PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Fiction Révolution Francaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bonjour tout le monde,

La fin de ma fiction approche à grands pas (du moins celle du premier jet) et j'ai déjà quelques idées de nouvelles histoires. L'une d'elle (celle que je pense écrire une fois l'actuelle terminée) se passe pendant la Révolution Française et plus précisément pendant la Guerre de Vendée (qui a mon sens a trop été oublié). Je pense bien montrer toute l'horreur  d'avertir les lecteurs de ce qui s'est passé,en racontant l'histoire d'une jeune fille pendant cette période,mais aussi inclure une histoire d'amour dans le lot (en guise de "seconde intrigue"). J'ai déjà plusieurs idées pour cette fameuse relation. Dans tout les cas,elle inclura une jeune fille.

- La jeune fille noble/aristocrate et un.e paysan.ne. Vu leur différence de classe sociale, ils/elles ne sont pas biens vu par le reste de la population mais continuent à s'aimer malgré tout

- la jeune fille noble/aristocrate et un.e révolutionnaire. Leur amour est difficile car leurs idées s'opposent (surtout celles de leurs parents) mais ils/elles décident de se voir en cachette.

- la jeune servante et le fils/la fille de ses maitres (qui sont donc nobles voir aristocrates). Ils / elles parviennent à s'enfuir avec  le  lors de l'attaque du château,mais le reste de la famille décède sauf le bébé qui est sauvé.

Laquelle des ces idées est la moins clichée ? J'avoue que j'ai une préférénce pour la troisième option mais il ne faut pas non plus tomber dans l' anachronisme (même si bien entendu,on peut inventer des détails dans les fictions historiques). L'homosexualité n'était sans doute pas très bien vu à l'époque, est-ce un risque de l'inclure ?

Si vous avez des ouvrages/sites sur le sujet,je prends également

Merci d'avance pour votre aide

Un autre
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


L'homosexualité n'était pas bien vu mais elle existait, donc si tu veux l'inclure tu veux.

Vis à vis de tes idées, elles sont toutes clichées et ont toutes déjà été faites, mais :
- On peut abuser des clichés si on leur fait de beaux enfants (oui je travesti des citations célèbres prout)
- Si toi, tu aimes ce cliché, eh bien ne te prive pas, si c'est cliché c'est justement que les gens aiment
- Ecris ce qui te plait !

Vis à vis de ces trois possibilités, cependant, une chose à ne pas oublier : si les alliances exogènes (hors de la classe sociale) sont plus rares que les endogènes et sont moins durables, c'est pour de bonnes raisons. Pour le coup, paradoxalement, c'est la noble et le révolutionnaire qui ont peut être le plus en commun (s'il est issu de la bourgeoisie), mais la noble et le paysan, il faut s'imaginer que ce sont des personnages extrêmement différents, qui ont sans doute des aspirations différentes, des habitudes différentes, une façon différente de concevoir des choses aussi basiques que la politesse. Et cela devra être pris en compte dans ta façon de les écrire.

Ensuite, parole de personne qui a étudié (un peu) la Révolution à la fac : C'est une période extraordinairement complexe à étudier, totalement bordélique, avec des revirements très très très rapides et une quantité importante de dates. Tu joues en mode difficile en choisissant cette période !
EDIT : Cela dit, tu n'es pas obligée de viser une grande justesse historique, tu peux n'avoir qu'un "vernis". Si ton livre va un jour jusqu'à la publication tu n'auras qu'à rajouter un encart comme quoi ce n'est historique que de loin...
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  779
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Blanchisseur de campagnes


Salut!

Je te conseille la lecture de Quatrevingt-treize, d'Hugo, si tu veux écrire sur cette période! C'est très bien documenté et j'avais vraiment été fascinée par les relations entre les personnages Smile
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Merci pour vos réponses !

J'hésite beaucoup entre la deuxième et la troisième option. J'ai beaucoup plus d'idées pour la troisième, notamment avec l'enfant qui sera capable de lire l'avenir (ce qui peut être un bon point dans l'histoire et pour apprendre des choses au lecteur,parce que c'est un peu le but que je recherche) après être devenu aveugle lors de l'attaque du château (oui je sais,c'est glauque mais bon...). A ce propos il y a avait il des projectiles ou choses (fumée etc) qui pouvaient éventuellement rendre quelqu'un aveugle ? L'enfant ne peut pas le devenir comme cela (à moins d'avoir les yeux crevés , mais le contexte est déjà assez horrible comme cela).

