PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Entre espoir et découragement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Bonsoir.

Être motivé(e) et confiant(e) en son œuvre, croire que tout est possible, et le lendemain penser que son roman est nul et ne trouvera jamais preneur chez les maisons d'édition... Je pense ne pas être la seule à ressentir ça.

D'un côté, l'éditrice qui m'avait donné des pistes pour m'améliorer m'a dit que c'était mon deuxième tome qui avait remis en cause l'acceptation du premier, qui selon elle aurait juste besoin d'un peu de modifications pour passer. Elle a ajouté que ce que je faisais pouvait plaire avec un peu de corrections. Voilà pour le côté positif.

Le côté négatif, c'est la journaliste à qui j'avais envoyé mon roman, alors publié par Edilivre, et qui s'est arrêtée à ce premier tome en me disant qu'elle avait une impression de déjà vu... Et c'est vrai que j'ai terriblement peur que mon histoire ne soit pas assez originale. En tout cas, le début peut le faire penser, pourtant j'ose espérer que la suite l'est, elle, originale. Sauf que si un roman n'accroche pas immédiatement, aucune chance d'intéresser le lecteur ou les maisons d'édition.

Depuis, bien sûr, j'ai remanié et corrigé mon texte. Mais est-ce suffisant ? Sûrement pas. La toute première version date de mes seize ans, autant dire que ça date, et entre temps j'ai écrit pas mal de versions. Mais l'histoire elle-même reste la même, à quelques éléments près. Je n'ai pas fini de reprendre mon texte.

Seulement, je me demande, comme maintenant, à quoi bon ? Je n'abandonnerai pas. Jamais je ne laisserai mes romans aux oubliettes. Les laisser reposer oui, mais les laisser tomber définitivement, non.

En plus, je n'écris pas tous les jours. Souvent quand je le fais, c'est juste pour corriger ce que j'ai déjà fait, ou rajouter quelques mots ou un paragraphe. Un bon auteur, qui voudrait être édité, ne doit-il pas au contraire écrire souvent pour aiguiser sa plume ?



 
Mardi
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  1514
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Roland curieux


Aiguiser sa plume c'est aussi être capable de lui porter un regard objectivement critique. Certes, écrire, encore écrire et toujours écrire, il n'y a rien de tel pour la faire maturer, mais se relire et savoir se corriger je trouve que c'est tout aussi important dans le processus d'écriture (du moment que ça ne devient pas un genre de TOC...).
On passe toutes et tous par ce genre de questionnements, je crois. C'est normal de douter. C'est même sain !
Je crois que la phrase clé dans ton message, c'est "Les laisser reposer oui, mais les laisser tomber définitivement, non." Peut-être est-il temps que tu laisses ton roman sommeiller quelque temps dans un tiroir. Peut-être est-il temps que tu voies autre chose, d'autres histoires, d'autres aventures, qui continueront d'"aiguiser ta plume" et d'enrichir ton propre univers. Si je comprends bien, il s'agit de ton premier roman. C'est normal qu'il te tienne à cœur, et pas seulement pour cette raison mais justement, si tu y tiens, il est peut-être temps de lâcher prise un moment ?
Ou peut-être pas, hein, c'est à toi de faire comme tu le sens, mais je pense que dans tous les cas, écrire autre chose ne peut que t'être profitable ! Very Happy
https://www.instagram.com/mardi.afternoon/
 
Mavis Gary
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  697
   Âge  :  32
   Localisation  :  Aix-Marseille
   Pensée du jour  :  Half agony, Half hope
   Date d'inscription  :  24/03/2019
    
                         
Mavis Gary  /  Hé ! Makarénine


Hello!
J'ai eu envie de répondre à ton sujet parce qu'il résonne en moi. Et oui, probablement chez la plupart d'entre nous. Je ne prétends pas pouvoir répondre à tes questions, mais je peux déjà partager ce que j'en sais, ce que j'en ai entendu et qui m'a paru juste, ce que j'ai moi-même vécu, en espérant que ça t'apporte des idées ou du courage:

J'ai entendu dire: Pour écrire un livre abouti, il faudrait compter 20% d'écriture et 80% de corrections. Les pourcentages varient selon les versions, mais en général, l'écriture elle-même ne prend pas tant de temps que ça... Donc aiguiser sa plume, c'est en grande partie corriger ses écrits.

