PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Installer une ambiance oppressante dès le début du roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Zeofire
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Zeofire  /  Début de partie


Bonsoir je me permets de poster ici car j'ai besoins d'informations. Je souhaite débuter mon roman avec une ambiance oppressante et lourd pour un univers post apocalyptique avec un personnage qui ce réveil sans savoir qui il est. Si vous pouvez m'aider je vous remercie.
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  734
   Âge  :  33
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


on doit écrire à ta place donc? XD

prend des champs lexicaux qui corresponde à l'ambiance voulut et fait découvrir au lecteur comme au personnage l'environnement étrangé, c'est le plus simple le cas de l'amnésie quand meme...
http://rapturestudio.fr
 
Zeofire
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Zeofire  /  Début de partie


Ok merci pour cette réponse je débute désolé pour cette question stupide😀😀😀
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5411
   Âge  :  122
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Il n'y a jamais de questions stupides, dans l'absolu. Par contre, une ambiance oppressante sans histoire/sans personnage n'est qu'une coquille de noix vide.

Si tu veux créer un début de roman oppressant réussi, concentre-toi sur les éléments clefs du récit :
- les personnages
- l'univers
- l'intrigue

Et évidemment après, la manière dont ton narrateur va raconter l'histoire. Le champ lexical a son importance, mais pas autant que l'on pourrait le penser. Si on insiste trop, tout de suite on devient moins subtil et on arrive plus ou moins involontairement dans la parodie.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2179
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Je suis d'accord avec Mokkimy, une ambiance oppressante pour faire oppressant si l'histoire ne suit pas, ça ne sert à rien (et dessert même plutôt le bouquin, à mon avis).

L'ambiance, c'est très particulier. Déjà, tous les lecteurs ne vont pas forcément la ressentir de la même manière. Mais certains genres ont des ambiances très particulières. Je pense notamment à la dark fantasy. J'en lis assez peu parce que je suis une éponge et que ça finit par me filer le bourdon. Mais j'ai quand même remarqué que l'ambiance en sorte de fatalité molle, un peu gluante, ne vient pas que du fait du champ lexical ou des trucs hyper glauques qui se passent. Ça tient aussi aux thèmes abordés et à cette manière désespérante des personnages à se laisser glisser vers ce que le lecteur sait être "la prophétie". Par exemple, dans Le Charognard, de K.-J. Parker, on suit Poldarn, qui a perdu la mémoire et d'ailleurs Poldarn est le nom qu'on lui donne parce qu'on ne sait pas qui il est. Il rencontre sans cesse des gens qui savent qui il est, lui disent qu'il est horrible, monstrueux, etc. ou alors les évènements s'enchaînent et ils meurent avant d'avoir pu lui dire son nom. Et à la fin, finalement, Poldarn demande à ce qu'on ne lui dise pas. Or, il se trouve que Poldarn ne doit pas savoir qui il est du point de vue de la prophétie puisqu'il est apparemment une sorte de dieu qui doit apporter la fin du monde mais qui ne peut le faire qu'à la condition de ne pas savoir qui il est et qu'il est un dieu. Le fait que Poldarn renonce lui-même, courbe sous la fatalité et, plus que ça, au fait qu'on lui a tellement dit qu'il est horrible que finalement il ne veut pas savoir. Tout ça, et la manière dont s'est amené.

En fait, il n'y a pas de réponse toute faite à ta question. Il faut que tu lises pour voir comment les autres font, il faut que tu écrives, que tu tentes des trucs, et que tu développes tes techniques.

Et aussi il faudrait que tu passes te présenter à l'Accueil avant qu'un Modo ne t'attrape !
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Zeofire
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Zeofire  /  Début de partie


Ok merci pour les infos je ferais sa dès que possible.
 