Mais la deuxième serait intéressante à mon sens,notamment à cause des deux points de vues ! Cela permettrait au lecteur de comprendre les opinions de chaque partie.

Bref, n'hésitez pas à me dire votre avis
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Je pense que l'important, ce n'est pas de vouloir apprendre des choses au lecteur sur cette période (qui, encore une fois, est extraordinairement compliquée), mais de te faire plaisir avec une histoire qui te plait.

Pour plusieurs raisons :
- à 17 ans tes connaissances sur la Révolution ne pourront être que superficielles. Les idées qui se heurtent pendant la Révolution sont aussi complexes que les événements et pour traiter le sujet correctement, tu devrais te taper non seulement des livres d'histoire sur le déroulé mais aussi des écrits de philosophie politique d'époque. Perso, je n'ai aucun atome crochu avec le style littéraire de la période, c'est peut être pour ça que ça me donne l'impression d'être une grosse purge. Conclusion : si tu ne veux pas y passer des années de recherches, ton roman sera de toute façon "faible" sur le plan historique.
Pour te donner un exemple "pour faire peur", en réalité dire que ton personnage est "révolutionnaire", en 1789 ça ne veut rien dire, et pas la même chose qu'en 90, 91, 92, 93, ou même à l'époque de Napoléon, ardent "protecteur" de la Révolution. Tu as tellement de courants différents, pour certains opposés, que l'étiquette est bien trop large (suffit de voir la question du Roi et de la monarchie pour s'en rendre compte).
- Je suis absolument convaincue qu'un bon roman est porté d'abord par son intrigue et ses personnages et ensuite par son univers/la période décrite. Pour avoir lu une fois un roman sur Robespierre et Saint-Just qui en faisait beaucoup trop sur le côté documentaire, le problème est le même que pour un univers fantasy avec des pavés d'exposition inutile : on s'ennuie.
- Enfin : Ce roman sera-t-il publié un jour ? Poses toi la question. Pour de vrai. Si tu penses que la réponse est non, j'ai envie de dire que... dans ce cas tu t'en fiches de vouloir avoir l'option "la plus éducative", "la moins clichée" ou autre. Ce roman il sera pour toi et tes amis, donc fais ce qu'il te plait, si ça doit être glauque ce sera glauque, s'il doit y avoir de la fumée toxico-magique qui rend aveugle pourquoi pas !
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Kal' a écrit:
Je pense que l'important, ce n'est pas de vouloir apprendre des choses au lecteur sur cette période (qui, encore une fois, est extraordinairement compliquée), mais de te faire plaisir avec une histoire qui te plait.

Pour plusieurs raisons :
- à 17 ans tes connaissances sur la Révolution ne pourront être que superficielles. Les idées qui se heurtent pendant la Révolution sont aussi complexes que les événements et pour traiter le sujet correctement, tu devrais te taper non seulement des livres d'histoire sur le déroulé mais aussi des écrits de philosophie politique d'époque. Perso, je n'ai aucun atome crochu avec le style littéraire de la période, c'est peut être pour ça que ça me donne l'impression d'être une grosse purge. Conclusion : si tu ne veux pas y passer des années de recherches, ton roman sera de toute façon "faible" sur le plan historique.
Pour te donner un exemple "pour faire peur", en réalité dire que ton personnage est "révolutionnaire", en 1789 ça ne veut rien dire, et pas la même chose qu'en 90, 91, 92, 93, ou même à l'époque de Napoléon, ardent "protecteur" de la Révolution. Tu as tellement de courants différents, pour certains opposés, que l'étiquette est bien trop large (suffit de voir la question du Roi et de la monarchie pour s'en rendre compte).
- Je suis absolument convaincue qu'un bon roman est porté d'abord par son intrigue et ses personnages et ensuite par son univers/la période décrite. Pour avoir lu une fois un roman sur Robespierre et Saint-Just qui en faisait beaucoup trop sur le côté documentaire, le problème est le même que pour un univers fantasy avec des pavés d'exposition inutile : on s'ennuie.
- Enfin : Ce roman sera-t-il publié un jour ? Poses toi la question. Pour de vrai. Si tu penses que la réponse est non, j'ai envie de dire que... dans ce cas tu t'en fiches de vouloir avoir l'option "la plus éducative", "la moins clichée" ou autre. Ce roman il sera pour toi et tes amis, donc fais ce qu'il te plait, si ça doit être glauque ce sera glauque, s'il doit y avoir de la fumée toxico-magique qui rend aveugle pourquoi pas !