Beaucoup d'auteurs le disent: Rien de tel pour s'améliorer et recevoir un avis objectif sur son livre qu'un groupe d'écriture (recevoir des commentaires sur JE, c'est un bon début, mais moi qui fais les 2, le groupe se place à un autre niveau). Je ne sais pas où tu habites, mais si tu peux trouver d'autres écrivains autour de toi, essaie de former un groupe et ils pourront t'apporter des corrections et des pistes (pour l'originalité, par exemple, ou comment mieux accrocher avec ton 1er chapitre), ainsi que du soutien dans les moments durs.

Mon expérience: Je parle de groupe d'écriture également, car le mien a réussi à me convaincre de laisser tomber mon 1er roman (sans le faire exprès) et je crois que je ne les remercierai jamais assez. Pour autant, je ne trouve pas avoir perdu mon temps dessus. Je trouve qu'il est essentiel parfois de savoir mettre un bouquin de côté. J'ai travaillé dessus pendant des années, et j'ai appris énormément de mes erreurs. Je me suis lancée dans un nouveau livre d'abord avec angoisse et regrets, puis avec soulagement et légèreté. J'ai trouvé beaucoup plus facile d'appliquer ce que j'ai appris sur un nouveau livre qu'à travers des corrections de l'ancien. Je rejoins Mardi là-dessus. Il est peut-être temps pour toi de te lancer dans un nouveau roman ou projet.

SCARLET DREAM a écrit:
Je n'abandonnerai pas. Jamais je ne laisserai mes romans aux oubliettes. Les laisser reposer oui, mais les laisser tomber définitivement, non.
Désolée de dire ça, mais ça me fait presque rire. Je me revois il y a 4 ou 5 années, me promettre et jurer que je n'abandonnerai jamais, que j'écrirai coûte que coûte les 5 romans de ma saga. Je me revois ensuite décider d'écrire autre chose, avec comme seul objectif de laisser reposer, et de revenir avec plus de courage pour réécrire ma saga.
Aujourd'hui, je pense de moins en moins que j'y reviendrai, car j'ai volé une idée pour mon 2nd roman, et je suis en train d'en voler une 2ème pour le suivant. Au final, je me dis qu'il n'en restera pas grand chose. "Voler" n'est d'ailleurs plus le bon mot, je crois en fait que je réécris mon 1er roman sous une autre forme, plus aboutie et plus subtile, dans plusieurs romans.
Mais bien sûr, cela dépend des auteurs et peut-être que toi, tu y reviendras. Peut-être que comme moi, prendre du recul et le comparer à ce que tu as écrit d'autre te convaincra de le laisser tomber. Je veux juste te dire que tout est possible et même si c'est super dur et douloureux de lâcher prise au début, le pire pour moi aurait été de m'enliser dans ma saga.

J'espère que mon expérience t'éclairera. Garde l'esprit ouvert Cat
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Merci pour vos réponses.

En fait, j'ai écrit un tout premier roman à quinze ans. Puis j'ai commencé ma trilogie un an plus tard. Selon les moments, j'alterne entre ce premier roman et ma trilogie. En ce moment c'est celle-ci. A part des fanfictions (pondues bien après mes histoires originales) et un petit texte pour un concours, je ne crois pas avoir écrit autre chose de si avancé. Ces romans me suivent depuis environ vingt-cinq ans... J'y ai mis tellement de moi. C'est le projet de ma vie. Cela peut sembler risible mais c'est ce que je ressens. Après y avoir passé tellement d'années, fait différentes versions, et tout arrêter ? Je suis tout à fait d'accord pour laisser reposer, c'est d'ailleurs ce que je fais lorsque je n'ai plus trop la motivation d'écrire dessus ou quand je passe de l'une de mes "œuvres" à l'autre : l'une d'elle se retrouve alors de côté un moment.

