PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 Devenir éditeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  532
   Âge  :  110
   Date d'inscription  :  14/11/2014
    
                         
VivianW  /  Gloire de son pair


LadyRavenya a écrit:
Passe par du stock, imprimé en Europe de l’est, ce n’est pas très écolo mais ça préservera ta trésorerie.

Argument confirmé par un camarade auto.editeur (livres jeunesse, BD... : 15 ans d'existence)
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8513
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Les ME dont je parle pratiquaient l'édition de niche : réédition de textes rares et anciens par exemple. Donc la problématique d'un·e auteurice contemporain·e qui voudrait d'un gros tirage et d'une grosse distribution itou, n'entrait pas en ligne de compte. Le public pour les ouvrages qu'elles publiaient était déjà constitué – donc relativement facile à atteindre –, et modeste de toute façon.


Poésie – Traque – Liquide – Roman – Miettes – Nouvelles – L'heure du thé – Thèse – Ecriture - Journal - ça raconte - Îles
 
Rask'
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3806
   Âge  :  27
   Localisation  :  JE depuis 2007
   Date d'inscription  :  20/08/2009
    
                         
Rask'  /  ChériJE® de Mitsu


Effectivement cela reste contextuel. L'exemple de Hobbes était similaire pour le coup.

La question du distributeur-diffuseur est épineuse, puisque cela représente un élément clé de la vie du livre, de sa portée, etc, et aussi une part importante sur le prix d'un ouvrage.

En croisant diverses sources j'obtiens schématiquement :
- libraire 35%
- éditeur 15% à 20%
- distributeur 10 à 15%
- diffuseur 10 à 15%
- imprimeur 10 à 15%
- auteur 8 à 10%
- TVA 5,5%

Avec les coûts de réalisation d'un livre qui incombe logiquement à l'éditeur (avance, correction, couverture, tirage, etc) on comprend bien que ce n'est pas évident de tirer beaucoup de bénéfice sur une sortie.

Si j'ai bien compris, s'occuper de la distribution(logistique) et de la diffusion(commerciale) permets une répartition avantageuse sur le prix du livre, mais induit une quantité de travail bien plus conséquente (dans le cas où on vise une large diffusion et pas une niche). De même, il y a l'option de se passer d'une présence en librairie si j'ai bien suivi, en vendant par exemple directement via son site, mais là encore ça implique une part de travail supplémentaire. Est-ce que ces différents choix valent le coup ? J'ai l'impression que ça dépend du contexte : la taille de l'éditeur, ses ambitions, ses compétences, sa cible, son réseau, etc. Il ne semble pas y avoir de solution générale idéale.
 
Bactérie
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  354
   Âge  :  121
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  tout, c'est mieux que rien.
   Date d'inscription  :  26/02/2019
    
                         
Bactérie  /  Tapage au bout de la nuit


VivianW a écrit:
LadyRavenya a écrit:
Passe par du stock, imprimé en Europe de l’est, ce n’est pas très écolo mais ça préservera ta trésorerie.

Argument confirmé par un camarade auto.editeur (livres jeunesse, BD... : 15 ans d'existence)

Ce n'est pas la première fois que j'entends ça, est-ce que quelqu'un a des lumières sur la façon de procéder pour ça ? Parce que "imprimer en europe de l'est" comme ça je ne sais pas comment faire Rolling Eyes J'aimerais bien avoir une idée des conditions...
(n'hésitez pas à me MP pour me dire !)
http://beatrice.hammer.free.fr/pages/simple_indexpag.html
 
zevoulon
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  50
   Localisation  :  Vallée de Chevreuse
   Pensée du jour  :  Qui suis-je sinon un écrivain sans couverture ?
   Date d'inscription  :  16/06/2020
    
                         
zevoulon  /  Petit chose


Bonjour à tous,

J'avoue m'être également déjà posé la question, non pas de m'autoéditer, mais de monter une maison d'édition qui serait chargée diffuser mes textes mais je me vois mal tenter l'aventure en solitaire car je ne pense pas être un "éditeur dans l'âme".

Néanmoins, je me dois d'être réaliste sur mes chances de toucher un éditeur généraliste dans le contexte actuel. Elles sont presque nulles et dans un moment de colère je l'avais traduit ainsi :

Inconnu et disparus:
 

Ce qui me laisse perplexe également, c'est d'avoir l'impression de proposer une forme de littérature complètement laissée à l'abandon : pas de sexe, pas de violence, pas de science-fiction, pas de policier et encore moins de fantasy… Juste des histoires de la "vrai vie" en quelque sorte, romancées certes, mais avec un héros qui n'a rien d'héroïque au sens grandiloquent du terme.

Maintenant, ce n'est pas en maugréant dans mon coin que je vais avancer puisque cela va maintenant faire 7 ou 8 ans que je suis à l'arrêt sur la façon dont mes textes pourraient prendre le chemin des lecteurs. En revanche, je n'ai pas perdu mon temps puisque j'ai continué à écrire…

Bien à vous,
zevoulon
http://www.paul-jeanze.fr/
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  354
   Âge  :  101
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tapage au bout de la nuit


Tengaar a écrit:
Après, vouloir éditer c'est bien, mais un éditeur doit vendre, sinon il ne fait pas long feu.

Ben oui... c'est tout le noeud du problème, si je puis dire...

Et du coup, je pense que pour beaucoup d'auto-édités, cela prend moins de temps et d'énergie de faire sa promo. soi-même, etc... pour réussir à vendre, plutôt que d'investir cette énergie dans la création d'une ME qui ne vendra peut-être pas (des petites structures se sont cassé la figure, surtout après le confinement, et pourtant, les responsables des ME bossaient presque "H 24", sauf que ça a ses limites... )
 

 Devenir éditeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-