PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -43%
Trampoline 244cm – Woodsun (6-9 ans)
Voir le deal
79 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 

 Doit-on à tout prix faire sans cesse preuve d'originalité en littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Leasaurus Rex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2610
   Âge  :  125
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
Leasaurus Rex  /  Terrible terreur


Il ne me semble pas avoir dit "tout a déjà été écrit" pour vouloir en fait dire "ballec, prenons les mêmes trucs éculés et dédramatisons".

D'ailleurs, je m'auto-cite, parce que je suis un peu pédante :
leasaurusrex a écrit:
Tout a déjà été fait, l'idée c'est soit d'en proposer un traitement novateur ou une mise en œuvre différente de ce qui est le plus communément admis, soit de s'en servir de base pour aller plus loin.

J'ai pour l'instant commis un roman, et je sais où sont mes inspirations. Il y a eu déjà des livres qui ont tenté le coup, j'en propose une autre approche. C'est pas abouti, c'est normal, c'est un premier.
Je vais en commettre un deuxième et je sais aussi où sont mes inspirations. Là encore, des trucs qu'on a déjà vus séparément mais que j'ai envie de mélanger autrement, pour raconter une nouvelle histoire.
J'espère bien que je ne me casse pas le cul pour rien en les écrivant si je ne peux rien apporter d'original dans la manière de traiter les sujets que j'ai choisis. Laughing
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


Tous les termes sont génériques non genrés.

Mille mercis à tout le monde pour cette intéressante participation à la réflexion. C'est vraiment très riche. La preuve si besoin en était encore de la valeur du forum. Very Happy
A la question
Doit-on à tout prix faire sans cesse preuve d'originalité en littérature ?
il ressort très clairement que non à l'évidence. Pas à tout prix. Que l'originalité n'est en aucune manière une fin en soit mais peut apporter quelque chose de supplémentaire de parfois même très fort.
Il ressort aussi que d'une manière générale, on peut faire de très bons textes d'une manière classique, sur des thèmes classiques, sans pour autant faire preuve d'originalité, du moment que c'est bien traité et que le style, la narration, l'écriture et tout le reste tienne la route et fasse "oublier" le manque d'originalité. .

Bien entendu, le lectorat décide in fine et fort heureusement, il y aura toujours (j'espère) des amateurs de classicisme et des amateurs de nouveautés originales. Voire des deux pour les lecteurs les plus ouverts d'esprit.

Ces remarques me font un peu penser à certains exposants de la FIAC où l'on m'a traîné de force des années durant et où, malgré toute ma bonne volonté, je n'ai jamais réussi à considérer qu'une canette de Coca vide posée sur une brique usagée pouvait être une œuvre originale méritant qu'on s'extasie dessus des heures durant.
Ceci dit sans vouloir en aucune manière vexer les amateurs d'Art moderne ou contemporain. Ce point de vue ne concerne que moi exclusivement. Wink

Je craignais seulement que la recherche à tout crin d'originalité en littérature ne puisse déraper vers ces excès empreints d'une certaine dose de snobisme.  

Je suis rassuré de voir que ça n'est pas le cas.

En toute reconnaissante amitié, Philippe.
 
Spangle
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  412
   Âge  :  45
   Localisation  :  Besançon
   Pensée du jour  :  Correcteur pro
   Date d'inscription  :  24/07/2020
    
                         
Spangle  /  Pour qui sonne Lestat


Profsamedi a écrit:
Ce qui n'empêche pas que lorsque l'originalité est bien dosée et apporte un plus à l’œuvre, ça n'est pas négligeable.

Voilà, tout simplement. Ton texte était bien écrit, mais venant après des centaines de versions de la même histoire, il aurait fallu qu'il s'en démarque un tout petit peu pour ne pas être juste la cinq-centième version d'un thème archi-connu. D'autant que ce thème dans sa version actuelle est à l'adresse des moins de six ans, donc pas profond-profond quoi (ça existe, des trucs profonds à destination des tout-petits, mais c'est rare et là ce n'est pas le cas).

