PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 [Divers] Comment faites-vous pour être humble, grands esprits ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Sieur Rongeur
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  63
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  07/03/2020
    
                         
Sieur Rongeur  /  Clochard céleste


Bonjour !

Ma question peut paraître bête mais c'est un vrai questionnement qui me tourne autour depuis un moment : comment juger de la valeur de son travail ? Ou, plutôt, comment retrouver de la modestie sur son travail et sur ses projets ? Je vais prendre mon cas personnel pour éclairer un peu mon sujet, c'est un peu confus.

J'essaie en ce moment de trouver un nouveau projet d'écriture mais, j'oscille bien violemment entre une certaine modestie dans l'écriture (prendre un sujet simple, écrire une petite œuvre pour débuter) et un aspect légèrement mégalomane (se lancer dans le grand bain, traiter directement un sujet complexe qui me passionne).

Ce yo-yo constant me perd totalement. Je ne sais plus ce qui est trop ambitieux pour un début, ce qui ne l'est pas assez. S'il faut préférer des sujets intéressants mais simples pour débuter ou écrire, sans plus attendre, mes cent-cinquante tomes de Fantasy ultra-révolutionnaires ! Comment faites-vous, vous, pour choisir vos projets ? Vous faites ça d'une manière pragmatique ? Une pierre à la fois, jusqu'à prendre de plus en plus de hauteur ? Ou vous vous jetez directement dans le grand bain  ? Simplement selon votre désir personnel du moment ?

PS : Oui, mon titre est volontairement aguicheur. Mais au moins, on est dans le sujet, héhé !
 
Red-Scarf
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2496
   Âge  :  24
   Localisation  :  Bureau
   Pensée du jour  :  Pétit coucou
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Red-Scarf  /  Guacamole de radis rouges


Coucou !
Alors j'allais commencer par te faire une tirade sur le fait que beaucoup ici sous-estiment beaucoup leurs capacités au final, que beaucoup sont très ou trop humbles, etc. Mais en fait, pour moi, ce dont tu parles là, c'est pas être humble ou pas. Pour moi, choisir de se lancer dans de petits ou de gros projets, ça n'a rien à voir avec le fait d'être humble ou pas. Etre humble, pour moi, c'est lié à ton comportement avec les autres, pas ce que tu décides de faire, je sais pas si je suis claire ? Tu peux te lancer dans une saga de dix tomes et être humble en en parlant.

Ce dont tu parles, c'est à mon avis plus une question de confiance en soi, et d'insécurités sur ce que tu "devrais" faire, ou pas. Surprise, il n'y a pas de choses que tu "devrais" faire, en vrai. Alors oui, y'a quelques conseils qu'on va te donner. Commence petit; fais des one-shot. Pour être sûr de les finir vite te de pouvoir les publier si tu veux.
Mais là, j'ai l'impression que tu te bloques tout seul, et quand tu commences à écrire, à te lancer, c'est pas du tout la chose à faire. Ecris ce qui te donne envie, c'est la passion et l'inspiration qui te feront écrire. Si c'est un petit truc, c'est bien. Si c'est un gros truc, c'est bien aussi. C'est en écrivant qu'on apprend à écrire. Toutes tes histoires ne seront pas destinées à être publiées, toutes tes histoires ne seront pas publiées ; surtout les premiers romans. Alors la règle d'or, sachant ça, c'est de se concentrer sur l'histoire. Have fun. Te préoccupes pas du reste. T'en apprendras plus sur tes capacités en écrivant tout et n'importe quoi qu'en restant dans des projets "rassurant". L'important c'est que ça te motive et que tu écrives, le reste c'est pas important pour le moment.
En ligne
 
leasaurusrex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1340
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
leasaurusrex  /  Tentatrice chauve


Je trouve que j'écris mal, donc je ne me pose pas la question : j'écris en espérant devenir meilleure et en désespérant de pouvoir offrir à mes idées un meilleur support (et en désespérant de ne pas avoir d'idées géniales).
J'écris en fonction du projet qui me porte à l'instant T. La correction et la réécriture viendront affiner, peaufiner, et si c'est pas ce roman qui me rendra fière, ce sera peut-être le prochain. Ou celui encore d'après. Wink
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1751
   Âge  :  36
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Facile : j'ai commencé par un gros projet, je me suis vautrée, j'ai fait des trucs plus petits et maintenant je réessaye les gros projets.

