PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 Lise et moi (ou Lise émoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Hadrienantinoe
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  177
   Âge  :  32
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  23/06/2020
    
                         
Hadrienantinoe  /  Tycho l'homoncule


Kada56 a écrit:
Ah j'ai parlé de Théophile Gautier comme ça au hasard, c'est un peu mon coup de coeur adolescent et l'émoi que je ressentais à le lire. Je n'ai pas lu la morte amoureuse! Merci pour le conseil. Mais en effet, Théophile Gautier a une plume très fluide et très belle de ce que je m'en rappelle.

Et pour la polémique, (je parlerais plus de débat), je suis amplement d'accord avec toi. Si on regarde la photographie et la densité psychologique des personnages (voir même la qualité du jeu d'acteur qui l'accompagne) d'une série comme True Detective par exemple, c'est bluffant. Et ce sans même juger de la qualité globale intrinsèque de l'oeuvre. C'est là où les américains sont très forts, je pense qu'il faut humblement le reconnaître, d'un point de vue photographie et jeu d'acteur, ils sont bien en avance et au dessus de nous (pas très compliqué cela dit).

Après pour le cinéma, vaste débat, et tout est question de curseur. Mais le cinéma ne produit plus beaucoup de grands films. Par exemple je serais bien curieux qu'on me cite un très grand film de ces 20 dernières années. Je suis curieux oui, dans le bon sens, cela va sans dire.

Théophile Gautier a cette plume décadente et sophistiquée que j'aime tant, qu'on retrouve chez d'autres auteurs fin de siècle. Mon préféré étant probablement Huysmans.

Je suis complètement d'accord avec toi sur le reste.
Des grands films ces vingt dernières années ? Tout est subjectif j'imagine. Il y a des films encore intelligents et beaux, mais évidemment ce n'est pas en France qu'il faut les chercher.
Pour moi : La Grande Bellezza, de Sorrentino. The Hours était très beau aussi (Daldry), mais il est peut-être un peu plus vieux.
Je n'aime pas beaucoup les vieux films : c'est un art qui vieillit très mal. Je m'en sens coupable, parfois. Je ne parviens pas à apprécier des grands classiques. Vu un Hitchcock, dernièrement (Vertigo) : bof. Jeux d'acteurs démodés, musiques stridentes, clichés... J'aime décidément beaucoup mieux le cinéma qui nous est contemporain, lorsqu'il est bien fait. Et il m'émeut toujours plus que les meilleures séries !
 
Kada56
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  15/08/2020
    
                         
Kada56  /  Homme invisible


Tu m'as donné envie de re(lire) Théophile Gautier. Je ne connais que très peu en réalité. C'est un souvenir et une affection adolescente en quelque sorte. La poésie et le romantisme du Capitaine Fracasse, dans un style délié et agréable.

Merci pour les références, je n'ai vu aucun des deux. Je les regarderais à l'occasion. Pour le cinéma ancien oui, c'est très surestimé compte tenu que ça a pris en âge, c'est matiné du vernis d'un "culte" parfois pas tout à fait mérité.

Même le Citizen Kane de Welles est surcôté selon moi et certains Fellini pas loin d'être des navets. La dolce vita en tête. Par contre certains autres de ces films sont assez novateur et recherché d'un point de vue esthétique et assez profonds. Même Antonioni ne me transcende pas particulièrement. Et même le grand Kubrick, quand on y regarde de plus près, ses films sont très esthétiques et visuels, mais les thèmes qu'il aborde ne sont pas abordés si intelligemment que cela, si on regarde de près les oeuvres qu'il s'est mis en tête d'adapter.
D'un autre côté, on a un David Lynch totalement sous-côté, il est vrai qu'il s'est égarré à faire du Lynch, mais Mulholland Drive est tout de même probablement l'un des plus grands films de ces 20 dernières années.

Récemment, le film Joker, que j'ai à tort pris pour un navet lors du premier visionnage (par esprit bêtement anti-conformiste).

L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford est selon moi une gemme hypnotique et lyrique. Mais j'adore les westerns dont je ne sais pas si je suis objectif pour le coup.



 
Hadrienantinoe
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  177
   Âge  :  32
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  23/06/2020
    
                         
Hadrienantinoe  /  Tycho l'homoncule


Kada56 a écrit:
Tu m'as donné envie de re(lire) Théophile Gautier. Je ne connais que très peu en réalité. C'est un souvenir et une affection adolescente en quelque sorte. La poésie et le romantisme du Capitaine Fracasse, dans un style délié et agréable.

Merci pour les références, je n'ai vu aucun des deux. Je les regarderais à l'occasion. Pour le cinéma ancien oui, c'est très surestimé compte tenu que ça a pris en âge, c'est matiné du vernis d'un "culte" parfois pas tout à fait mérité.