Mais au-delà de ce débat, j'espère que je ne t'ai pas vexé ?
http://aiglecorrection.fr
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai le sentiment Prof, que tu tires rapidement des conclusions qui t'arranges. Le parallèle entre originalité dans la littérature ( je parle du fond comme de la forme ) et art contemporain ne fait pas sens, même si la comparaison est séduisante, je trouve que c'est un sophisme. Et si l'originalité dans l'écriture est difficilement atteignable, c'est vers la qu'il faut tendre, au moins pour le geste, sinon à quoi bon écrire, si c'est pour redire les mêmes choses de la même façon, consciemment en plus. Je trouve curieux de ne pas chercher à être original, je ne parle pas d'y arriver, mais au moins d'essayer.
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3130
   Âge  :  75
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :   "Là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes." Heinrich Heine (écrivain allemand du XIXᵉ siècle)
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Didon de la farce


@Mariolo (dont le post est arrivé avant le mien)

Mariolo a écrit:
.../... si c'est pour redire les mêmes choses de la même façon,.../...
Non, justement, pas de la même façon, mais ça, ça n'a rien d'original. Wink

Spangle a écrit:
.../...
Mais au-delà de ce débat, j'espère que je ne t'ai pas vexé ?

Oups ! Sois pleinement rassuré, je n'ai strictement aucun Ego :mrgreen:

Non Le sujet m'intéresse vraiment ! Tu as juste ouvert le chemin d'une question que je me pose depuis longtemps.

Comme ce que j'écris n'est absolument et en aucune manière original, que ce soit pour les 10 mots ou le concours d'Extraits 90 et dans toute mon "œuvre" (si je ne dis pas "oeuvre", personne ne le dira à ma place Very Happy  ) en général, ressassant en permanence des thèmes battus et rebattus par des milliers d'autres avant moi, comme le feront aussi des centaines de milliers d'autres après moi, aimant par dessus tout ces thèmes classiques redondants à foison, il est naturel que je cherche à approfondir la chose.

Spangle a écrit:
.../...
mais venant après des centaines de versions de la même histoire, il aurait fallu qu'il s'en démarque un tout petit peu pour ne pas être juste la cinq-centième version d'un thème archi-connu.

Justement, si un thème archi-connu a déjà été développé ces centaines de fois, et qu'en plus, il se trouve être la cinq-cent et unième version de la même chose, c'est certainement que, quelque part il possède une valeur intrinsèque qui fait ressentir certaines émotions à un certain lectorat. Autrement, pourquoi aurait-il été traité autant de fois et lu autant de fois ? Ca n'aurait aucun sens.

Mon interrogation est justement de clarifier cette chose là.

Alors rassure-toi pleinement, non seulement tu ne m'as pas vexé, mais tu m'as en quelque sorte fait poser à plus savants que moi une question qui m'intéresse au premier chef.

L'originalité pour ce qui me concerne à titre personnel dans ce que j'écris, se trouve ailleurs. Si tant est qu'on puisse taxer d'original un récit tiré du mix d'autres idées elles aussi ressassées depuis la nuit des temps et juste réorganisées et contées d'une manière différente. Ce qui est mon principe. Je ne vois rien d'original là dedans.

Car comme déjà évoqué, entre autre par leasaurusrex, je ne crois pas qu'après tout ce qui a été écrit depuis l'origine de l'écriture, on puisse encore "inventer" à partir du néant une chose qui n'aurait pas été dite quelque part à un moment donné par quelqu'un.

Seule la réflexion philosophique m'intéresse. Étant par nature d'une extrême tolérance, je ne puis en aucun cas être vexé d'une manière quelconque par des idées et encore moins par une opinion, fut-elle à mon endroit. Je suis par ailleurs adepte de Brassens lorsqu'il dit "Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort naturelle".  :mrgreen:

Après tout... il faut de tout pour faire un monde non ? Wink
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5129
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  06/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Car comme déjà évoqué, entre autre par leasaurusrex, je ne crois pas qu'après tout ce qui a été écrit depuis l'origine de l'écriture, on puisse encore "inventer" à partir du néant une chose qui n'aurait pas été dite quelque part à un moment donné par quelqu'un. => c'est ce que nous dit effectivement notre intuition, mais est ce que ce n'est pas trompeur ? et comment prouve t'on qu'il n'y a plus rien à découvrir et plus rien à écrire ou à filmer, ou à peindre, sculpter, que sais-je encore et qui n'a pas déjà été fait ? Et comment on sait que l'on ne peut pas créer ex nihilo ? Comment ont bien pu faire les premiers hommes sur la terre qui ont créé une œuvre abstraites ? ou bien même quand ils ont créé des œuvres réalistes, pourquoi ne l'ont t'elles pas étaient à 100% ?