J'ai bien eu quelques idées jadis... Des débuts de romans vraiment mal fichus qui feraient saigner mes yeux si je les posais dessus. A l'époque je n'avais pas d'ordinateur, j'écrivais à la main et malheureusement, j'ai perdu ces papiers. Je me souviens très bien de ce que je racontais dans l'une de ces histoires. Je me dis qu'il y a là, malgré tous les défauts, un début, une piste. Sauf que je ne sais pas trop où je veux aller avec ça... J'avais eu l'idée d'une autre histoire, et cette fois j'avais un peu plus avancé dans le scénario, à défaut de la prose. Pour ce dernier, en effet, je n'ai écrit que le prologue et encore, il est vraiment à revoir.

Donc, oui, écrire autre chose est une bonne idée mais je ne suis pas d'accord avec le fait de laisser ce que je fais en ce moment. Ce sont mes textes les plus aboutis, même avec leurs défauts. Il faudrait dire stop maintenant alors que je suis bien avancée ? Sans compter ce qu'ils représentent pour moi.

Peut-être, oui, que je devrais reprendre mes anciennes idées et les développer. Mais, pour l'instant, je préfère me concentrer sur mes romans actuels. Je fais peut-être une erreur, mais j'aurais trop l'impression de me trahir moi-même si je leur disais adieu. Ridicule ? C'est pourtant mon ressenti...
 
Mavis Gary
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  697
   Âge  :  32
   Localisation  :  Aix-Marseille
   Pensée du jour  :  Half agony, Half hope
   Date d'inscription  :  24/03/2019
    
                         
Mavis Gary  /  Hé ! Makarénine


Ce n'est pas risible ou ridicule. Il est tout à fait normal de ne pas vouloir jeter à la poubelle 25 ans de travail. Je ne me rendais pas compte que tu parlais de telles durées. Encore une fois, je te donnais ma propre expérience, mais chaque cas est différent. Je comprends tout à fait ce que tu ressens, car je l'ai ressenti par le passé (en moins long, certes) et je voulais juste partager le fait que ça peut changer.
Si, pour l'instant, tu veux travailler ces romans au lieu de commencer un nouveau projet, alors le mieux que je puisse te conseiller, c'est de recevoir des commentaires détaillés sur tes textes de la part d'autres écrivains (si ce n'est pas déjà la cas) - je me répète  Smile  Au moins, tu découvriras où sont les points faibles et tu pourras les améliorer jusqu'à ce que tes livres soient prêts à être publiés.
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Merci à toi, Annajustyna. Smile

J'avais posté une ancienne version de ma trilogie sur un site de fanfictions où on pouvait également poster des histoires originales. J'ai eu de très bon retours et ça fait plaisir, mais ça venait de lecteurs, pas d'écrivains, et je n'ai pas eu de critiques argumentées.

J'aimerais bien partager ce je fais ici, mais je ne m'en sens pas le droit... Embarassed Je ne suis pas très active sur ce forum et surtout je n'ai commenté à ce jour qu'un seul texte (que j'ai aimé), même si j'ai aussi lu une nouvelle et commencé un roman que finalement je ne continuerai pas de lire car je n'ai pas accroché, malgré le style agréable de l'auteure. En fait, j'ai peur que ce soit gonflé de ma part de demander des commentaires alors que je m'investis peu pour l'instant.

Sinon, dans la vraie vie, je ne connais personne pour partager l'écriture et je suis trop timide pour recruter du monde. Tout ça fait que j'ai l'impression de devoir rester seule face à mes écrits, alors qu'il faudrait au contraire que j'ai des retours pour progresser.
 
Mavis Gary
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  697
   Âge  :  32
   Localisation  :  Aix-Marseille
   Pensée du jour  :  Half agony, Half hope
   Date d'inscription  :  24/03/2019
    
                         
Mavis Gary  /  Hé ! Makarénine


Scarlet Dream a écrit:
En fait, j'ai peur que ce soit gonflé de ma part de demander des commentaires alors que je m'investis peu pour l'instant.

Sinon, dans la vraie vie, je ne connais personne pour partager l'écriture et je suis trop timide pour recruter du monde. Tout ça fait que j'ai l'impression de devoir rester seule face à mes écrits, alors qu'il faudrait au contraire que j'ai des retours pour progresser.