C'est en tentant qu'on devient tenterons disait l'autre.

Si tu veux partir sur un gros projet, tente. Tu verras bien si tu bloques ou pas.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Par souci d'humilité, j'écris de la fantasy.  :mrgreen:

Non mais faut avoir confiance en soi pour être humble, ne pas avoir besoin de se vendre, accepter ses lacunes, etc. Bref, il faut de l'amour !
 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5335
   Âge  :  121
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


X) Même combat que Tengaar, presque. Le vautrage est en général un bon remède.

J'écris. Je reçois des commentaires encourageants. Je démarche des éditeurs. Je me prends un bon paquet de refus dans la tronche. Je planque le manuscrit au fond d'un tiroir. Et je recommence encore et encore... Au bout d'un moment, on arrête de réfléchir, on écrit juste parce qu'on aime ça et qu'on ne peut pas s'arrêter.

Et conséquence logique de tout cela : n'écris que des textes qui te passionnent. Fais toi plaisir à chaque chapitre.

Si par contre tu as des difficultés pratiques à venir à bout de tes projets, lance-toi dans quelque chose de simple et de court, pour t'entraîner, avant de te lancer dans the big truc.
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Et surtout ne suivez pas de psychothérapie ! Généralement ça fait arrêter d'écrire.
Sauf si vous êtes vraiment fou, là faut vous soigner et après vous pourrez écrire un livre "témoignage."  Razz

Sinon les "premiers livres" sont souvent les premiers publiés, rarement les premiers écrits. Il y a généralement plusieurs manuscrits dans le fond du tiroir. L'erreur courante au début c'est de vouloir tout traiter dans un même ouvrage. Vouloir tout y mettre. Si ça passe, ça donne généralement un truc un peu bancal mais avec de belles qualités. Parce que c'est dur de garder du recul avec autant de paramètres. Si ça passe pas bah ça passe pas. Le risque aussi c'est d'avoir un truc un peu monstrueux qu'on passe des années à vouloir réparer pendant que d'autres sortent trois bouquins aux ambitions plus simples.

On peut aussi s’interroger sur nos motivations profondes à écrire et agir selon. Ou encore, écrire selon un certain marché ou une certaine réalité du lectorat actuel. Ce sont des réponses possibles et non dénuées d'ambition, d'audace, de courage. Sortir du mythe du génie c'est une bonne chose. Mais c'est un mythe utile, parfois nécessaire pour s'en sortir, modestement.

J'ai tendance à penser que si le but est de se frotter à l'édition, il faut mieux choisir un concept intéressant sur un sujet qui nous parle et le traiter sans chercher à y mettre trop de choses. Simplement faire du bel ouvrage. C'est déjà difficile. Et en cas de plantage ça permet de garder de l'énergie pour rebondir grâce à ce qui nous passionne. Sinon ça peut être délicat à gérer. Un tel projet avec une bonne discipline peut se boucler en six-dix mois. Ca permet ensuite de passer à autre chose sans s'éterniser.
 
Sieur Rongeur
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  63
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  07/03/2020
    
                         
Sieur Rongeur  /  Clochard céleste


Coucou !

Merci pour vos réponses qui m'ont été très instructives !

J'ai décidé de me lancer, quitte à échouer, dans un projet qui me tient à cœur !
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  713
   Âge  :  31
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


l'humilité et la prétention sont des concepts absurdes, ils ne servent à rien et n'apporte aucune information.