Mais c'est vrai que l'on ne recherche pas l'originalité tout le temps, ni dans l'écriture, ni dans la lecture, on peut aimer les reboots, les préquel, les remakes, donc on aime bien aussi "redécouvrir" des références que l'on connait bien dans un texte ou un film. Et qu'user un thème jusqu'à la corde fait tout de même des heureux. Et tant mieux. Et de plus on ne peut pas non plus ignorer ce qui a été fait auparavant.

Mais est-ce qu'il n'y a quelque chose de dommage à se dire "c'est bon tout a été déjà fait", ou "cette œuvre est plus dans le "n'importe quoi" que dans l’originalité et je décrète que ce n'est pas intéressant ? Est-ce qu'il n'y a pas là une facilité à se recroqueviller dans sa zone de confort ? (Notez que je pose ces questions à la cantonade, je ne m'adresse pas à quelqu’un en particulier).
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14329
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  12/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


jdoo a écrit:
Car comme déjà évoqué, entre autre par leasaurusrex, je ne crois pas qu'après tout ce qui a été écrit depuis l'origine de l'écriture, on puisse encore "inventer" à partir du néant une chose qui n'aurait pas été dite quelque part à un moment donné par quelqu'un. => c'est ce que nous dit effectivement notre intuition, mais est ce que ce n'est pas trompeur ? et  comment prouve t'on qu'il n'y a plus rien à découvrir et plus rien à écrire ou à filmer, ou à peindre, sculpter, que sais-je encore et qui n'a pas déjà été fait  ? Et comment on sait que l'on ne peut pas créer ex nihilo ? Comment ont bien pu faire les premiers hommes sur la terre qui ont créé une œuvre abstraites ? ou bien même quand ils ont créé des œuvres réalistes, pourquoi ne l'ont t'elles pas étaient à 100%  ?

Il y a des thèmes récurrents dans les préoccupations humaines, de même que des observations communes.

Toutes les cultures du monde possèdent des mythologies à propos du feu, à propos du ciel nocturne, à propos des origines du monde, etc.
Et certaines de ces mythologies comportent des points communs, sans pour autant qu'elles soient apparentées.
Il est par exemple courant que les éclipses soient interprétées comme une attaque menée sur le Soleil ou la Lune par telle ou telle créature vorace.
On trouve aussi des formes communes dans des arts graphiques distincts. Quand les formes usitées sont complexes, la probabilité est moindre, mais chez les cultures employant beaucoup de formes géométriques, elle augmente, et c'est juste logique.
Les plus anciennes "statues" de Sibérie ressemblent, en beaucoup plus petit, aux statues de l'Ile de Pâques : est-ce suffisant pour y voir une influence d'une culture sur l'autre ?

Même en se basant sur ce qu'on observe ou dont on rêve, et en ne lisant jamais ni regardant aucun film, on ne fera sans doute que ré-inventer. Les chances de développer quelque chose qui n'ait absolument jamais été traité sont (à mon avis) infimes.

Cela ne veut pas dire pour autant qu'on ne doit rien traiter, selon aucune technique, puisque tout a déjà été abordé.
Il y a des tas d'angles d'attaque pour envisager tel ou tel thème et des tas de styles pour l'exprimer.

Là-dessus, je pense qu'au moment d'entamer une écriture, il faut éviter de se gorger d’œuvres proches de ce qu'on veut produire. Faire un sevrage, en somme. Et préférer des trucs voisins de façon moins "serrée"...
Ou pas voisins du tout, afin d'élargir les horizons



.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5129
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  06/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Oui donc vu comme ça, c'est effectivement réduire l'homme à une machine déterministe (ce qui est peut-être le cas) et que finallement il ne créait jamais rien d'autre que ce que ses "imputs" le pousse à créer. Et le fait est qu'il y a des thèmes récurrents dans les expressions artistiques qui le prouverait. Et dans ce cas là effectivement la quête de l'originalité est un leurre. Pourtant est-ce que ce n'est que ça ? D'où viennent les différences dans une œuvre traitant le même thème ? Et d'où viendrait cette autre part ? Chercher cette autre part, est-ce que ce n'est pas tomber dans le surnaturel ? Et les artistes sont-ils condamnés à croire au surnaturel s'ils pensent pouvoir être original ?