Je suis entièrement d'accord avec ta dernière phrase et dans ce cas, pourquoi ne pas prendre le temps de commenter quelques textes et poster le début du tien? Voir ce que ça donne? Consacrer 1 ou 2 heures par semaine pour commenter d'autres textes te donne pleinement "le droit" de poster ton roman, si tu penses devoir le gagner. Invente-toi une règle, pour chaque commentaire reçu, tu en donnes un, et voilà!
Je ne sais pas comment te convaincre, mais tu ne perds rien à essayer :mrgreen:
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Je vais déjà essayer de commenter ce que j'ai lu. Je ne sais pas être critique, dans le sens où je ne sais pas traquer les incohérences ou les erreurs (de style par exemple). Les trois textes que j'ai lus ici, ou du moins deux textes et demi, m'ont eu l'air d'être très bien et je ne vois pas quoi critiquer. Ce n'est pas avec moi que les JE pourront progresser. Laughing M'enfin, je vais quand même donner mon avis. Et voir pour en lire d'autres.

Quant à mon texte, du moins le début, je le posterai sans doute du coup... Embarassed

 
Mavis Gary
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  697
   Âge  :  32
   Localisation  :  Aix-Marseille
   Pensée du jour  :  Half agony, Half hope
   Date d'inscription  :  24/03/2019
    
                         
Mavis Gary  /  Hé ! Makarénine


cheers
Je pense que tous les commentaires constructifs peuvent aider. Même dire à un auteur ce que tu as aimé de son style, personnages, histoire, monde peut lui être utile, ne serait-ce que pour éviter qu'il ne le change. Mentionner ce que tu as eu du mal à comprendre ou pourquoi tu n'as pas accroché (par rapport à l'exemple que tu as donné). En plus, faire attention à ces points chez les autres te permettra au passage de progresser :love:
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  487
   Âge  :  33
   Pensée du jour  :  Comme hier
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Pour qui sonne Lestat


Je pense qu'il fait faire gaffe avec l'objectif édition et bien se dire que des choses considérées comme des chefs d'oeuvre il y a de cela un siècle serait impubliable aujourd'hui (type "Mrs Dalloway" par exemple). Les éditeurs sont très frileux et choisissent ce qui se vend parce qu'ils veulent un retour sur investissement. J'ai peut-être une vision cynique de la chose, mais quand je vois le nombre de saga assez pathétiques publiées dans le sillon de "Hunger Games", je me dis que bon nombre n'aurait jamais dû être publiée.

Ecrire ou laisser tomber, c'est une question à laquelle nous sommes pouvons trouver la réponse. Cela dépend de la place que l'écriture prend dans ta vie, de pourquoi tu écris...J'ai laissé tomber l'écriture pendant deux trois ans avant de reprendre. Parfois c'est ce qu'il faut.

Quand à aiguiser ta plume, tu peux peut-être écrire un journal intime ? Une entrée/jour des petites pensées saisies sur l'instant...Cela te maintient dans le bain tout en restant assez peu chronophage.

Je ne sais pas quoi te conseiller d'autres parce que c'est une réflexion que je me fais très souvent. Si je n'avais pas eu à certains moment les encouragements de mon entourage, je me serais sans doute déjà arrêtée, persuadée que ce que j'écrivais était nul, mal écrit, mal construit, etc etc...Il a fallu que des personnes extérieures me disent que je devais continuer parce que j'avais ce qu'ils appellent du "talent" (et même aujourd'hui, je le mets entre guillemets parce que ça sonne pour moi comme un gros mot). Je fais un peu un syndrome de l'imposteur par moments, c'est peut-être pareil pour toi ?
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


J'ai tenu un journal intime jadis, quand j'étais ado et aussi une fois (jeune) adulte. Actuellement j'en ai un mais j'avoue que je n'y écrit que lorsque je suis énervée et/ou frustrée, rarement pour parler des évènements positifs. Mais oui, à l'occasion, j'écris un peu dedans.