Ligérien
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  45
   Âge  :  48
   Date d'inscription  :  27/10/2020
    
                         
Ligérien  /  Petit chose


Une ambiance oppressante peut également être une ambiance tout ce qu'il y a de plus normal, sauf que par exemple, à la dernière ligne, LE détail débile, oppressant, angoissant, LE truc qui n'a rien à faire là vient chambouler.
A voir également s'il s'agit d'un début "classique" de roman ou d'un genre de mise en condition(s) du lecteur, de la pose en quelque sorte de l'atmosphère du roman.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2179
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Le détail qui tombe à la fin pourquoi pas mais ça doit être amené, c'est toujours pareil.
Par exemple, on ne sent pas trop l'ambiance dark fantasy dans Le Charognard, jusqu'aux derniers chapitres. Mais ça fonctionne parce que c'est bien amené, il y a des indices un peu partout dans le roman, des mentions de ceci ou de cela, des façons de dire...
Un détail balancé là sans avoir été préparé, c'est un cheveux sur la soupe.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Zeofire
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Zeofire  /  Début de partie


Ok car j'ai le perso j'ais l'univer mais j'ai du mal a gérer le début du roman, car je veux d'écrire l'endroit où se trouve le personnage car même le perso ne sais pas ce qu'il fait là.
 
Sème-Lys
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  493
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  03/07/2014
    
                         
Sème-Lys  /  Sanskrit boi


On attend toujours ta présentation à l'Accueil par contre. Wink

Le problème de l'ambiance oppressante c'est qu'elle doit s'installer sur la durée. Et quel type d'oppression, de "pression" ? Plutôt psychologique ? S'il s'agit de désorientation comme cela semble l'être ici, il est par exemple possible de mettre l'accent sur l'altérité de l'environnement. Démesuré, chaotique, troublant pour les sens ; adapter la narration à ce trouble - d'autant plus aisé si c'est une narration à la première personne. Trouver un rythme qui fasse passer l'émotion voulue : haché en phrases courtes, ou au contraire dérouler de longues phrases pour une sensation d'essoufflement... En fin de compte, pas de recette miracle. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que TOUT est important. Autant la narration, que l'angle d'attaque du texte, que son thème, que le vocabulaire employé. Une ambiance, c'est toujours un tout.
 
Projet 222
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  51
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/10/2020
    
                         
Projet 222  /  Clochard céleste


Zeofire le début de ton histoire est un grand classique du genre (attention lorsqu'on joue avec les clichés). Essaye de lire 3 ou 4 débuts de livre qui ont le même début et/ou regarde film série qui commence pareil (Walking dead, resident evil,...). Ne lis/regarde pas comme tu as pu le faire jusqu'à présent mais décortique les éléments mis en avant et comment ils sont mis en avant.
Tu peux aussi te documenter sur l'amnésie, et comment les "vrais" amnésiques redécouvrent le monde.
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2179
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Ce conseil de documentation est fondamental dans la mesure où il y a plusieurs types de mémoires (eeeeeh oui j'ai moi aussi un projet avec un incipit centré sur un amnésique (grand classique, on disait ?) et du coup j'ai mené mes petites recherches). Et du coup c'est intéressant parce qu'avec la manière dont la mémoire fonctionne, il y a largement moyen de s'en servir pour planter une ambiance un peu spaice.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Insect
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  30
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  03/09/2019
    
                         
Insect  /  Petit chose


Zeofire a écrit:
Bonsoir je me permets de poster ici car j'ai besoins d'informations. Je souhaite débuter mon roman avec une ambiance oppressante et lourd pour un univers post apocalyptique avec un personnage qui ce réveil sans savoir qui il est. Si vous pouvez m'aider je vous remercie.

Je suis du genre oppressé dès que je soumet un écrit. (J'ai lu en diagonale les réponses des autres membres) Personnellement, si c'est bien amené, je n'y vois pas d'inconvénient.

D'ailleurs, je trouve ça très intéressant de commencer comme ça (encore une fois, si tu dirige bien la chose), ça change d"il était une fois".

Donc (c'est encore une fois personnel), si tu commence sur un ton oppressant, que l'ambiance et le rythme suivent, et bien je continue la lecture.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Installer une ambiance oppressante dès le début du roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-