Outre le fait que le premier à créer une œuvre fait forcement preuve d'originalité, mais s'il est une machine déterministe, il ne pourrait en tirer aucune gloire.
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14329
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  12/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


jdoo a écrit:
Et le fait est qu'il y a des thèmes récurrents dans les expressions artistiques qui le prouverait. Et dans ce cas là effectivement la quête de l'originalité est un leurre. Pourtant est-ce que ce n'est que ça ? D'où viennent les différences dans une œuvre traitant le même thème ?

Des angles d'attaque pour observer, des courants stylistiques, des variations de pensée...

Place cinq boites de carrés de mosaïque, chacune d'une couleur, des planches identiques entre elles, et dispose les carrés sur les planches : le nombre d'images possibles n'est pas infini, mais si les planches sont grandes et les carrés petits, ça peut s'en approcher (du moins à nos regards de pauvres mortels).
Cependant, si tu confie cette tache à différentes personnes, il y a des chances en les plaçant côte à côte ou bien en laissant à proximité les mosaïques déjà réalisées, que des motifs se ressemblent.

L'originalité sur les sujets est très incertaine.
Mais on peut la chercher dans la manière de les traiter.

Certaines des variations seront induites logiquement par les variations d'univers social, les courants de pensées, etc.
Un même thème, traité dans l'Antiquité grecque et à notre époque a de grosses chances de ne pas produire une copie conforme, même si l'auteur actuel a lu et relu l'auteur antique des tas de fois.


Edit =
Quant à chercher dans le paranormal l'origine des variations...
#LaSeleiteRaconteSaVie
Quand j'étais petite, j'étais très très sujette aux abominables cauchemars (ceux qui réveillent les parents avec un hurlement de  gosse terrorisé)
Le jour où j'ai vu, pour la première fois "Indiana Jones et le Temple Maudit", j'ai été stupéfaite de retrouver le rocher qui me poursuivait dans des couloirs informes ressemblant à... des souterrains (à 3 ans, je ne connaissais pas d'autre souterrain que les trous de souris)
Le jour où j'ai vu le 3° Indiana Jones (la dernière croisade)... re-surprise ! Qu'est-ce que ce souterrain rempli de rats agressifs fait là ?
Ajoutons que dans mon cauchemar récurent, mon petit lit volait comme un avion, et se crashait invariablement, m'expédiant chaque fois dans le souterrain, avec au passage un joli "craquement de bois" ressemblant beaucoup à celui d'un vieux biplan...
.


Dernière édition par Séléné.C le Jeu 3 Sep 2020 - 17:04, édité 1 fois
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5129
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  06/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


Donc tu penses que les hommes et les femmes, ne sont que des machines déterministe ? (ce qui est fort possible). Et que la créativité n'est q'un leurre ? Ou il y a autre chose ?


Dernière édition par jdoo le Jeu 3 Sep 2020 - 17:11, édité 1 fois
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14329
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  12/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


jdoo a écrit:
Donc tu penses que l'homme et les femmes, ne sont que des machines déterministe ? (ce qui est fort possible). Et que la créativité n'est q'un leurre ? Ou il y a autre chose ?

Relis mon post.
Je n'ai pas du tout dit ça ( au contraire )
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Si l'originalité n'est pas forcément un gage de qualité, écrire comme ou a la manière de untel, sur des sujets déjà traité, n'est pas non plus un gage de qualité, en plus d'être une facilité.
Si les histoires et les mythes à travers le temps se ressemblent, c'est un fait, on en a conscience ( mais un mythe ne cherche peut être pas à être original, mais à expliquer des phénomènes, soit une forte probabilité de l'expliquer de façon similaires de Carnac au Japon ), d'où une certaine relativité de l'originalité entre les connaissances de l'auteur, des lecteurs et ce qui a déjà été ecrit. Le collectif Homère n'était peut être pas original à l'époque Archaïque, mais vu ce qui nous reste de cette époque, pour nous c'est original.
Et il y a quand même une différence entre chercher, même vainement l'originalité, et écrire en sachant que on fait de la redite.

