PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Livres audios et contrats d'édition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Radischat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2799
   Âge  :  24
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Radischat  /  Guacamole de radis rouges


Bonjour !
C’est en lisant ce topic sur les livres audios que je me suis posé la question… les audiobooks sont-ils prévus dans les contrats d’édition ? J’imagine que c’est plus ou moins compris dans les « adaptations futures », mais aujourd’hui, a quel point c’est « normal » ou même « facile » de demander ce format (en plus d’un format papier et ebook) aujourd’hui ? Est-ce même possible tout court ?
C’est un investissement de plus et je suppose que toutes les maisons ne peuvent pas se le permettre ; est-ce que c’est quelque chose de rentable pour les maisons, ou est-ce qu’elles sont frileuses sur le sujet ?
Est-ce que certain.es d’entre vous ont déjà tenté le coup, si oui comment ça s’est passé ? Je suis curieuse d’avoir des retours sur la (les) question(s) ! Je pose ma question dans le cadre d’un parcours « traditionnel » avec maison d’édition, mais si certain.es ont tenté l’aventure en tant qu’auto-édité.es, ce topic est aussi pour vous, pour comparer les expériences ! 
Hâte de vous lire.
 
Oryctérope
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  264
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/06/2020
    
                         
Oryctérope  /  Autostoppeur galactique


Alors... Pour mon dernier roman, j'aurais adoré obtenir une version audio. J'ai donc tenté de garder les droits pour les cessions audio, afin de démarcher les éditeurs audio, mais ça m'a été refusé. Les éditeurs aiment garder les droit d'adaptation et les cessions (poche, étranger, graphique, audiovisuel, etc), tout simplement pour empocher leur part en cas de vente de droits ; en revanche, ils ne vont pas forcément être moteurs pour trouver des cessions pour tous leurs romans. J'ai plutôt l'impression qu'ils gardent tout par principe et qu'ils attendent que ça vienne tout seul.
(enfin, je suppose, hein, je ne suis pas dans le sein des saints...)

Tu parles des adaptations audio comme si c'était la ME qui pouvait s'en charger, mais ce n'est pas le cas. Ce sont des maisons d'édition spécialisées qui achètent les droits et se chargent de l'adaptation, me semble-t-il. un peu comme une cession poche ou étrangère. Donc ce n'est pas un truc que tu "demandes" à la signature du contrat. (tout comme tu ne demandes pas une édition poche ou une traduction en ouzbek...)

En résumé:
Le livre audio, c'est la grande hype en ce moment, c'est un mode de lecture en pleine explosion, ce qui implique que:
- oui l'adaptation audio est prévue dans le contrat d'édition
- non l'éditeur ne le cèdera pas forcément facilement, tout simplement parce que c'est une manne financière probable si jamais le texte intéresse un éditeur audio
(- bonus: mais ça ne veut pas dire que l'éditeur se cassera la tête pour caser le roman chez un éditeur audio, faut pas rêver)

je n'ai pas encore totalement lâché l'affaire concernant l'exploitation audio de mon dernier né (il est déjà à la BNFA, c'est un début Wink ), donc je te tiendrai au courant si j'arrive à quelque chose!
 
Radischat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2799
   Âge  :  24
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Radischat  /  Guacamole de radis rouges


Merci pour cette réponse Oryctérope !
Alors, pour clarifier : oui, je sais que ce n'est pas la maison d'édition elle-même qui s'occupe de l'adaptation, et qu'il y a une cession de droits pour tout ça, mais je pensais en effet que c'était à la maison d'édition de prendre l'initiative, de faire les démarches pour travailler sur une version audio, et pas forcément attendre qu'une maison audio soit intéressée par le projet ! C'est surprenant, pour moi. Mais je comprends la logique.
Bonne chance dans tes démarches du coup !
 
Oryctérope
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  264
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/06/2020
    
                         
Oryctérope  /  Autostoppeur galactique


En fait, quand on est un auteur lambda (pas un best seller, quoi), j'ai l'impression que c'est comme ça pour toutes les cessions... c'est souvent une histoire de chance (par exemple, l'éditeur papier discute avec un éditeur étranger, qui lui confie chercher tel type de roman, or ton roman rentre pile poil dans ce qu'il cherche, donc ton éditeur va le lui montrer en priorité.). Ou alors de très, très bonnes ventes. ^^ (je suis allée sur Audiolib il y a quelques jours, j'ai l'impression qu'il n'y a que des best sellers)