Même le Citizen Kane de Welles est surcôté selon moi et certains Fellini pas loin d'être des navets. La dolce vita en tête. Par contre certains autres de ces films sont assez novateur et recherché d'un point de vue esthétique et assez profonds. Même Antonioni ne me transcende pas particulièrement. Et même le grand Kubrick, quand on y regarde de plus près, ses films sont très esthétiques et visuels, mais les thèmes qu'il aborde ne sont pas abordés si intelligemment que cela, si on regarde de près les oeuvres qu'il s'est mis en tête d'adapter.
D'un autre côté, on a un David Lynch totalement sous-côté, il est vrai qu'il s'est égarré à faire du Lynch, mais Mulholland Drive est tout de même probablement l'un des plus grands films de ces 20 dernières années.

Récemment, le film Joker, que j'ai à tort pris pour un navet lors du premier visionnage (par esprit bêtement anti-conformiste).

L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford est selon moi une gemme hypnotique et lyrique. Mais j'adore les westerns dont je ne sais pas si je suis objectif pour le coup.


Je note, je note parce qu'à part Joker (excellent ! Voilà un très bon film récent) et Mulholland Drive (auquel je n'ai rien compris à l'époque... Il faut que je le revoie !), je n'ai pas vu les films dont tu parles. En termes de Western, si tu aimes tu dois connaître There Will be blood, qui est magistral, et puis une petite série très sympa dernièrement (avec une recherche appuyée sur la psychologie des personnages, et un "méchant" époustouflant) : Godless.

Je ne suis pas d'accord avec toi sur la Dolce Vita, que j'aime beaucoup (mais je suis italianophile au dernier degré, donc pas objectif, et j'admets qu'il a beaucoup et mal vieilli - si tu veux du Fellini renouvelé, regarde justement le cinéma de Sorrentino, La grande Bellezza en priorité), et sur Kubrick, qui figure lui aussi dans mon panthéon. Mais on ne se refait pas : je suis obsédé par la forme. L'art pour l'art est mon crédo, si bien que Barry Lyndon est l'un de mes films préférés (comme Mort à Venise, aussi, dans le genre qui doit paraître chiant et long à beaucoup).
 
Kada56
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  15/08/2020
    
                         
Kada56  /  Homme invisible


Oui, bien sûr il faut être italophile, surtout dans les arts. Et surtout picturaux et pour l'opéra, c'est un peu d'avant garde esthétique, auquel la France doit beaucoup d'un point de vue influences.

J'ai regardé Godless en effet et j'avoue que le visionnage n'était pas déplaisant mais je suis resté dubitatif globalement.

There will be blood. Je trouve ça amusant que tu le qualifies de Western. Je n'ai pas du tout ce souvenir là. Je crois que je suis passé à côté de ce film (ça m'est arrivé pour l'assassinat de Jesse James par exemple).

Barry Lindon, ne m'avait pas tant emballé. Narration trop fouillie, et esthétique trop froide et figée. J'avais préféré le casanova de Fellini (qui lui est d'un point de vue formelle assez intéressant pour le coup).  Qu'on soit d'accord, Kubrick est un maître cela dit. Je ne le nie pas. Les 40 premières minutes d'Orange mécanique sont pour moi d'un point de vue visuel un sommet du cinéma. Mais pour le reste... Ca reste faiblard. C'est ça le problème de Kubrick. En fait il a le même problème que Tarentino. Sauf que chez Tarentino c'est exarcerbé et criant pour le coup. Ce sont des maître de la forme, mais pas du fond. Et dans leur cinéma, certaines scènes confinent au génie, et leurs films peuvent être des navets à côté de cela (pour Tarentino du moins, j'oserais pas aller jusque là pour Kubrick).

Mais c'est surement le medium qui veut cela, car le cinéma doit avant tout être une expérience esthétique, sensorielle et émotionnelle. Il perd sur le roman en profondeur et gagne en revanche en esthétique et grâce à l'universalité de la représentation par l'image. C'est pour cela que j'aime les Western, tout y est atmosphère, lyrisme et esthétique. Le Western, c'est vraiment l'essence du cinéma selon moi. Enfin, vu le cinéma que tu me cites, je pense que tu comprends ce que je veux dire. Car Mort à Venise est aussi très lent et contemplatif. J'avoue être passé un peu à côté de la proposition esthétique de ce film, mais la maestria de Visconti est indéniable.

Edit : je viens de voir ta présentation, et ton admiration pour Tarentino Razz
 

 Lise et moi (ou Lise émoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Communauté :: Accueil-