PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Inventer un scénario, ça ne s'invente pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Nicola
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  43
   Âge  :  18
   Pensée du jour  :  Une infirmière m'a dit un jour: "Je panse donc j'essuie"
   Date d'inscription  :  14/05/2020
    
                         
Nicola  /  Petit chose


Bonjour à tous !

J'écris parce que j'aime écrire, et j'aime écrire parce que je sais écrire. Mais voilà, en commençant à rédiger des romans et des nouvelles, je me suis rendu compte qu'écrire des histoires, ça va, mais inventer des histoires, c'est une autre affaire !

Il faut croire que je manque d'imagination. Ou de génie. Toujours est-il que les scénarios que je façonnent me paraissent toujours trop compliqués, assez alambiqués, pas forcément toujours super crédibles, et même parfois impertinents.

Quelqu'un m'a dit sur ce forum que pour inventer une histoire, il faut se mettre dans la tête des personnages principaux et se demander : "quelles sont leurs intentions ?". Autrement dit, l'histoire doit être inventée en fonction du but recherché par le protagoniste. Moi je fonctionne inversement : je repère des actions, des lieux, des problématiques que je veux faire apparaitre dans le livre, et je vois comment y amener mes personnages. Il est utile de préciser que j'écris actuellement de la fiction historique. Je veux donc faire découvrir au lecteur un certain nombre de choses, c'est pour ça que je m'attache en priorité aux actions/lieux.

Je vous propose donc, à travers ce sujet, de parler à votre tour de l'élaboration de vos scénarios. Comment inventez-vous vos histoires, quelles sont vos sources d'inspirations, comment décidez-vous que le scénario est bon ou à jeter...
J'espère que ce sujet n'a jamais été proposé, mais si c'est le cas, je pense que de nouvelles personnes y participeront Very Happy J'espère également que les différentes réponses permettront aux uns et aux autres de découvrir de nouvelles manières de travailler.

Je vous remercie d'avance pour vos réponses
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1755
   Âge  :  36
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


J'ai le même problème que toi et voilà à peu près comment je compte le résoudre.

J'ai mis sur une feuille les jalons de mon histoire, les points où je veux que mes personnages passent absolument en vrac et ensuite je prends un personnage et un de ces points et je me demande : bon il est dans cette situation ? pourquoi ? à quoi pensait-il ? quel était son but pour arriver là ? et je définis l'étape d'avant puis je me demande bon il est dans cette situation là, que va-t-il faire après au vu de ce qu'il vient d'apprendre ? et je définis l'étape d'après. Parfois, mes étapes recoupe une de mes grands points et c'est cool, parfois non, alors je continue.

Et à la fin, si j'ai un point que je n'ai pas réussi à caser dans le schéma logique des personnages, je l'enlève.

Voilà à peu près.

Sinon, sur mes sources d'inspiration, j'ai un cerveau très fécond mais c'est souvent des images ou des 4e de couverture (j'adore imaginer des scénarios à partir de résumé de romans ^^).
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  657
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Hé ! Makarénine


Je pense que de mon côté je suis beaucoup aidée par mon cerveau qui me pond un personnage, un but, et un univers tout en même temps (et un truc de fond à raconter, le plus souvent) ce qui fait que je n'ai pas trop à réfléchir parce que je ne me retrouve quasiment jamais avec un personnage tout seul que je dois caser dans un univers pour en faire quelque chose. Le plus souvent, je commence à écrire l'idée, ma scène de début, et je déroule, et je vois ce que ça donne. Si ça me plaît et que des choses intéressantes émergent, je laisse de côté pour fouiller plus tard, si ça me plaît mais que ça casse pas trois pattes à un canard je continue et ça me permet de me détendre et de tester des trucs (des trucs narratifs, ou des trucs scènes que j'écris jamais, ou gérer le rythme d'une romance vue que y en a jamais dans mes romans, ou les scènes de combat, m'approprier du vocabulaire, etc.), et si ça ne donne rien parce que le but de mes personnages n'est pas clair, j'arrête tout, définitivement, voire je supprime.