Le syndrome de l'imposteur me parle beaucoup ! J'ai d'ailleurs parlé de mon ressenti dans le topic "le syndrome de l'imposteur - votre vécu" dans la partie "Discussions". Je n'ose pas me dire écrivain tant que je n'aurais pas été publiée, sinon j'aurais l'impression d'être prétentieuse (mais si d'autres n'ayant pas franchi le cap de l'édition se disent écrivains, pas de problème pour moi !). On m'a souvent dit que j'avais du talent, mais en lisant les textes d'ici, je me dis que je suis vraiment peu de chose, que les autres sont bien plus talentueux. C'est comme si j'étais encore novice en la matière.

Ce que tu dis sur les saga qui n'auraient jamais dû être publiées me fait peur : et si la mienne faisait partie du lot ? Je veux dire par là, et si elle n'était pas "digne", même si elle était finalement éditée ? Je suis partie de quelques chose de classique (qui a dit cliché ?) pour finalement la traiter de façon, je l'espère, originale. Enfin, moi je ne demande pas à pondre un best-seller, ce serait trop beau, mais je voudrais juste pouvoir partager ce que j'ai imaginé avec des lecteurs, et si possible provoquer des émotions chez eux. Sur ce derniers points, j'estime y être bien arrivée avec mes fanfictions, mais pour mes romans, c'est plus compliqué...

 
Quinzebarre
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  13
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  25/08/2020
    
                         
Quinzebarre  /  Homme invisible


J'ai lu ton premier et dernier message. Les autres sont passés en diagonale (désolé Rolling Eyes ).

Ça fait un peu plus d'un an maintenant que je suis sur mon roman. Il n'est certes pas encore terminé, et il y a du travail pour qu'il soit aboutit. Il n'en est pas moins que ça reste mon bébé, et je ferais tout pour qu'il soit publier un jour.

J'ai longtemps été découragé, car étant cinéphile plutôt que lecteur, j'ai passé des dizaines et des dizaines d'heures pour apprendre les règles de l'écriture d'un roman. Je suis totalement autodidacte et j'ai largement passé le millier d'heures de travail sur mon récit.

Je pense qu'il n'y pas d'imposteur lorsqu'on aime ce que l'on fait. Beaucoup d'écrivains renommés n'écrivent même plus leurs romans en entier, juste parce qu'ils savent que ça se fera publier.

Il faut de la persévérance, quitte à devoir écrire et réécrire encore, tant que ce que tu fais te plait. Je termine en citant Jean D'Ormesson : "Écrire est difficile, ne pas écrire est impossible".

 
e-bou
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  875
   Âge  :  53
   Pensée du jour  :  Pourquoi pas ?
   Date d'inscription  :  10/06/2012
    
                         
e-bou  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Bonsoir Scarlett Dream (et bonsoir aux autres).

Ecrire est toujours difficile. Il est difficile de trouver l'idée qui fera le roman. Il est difficile de s'y mettre, sachant que cela limitera bien d'autres axes de nos existences, faute de temps. C'est difficile parce qu'il faut aider nos proches à comprendre que, pendant des mois, ils devront nous partager avec des gens qui n'existent que pour nous.

Et puis, c'est difficile car on est face à soi-même. Vais-je parvenir à finir ce texte ? Mon histoire est-elle vraiment inédite ? La qualité est-elle à la hauteur ? Cela vaut-il le coup ? Et c'est difficile car on est face aux autres. Vont-ils m'aimer au travers de ce que je leur offre ? le meilleur de moi-même. Vont-ils me reconnaître à la hauteur des efforts que j'ai fournis ?

Je travaille en ce moment le texte de mon prochain roman et, avec les années, je commence à me détacher d'un certain nombre de questionnements qui me faisaient souffrir au début de ma carrière d'auteur.

Mon roman est-il déjà vu ? Oui, très certainement. Tous les livres ont sans doute été écrits, mais on s'en moque. Les personnages s'aiment, se détestent, se méfient, se trahissent, se réconcilient, s'abandonnent et se retrouvent... Certains sont ambitieux, d'autres cruels, d'autres encore ont de la grandeur d'âme ou sont complétement barrés... Tout cela est bien connu, écrit cent mille fois. Mais dans chaque nouvelle version, la rythmique propre à l'auteur, l'univers dans lequel il a vécu et qui transparaît dans ceux qu'il créé, son histoire familiale, ses souffrances... tout cela donne à sa propre version du monde d'infinies variations. La manière de recombiner le matériel universel, c'est cela, l'essentiel. La nouveauté n'est pas un critère, c'est la manière de "faire nouveauté" avec ce que le lecteur savait déjà qui importe. C'est comme cela qu'il peut se projeter dans nos histoires, parce qu'elles sont aussi un peu les siennes.