Merci pour cette réponse,

Oui,je pense que le plus important est de consacrer sur l'intrigue. Néanmoins,même si je pense pas publier mon roman un jour,du moins pas avant plusieurs années,je le partagerais avec mes amis et peut être sur le forum. La partie "éducative " est importante pour moi,dans ma fiction actuelle,j'apprends également des choses à mes lecteurs et ces derniers semblent beaucoup l'apprécier. Bien entendu,je ne pourrais pas tout expliquer,aussi il va falloir que je fasses des choix. Pour l'époque,cela se passe pendant la Guerre de Vendée donc en 1793 (à la limite,il y aura peut être quelques passages qui se dérouleront avant mais ils seront minoritaires).

Je vais encore réfléchir pour mon choix.J'ai très envie d'impliquer l'enfant lisant l'avenir , mais j'ai peur que le côté "fantastique" gêne les lecteurs,sachant que la fiction est historique.
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Disons que j'ai été à ta place.
Et qu'au final, je n'ai jamais osé écrire le livre que je voulais, parce que j'avais l'impression que la quantité de recherches pour bien faire était importante. Si j'avais décidé de ne pas être "éducatrice", j'aurai peut être écrit ce roman, et aujourd'hui j'aurai autre chose que des regrets.

Vouloir apprendre des choses à tes lecteurs c'est bien. Le faire correctement c'est autre chose (cela demande déjà de faire la part des choses entre les sources et une bibliographie souvent très partiale sur ce sujet). Car attention, la guerre de Vendée c'est un thème très politique qui a été récupéré par des gens qui racontent beaucoup de conneries.
Nota Bene a fait une vidéo là dessus récemment, il y a une bibliographie en dessous avec des ouvrages de Jean-Clément Martin, un spécialiste du genre.

Comment te renseigner sur le sujet si tu veux le faire sérieusement :
- Il te faut une bibliographie (tu peux commencer par celle en dessous de la vidéo de Nota Bene, puis regarder les ouvrages suggérés à la fin de chacun des bouquins)
- On ne se renseigne pas sur des sites internet douteux. Sur un thème politique comme celui-ci c'est hyper important. Tu peux commencer par Wikipédia en consultant la page "discussions" qui te permettra de voir s'il y a des points contestés/contestables sur l'article et en consultant la bibliographie en bas de page. Un article wikipédia peut être un bon point de départ si on sait l'utiliser (à voir aussi s'il n'y a pas des sources disponibles sur WikiCommons).
- Se renseigner sur les auteurs avant de lire le livre. Jean-Clément Martin ça a l'air d'aller.
- Le Puy du Fou est à fuir. Si le Puy du Fou a été le point de départ de l'inspiration pour ton bouquin, tu as un problème.