Pour savoir si c'est bon ou pas, c'est le savant mélange de l'instinct et de l'expérience. En principe je sais direct si ça me plaît ou pas et si je peux en faire quelque chose. Bien sûr, il y a toujours des petits peaufinages à faire. Par exemple le roman que j'écris actuellement a eu droit à sa frise chronologique au bout d'une réflexion assez longue à base de "mais comment diantre vais-je m'y prendre ?" et au final, en cours d'écriture, j'ai repris ma frise chronologique et je me suis dis "non, ça, ça ne va pas, ce n'est pas crédible" ou "ça, ça ne donne pas assez de poids à la révélation" ou "ça, c'est pas possible, le personnage ne voudrait jamais faire ça", etc. C'est un peu toujours en évolution. C'est de l'instinct. Mais c'est aussi de l'expérience.
Je pense que l'expérience s'acquiert partout. En lisant des livres, des BD, des mangas, les sujets sur l'écritoire du forum qui regorgent de tas de problématiques et de tas de solutions ; mais aussi les films, les animés : ce qui marche, et ce qui ne marche pas dans une série d'animation comme Zak Storm (très bonne par ailleurs), les incohérences (nées du fait que les auteurs des épisodes ne sont pas toujours les mêmes)) ou La légende de Kora (depuis que j'ai été très déçue de cette série, je fais très attention à ne pas faire disparaître mes personnages sans raison sans que l'on sache où ils sont et/ou ce qu'ils font et à ne pas les faire apparaître juste parce qu'on a besoin d'eux, par exemple). Mais aussi tes propres expériences d'écriture. Je suis retombée sur un texte que j'avais écris pendant mes cours en Licence et au mon Dieu ! Certes, c'était pendant les cours donc concentration pas à fond, mais autant d'adverbes en si peu de phrases c'est un crime ! Laughing
Donc voilà : un bon scénario c'est l'instinct + la logique (être cohérent avec ses personnages) + l'expérience (et toutes sortes de choses expérimentées sont bonnes à prendre).

Pour mes sources d'inspiration j'aime l'Histoire (de France mais aussi d'ailleurs) mais le plus souvent juste voir quelque chose dans la rue comme un chat au faciès un peu particulier, ou un tableau, ou un roman, ou une balade en forêt... ça peut venir d'un peu partout et c'est ça qui est super cool ! Une fois, j'ai même eu ce que je considère être une chance monstrueuse : un rêve m'a donné le pitch ! Et comme j'avais un personnage sans univers qui traînait dans le coin ainsi qu'une assemblée d'intelligences artificielles déficientes qui croupissait depuis des années, je me suis dis mais banko ça passe ! J'ai assemblé tout ça et je garde ça dans un coin pour quand j'aurais fini mes autres projets. Mais comme beaucoup ici j'écris depuis longtemps et c'est la première fois que ça m'arrive, donc c'est pour ça que je dis que c'est une chance monstrueuse.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Nicola
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  43
   Âge  :  18
   Pensée du jour  :  Une infirmière m'a dit un jour: "Je panse donc j'essuie"
   Date d'inscription  :  14/05/2020
    
                         
Nicola  /  Petit chose


Merci à tous les deux pour vos premières réponses Wink

Teengar, je vais essayer ta méthode sur mon scénario, juste pour expérimenter.
Quant à Enirtourenef, sacré pavé, c'est sympa ! L'inspiration foisonnante dont tu parles, je l'ai aussi, mais uniquement dans un univers fictif. Je peux improviser à voix haute un univers, des intrigues et des personnages (je l'ai déjà fait !), mais tout se complique dès que je me replace dans un contexte réaliste (or je trouve ça beaucoup plus intéressant d'écrire dans un contexte réaliste, ça me donne l'impression d'écrire moi-même ce qui se passe sur Terre Very Happy). Par exemple, pour mon actuel scénario, qui se déroule dans l'Empire romain, je veux que mes personnages principaux expérimentent à la fois la condition d'esclave et d'humains libres. J'ai trouvé un bon moyen de les réduire à l'esclavage, mais comment être affranchis? J'ai imaginé qu'ils sauvaient la vie à leurs maîtres en éteignant un début d'incendie dans leur maison. Eh bien il m'a fallu énormément de temps pour trouver le contexte de ce sauvetage, parce que je voulais 1) que le dangers apprenne au lecteur quelque chose sur la vie des romains 2) que le sauvetage est lieu dans un contexte où il est normal que maitres et esclaves soient à proximité 3) que le danger ne ruine pas suffisamment les maitres, afin qu'ils puissent se permettre de se séparer de deux esclaves. Bref, c'était pas simple !

