ces termes : livre doudou ou livre qui fait du bien.

Je ne sais pas si ça peut aider ou pas pour établir une définition, mais pour moi, le roman feel good, c'est celui qui permet de surmonter un moment difficile, à travers des personnages qui franchissent les mêmes étapes introspectives que soi.
Par exemple, beaucoup de romans feel good permettent de traverser un deuil, une rupture sentimentale, ou apprendre à vivre avec une maladie. ("La vie rêvée des chaussettes orphelines", "le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie", "tu comprendras quand tu seras plus grande"... des romans de ce genre là.)
La littérature feel good a un côté thérapeutique, cela va au-delà d'un ton comique et d'une fin heureuse. Ils sont même assez tristes dans l'absolu, ils touchent au cœur et aux sujets sensibles.
Ce n'est pas tout à fait un "livre-doudou", même si ça peut le devenir. (Le livre-doudou, cela peut être un roman jeunesse que l'on affectionne particulièrement ou un univers dans lequel on aimerait se perdre, comme un Harry Potter, ou le Petit Prince, ce qui n'a pas grand chose à voir avec les feel good.)  

Après, il y a un public pour tout : les feel good, la dark romance, l'horreur glauque, les récits dramatiques, les westerns aussi. ^o^
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
Oryctérope
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  221
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/06/2020
    
                         
Oryctérope  /  Autostoppeur galactique


Hello Guanaco!

Citation :
En tant qu'auteur, avez-vous écrit ou écrivez-vous un roman de ce type (qui ne soit pas du thriller) ?
Oui. J'écris des trucs globalement très noirs, parfois tragiques, et il m'arrive de me demander si ce n'est pas trop désespéré pour quelque lectorat que ce soit. Mais d'un autre côté, je ne me lève pas le matin en me disant "hey, aujourd'hui je vais écrire un truc qui donne envie de se flinguer, parce que c'est cool!", non ; c'est juste que cette noirceur, c'est ce que j'ai à dire, c'est ma façon de voir le monde. Je n'ai pas choisi cet angle de vue pour mes textes, il s'impose à moi.
à partir de là, je n'ai qu'à composer avec cette part de ma plume !

Je pense sincèrement qu'il existe un lectorat pour tout type de roman, et ce n'est pas parce que le feel good est à la mode qu'il constitue l'unique envie des lecteurs.

J'écris ce qui me ressemble et ce que j'ai envie de dire, peu importe la mode ; j'aime à croire que si je suis authentique, il y aura au moins une personne ou deux que ma "voix" intéressera ^^
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1752
   Âge  :  36
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Après, vous pouvez toujours écrire, éditer, corriger votre livre et le mettre de côté le temps que la mode feel good s'estompe ...
En ligne
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  362
   Âge  :  101
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tapage au bout de la nuit


GUANACO a écrit:
En tant qu'auteur, avez-vous écrit ou écrivez-vous un roman de ce type (qui ne soit pas du thriller) ?
Vous sentez-vous parfois, vous aussi à contre-courant ?

Moi, oui, tout le temps, car j'écris dans différents genre, dont récemment une dystopie longue (roman, donc... pas joyeux, donc... ) et une dystopie archi-courte !! Wink

Parfois, j'envie les auteurs qui ne font que dans un seul genre, cela me semble plus simple, plus clair : ils peuvent s'inscrire dans une certaine cohérence, si je puis dire...

PS : en ce moment, je finis une romance un peu QQ  :nsortedefleur:  pour un concours, mais après, à part les nouvelles où je me laisse le champ libre, je pense "me spécialiser" dans le thriller...

Ce qu'on écrit "surgit" souvent, et si ce qui surgit chez toi, c'est plutôt du sombre, hé bien... c'est à exploiter, cela trouvera preneur quelque part (regarde le succès de K. Giebel, par exemple !! Donc, tout est possible Wink !)

TENGAAR a écrit:
corriger votre livre et le mettre de côté le temps que la mode feel good s'estompe ...

Vu le contexte déprimant, je pense que ça risque de durer un bon moment, la grosse demande de "feel good"...
 