Tu parles du travail du texte. Oui, bien entendu, mais il faut que cela s'arrête un jour, faute de quoi le livre ne sortira jamais. Ne sortira pas non plus celui que tu n'écriras pas du fait que tu ne termineras jamais le premier. J'ai une amie autrice qui est bloquée sur un roman de jeunesse et qui n'avance pas, il est devenu son boulet. Si elle ne sort pas de cette impasse, elle ne donnera jamais à toute la richesse qu'elle possède en elle la chance d'exister. C'est un peu comme ne pas faire de second enfant tant que le premier n'est pas absolument parfait.

Pour le roman en cours, je me suis donné à peu près un an pour l'écrire, et depuis la fin de l'été, 45 minutes par page maximum pour travailler le texte (le roman fait 600 pages, calculez le temps que cela prend déjà). Puis, je referai une ultime relecture avant de le communiquer à quelques relecteurs. Mais il n'y en aura pas 10, car il me faut une vingtaine d'heure pour exploiter chaque relecture. Je n'ai pas le temps.

Après, le texte partira en relecture éditeur, et ce sera une quarantaine d'heures de travail avant les corrections du relecteur typographe. Une dernière lecture d'une vingtaine d'heure et.... et ce sera terminé. Le bouquin passera dans d'autres mains tandis que je serai, moi, parti dans un autre univers.

Si on veut avancer, on ne doit pas tout mélanger. Il y a des phases de travail.

1/ on écrit
2/ on réécrit
3/ on travaille le texte (J'en suis là, GRRRRRR)
4/ on le donne en relectures et on rentre les corrections (ou pas)
5/ Puis, ce sont les corrections éditeur
6/ les corrections du typographe.
7/ Puis la dernière relecture du livre mis en page et les dernières corrections.

Puis... On passe à la suite.

Si ton roman ne séduit pas, ce n'est probablement pas en le retravaillant à l'infini qu'il trouvera preneur. Par contre, si tu bascules sur un autre projet, puis sur un autre, un projet collectif, quelques concours de nouvelles, un autre roman, un projet BD ou jeunesse... l'un d'entre eux finira sans doute par passer.

Ce qui est assez singulier, c'est qu'un cinquième roman enfin publié permet souvent de publier les précédents, à un moment ou à un autre.

Pour ce que que cela vaut, je peux te donner quelques conseils.

1/ La nouveauté n'est pas un critère valable, ni pour écrire un livre de qualité, ni pour rencontrer le succès. On s'en moque. Par contre, il faut des pas de côté dans des trajectoires connues. On ne réécrira pas Harry Potter tel qu'il a été écrit.

2/ Il faut savoir terminer un projet. Un an, deux, trois si c'est un gros bouquin. Mais il faut mettre un point final. Un livre, c'est un projet, mais la vie est faite d'une multitude de projets. C'est mortifère de rester coincé sur un seul. Pour ma part, je fais en moyenne 50% d'écriture et 50% de travail du texte. Pour un roman de 600 pages, c'est 400 heures d'écritures et autant de corrections, plus ou moins 20%. Je pourrais remâcher le texte 1000 heures de plus, mais je ne suis pas certain que cela transfigurerait le livre. Je pourrais même perdre de la fraîcheur. Donc, autant en écrire un autre, ce sont les histoires qui sont importantes.

3/ Ne pas être édité n'est pas une raison pour douter. Ma principale maison d'édition reçoit trois mille manuscrits par an, elle en sort du panier un tous les trois à cinq ans. Parmi tous ceux qui n'ont pas été retenus, soit une immense majorité, il y avait bien entendu quantité de livres très honnêtes. On dit que pour être édité, il faut 10% de talent, 90% de travail et 50% de chance. C'est dire...