Si tu veux faire ça bien, il te faut également :
- Un ouvrage sur la vie quotidienne de cette époque en France (si possible avec de la *vraie* vie quotidienne, c'est à dire nourriture/vêtements/maisons). Vérifie le sommaire avant d'acheter si tu peux car des fois on te vend ça mais en vrai tu as 30 pages sur 250.
Tu peux aussi te reposer sur des groupes de reconstitution, notamment pour les vêtements (vérifies leur pédigrée si possible, s'ils sont tellement à droite qu'ils tombent de l’hémicycle c'est à éviter) ou encore la cuisine, souvent ils gèrent sur ces aspects là.
- Un ouvrage sur les structures sociales de cette époque en France (si possible en Vendée). Si tu veux un roman qui joue sur les différences de classes, il faut savoir 1) quelles sont ses classes, 2) comment elles interagisses. Si ton révolutionnaire ne vient pas de Vendée et fait partie de l'armée de la Révolution, il est possible qu'il n'ait pas les mêmes habitudes de classes (ex : régions avec héritage par primogéniture vs régions avec héritage partagé également entre tous les fils => les secondes sont devenues socialistes puis communistes beaucoup plus facilement ensuite, ce qui traduit une vision différente des rapports sociaux).
- Un ouvrage sur la Vendée en tant que région du style "la Vendée au XVIIIème" ou "histoire de la Vendée", ou un truc du genre...
- Si tu as un perso soldat, essaie de trouver au moins un bouquin écrit par un soldat, genre des mémoires ou un truc du genre. Ce soldat n'a pas besoin d'avoir fait la guerre de Vendée, l'important c'est de saisir ce que c'est que de vivre la guerre à cette époque.

Là je ne vais pas pouvoir t'aider, de mon côté je n'ai étudié que l'histoire politique de la période, et je ne sais pas grand chose de la Vendée. A part que le Puy du Fou c'est une machine de propagande qui ne fait pas de l'Histoire.

Mais encore une fois. Pour un roman perso, à 17 ans, personne ne te demande de faire tout ça.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Kal' a écrit:
Disons que j'ai été à ta place.
Et qu'au final, je n'ai jamais osé écrire le livre que je voulais, parce que j'avais l'impression que la quantité de recherches pour bien faire était importante. Si j'avais décidé de ne pas être "éducatrice", j'aurai peut être écrit ce roman, et aujourd'hui j'aurai autre chose que des regrets.

Vouloir apprendre des choses à tes lecteurs c'est bien. Le faire correctement c'est autre chose (cela demande déjà de faire la part des choses entre les sources et une bibliographie souvent très partiale sur ce sujet). Car attention, la guerre de Vendée c'est un thème très politique qui a été récupéré par des gens qui racontent beaucoup de conneries.
Nota Bene a fait une vidéo là dessus récemment, il y a une bibliographie en dessous avec des ouvrages de Jean-Clément Martin, un spécialiste du genre.

Comment te renseigner sur le sujet si tu veux le faire sérieusement :
- Il te faut une bibliographie (tu peux commencer par celle en dessous de la vidéo de Nota Bene, puis regarder les ouvrages suggérés à la fin de chacun des bouquins)
- On ne se renseigne pas sur des sites internet douteux. Sur un thème politique comme celui-ci c'est hyper important. Tu peux commencer par Wikipédia en consultant la page "discussions" qui te permettra de voir s'il y a des points contestés/contestables sur l'article et en consultant la bibliographie en bas de page. Un article wikipédia peut être un bon point de départ si on sait l'utiliser (à voir aussi s'il n'y a pas des sources disponibles sur WikiCommons).
- Se renseigner sur les auteurs avant de lire le livre. Jean-Clément Martin ça a l'air d'aller.
- Le Puy du Fou est à fuir. Si le Puy du Fou a été le point de départ de l'inspiration pour ton bouquin, tu as un problème.

Si tu veux faire ça bien, il te faut également :
- Un ouvrage sur la vie quotidienne de cette époque en France (si possible avec de la *vraie* vie quotidienne, c'est à dire nourriture/vêtements/maisons). Vérifie le sommaire avant d'acheter si tu peux car des fois on te vend ça mais en vrai tu as 30 pages sur 250.
Tu peux aussi te reposer sur des groupes de reconstitution, notamment pour les vêtements (vérifies leur pédigrée si possible, s'ils sont tellement à droite qu'ils tombent de l’hémicycle c'est à éviter) ou encore la cuisine, souvent ils gèrent sur ces aspects là.
- Un ouvrage sur les structures sociales de cette époque en France (si possible en Vendée). Si tu veux un roman qui joue sur les différences de classes, il faut savoir 1) quelles sont ses classes, 2) comment elles interagisses. Si ton révolutionnaire ne vient pas de Vendée et fait partie de l'armée de la Révolution, il est possible qu'il n'ait pas les mêmes habitudes de classes (ex : régions avec héritage par primogéniture vs régions avec héritage partagé également entre tous les fils => les secondes sont devenues socialistes puis communistes beaucoup plus facilement ensuite, ce qui traduit une vision différente des rapports sociaux).
- Un ouvrage sur la Vendée en tant que région du style "la Vendée au XVIIIème" ou "histoire de la Vendée", ou un truc du genre...
- Si tu as un perso soldat, essaie de trouver au moins un bouquin écrit par un soldat, genre des mémoires ou un truc du genre. Ce soldat n'a pas besoin d'avoir fait la guerre de Vendée, l'important c'est de saisir ce que c'est que de vivre la guerre à cette époque.