Bonne soirée à vous deux !
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  657
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Hé ! Makarénine


Haha désolée ! x) En plus j'ai tendance à écrire des dizaines de mots pour dire une chose que j'aurais pu dire en une phrase mais je ne sais pas faire x)
C'est sûr que l'historique, c'est très compliqué. D'un autre côté, toutes ces contraintes peuvent permettre de forcer ton cerveau à trouver des voies de passage qu'il n'aurait pas trouvé autrement. C'est aussi pour ça que c'est sympa d'aller regarder de temps en temps du côté des appels à textes.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Cédric1987
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  15
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  10/08/2020
    
                         
Cédric1987  /  Homme invisible


Je ne suis pas scénariste, selon moi, cen'est pas le même travail que celui du romancier. Cependant pour ce qui est de concrétiser une histoire, la question que je me pose personnellement tout le long du récit que j'élabore est " de quoi es-tu en train de parler ? " : il ne s'agit pas d'un genre, mais d'un thème à explorer, à questionner. Du message que l'on veut transmettre au lecteur. Quelle est la fonction de ton histoire ? Que doit-elle amener chez le lecteur ? Une fois obtenu les réponses à ces questions, ce n'est plus que de la mise en scène, de la technique. Sans entrer dans le débat Jardinier/Structuraliste, je pense qu'il faut savoir un minimum de quoi on parle, souhaite parler, si l'on souhaite livrer une bonne histoire.
 
Matrix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  713
   Âge  :  31
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Blanchisseur de campagnes


Nicola a écrit:
Bonjour à tous !

J'écris parce que j'aime écrire, et j'aime écrire parce que je sais écrire. Mais voilà, en commençant à rédiger des romans et des nouvelles, je me suis rendu compte qu'écrire des histoires, ça va, mais inventer des histoires, c'est une autre affaire !

Il faut croire que je manque d'imagination. Ou de génie. Toujours est-il que les scénarios que je façonnent me paraissent toujours trop compliqués, assez alambiqués, pas forcément toujours super crédibles, et même parfois impertinents.

Quelqu'un m'a dit sur ce forum que pour inventer une histoire, il faut se mettre dans la tête des personnages principaux et se demander : "quelles sont leurs intentions ?". Autrement dit, l'histoire doit être inventée en fonction du but recherché par le protagoniste. Moi je fonctionne inversement : je repère des actions, des lieux, des problématiques que je veux faire apparaitre dans le livre, et je vois comment y amener mes personnages. Il est utile de préciser que j'écris actuellement de la fiction historique. Je veux donc faire découvrir au lecteur un certain nombre de choses, c'est pour ça que je m'attache en priorité aux actions/lieux.

Je vous propose donc, à travers ce sujet, de parler à votre tour de l'élaboration de vos scénarios. Comment inventez-vous vos histoires, quelles sont vos sources d'inspirations, comment décidez-vous que le scénario est bon ou à jeter...
J'espère que ce sujet n'a jamais été proposé, mais si c'est le cas, je pense que de nouvelles personnes y participeront Very Happy J'espère également que les différentes réponses permettront aux uns et aux autres de découvrir de nouvelles manières de travailler.

Je vous remercie d'avance pour vos réponses

Moi je fais comme toi, je sais des événements qui doivent arrivé, les ordonnées chronologiquement et spatialement, c'est beaucoup moins égocentré que de penser uniquement en terme de libre arbitre des personnages. Les gens sont rarement libre de faire ce qu'ils veulent et savent rarement ce qu'ils veulent ce qu'ils veulent.
Je trouve ça plus intéressant une approche globale, au delà des individus, qui a un sens plus grand que la soit disant volonté d'un homme (ou un groupe).

Dans la vrai vie, on est tous dépassé par ce qui arrive ou n'arrive pas, on ne contrôle rien, même pas son succès (cf : )

Donc ce que les personnages veulent, on s'en fou un peu au fond, ce qui compte c'est est-ce qu'ils auront la chance d'accomplir des choses par rapport à une situation qu'ils ne maitrisent pas? (et pouf une pandémie arrive et terrasse l'armée du héros qui partait en bataille libérer tel royaume... bali balo... mais son intention et son libre arbitre, aucune importance...)
http://rapturestudio.fr
 
Nicola
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  43
   Âge  :  18
   Pensée du jour  :  Une infirmière m'a dit un jour: "Je panse donc j'essuie"
   Date d'inscription  :  14/05/2020
    