4/ Cela vaut-il le coup, toute cette abnégation ? Il ne faut pas perdre de vue que l'on écrit pour se raconter des histoires à soi-même, celles qui nous manquent, et que c'est la plus grande part du plaisir. S'il vous est arrivé de terminer une soirée d'écriture des larmes dans les yeux, joyeux, vidés des épuisements de la vie comme après une séance de yoga, alors vous savez pourquoi vous écrivez. Rien ne remplace cela.


Même si ce que nous avons produit ne franchira pas le siècle, même si le succès n'est pas au rendez-vous, ce n'est pas l'essentiel. Nous nous attachons trop au statut magique de l'écrivain, et pas assez à celui non moins magique de l'écrivant. Être 'écrivain impressionne les autres, ça flatte l'égo au début, et c'est très plaisant. Être écrivant rend vivant. On peut écrire un bouquin à 20 ans et rester écrivain toute sa vie, je trouve cela ridicule, cette étiquette. Certains de vos posts parlent du sentiment d'imposture. Je me sens un imposteur lorsque je n'écris plus. Lorsque j'écris, je suis en paix avec cette question. Je suis écrivain parce que j'écris, et que c'est une passion, mais aussi un métier.

Pour ma part, il est temps que je termine ce travail du texte. L'histoire est terminée, elle n'est plus qu'un fossile qu'il faut polir pour la mettre dans la vitrine du libraire. D'autres histoires pulsent dans mes veines, et j'enrage de ne pas pouvoir repartir dans les grands espaces désertiques, visage au vent, à la découverte de ces personnages que je pressens, mais que je ne connais pas encore. Je repars toujours en roman comme je repars en voyage, passeport à la main, empli de curiosité, d'appréhension et de joie. C'est de ce sel-là que je me nourris. C'est cela qui donne du sens.

Pour toi comme pour nous tous, la littérature vivante est celle qui reste à écrire.

Bon courage :-)
 
Scarlet Dream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  25/05/2020
    
                         
Scarlet Dream  /  Pour qui sonne Lestat


Bonjour Quinzebarre et merci pour ton témoignage. Tu as du mérite d'avoir écrit ton roman en autodidacte et je pense comme toi : pour moi aussi ils sont mes bébés.

Bonjour E-Bou. Wow, merci bien pour ton long message  Smile ! Ce que tu dis sur le roman déjà vu me rassure car c'est l'une de mes peurs, que mon histoire soit clichée. Je comprends ce que tu dis pour le projet mortifère, mais j'ai toujours vu mes romans comme l'objectif ultime de ma vie. J'ai l'impression que c'est la seule chose que je sache faire, le truc qui met de la grosse satisfaction dans ma vie. Pour lequel je suis un peu fière de moi, tout en craignant faire de la m... En plus, comme je vise l'édition et que mes romans actuels sont le plus avancés, j'aimerais me concentrer sur eux avant de commencer autre chose. Toi et d'autres me conseillent de me mettre à un nouveau projet d'écriture, vous n'avez pas tort en théorie, mais en pratique je ne peux pas... Mon projet est chevillé à mon corps, il est gravé en moi. Cela peut paraître ridicule de s'y accrocher tant d'années et de ne toujours pas avoir été éditée, ça fait peut-être de moi un auteur raté, là où d'autres alternent les projets et recyclent leur vieilles histoires pour en faire de nouvelles. Alors que moi, je reste avec mes idées poussiéreuses. Neutral

Merci beaucoup en tout cas pour tes conseils.
 
absolute
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  193
   Âge  :  39
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  28/07/2020
    
                         
absolute  /  Tycho l'homoncule


Salut,

La solution pourrait être de réécrire entièrement ton roman à partir d'une feuille blanche plutôt que de corriger/remanier indéfiniment l'ancien texte. Cela te permettrait d'aborder cette histoire qui te tient tant à cœur sous un angle nouveau. Ta mémoire fera le tri : certains éléments passeront à la trappe, d'autres apparaîtront d'eux même. Il pourrait en sortir quelque chose d'intéressant.

Ce serait cool d'avoir des retours d’expérience à ce sujet.
https://www.flickr.com/photos/jonathan_martz/
 

 Entre espoir et découragement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-