Là je ne vais pas pouvoir t'aider, de mon côté je n'ai étudié que l'histoire politique de la période, et je ne sais pas grand chose de la Vendée. A part que le Puy du Fou c'est une machine de propagande qui ne fait pas de l'Histoire.

Mais encore une fois. Pour un roman perso, à 17 ans, personne ne te demande de faire tout ça.

Comme toujours,merci pour cette réponse

Je vais me renseigner pour des ouvrages. En plus mon anniversaire est à la fin du mois,je n'avais rien commandé,donc cela tombe à pic ! Je vais pouvoir m'en faire offrir un !Laughing

C'est vrai qu'il faut faire attention aux sites Internet,certains (beaucoup même ) racontent des âneries et c'est triste ! Après,les gens ne peuvent pas forcément tout savoir,ils réécrivent,répètent ce qu'ils ont entendu (mais tout de même Il faudrait se renseignent dans des ouvrages/sites sérieux et écrits par des spécialistes plutôt que sur quelque chose tel " leblogdetiti" ).
Bien sûr,quelqu'un qui n'est pas historien mais juste passionné d'histoire peut  très bien écrire un blog sur le sujet,mais il faut qu'il se  renseigne via des sources fiables J'espère de tout cœur que personne ne raconte des âneries volontairement car c'est grave (pour moi tout du moins) !

Le Puy-du-Fou ne m'était même pas venu en tête ! Pour dire la vérité,ne le connaissant que de nom,j'ignorais que c'était situé en Vendée (il faut que je revois mes leçons de géo )

- Pour le soldat,un roman raconté de son point de vue cela marche (pas forcément un soldat qui a existé,il peut être fictif) ?

Après je vois que c'est trop difficile,je peux changer de Période mais je n'en ai pas trop envie. La Révolution étant une époque que j'affectionne particulièrement et je trouve qu'on ne parle pas assez du sujet que je souhaite abordé (moi même je ne savais pas que cette guerre avait eu lieu jusqu'à ce que mon meilleur ami,également passionné d'histoire,m'en parle).
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


- Pour le soldat,un roman raconté de son point de vue cela marche (pas forcément un soldat qui a existé,il peut être fictif) ?
Je vais citer Hycarius de la chaîne Histoire Appliquée qui parler des histoires de tape-tape vis à vis des sports médiévaux, cela permettra de comprendre pourquoi je conseillais ça : On ne peut pas simuler, avec le jeu, l'expérience de la mort imminente.
Un roman écrit par un auteur qui n'a pas connu la guerre ne peut donc pas remplacer l'authenticité d'un texte écrit par un soldat, qui a connu le combat, le front, la marche, la peur de mourir. Je ne dis pas que ce texte sera mieux écrit que le roman, c'est juste que dans une démarche de recherches préliminaires sur le thème, je préfèrerai le témoignage direct.
Celà dit : voir plus bas pour la suite.


"Après je vois que c'est trop difficile,je peux changer de Période mais je n'en ai pas trop envie. La Révolution étant une époque que j'affectionne particulièrement et je trouve qu'on ne parle pas assez du sujet que je souhaite abordé (moi même je ne savais pas que cette guerre avait eu lieu jusqu'à ce que mon meilleur ami,également passionné d'histoire,m'en parle)."