Si tu dis "je suis capable d'écrire un roman et d’être publier", soit c'est vrai soit c'est faux : il n'y a pas de notion de prétention ou d'humilité, soit tu t'es trompé, soit tu mens, soit tu dis la vérité car tu le sais, soit tu avais raison par chance, point.


Mais dans tous les cas, pour savoir dans lequel de ces 4 cas tu es, il faut que tu le fasses ^^
http://rapturestudio.fr
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13011
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Ben moi... périodiquement, j'ai des phases de giga doute en mode "mon blabla est pire que archi-nul, et tout ce que je fais est archi-nul de toute façon"
Du coup, je n'ai pas vraiment à me poser la question "comment rester critique"
L'embêtant, c'est que ces phases ne sont pas spécialement constructives !
Disons que ça m'empêche d'escalader trop haut la montagne du "j'suis géniale"...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  995
   Âge  :  48
   Pensée du jour  :  achemeneu
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Bile au trésor


Bonjour

Je conçois avant tout l'écriture comme un plaisir. Avec mes personnages et le but que je leur donne à atteindre, je m'amuse avec des situations vécues que j'aimerai revivre différemment.
De là, est-ce que je sais si le livre qui en résultera sera publiable ? Non, j'avoue l'ignorer, l'essentiel étant pour moi de m'amuser à écrire.

Comment est-ce que je fais pour choisir un projet ? En fait, c'est le sujet qui s'impose à moi. J'ai un tas d'idées en attente qui patientent dans mon ordinateur. Lorsque je suis en train de terminer mon roman (c'està dire lorsque je suis en phase de re re re lecture, re re re écriture) l'un de mes sujets dormant s'éveille et commence à me titiller. C'est d'ailleurs ce qui m'oblige à terminer le projet en cours : faire connaissance avec mes nouveaux personnages.

Voilà, j'espère avoir répondu à tes questions.

Bonne journée.
 
Daisy_Underhill
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  22/10/2020
    
                         
Daisy_Underhill  /  Début de partie


Salutations!

Alors, tu parles surtout de la modestie dans les projets, non? Du genre ne pas direct s'engager dans un projet à la Tolkien quand on n'a pas le bagage et les épaules?

Dans ce cas-là, je pense qu'il ne faut pas se prendre la tête. Il faut plutôt le sentir. Prendre l'histoire que tu as envie d'écrire et voir combien de "temps" (je parle en terme de scènes, longueur d'intrigues etc...) cela prendra. Si un tome suffit, si tu penses devoir diviser l'histoire en plusieurs unités (Tomes ou grosses parties distinctes dans un même livre si possible)...En tout cas, c'est comme ça que je procède. En ce moment je suis sur un "gros" projet (rien à voir avec Tolkien XD mais disons que c'est une histoire à laquelle je consacre tout mon temps d'écriture et qui va me prendre un moment), j'ai bossé sur mon plan pendant plus d'un an et je sens qu'il n'y a plus grand chose à ajouter en principe (après, on est pas à l'abri d'ajouts parce que parfois, en relisant le plan, des idées supplémentaires que l'on ne juge pas inutiles fusent). Mais je sais que l'histoire se termine en 1 tome. Et si une idée de suite vient, ben elle viendra.

Après on est rarement neutre envers son propre travail. On va avoir des personnes qui se répètent en boucle "Ohlala je suis nul" quand d'autres vont dire "Là, je suis certain d'avoir eu l'idée du siècle". Mais il est inutile de culpabiliser parce qu'on est l'un ou l'autre. C'est bien de douter et c'est bien d'avoir confiance en soi. Le mieux est de parvenir à concilier les deux. D'avoir confiance en ce que l'on écrit tout en ayant cette part ultra critique envers soi-même.

Mais ne te poses pas trop de questions. Si tu aimes écrire et que tu as des histoires à raconter, vas-y, racontes-les! Wink
 

 [Divers] Comment faites-vous pour être humble, grands esprits ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-