Après, je suppose que c'est comme pour tout: plus on "apporte" à l'éditeur (en terme de ventes, mais aussi en terme de qualité de collaboration, de nombre de romans signés, bref, plus la collab se passe bien), plus l'éditeur écoutera nos doléances, que ce soit à la signature du contrat (par exemple, garder les droits audio) ou après (par exemple, être actif dans la recherche d'un partenariat audio). L'éditeur a douze mille romans à gérer, il ne peut pas se battre pour obtenir toutes les adaptations possibles pour tous ses romans, ce n'est pas son boulot. donc il se focalise 1) sur ses best sellers (et là ça va tout seul) et 2) sur ses "chouchous" (au sens large, hein). Comme dans toute relation pro, la confiance et les efforts réciproques, ça se construit ^^

(enfin, je dis ça par intuition, si quelqu'un a un éclairage plus approfondi que le mien, qu'il se manifeste! ^^)
 
Sun-Na
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  64
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  05/08/2017
    
                         
Sun-Na  /  Clochard céleste


    Bonjour,

    Je me permets d'apporter ma pierre à l'édifice. Je travaille en maison d'édition et avec les deux confinements le livre audio est en plein boom.

    Oui, généralement le livre audio est prévu au contrat d'édition. Une maison a tout intérêt à avoir ces droits. Si le livre fonctionne, elle veut pouvoir l'exploiter sous tous les formats. Si l'auteur conserve les droits pour les livres audio, il va lui faire un peu "concurrence" si vous voyez ce que je veux dire.

    Et même si le livre audio est relativement récent et n'est pas indiqué tel quel dans le contrat, il est généralement implicitement prévu dans le contrat comme étant "le droit de représentation et d'adaptation par récitation [...]".

    Comme d'autres personnes l'ont dit, les livres audio sur lesquels les ME se lancent, ce sont des livres qui sont souvent leurs meilleures ventes. Non pas parce que les autres livres ne les intéressent pas, mais parce qu'en France le marché des livres audio est encore timide. Les confinements commencent à démocratiser ce type de lecture, mais ce n'est que le "début". Créer un livre audio, ça coute cher. Et en commençant par adapter les meilleures ventes, ils sont certains que ce sera rentable pour eux (surtout en ces périodes où les librairies ont été fermées).
    Les raisons avancées par Oryctérope sont aussi tout à fait valables.

    Oryctérope a écrit:
    Tu parles des adaptations audio comme si c'était la ME qui pouvait s'en charger, mais ce n'est pas le cas. Ce sont des maisons d'édition spécialisées qui achètent les droits et se chargent de l'adaptation, me semble-t-il. un peu comme une cession poche ou étrangère.
    Par contre, là où je ne suis pas d'accord, c'est que toutes les ME ne cèdent pas les droits audio. Certaines font elles-même les pistes audio Wink. Toutes les ME n'attendent pas qu'un éditeur spécialisé dans l'audio soit intéressé. Certaines sont vraiment proactives et le font elles-mêmes. Mais évidemment, comme l'a souligné Oryctérope, elles ne peuvent pas créer des livres audio pour tous les livres qui sont publiés chaque année chez eux.

    Concernant les rémunérations, je ne pense qu'il faut en attendre beaucoup pour les auteurs. Souvent les plateformes de livres audio fonctionnnent par abonnement. Ex : tu payes 10€ / mois et tu as accès à autant de livres que tu veux. Dès lors, l'auteur ne touchera qu'un pourcentage de ce que récupèrera l'éditeur, au prorata des consultations de son livre.
    Le livre audio est plus avantageux pour les auteurs à mon sens lorsque le livre est vendu à l'unité, mais il a aussi moins de chances d'être acheté de cette manière.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1905
   Âge  :  37
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Sun-Na a écrit:
Souvent les plateformes de livres audio fonctionnnent par abonnement. Ex : tu payes 10€ / mois et tu as accès à autant de livres que tu veux.

Pour être cliente d'Audible, je paye 10€ et je n'ai droit qu'à 1 livre par mois et ensuite, les autres livres sont à -30%.
Alors oui, il y a la combine de rendre le livre si on n'a pas aimé et du coup c'est gratuit, mais c'est comme rendre le livre en librairie, je veux dire c'est possible mais combien de personne le font ?
 
Oryctérope
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  264
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/06/2020
    
                         
Oryctérope  /  Autostoppeur galactique


Merci pour ces infos complémentaires, Sun-na, c'est très intéressant! Very Happy
 

 Livres audios et contrats d'édition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-