Pour moi il est tout à fait acceptable de ne pas chercher à écrire un ouvrage "éducatif" et ultra sérieux du point de vue historique, tant que tu es claire là dessus vis à vis de tes lecteurs.
Le problème avec le "historique mais pas trop" (problème pointé par Hycarius de la chaîne Histoire Appliquée), c'est que si ton livre a l'air histo mais est bardé de fautes... les gens vont absorber le vrai comme le faux. Pour moi, mieux vaut donc avouer clairement qu'un livre n'est pas éducatif, mais simplement une entrée en matière, de quoi se motiver avant d'aller lire des livres d'Histoire si on se découvre un goût pour le thème. Et dans ce cas, si c'est avoué que c'est juste un vernis, une ambiance : tu peux te permettre d'être beaucoup plus légère sur tes recherches.

La liste que j'ai pointée, pour moi c'est le minimum requis pour faire un truc super sérieux... mais écrire un roman n'a pas à être "super sérieux". A 17 ans, si tu arrives déjà à finir un roman je te dirai déjà chapeau ! Si tu arrives à finir un roman avec une bonne histoire encore plus ! Donc ça va, détends toi, amuses toi, tant que tu ne prends pas le sujet trop au sérieux côté historicité et que tu es honnêtes là dessus, ça ira.

J'en profite pour revenir sur le sujet du roman vs mémoires : le problème des recherches sérieuses, c'est que ça peut être très chiant. Les témoignages d'époques ne sont pas toujours fun à lire, des fois c'est mal écrit, des fois c'est technico-technique et il faut s'accrocher.
Histoire de mieux visualiser de quoi je parle à propos des témoignages et autres sources d'époques et pourquoi c'est pas simple à lire : voir étude du journal de masturbation d'un apprenti prêtre sur la chaine C'est une autre histoire (je vous assure ça parle de sources historiques et de comment on travaille dessus, le sujet est volontairement racoleur mais la vidéo est très bien).

Je t'encourage à t'amuser. A t'amuser fort fort. Donc à lire des romans plutôt que de t'acharner à trouver les témoignages (oui je me contredis). Je t'encourage à presque t'en foutre du côté histo en fait. Toute l'expérience d'écriture, de conception d'intrigue que tu gagneras sur ce roman te servira pour en écrire d'autres qui seront plus solides, avec plus de recherches. Qui sait, peut être même que ce premier jet te servira à savoir dans quelles directions doivent aller tes recherches, et sera la base ensuite d'une nouvelle version du roman, historiquement beaucoup plus juste ?
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  779
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Blanchisseur de campagnes


Je suis assez d'accord avec Kal' sur la quantité de travail nécessaire à un bon roman historique. En réalité, c'est extrêmement rare qu'un roman historique puisse me convaincre. Souvent, le déroulé des événements est correct, mais la psychologie et les dialogues ne collent pas avec les réalités de l'époque. On leur pose des préoccupations trop anachroniques. Je me souviens d'avoir lu une fois un roman sur Cléopâtre qui s'offusquait d'être mariée à son frère. C'était clairement absurde.
Chez Robert Harris, qui est pourtant très bien documenté, j'ai beaucoup ri en voyant Cicéron proposer de porter un toast!
J'adore l'histoire, mais j'en suis arrivée à la conclusion que c'était à peu près impossible de reproduire une histoire convaincante.

Selon moi, la stratégie la moins désastreuse serait de créer un huis-clos ou en tout cas, une intrigue limitée dans le temps.

Si tu t'intéresses à l'année 1793, je réitère mon encouragement à lire Victor Hugo.

Pour les pistes que tu proposes, elles sont assez clichées. Ce n'est pas forcément grave, mais il faut savoir que l'incendie, le bébé qui survit et l'aveugle qui devient "voyant", c'est connu depuis l'Antiquité (je donne d'ailleurs cours sur les aveugles qui voient). A toi de renouveler ces thématiques pour créer quelque chose de neuf! Smile
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


fleur-de-lyss a écrit:
Je suis assez d'accord avec Kal' sur la quantité de travail nécessaire à un bon roman historique. En réalité, c'est extrêmement rare qu'un roman historique puisse me convaincre. Souvent, le déroulé des événements est correct, mais la psychologie et les dialogues ne collent pas avec les réalités de l'époque. On leur pose des préoccupations trop anachroniques. Je me souviens d'avoir lu une fois un roman sur Cléopâtre qui s'offusquait d'être mariée à son frère. C'était clairement absurde.
Chez Robert Harris, qui est pourtant très bien documenté, j'ai beaucoup ri en voyant Cicéron proposer de porter un toast!
J'adore l'histoire, mais j'en suis arrivée à la conclusion que c'était à peu près impossible de reproduire une histoire convaincante.