                         
Nicola  /  Petit chose


Bonjour Matrix, merci pour ta réponse qui contraste avec celle des autres !
Ton avis, même si je le trouve un tout petit peu trop extrême, m'est très utile, car jusqu'ici je me demandais "comment changer ma manière de réfléchir le scénario" et grâce à toi, j'en viens à me demander "dois-je seulement changer ma manière de réfléchir le scénario?"
A méditer.
Bonne nuit !
 
shiki-yuki
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  31
   Âge  :  19
   Date d'inscription  :  26/12/2017
    
                         
shiki-yuki  /  Petit chose


Après, on ne peut pas tout rejeter sur des causes extérieures... Je trouve que l'une des choses les plus intéressantes dans une histoire est quand le personnage se trompe et que son erreur entraine conséquences sur conséquences. Et peut-être que ça le poussera à faire encore davantage d'erreurs. Il a une part de responsabilité dans ce qui lui arrive et ça va lui permettre de réfléchir sur lui-même et essayer de prendre de meilleures décisions. J'avoue que quand j'écris le scénario, je réfléchis surtout en terme de personnages et de leurs faiblesses. La majorité du temps, ce sont eux qui se créent leurs propres problèmes ou compliquent la situation.
 
Vasec
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  54
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  29/07/2020
    
                         
Vasec  /  Clochard céleste


Étrangement pour mes idées je ne présume de rien, je ne cherche pas à l'avance à définir un objectif et faire en sorte que mes personnages y arrivent. L'histoire avance et ils la suivent, doucement, ou totalement accrochés au train de mes idées.

Il y a évidemment le fil principal de l'histoire mais majoritairement je prends un casque, je mets de la musique rythmée et planante (psy trance / dark psy) et je monte dans les transports, là où le cerveau de tout le monde s'arrête et que le paysage défile.
Et là les idées viennent, des centaines, je note fébrilement sur un carnet impossible à relire et tout un univers se construit. Je saute de révélations en révélations et une fois chez moi j'ai énormément d'idées qu'il me faut trier.

A ce moment alors je rédige un simple paragraphe sur une idée, et en l'écrivant je parviens à le lier à un autre qui doit arriver, mais aussi à celui rédigé quelques jours avant. Je ne sais pas combien de temps cette façon de faire peut fonctionner, mais j'ai l'impression de tout écrire "à la volée", d'étoffer une première fois, puis une seconde, puis une troisième. Tout s'emboite à chaque relecture.

La trame réelle de mon roman n'est même pas écrite, ni son dénouement, les pistes sont tellement nombreuses.. Est-ce que tout disparaît dans une grande révélation ? Le chemin est-il plus important que la fin ? Faut-il laisser mourir le suspens en une horrible inconnue ? Je crois que c'est là l'intérêt de la science fiction, l'imaginaire n'a qu'une limite c'est notre capacité à le coucher. Je ne me mets jamais dans la tête de mes personnages pour les décisions à prendre, je les veux soumis et à subir mes idées. Peut-être que ce sera un défaut criant et qu'ils donneront l'impression d'être spectateurs de leurs vies.

En tout cas j'aime écrire ainsi, avancer, revenir en arrière, modifier, changer. Le plus grande difficulté est de rendre tout ça invisible à la relecture.

Il va falloir que je reprenne le train rapidement..
 
Spangle
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  343
   Âge  :  42
   Localisation  :  Besançon
   Pensée du jour  :  Le bon ni le mauvais Ne me feraient de peine Si si si je savais Que j'en aurai l'étrenne.
   Date d'inscription  :  24/07/2020
    
                         
Spangle  /  Tapage au bout de la nuit


Salut.
Eh bien moi ça ne m'aide pas du tout, tout ça. Je suis en panne sèche sur mon premier roman, aucune idée de scène, rien de rien. Je comptais sur les fiches de personnages pour m'aider à trouver l'histoire mais rien n'est venu. Du coup je n'écris que des trucs courts, où la question ne se pose pas trop ou pas de la même façon.
https://spangledurac.wordpress.com/
 
Izuchux
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  336
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  16/04/2020
    
                         
Izuchux  /  Tapage au bout de la nuit


Spangle tu as qu'à commencer un journal de bord et exposer ton idée, moi j'en ai toujours plein à filer Smile

Je suis "habituée" à créer des scénarii à cause du jeu de rôle que j'ai pratiqué depuis que j'avais 10 ans. Je bloque plutôt pour en faire une histoire à raconter, car ce n'est tout de même pas le même exercice.