La quête de l'originalité dépend aussi des objectifs de l'auteur aussi, pour un type comme moi, ce n'est pas forcément une bonne idée, je devrais sûrement d'abord me servir des styles et des sujets connus pour apprendre et mettre en pratique syntaxe, dialogue et concordance des temps ( par exemple ).

C'est marrant parcqu'il y a un peu le même débat en économie au sujet de l'innovation, certains pensent qu'on a quasiment tout inventé et d'autres le contraire ( quelle originalité ).

Si on va par là, internet n'est pas une invention, mais un autre moyen de communiquer, et Doctissimo ressemble à la place de Babylone que décrit Herodote dans ses enquêtes.
 
Jdoo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5129
   Âge  :  57
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Three blinds rabbits.
   Date d'inscription  :  06/11/2017
    
                         
Jdoo  /  Maîtrise en tropes


ha désolé Sélé, j'ai bien relu et je pense alors que je n'ai pas compris ce que tu as voulu dire.
https://julesallea92.wixsite.com/image
 
Plumedecorbeau
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  263
   Âge  :  44
   Localisation  :  Quelque part dans l'univers
   Pensée du jour  :  Est-ce que j'ai bien fermé la porte?
   Date d'inscription  :  29/12/2013
    
                         
Plumedecorbeau  /  Autostoppeur galactique


Kal' a écrit:
Mariolo a écrit:
L'originalité n'est pas une constituante des classiques littéraires ?

Where is the horse gone? Where the rider?
Where the giver of treasure?
Where are the seats at the feast?
Where are the revels in the hall?
Alas for the bright cup!
Alas for the mailed warrior!
Alas for the splendour of the prince!
How that time has passed away,
dark under the cover of night,
as if it had never been!


ça te dit quelque chose ? Smile

Where now the horse and the rider? Where is the horn that was blowing?
Where is the helm and the hauberk, and the bright hair flowing?
Where is the hand on the harpstring, and the red fire glowing?
Where is the spring and the harvest and the tall corn growing?
They have passed like rain on the mountain, like a wind in the meadow;
The days have gone down in the West behind the hills into shadow.
Who shall gather the smoke of the dead wood burning,
Or behold the flowing years from the Sea returning?


Le second : La lamentation des Rohirrim de Tolkien, le premier : The Wanderer, poème anglosaxon datant d'avant le Xème siècle.

Et ce n'est pas le seul ! Les légendes du Roi Arthur, c'est de la fanfic de fanfic de fanfic...

Ooh je suis choquée Shocked Je me coucherai moins bête ce soir rendeer
 
Plumedecorbeau
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  263
   Âge  :  44
   Localisation  :  Quelque part dans l'univers
   Pensée du jour  :  Est-ce que j'ai bien fermé la porte?
   Date d'inscription  :  29/12/2013
    
                         
Plumedecorbeau  /  Autostoppeur galactique


En disant "tout a déjà été fait", je parlais des schémas narratifs. C'est en quelque sorte le squelette d'une oeuvre.
Ce qui fera l'originalité, ce sera par exemple le fait d'adapter l'histoire à notre époque.
Vous parliez des reboots : il y a un an, ils ont fait un reboot/remake de Chucky (histoire d'une poupée investie par l'esprit d'un criminel suite à une cérémonie vaudou). Dans le reboot, ils ont complètement abandonné l'idée du vaudou, pour introduire une notion plus actuelle : l'intelligence artificielle. Chucky devient une poupée connectée qui se met à déconner suite à une erreur dans la fabrication...
Qu'on aime ou on aime pas cette suite, le fait de transposer une notion plus moderne à l'histoire a apporté une touche de nouveauté et l'a rendue plus percutante pour le public actuel.

Sans partir non plus dans la reprise plus ou moins complète d'une histoire, on peut noter les ressemblances de schéma narratif entre Eragon et Star Wars (sans préjuger de la qualité de ces oeuvres). Grosso modo, la structure de l'histoire est la même, mais l'une se situe dans un monde médiaval fantastique, l'autre dans un univers SF... Bon après on peut trouver une certaine similitude entre les personnages, les enjeux... Cependant le cadre change, ce qui apporte quelque chose de nouveau.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Doit-on à tout prix faire sans cesse preuve d'originalité en littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-