Selon moi, la stratégie la moins désastreuse serait de créer un huis-clos ou en tout cas, une intrigue limitée dans le temps.

Si tu t'intéresses à l'année 1793, je réitère mon encouragement à lire Victor Hugo.

Pour les pistes que tu proposes, elles sont assez clichées. Ce n'est pas forcément grave, mais il faut savoir que l'incendie, le bébé qui survit et l'aveugle qui devient "voyant", c'est connu depuis l'Antiquité (je donne d'ailleurs cours sur les aveugles qui voient). A toi de renouveler ces thématiques pour créer quelque chose de neuf! Smile

Merci pour cette réponse

Effectivement,le roman historique n'est pas une tâche facile,je ne suis pas sûre d'y arriver mais bon..quand j'ai une idée en tête,impossible de me l'enlever.

C'est vrai,mes pistes sont assez clichées mais si je vais trop dans l'originalité,je risques de me perdre et mes lecteurs aussi. Pourquoi parles tu d'incendie ? Cela m'intrigue car à aucun moment je n'ai dis qu'il y allait en avoir un ! J'aime bien mes idées,je vais essayer toutefois de trouver autre chose si possible !

Il me reste également la question des prénoms. J'ai fait quelques recherches dans des livres/sur Internet et ai vu que pendant la Révolution,les enfants avaient des prénoms très particuliers comme " Chataigne" " Egalité" " Fraternité" ...mais impossible de savoir à quelle classe sociale ils s'adressaient (et je suppose qu'on ne s'appelait pas pareil chez les paysans que chez les nobles)
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Alors là je peux te répondre pour ces noms là : ils... sont tout à fait négligeables.

La grande majorité des Français à cette époque s'appellent Jean, Pierre, et deux trois autres noms chrétiens. Les noms révolutionnaires ne sont restés qu'une infime minorité. Cela dit, des adultes ont choisi de changer de nom à l'époque pour des noms révolutionnaires ou romanisant (Marius, Gracchus...)

Je te conseille d'écrire tes idées. A 17 ans, de toute façon, tu as de grandes chances que ton texte soit "immature" (dans le sens où tu as encore beaucoup de chemin à faire comme autrice, et comme personne ; les histoires qu'on écrit à 17 ans sont rarement celles qu'on voudra écrire une fois adultes, et souvent ça se voit). Là, c'est ta chance de savoir ce que tu aimes écrire, de développer des techniques, d'apprendre à faire un roman.
Fais le pour le fun. Amuses toi. Ne te demande pas si c'est cliché ou si tes idées ne sont pas bonnes, c'est moins important que de se faire plaisir.
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  491
   Âge  :  33
   Pensée du jour  :  Comme hier
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Pour qui sonne Lestat


Graaaand sujet que la Guerre de Vendée, je suis née aux Sables, je sais que c'est une période très compliquée à aborder comme le souligne Kal. En France on ne remet pas en question la Révolution ni Robespierre.

En ouvrages, je peux te conseiller "Les Chouans" d'Honoré de Blazac qui est un peu long mais super si le sujet t'intéresse . C'est une histoire d'amour sur fond historique de guerre de chouanerie (Les Chouans se battant pour le Roi et la religion, comme les Vendéens). La Chouanerie suit les guerres de Vendée de quelques années. Cela relate l'histoire de deux nobles, une Duchesse (avant la Révolution en tout cas car dans le roman elle n'est plus qu'une citoyenne) et un marquis qui tombe amoureux. Je ne te dis pas la suite, mais c'est génial. Tu peux regarder Lady Oscar aussi dans un autre registre ^^ C'est un peu plus gamin/girly mais bien qu'écrit par une Japonnaise, le regard sur la Révolution est assez juste. Effectivement, 1984 (qui est en attente sur ma pile...) est une bonne référence, tout comme la vidéo de Nota Bene qui est juste excellente.