Vasec
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  54
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  29/07/2020
    
                         
Vasec  /  Clochard céleste


J'ai écrit un roman mêlant I.A et altération génétique dans un futur proche en démarrant de façon gentille et agréable, on découvre, on s'attache, et au fil du temps on se rend compte qu'il y a de nombreux faux-semblants et une intrigue beaucoup plus sombre qu'il n'y parait. J'ai pris plaisir à faire souffrir, mentir et conspirer.
Le tome deux plonge la tête la première là dedans et on bascule vraiment dans des horreurs tout à fait dignes de notre espèce. Je prends d'ailleurs presque plus de plaisir à torturer une âme innocente de la façon la plus dérangeante qui soit, que l'écriture de la trame principale de mon histoire :mrgreen:

Au final c'est peut-être ma propre thérapie feel-good. Je ne me sens pour autant à contre courant même si je lis régulièrement de la fantasy à base d'amour, de camaraderie et d'une quête vertueuse à mener.

 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  373
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Tapage au bout de la nuit


ORYCTEROPE a écrit:
Je pense sincèrement qu'il existe un lectorat pour tout type de roman, et ce n'est pas parce que le feel good est à la mode qu'il constitue l'unique envie des lecteurs.
Je le pense aussi... mais les lecteurs ayant envie de s'aventurer dans une histoire dramatique d'un auteur inconnu sont, à mon avis, peu nombreux.
A ma décharge, je suis auteure indépendante et donc, il me faut trouver mon lectorat en me retroussant les manches, et ce que je vois sur Facebook (pour ne parler que de ce canal), c'est que les lecteurs recherchent de la lecture facile ou du thriller... mais rarement un roman contemporain dramatique. Il me faut aller encore plus à la pêche aux lecteurs que d'autres.
Mais je ne renie pas mon histoire, je l'ai écrite ainsi car c'est ma façon d'écrire, ma vision des choses, je parle de la vie et de ses souffrances...

PLUMEROSE a écrit:
regarde le succès de K. Giebel,
Quant à Karine GiEBEL (que je n'ai jamais lue car ses romans me semblent trop gore), elle a aussi trouvé son public car elle officie dans le thriller, un genre recherché.
http://marie-meyel.fr/
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  44
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Petit chose


Franchement, est-ce que vous avez vu comment la mode fonctionne ? Réponse : Au pif.
Dans l'histoire de la littérature, ça arrive fréquemment qu'un roman se démarque parce qu'il sort de son temps et déclenche une nouvelle mode parce que tout le monde va s'en inspirer et recréer l'ambiance !

Je pense sincèrement que c'est en transmettant notre personnalité à travers notre roman qu'il va "fonctionner". Si c'est tout naturel pour toi d'écrire une histoire chill, alors ça te correspond. Si c'est l'inverse, ça te correspond aussi. Et qui sait ? Peut-être qu'il sortira tellement de son temps qu'il remettra au gout du jour les histoires sombres.

Tenez, regardez Mozart. Il cassait tellement les codes que tout le monde haïssait ses œuvres musicales, qu'il était complètement fauché, et que personne voulait le laisser jouer ses opéras. Pourtant, la force des choses a fait que le public a fini par vraiment apprécier ce qu'il faisait parce que c'était différent et ça a payé, si les gens aiment, la société sera obligée de se plier à toi et c'est comme ça qu'une nouvelle mode se créer. Après y a tous les musiciens qui ont voulu faire du Mozart !
Il ne faut pas se laisser dépasser par ce que la société veut nous faire croire parce que rien n'est définitif.

La preuve, on nous sort qu'à cause du covid les gens veulent se détendre par l'art et pourtant tous les producteurs se mettent à sortir des films sur des pandémies et une invasion de zombies, et devinez quoi ? C'est sur que ça va marcher parce que c'est le sujet principal d'aujourd'hui. La bande d'annonce de Songbird a 4 millions de vues juste parce qu'il a buzzé car il est trop dans l'air du temps (et malgré l'irrespect du projet, il n'a que 1/3 de pouces rouges)

Par ailleurs, vous savez quels ont été les romans les plus vendus/lus en 2020 ? Ceux dont leur sujet se centrait sur les pandémies/confinements. Comme quoi, il ne faut pas toujours écouter les gens.
En ligne
 

 Ecrire un roman sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-