Quand c'est la dèche, je repasse ça en vitesse, ça m'inspire souvent, je suppose que ça peut s'adapter à l'écriture tout pareil :
La grande liste des Intrigues de JdR
 
Profsamedi
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1112
   Âge  :  72
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Celui qui a atteint tous ses objectifs ne les a pas placés assez haut (Herbert Von Karajan). “Show, don’t tell” ou “Montrer au lieu de raconter.”
   Date d'inscription  :  27/01/2020
    
                         
Profsamedi  /  Effleure du mal


Je rappelle que tous les mots que j'utilise sont génériques non genrés, par respect pour tous les genres. Je suis trop vieux pour apprendre autre chose.

Je ne sais pas si ça va t'aider beaucoup, mais je ne fais jamais de scénario.
J'ai, un jour, une idée que je dicte sur mon iPhone, puis je rajoute d'autres idées sans suite les unes avec les autres.
Quand ça m'inspire, je commence à écrire un chapitre que je "sens bien".
Puis un autre, sans savoir si je vais réussir à les relier. Je me dis que si ça ne va pas pour ce roman ça servira à un autre.
Quand j'écris un chapitre, j'invente au fur et à mesure que j''écris. C'est comme si j'étais dans la scène que je suis en train d'écrire, en tant que spectateur et j'écris ce que je vois ou ce que je vis avec mes personnages.
En fait, le roman avance tout seul.
Alors, bien sûr, tout n'est pas bon du premier coup, et je dois souvent revenir sur ces premiers jets.
Disons que j'écris à l'impro.
En plus, pour préciser, j'écris dans le plus grand silence. Ni bruit, ni musique ni rien qui viendrait me distraire. Je ne suis plus là, je suis dans mon roman avec mes personnages :mrgreen:
Aux abonnés absents IRL. Cool

En toute amitié, Philippe.
 
leasaurusrex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1340
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
leasaurusrex  /  Tentatrice chauve


On n'est jamais trop vieux Profsamedi. D'ailleurs, c'est quand on arrête d'apprendre qu'on commence à vieillir. Wink

Spangle : Ce que tu vis, c'est ma première étape. Smile En général, j'ai mes personnages, leur background, leur caractère, leur voix. Et c'est à eux que je m'attache pour me faire raconter une histoire. Mais celle-ci ne vient que bien après, quand je commence à bosser dessus. Mon idéal à moi, c'est d'aller marcher. Mes persos sont là, quelque part, et marcher est simple, donc mon cerveau prend plus facilement la tangente et... je commence à mieux les cerner, à les imaginer dans des scènes, en interaction entre eux ou avec d'autres, dans des situations de la vie de tous les jours ou dans des scènes d'action ou d'émotion. Et finalement, je tombe sur un fil, je tire et je commence à dérouler la pelote. MAIS souvent je n'y arrive pas seule et en discuter, ça aide beaucoup. JE est parfait pour ça. Chatbox, Discord, ou un atelier scénario (en demandant à Red sur le topic des ateliers de correction), tu auras plusieurs cerveaux pour t'orienter, en fonction de ce que tu imagines même si ce n'est qu'en une seule ligne.
Bref, l'émulation et le brainstorming peuvent énormément débloquer quand on coince comme tu sembles le faire. Sait-on jamais. Wink
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  657
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Hé ! Makarénine


Même sans discuter réellement, parler tout seul aide généralement à mieux cerner ce qu'on veut (on peut même imaginer répondre aux questions d'un journaliste par exemple, si on n'aime pas trop réfléchir à voix haute). Ça permet de prendre plus de recul sur ce qu'on fait et de préciser les idées. Comme disait Louis XIV : "L'esprit achève ses propres pensées en les mettant au-dehors" Wink
Sinon, j'aime bien aussi penser à mes personnages ou à mes scènes, etc. au milieu de la nuit quand je me suis levée pour aller aux toilettes, que je suis dans le gaz et que je vais me rendormir. L'esprit est dans l'entre-deux éveil/sommeil et déroule des choses intéressantes. Bon, après il faut un peu prendre garde parce qu'à réfléchir trop violemment on se réveille pour de bon !...
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 

 Inventer un scénario, ça ne s'invente pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-