Perso, moi je te dirais bien de tester quand même. Tu n'as peut-être pas les connaissances, mais beaucoup d'auteurs de romans historiques se font relire par des historiens, eux-mêmes ne sont pas ultra calés sur le sujet. D'ailleurs, les historiens ne sont pas toujours les meilleurs romanciers, ce sont deux vocations bien à part...Et si tu me permets cette remarque, tu es jeune, tu as encore le temps de tâtonner par toi-même et te rendre compte (seule ou avec l'aide de bêtas-lecteurs) des éventuelles coquilles. Quand on a une idée en tête qui nous tient à coeur parfois, il faut juste tenter et si ça rate...Tant pis au moins on a essayé et on a appris de ses erreurs.

Concernant les 3 pistes que tu proposais je les trouve toutes, excuse-moi si c'est un peu abrupt, très clichés. Ce n'est pas pour cela que ce n'est pas intéressant...On peut toujours revisiter des clichés. Un mec qui tombe amoureux de sa meilleure amie par exemple, c'est ultra cliché mais ce qui le rendra intéressant je pense, c'est ta façon d'amener la chose..

Pour l'homosexualité, c'état non seulement mal vu mais aussi puni de mort à cette époque ! Une des dernières exécutions pour homosexualité d'ailleurs a eu lieu pendant la période de la Révolution. Après cela, on est passé de crime à maladie mentale (grand progrès...).

Si tu écris sur les guerres de Vendée, il y aura plein plein de trucs à dire. Les Colonnes infernales, le général taré qui a foutu tous les prisonniers dans une barque sur la Loire avant de les faire couler vifs, tous les grands chefs vendéens exécutés (j'avoue, j'ai grandi avec Vendée 93, l'album super kitsch de Didier Barbelivien...).

Bref, bon courage pour ton projet
 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4050
   Âge  :  31
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Citation :
En France on ne remet pas en question la Révolution ni Robespierre.
Robespierre, le gars qui se fait traiter de bourreau et d'assassin par la moitié de la scène politique et aduler par l'autre ? Sur lequel tu as régulièrement des essayistes qui publient des croûtes psychologisantes pour savoir 2 siècles après si c'était un détraqué sexuel?

Citation :
Tu peux regarder Lady Oscar aussi dans un autre registre ^^ C'est un peu plus gamin/girly mais bien qu'écrit par une Japonnaise, le regard sur la Révolution est assez juste.
Ouais enfin Lady Oscar c'est quant même... j'aime beaucoup hein... mais suffit de voir Saint-Just dans l'anime pour comprendre que non.
Et je dis ça alors que je me suis fait un marathon de la toute la série en 2 jours et que j'ai un coffret collector.
Cela dit le niveau de drama. LE NIVEAU DE DRAMA. Voilà, tu viens de relancer mon envie de le voir !

Le roman de Balzac par contre, je suis allée voir la fiche wiki ça a l'air intéressant (enfin historiquement je saurai pas dire, mais comme roman oui). Je garde un souvenir très froid de Balzac au collège mais on dirait qu'il y a de la action dans celui ci !

 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  779
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Blanchisseur de campagnes


Citation :
Pourquoi parles tu d'incendie ? Cela m'intrigue car à aucun moment je n'ai dis qu'il y allait en avoir un ! J'aime bien mes idées,je vais essayer toutefois de trouver autre chose si possible !

J'ai déduis cela du fait que tu envisages que ton personnage devienne aveugle suite à des fumées. Smile Ca me paraît le plus logique.

L'idée de chercher d'autres sources que des traitements français peut être une bonne idée. Je sais qu'en Belgique, on n'apprend déjà pas l'histoire française avec le même angle d'approche.

Pour l'homosexualité, j'ai en tête qu'elle était très peu réprimée chez les femmes. Bon, c'est un tout petit peu plus tôt, mais c'était ce qui ressortait d'une analyse des lettres de Diderot à son amante. Bien sûr, on est loin de la vision que l'on a aujourd'hui de l'homosexualité.
 

 Fiction Révolution Francaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-